Navigation – Plan du site
Culture politique et émancipation nationale : le XIXe siècle

Activités maçonniques avec arrière-plan politique – et réciproquement – en Grèce au XIXe siècle

Andréas Rizopoulos
p. 203-224

Résumés

Après un rapide aperçu de l’activité maçonnique en Grèce continentale et insulaire au XVIIIe siècle, cet article étudie l’histoire maçonnique grecque du XIXe siècle, les iniatives locales, les stratégies des Grandes Loges françaises, italiennes et anglaises, leurs interactions avec les enjeux politiques et diplomatiques, dans une Grèce en lutte pour son indépendance.

Haut de page

Texte intégral

1Bien que l’objet de cet article soit le XIXème siècle, il est pourtant nécessaire de revenir à la période allant du milieu du XVIIIème siècle – époque ou nous trouvons les premiers traces réelles de Franc-maçonnerie dans la région – au premier quart du XXème siècle et de s'accorder sur l'utilisation de quelques termes. L'utilisation des termes ‘Grèce’ ou ‘Hellas’ pour la période qui précède le début de XXème siècle, peut être trompeur. Tout d'abord, jusqu'en 1830, la Grèce n’existe pas comme Etat. Les régions qui, maintenant, font partie de ce pays étaient à l'époque sous la domination de souverains différents – les Ottomans principalement (pour presque 400 ans), les Vénitiens et (pour des périodes plus ou moins longues) les Français, les Britanniques, ou les Russes. Géographiquement, la Grèce d'aujourd'hui ne correspond pas à la Grèce d'il y a soixante ans, sans mentionner l'entité nationale du XIXème siècle. Le fait qu’il n' y ait pas d'entité nationale sous le nom Grèce ne signifie pas que les gens habitant les régions, qui aujourd'hui font partie intégrante de la République Hellénique, n'avaient pas une identité et une conscience nationale. Cela sera manifeste lorsque nous évoquerons les îles Ioniennes au début de XIXème siècle.

2Notre étude est rendue difficile par le manque de documents et d’éléments matériels. Il faut nous rappeler que la période a été tumultueuse. Pendant cette période plusieurs puissances ont été impliquées, ce qui signifie que les historiens doivent faire des recherches dans différentes archives. L’autre obstacle est présent chaque fois que nous essayons d'étudier des événements qui sont liés, même de loin, avec la Franc-maçonnerie. Beaucoup d'archives ont été détruites soit par des francs-maçons trop zélés qui considéraient que de cette façon ils préservaient les secrets de la Franc-maçonnerie, soit par des opposants à la Franc-maçonnerie qui, soit détruisaient tout ce qui avait un lien avec la Franc-maçonnerie, soit détruisaient délibérément tout article spécifique, empêchant que le crédit en soit donné à la Franc-maçonnerie. En dernier, des guerres locales ou totales, aussi bien que des catastrophes naturelles comme, par exemple les séismes, incendies etc. ont donné le coup final. Les îles Ioniennes, par exemple, ont subi en 1953 un séisme et un incendie détruisant la plupart grande partie de Zante et de ses archives.

Premières traces de la Franc-maçonnerie

3Nous trouvons les premières traces de la Franc-maçonnerie en Méditerranée orientale, au milieu de XVIIIème siècle, dans la région constituant aujourd'hui la Grèce et la Turquie. Les informations disponibles surtout secondaires – et d'une certaine façon très obscures – concernent Constantinople (Istanbul), Smyrne (Izmir), Aleppo (Alep) en Asie Mineure et Corfou et Zante (Zakynthos) dans îles Ioniennes.

4Selon des rapports/traditions non documentés, la première loge fut établie à Corfou, à l'époque des Vénitiens, vers 1740. Selon la tradition, le Vénérable était le Provedidor del Mar, Gouverneur des Vénitiens.

5Pendant la même période, nous trouvons également des traces d'activité maçonnique à Constantinople et Alep. Constantinople était la capitale de l'empire Ottoman et le centre principal de commerce, attirant beaucoup d'Européens, surtout des Anglais, des Français et des Italiens. Elle était, et elle reste encore aujourd'hui, le siège du Patriarcat oeucuménique de l'Église Orthodoxe grecque, qui exerçait de forts pouvoirs religieux et temporels du fait de la tolérance des Ottomans. La plupart des intellectuels de cette période étaient directement, ou indirectement, en lien avec le Patriarcat.

  • 1 - Il a été baptisé “Constantinos” sur l'île de Skopelos dans la Mer Egée. Son père était enseignant (...)

6Une personnalité distinguée des Lumières orientales fut l'auteur et moine Kessarios Dapontes1. Un de ses manuscrits, non publiés, sous le titre Livre des Royaumes est conservé sous le codex no. 254 dans la librairie du monastère de Xeropotamos du Mont Athos. Une partie de ce livre est à l’origine de beaucoup de théories sur l'histoire de la Franc-maçonnerie à Constantinople. Le manuscrit est essentiellement l'histoire de l'Empire Byzantin et, à un certain moment Dapontes écrit que les premiers francs-maçons ont fait leur apparition à Constantinople :

Mais puisque nous avons mentionné les dites hérésies, disons de ceci, qui à notre époque tombèrent sur nos terres et, comme ils disent, appartiennent aux européens y compris les rois, les prêtres et autres notables. Les nouveautés de cet Ordre et l'innovation ont été donnés à l’ Église Sainte pendant le Patriarcat de M. Paessios par le Saint de Smyrna [c’est-à-dire l'Evêque] Neofytos quand les maçons partirent de là-bas. Il a donné de nombreux prêches et de sérieuses excommunications contre quiconque les rejoint comme étant adorateur du diable. La même année ils sont venus à Constantinople et à Galata et ont fait quelques maçons mais quand les autorités l’apprirent, elles les ont tout de suite expulsés.

  • 2 - James Porter (1710-1786) a été nommé Ambassadeur près la Porte le 22 septembre 1746 (London Gazet (...)
  • 3 - Lettre de James Porter au Grande Vizir datée du 5 novembre 1748. Public Record Office (S.P. 97.33 (...)

7En ce temps-là, à Constantinople, beaucoup de diplomates et de commerçants vivaient dans leurs communautés et enclaves. Selon la correspondance diplomatique de l' Ambassadeur Britannique, [Sir] James Porter, qui est présenté ci-dessous2, il y avait au moins une loge clandestine qui fonctionnait à Constantinople en 1748. En outre, selon le témoignage de Alexandre Drummond et les dossiers de la Grande Loge d'Écosse, il y avait au moins une loge régulière établie à Alep en 1748. Il apparaît que ces deux loges – à Constantinople et Alep – étaient composées seulement de diplomates et de marchands anglais et français. Il n'y pas de preuve de l'appartenance d'autres membres, soit grecs soit turcs. Le 5 novembre 1748 Porter a envoyé une lettre au Grand Vizir (écrite en français), niant que la Grande-Bretagne se trouvait derrière l'établissement d'une loge maçonnique à Constantinople3. Le 26 novembre 1748, il a expédié un rapport au Duc de Bedford, en y attachant la copie de sa précédente lettre. Les paragraphes importants suivant, viennent du rapport au Duc :

Comme conclusion de la paix, une loge de maçons libres a été érigée comprenant environ dix personnes d’originaire française et deux de la nation anglaise. Ils ont pris une maison dans ce but. Elle remplit les têtes des chrétiens illétrés et superstitieux avec une multitude d'idées chimériques. Ces idées ont bientôt été propagées parmi les Turcs. Un Français arrivé de Venise, sans argent, qui venait de la confrérie, avait ses logements assignés dans cette maison. Le clergé latin, la lie d'ignorance, le marécage éternel et la malice, ont d’abord semblé vraiment offenser d’un si grand mépris la Bulle du pape Clément XII. Ils, et leurs émissaires parmi les stupides pauvres arméniens, ont insinué aux Turcs que ces maçons étaient des magiciens et des sorciers et qu'ils pourraient faire s’élever même le Diable. Ces insinuations ont pris sérieusement racine dans le Sérail et ce fut comme s’ils firent se dresser le diable , que St Ignatius lui-même n'aurait pas pu terrasser. Mais comme la maison a appartenu à un de mes hallucinés et je suppose qu'ils osèrent pas s’attaquer à leur protecteur religieux. l'Ambassadeur français directement, lui-même maçon,pour pallier leur insinuation, lança que si un sorcier anglais arrivait ici, il serait banni d'Angleterre pour sorcellerie. Les ordres ont été envoyés du Sérail au Porte pour souhaiter de tous les ministres étrangers, que si une telle personne fut ici, dès qu’ils en seraient informés, de directement l’expédier au loin. Ils ont commencé avec un message très poli à mon intention. Je l'ai traité comme un histoire futile et leurs dit que nous ne savions rien de ce qu’ils voulaient dire par “Wisards” et “Witikes” en Angleterre, et que je ne pouvais pas leur donner une réponse à de tels messages. Mais cependant, s'ils pouvaient me dire qui étaient les informateurs ou avait l'insolence de nommer un anglais, alors je pourrais peut-être leurs expliquer mes sentiments.

  • 4 - Voici l’intégralité du rapport du Comte Desalleurs au Ministre de Puyzieuls. Correspondance diplo (...)

8Ainsi, Porter confirme l'existence d'activité maçonnique mais blâme l'Ambassadeur de France. Pratiquement au même moment, l'Ambassadeur français envoyait son propre rapport en France soulignant que les Anglais se trouvaient derrière cette activité maçonnique. Voilà quelques faits marquants4 :

Je dois vous rendre compte d’une chose assez particulière qui s’est passée icy au sujet des francs-maçons. Plusieurs negociants anglois de cette ordre avoient taché d’engager d’autres negociants françois à prendre party dans cette confrairie, et je crois qu’ils y etoient parvenus. L’assemblée generale se tenoit à Péra dans la maison d’un Dragman d’Angleterre. Mr l’archevesque de Carthage et l’abbé Barustrethy Vicaire de Smirne sont venûs me prier d’arrester le cours de ces assemblées defendues par une bule du Pape qui excommunie les francs maçons. Il me demanda mon sentiment sur ce qu’il devoit faire en conséquence des ordres rigoureux qu’il avoit de la Cour de Rome à son égard  ; Je luy dis que je parleroit au Deputé de la Nation francoise, auquel j’ordonneroit d’interdire toute assemblée de cette espece ; Qu’au surplus je ne liuy conseillois pas de faire un si grand eclat à cause des Anglois et des Hollandois qui seroient peu intimidés par la Boulle et qui s’acharneroient au contraire à chercher des Proselites ; (...)
Le Reis Effendy me fit dire il y a quelques jours qu’il etoit surpris de cette innovation, que nos capitulations très bien observées autorisoient assez d’eglises dans les états du Grand Seigneur, pour ne devoir par chercher à les multiplier, qu’il y avoit icy une assemblée des Francs Maçons qui tendoient à ce but, et qui sous pretexte de faire des Francs Maçons, donnoient trente ecus à ceux qui vouloient se faire recevoir, e les engagoient ensuite à se faire Chretiens. (...)
P.S. J’ay écrit Ay Sr Peyssonnel consul à Smyrne ayant appris qu’il y avoit une loge des Francs Maçons dans cette echelle d’empecher que les negociants francois s’il y en a qui soient de cet ordre n’assistent aux assemblées.

  • 5 - Alexander Drummond (mort à Edinburgh le 9 août 1769), jeune fils de George Drummond of Newton et (...)

9Quelques années plus tôt, Alexandre Drummond a fondé une loge à Alep sous le nom : Union Lodge from Drummond Kilwinning from Greenock5. Selon les documents officiels de la Grande Loge d'Écosse, elle a été enregistrée le 3 février 1748 comme première loge étrangère inscrite dans la liste des loges de la Grande Loge d’Écosse. Il est possible qu'il y ait eu une autre Loge écossaise à Alep à la même période, selon le compte-rendu de la loge Canongate Kilwinning no.2, daté du 8 avril 1752 :

The Lodge being mett according to adjournment & at the same time a charter for constituting a Lodge at Aleppo was signed by the Most Worshipful [Grand] Master and the other proper office-bearers of the Grand Lodge, and also by the office-bearers of this Lodge.

  • 6 - Drummond, A. Travels through the Different Countries of Germany, Italy, Greece and Parts of Asia (...)

10En tout cas, la Drummond Lodge fut supprimée du registre en 1754. Dans le récit de ses voyages, sous forme de lettres adressées à son frère aîné en Écosse, qui furent publiées à Londres, à son retour en Grande-Bretagne cette année-là6, Drummond parle d'une seule Loge et déclare :

  • 7 - Op. cit., p. 1XX.

As I have mentioned the lodge of free masons I cannot help congratulating myself upon the opportunity I had of making so many worthy brethren in this place and forming the only lodge that is in the Levant. But my joy is still the greater, when I reflect that all the members are gentlemen of amiable character and must reciprocally reflect and receive honour in their association with the society of free and accepted masons. The lodge of Drummond Kilwinning from Greenock has reason to be proud of this her first daughter and I assure you I am not a little vain of being the father of such a flock.7

11Toujours au milieu du XVIIIème siècle nous trouvons diverses traces d’activités maçonniques dans la région. Si la tradition dit vrai, dans les îles Ioniennes la première loge a été établie en 1740 avec le Provedidor del Mar comme Vénérable, malgré la récente Bulle papale de 1738 et malgré l’attitude négative de la République de Venise.

12Au même moment des Anglais, Français et un Ecossais sont impliqués dans l'établissement de loges dans les trois centres commerciaux principaux de l'Empire Ottoman, Constantinople, Smyrne et Alep. Il est clair que ‘l'esprit apostolique’ ne figure pas parmi les principes maçonniques. Donc ce n'est pas au niveau des Grandes Loges d'Angleterre, d’Écosse ou de de France, que la question de la motivation pour l'expansion dans la région doit être recherchée, mais au niveau des individus. Il est particulièrement intéressant de noter que l'Ambassadeur britannique adressait un blâme à son homologue français et réciproquement. Or le lecteur des dits textes comprend entre les lignes que tous deux ont été impliqués d'une manière ou d'une autre dans ces affaires.

13Il est également intéressant d’essayer d’expliquer l'attitude du Patriarcat. Le Pape fumina la Bulle In Eminenti dans 1738 pour des raisons qui débordent le propos de cet article. Mais il convient d’observer que les seules informations disponibles pour le Patriarche orthodoxe était le texte de la Bulle et une attitude globale négative de l'Église catholique romaine envers les Lumières.

Quarante années plus tard

  • 8 - Le texte preparé par de Roma.
    Extrait des constitutions conservées dans les archives de la R Loge (...)
  • 9 - Le nom de cette loge semble avoir été Filanthropia puisqu’on conserve encore des certificats avec (...)

14Il n’existe pas d’archives pour les quarante années suivants et nous trouvons la Loggia Beneficenza établie à Corfou en 1781 par patente de la Grande Loge Mère de Verona séante à Padoue. La demande de Beneficenza est datée 30 août 1781 et l'approbation est datée 13 juin 1782.8 Quelques auteurs ont affirmé que c'était la même loge mentionnée dans les années 1740 mais sans en apporter la preuve. De toute manière, la loge semble avoir travaillé un moment, jusqu'à ce que la République de Venise ait considéré comme suspectes ces “sociétés secrètes”  ; la loge dut alors fermer. Pendant la même période il y avait une autre loge à Zante selon une déclaration faite par De Roma lors de la consécration de Fenice Risorta en 1815.9

15Conformément au traité de Campo Formio de 17 octobre 1787, les Français ont occupé les îles Ioniennes, et Beneficenza a été rallumée. L’autorité française fut de courte durée, puis les îles furent sous l’autorité des Russes ce qui amena une nouvelle suspension de la loge. Puis, pendant les années napoléoniennes, suivant le Traité de Tilsit du 7 juillet 1807, les Français sont revenus aux affaires, et une nouvelle renaissance de la Franc-maçonnerie a eu lieu sous la direction d'une personnalité très importante dans la politique et la Franc-maçonnerie dans les cinquantes années qui suivent. Le Comte Denis De Roma a décidé de ranimer la vieille loge Beneficenza en l'unissant avec une autre loge dormante nommée Philogénie.

  • 10 - Il existe des procès verbaux de la loge avec pour date le 6 juin 1810.

16De Roma, pendant une visite à Paris en novembre 1811, a écrit au Grand Orient de France pour demander une patente pour une loge nommée Bienfaisance et Philogénie Réunies. Cette loge, selon la demande, était une renaissance de Beneficenza avec l'addition du mot ‘Philogénie’ (littéralement l'ami du ‘genus’ ou la nation). Le Grand Orient de France a consenti à la demande et a fourni une patente rétroactive datée de novembre 1810.10 De Roma a alors transfromé cette loge premièrement en Mère Loge Départementale puis en Mère Loge Provinciale. Comme Mère Loge, Bienfaisance et Philogénie a établi des loges à Zante, Lefkas (Santa Maura), Cephalonie, Patras et Épire, les dernières deux régions étant sous la tutelle ottomane. Il est clair que De Roma a contacté le Grand Orient de France malgré le fait que Beneficenza soit d'origine italienne (pour être plus précis : si elle toujours été en relation avec Marseille, c’était par l’intermédiaire de Padoue) prenant en compte la situation politique.

  • 11 - L G du G Arch de L’U
    d’un Lieu très haut, très fort & très éclairé où regnent
    Le Silence, La P (...)

17En 1809, pendant l'occupation des îles par les Français, une loge française Saint Napoléon était fondée à Corfou avec des constitutions du Grand Orient de France. Cette loge fut constituée principalement de nationaux Français, surtout des militaires, stationnés à Corfou. Cependant, parmi les signataires de la demande de patente nous trouvons De Roma comme Orateur et plus tard nous trouvons plusieurs Grecs en place.11

  • 12 - Ce sont les procès verbaux du chapitre Bienfaisance
    A G D G A D U
    Nel Santuario
    Ore di Confu (...)
  • 13 - Le Duc de Sussex est resté techniquement Grand Maître toute sa vie. Tous les certificats et tous (...)

18Les Français quittèrent les îles de nouveau le 24 juin 1814 après un blocus de quatre années par les Britanniques qui ont occupé les îles Ioniennes deux jours plus tard. Le protectorat britannique a été formellement établi le 6 novembre 1815 et De Roma et les frères Ioniens importants ont décidé au début de l'année 1816 d’élever Bienfaisance et Philogénie au rang de Grand Orient12 en lui donnant le titre de Sérénissime Grand Orient de Grèce. Dans une de ses initiatives politiques, Roma a offert au Duc de Sussex, Grand Maître de la Grande Loge Unie d'Angleterre, la fonction de Grand Maître de la nouvelle Grande Loge.13 Le Duc a accepté sous la condition que les loges britanniques pour l'armée, ou composées de nationaux britanniques, pourraient être établies dans les îles sous l’obédience de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Ceci a été confirmé dans un concordat signé le 9 décembre 1823.

19Il est intéressant de noter qu’en 1816, cinq années avant la Guerre grecque d'Indépendance et au moment où Metternich déclarait qu'il n'avait pas connu de pays nommé Grèce, puisqu’il ne pouvait pas le trouver sur la carte (!), la Grande Loge Unie d'Angleterre reconnaissait en fait le Grand Orient de Grèce, la Grande Loge d'un pays ‘inconnu’.

20Je n’ai pas le sentiment qu’il soit nécessaire de trop souligner les motivations politiques de ces initiatives dans les îles dans la période 1781-1814. Les loges s’ouvraient et se fermaient selon le pouvoir politique dans la région. Et si la signification politique pouvait être sous-estimée dans le cas de l'occupation russe quand il y eut une attitude négative envers la Franc-maçonnerie, il n’a pas pu être surestimé dans la période du protectorat britannique. Les francs-maçons dans les îles prenaient clairement parti pour les politiques. Au début, De Roma approche le Grand Orient de France, malgré la connexion avec l’Italie, afin d'être, si je peux me permettre l'expression, ‘du côté des anges’. Puis les Français quittèrent les îles, et il devenait temps de s’intéresser de plus près aux Britanniques. L’accent doit être mis sur le fait que selon toutes les indications et informations disponibles, la décision provint des frères Ioniens, il n'y eut pas de pression de la part des Britanniques.

Un engagement plus fort

21Nous sommes maintenant en 1816 dans les îles Ioniennes. Pendant les deux années précédentes, la Franc-maçonnerie s’était trouvée mêlée aux événements politiques de la région de façon indirecte. Un marchand grec nommé Emmanuel Xanthos, au début de l'année 1813, avait été initié par une loge francaise l'Union de l’Orient situé à Santa Maura (Lefkas). L'initiation avait dû faire grande impression sur Xanthos, si bien que l'année suivante il envisagea avec deux autres marchands de créer une société révolutionnaire secrète pour agir en faveur de la libération de la Grèce occupée. Xanthos a révélé aux autres son initiation et a suggéré d’utiliser certaines des procédures de la Franc-maçonnerie afin d’obtenir une institution secrète et ainsi de travailler plus efficacement pour la cause. En septembre 1814, Xanthos, Skoufas, et Tsakalof ont établi la Philiki Hetairia (la Société Amicale) à Odessa. Les serments, les degrés et les procédures de Hetairia renvoient clairement aux procédures caractéristiques de la Franc-maçonnerie et particulièrement au rite français en sept degrés.

22L'engagement de Xanthos avec la Franc-maçonnerie ne s’est pas arrêté avec son initiation. Pendant de nombreuses années les adversaires de la Franc-maçonnerie ont soutenu que Xanthos n'aurait pas pu apprendre beaucoup à son initiation et qu'il n'avait pas de contact plus étroit avec la Franc-maçonnerie.

23Les ennemis ne devraient pas être entièrement blâmés puisque dans un sens ils réagissaient face aux francs-maçons excessifs qui ont affirmé que Philiki Hetairia était une organisation para-maçonnique. Récemment j'ai eu la joie de localiser un document très important dans les archives de Xanthos achetés par la Société Historique Nationale de Grèce. C'est un Diplôme délivré le 28 mai 1820 par la loge Les Amis Réunis sous l’obédience de la Grande Loge Astrée de Saint-Pétersbourg à Xanthos confirmant qu'il a été accepté comme Maître Maçon affilié par la loge.

24En ce temps là, il est sûr que Xanthos était à Saint-Pétersbourg essayant de trouver une personnalité importante pour la nommer comme dirigeant de Philiki Hetairia. Au début, Xanthos a essayé d'enrôler Ioannis Capodistrias, qui était le Ministre des Affaires Étrangères du Tsar, mais celui-ci a refusé. Alors Xanthos a approché Alexandre Ypsilantis, un franc-maçon, qui a accepté. La suite fait partie de l'histoire de la Révolution grecque.

25Le cas de Philiki Hetairia est un cas où la Franc-maçonnerie n'est pas directement impliquée mais où beaucoup de francs-maçons sont inspirés par ses idéaux et son organisation, pour une cause nationale, et non politique. La question non résolue est de savoir si la Franc-maçonnerie doit être créditée ou blâmée pour de telles actions. Pour Xanthos, la situation était très claire : la Franc-maçonnerie lui a donné au début le plan pour élaborer la structure d’une société révolutionnaire et à une étape ultérieure lui a donné les moyens pour approcher des personnalités importantes afin de les enrôler pour la cause nationale, en utilisant la Franc-maçonnerie comme point d’entrée.

Les activités pendant la Guerre

  • 14 - Andreas C. Rizopoulos ‘European Freemasons and the Greek War of Independence’, Heredom 13, XX05.

26De retour aux îles Ioniennes, des loges sont établies à Corfou, Zante, Cephalonie et même sur le continent dans les régions contrôlées par Ali Pacha. Lorsque nous approchons de 1821 il semble que l’essentiel de l'activité maçonnique consiste en l’augmention des adhérents de Philiki Hetairia. Partout les activités maçonniques alors régulières s’arrêtent à la suite du début de la Guerre Révolutionnaire d’Alexandre Ypsilantis en février 1821. Pendant la période 1821 à 1828 les francs-maçons grecs dans les îles Ioniennes coordonnent le soutien aux forces en lutte, organisent des communications entre les forces et l’Europe et même organisent un réseau d'espionnage. En même temps, sur le continent et particulièrement à Nauplie, ou Napoli di Romania comme on l’appelait alors, les loges ont été établies par des étrangers philhellènes qui sont venus en Grèce combattre pour l'indépendance. Il doit être noté qu'à Nauplie il y avait aussi un Vendita des Carbonari. Je considère, cependant, que la partie jouée par les francs-maçons européens qui sont venus combattre en Grèce ou ont soutenu la cause grecque, comme les philhellènes sort du cadre de cet article. Des éléments sur ces événements sont donnés dans un autre article, à paraître dans le prochain volume de Heredom.14

27Pendant que l'engagement dans la guerre des francs-maçons grecs et étrangers augmentait, les dirigeants politiques de la Révolution ont été profondément inquiétés parce que la révolution a été dénoncée comme ‘cosmopolite’ qui était un mot très connoté en ce temps parce qu'il contenait la Franc-maçonnerie, le carbonarisme, l'athéisme, le républicanisme et tout autre espèce de références négatives.

28Les représentants du nouveau Gouvernement du pays qui commençait à s’appeler Grèce se donnèrent beaucoup de mal pour désavouer toute association avec ses références négatives. Et il semble que l'effort pour essayer d’écarter le nouveau pays de ces associations a continué même après la reconnaissance officielle du pays par la communauté internationale et le rendez-vous avec le premier Gouverneur, Ioannis Capodistrias que nous avons évoqué il y a quelque temps à Saint-Pétersbourg. Capodistrias dans un de ses premiers décrets a proscrit toute société secrète, y compris la Franc-maçonnerie, qu'il a appelé ‘la vieille société fraternelle’.

29Alors que l'interdiction était efficace en Grèce continentale, les îles Ioniennes étaient protégées par le Protectorat britannique et les loges ont repris leurs activités à la fin de la Guerre. Au cours des années 1840-1860, nous trouvons deux événements intéressants et opposés.

Les Français reviennent en Ionnie

30Comme mentionné, De Roma avait offert le titre honorifique de Grand Maître du Sérénissime Grand Orient de Grèce au Duc de Sussex en 1816. Entre 1816 et 1843 le Duc est resté Grand Maître et du côté grec le plus haut officier était le Député Grand Maître. Puis en 1843 le Duc est mort. Alors, dès le service funèbre en l’honneur du Duc organisé par les maçons de Corfou, la Franc-maçonnerie française revient dans le jeu.

  • 15 - Dandolo était au début membre du Grand Orient de Grèce et il apparaît dans une liste imprimée de (...)

31Antoine Dandolo, membre du Grand Orient, 33e dans le Rite Ecossais Ancien et Accepté, de la loge française Les Trinosophes, bien qu’hostile à la présence britannique dans les îles Ioniennes, s’est senti offensé de n’avoir ni été invité ni prévu pour une place d'honneur au service funèbre en l’honneur du Duc.15 A la suite de cette ‘rebuffabe’, il s'est adressé au Grand Orient de France pour obtenir une patente pour sa loge clandestine Phoenix. Le patente lui a été accordée et pendant presque un an il y eut un effort du Sérénissime et de la loge anglaise Pythagoras, qui travaillait à Corfou, pour bloquer l'entrée du Français dans une région ‘occupée’.

32De longues protestations ont été envoyées à Paris et à Londres sans résultat. Il semble que les Français ont voulu fortifier leur position dans la région et les Britanniques n'ont probablement pas souhaité s’en mêler. N'oublions pas que dans les échanges, il y a eu plusieurs arguments politiques, or l'attitude de la Grande Loge Unie d'Angleterre a été d'éviter tout amalgame avec ce qui ressemblerait à de l'engagement politique. Par conséquent, et étant donné les sentiments anti-britanniques à Corfou, Phoenix a prospéré et finalement le Sérénissime et Pythagoras se sont mis en sommeil.

33Ai-je besoin de trop souligner que les deux camps avaient des motifs politiques ? Dandolo a trouvé la bonne occasion d'apparaître comme combattant les francs-maçons qui étaient ‘subordonnés’ aux Britanniques. Les autres francs-maçons Ioniens et britanniques ont souhaité apparaître loyaux au Protectorat britannique.

34Presque deux décennies plus tard, cependant, il y eut un nouveau tournant. A Zante, il y avait une loge de l’obédience du Grand Orient de France nommée L’Étoile. L'Étoile prenait la suite de Fenice Risorta et de Philanthropia, qui travaillaient à Zante, comme nous l’avons vu, depuis 1780. Dans un mouvement inverse à celui mentionné à Corfou, la loge a décidé de quitter l’orbite française et de rejoindre la Grande Loge Unie d'Angleterre en 1862, la loge devenant Star of the East. Il doit être noté que nous sommes alors seulement deux années avant la fin du Protectorat britannique  ; le sentiment anti-britannique était très fort. Les francs-maçons de Zante décident de quitter le ‘politiquement correct’ français pour le giron britannique. Bien sûr des indications montrent qu’il y avait une motivation politique contre les Français, pas pour leurs actions dans les îles ioniennes, mais pour les actions entreprises contre le Grand Orient par Napoléon III. Il est interessant de noter que Phoenix est restée dans l’obédience du Grand Orient de France jusqu'en 1931 et a alors rejoint la Grande Loge de Grèce pendant que Star of the East est restée dans l’obédience de la Grande Loge Unie d'Angleterre même dans les périodes où il y avait des sentiments anti-britanniques forts en Grèce pendant les différentes crises de Chypre.

La Grèce contemporaine

  • 16 - Phoenix dans l’obédience du Grand Orient de France à Corfou, Pythagoras toujours à Corfou et Star (...)

35Nous sommes maintenant en 1867 et la Franc-maçonnerie prend racine lentement en Grèce continentale en plus des trois loges dans les Ioniennes.16 Au début les premières loges sont organisées sous l’égide des Italiens. Il y avait sept loges qui bientôt ont été rejointes par les membres venus de Corfou et par là même en relation avec la France. Bientôt les nouveaux membres ont obtenu des positions dominantes (nous parlons de quelques dizaines de maçons de toute manière) et ils ont décidé d'obtenir l'indépendance de la Franc-maçonnerie grecque, en établissant une Grande Loge nationale, se rapprochant en même temps de la France avec qui ils se sentaient des affinités du fait de la présence de Phoenix à Corfou.

  • 17 - Au sujet de Rhodokanakis, sur son ‘titre’ et son choix pour diriger la Franc-maçonnerie grecque, (...)

36En 1868, les Loges grecques ont obtenu leur indépendance et ont essayé d'organiser le premier Grand Orient National indépendant du pays. Le premier qui pourrait porter le nom ‘de Grèce’ sans soulever de contestation. Ils ont esquissé une Constitution et un règlement mais ils ne pouvaient pas s’accorder sur la désignation du premier Grand Maître, donc ils ont nommé un Député Grand Maître jusqu'à ce qu'une personnalité admise par tous puisse être trouvée. Pour abréger l’histoire, quatre années plus tard en 1872, le soi-disant ‘Prince’ Rhodokanakis17 a été élu Grand Maître avec la bénédiction de l’Angleterre et de l’Écosse.

37Mais déjà une autre crise se préparait. C'était la période pendant laquelle le Grand Orient de France s’interrogeait sur la présence de la Bible dans les loges et quelques éléments du Rite Écossais ont voulu substituer au GADL’U le ‘Principe Créateur’. Rhodokanakis prit parti pour l’Angleterre et l’Écosse, pendant que les membres de la Grande Loge de Grèce, d'origine française, penchaient en faveur du ‘Principe’. Ceci a mené à la création d'un autre Conseil Suprême du Grand Orient et un schisme, qui a duré presque vingt ans. Pendant qu’à Athènes ils débattaient de la théologie de la Maçonnerie, à Corfou les Italiens essayaient d'établir encore deux loges, Corcyra et Progresso. Cet effort fut infructueux.

38De nouveau nous sommes sur un champ de bataille idéologique, cette fois religieuse, alors que dans le passé il était politique, entre français et britanniques.

Les autres causes, la même région

39Au début du XXème siècle, un lieu intéressant pour les échanges maçonniques et politiques est Thessaloniki, ou Salonique. Il doit être noté que Thessaloniki, jusqu'en 1913 était calme sous l'Empire ottoman. Au début du XXème siècle il y avait une vague d'activité maçonnique dans la ville. Pendant la première décennie du siècle il y avait dix loges établies sous pas moins de sept Grands Orients. Cette activité est due à des facteurs différents. Le plus important était que la ville et le secteur entier de Macédoine devenaient plus important commercialement et politiquement pour l’Europe. Le second est pertinent seulement pour la Grèce. Malgré le fait que les frontières de la Grèce avaient été établies à la fin de la Guerre d'Indépendance, les Grecs essayaient d'élargir leurs frontières pour couvrir toutes les zones qui ont été considérés comme étant ‘Grecques’.

  • 18 - La bibliographie sur les Jeunes Turcs et l'engagement en Franc-maçonnerie est vaste. Particulière (...)

40La Grèce a soutenu deux révolutions en Crète et a lancé une campagne désastreuse en Thessalie connue comme la guerre catastrophique de 1897. Le désastre de 1897 n'a pas diminué l'insurrection en Macédoine, qui a été entièrement soutenue par toutes les composantes de la société grecque y compris la Franc-maçonnerie. Au début du XXème siècle il y avait plusieurs loges établies en Épire et en Macédoine par le Grand Orient de Grèce  ; leur but premier était un soutien à l'identité nationale des Grecs habitant dans ces secteurs et en second la couverture de centres d'insurrection secrets. Le dernier facteur avait aussi des connotations politiques. Il est attesté qu'au moins deux des loges de Thessaloniki couvraient les activités des Jeunes Turcs qui étaient les instruments déterminants dans la révolte de 1908, qui a mené finalement à l'abolition du Sultanat en Turquie.18

  • 19 - Papageorghiou, Filotas revue Ypsilantis ‘O en Makedonia Tektonismos’ (Franc-maçonnerie à Macédoin (...)

41Les dirigeants des Jeunes Turcs initiaient sélectivement des dirigeants militaires afin d'être capables d'organiser des réunions sous le manteau du secret maçonnique évitant les soupçons du Porte. La loge la plus importante de la période était Macedonia Risorta. Etablie en 1901 sous le Grand Orient de France, elle est devenue le centre principal des Jeunes Turcs et avait à peu près 125 membres.19

  • 20 - Papageorghiou op.cit.

42Trois années plus tard une autre loge a été établie dans l’obédience du Grand Orient de France : Veritas. La demande a été approuvée le 20 juin 1904 et elle a été consacrée le 17 septembre 1904. On ne sait pas clairement combien de temps elle resta active. L'historien français Jean Bossu a mentionné 1920, dans une lettre privée, pendant que d'autres sources déclarent qu'elle a fonctionné jusqu' à 1933. La loge avait à peu près 100 membres en 1912.20 Plusieurs Jeunes Turcs ont également appartenu à cette loge.

  • 21 - Papageorghiou op.cit.
  • 22 - Papageorghiou op.cit.

43En 1906, trois loges encore ont été établies. Labor et Lux a été établie sous le Grand Orient d'Italie et en 1912 avait à peu près 50 membres.21 Les deux autres étaient sous le Grand Orient d'Espagne. La première fut appelée Perseverencia et avait à peu près 149 membres en 1912. Comme affirmé plus haut, à Thessaloniki a habité une très grande et forte communauté de Sephardim juifs et ainsi il semble raisonnable que cette loge tirait une partie importantante de ses membres de leurs rangs. La deuxième loge, de la Grande Loge d'Espagne, a été appelée Fazilet (la Vertu) et de son nom en turc, on déduit évidemment que les membres potentiels étaient d'origine turque. Fazilet avait à peu près 50 membres.22

  • 23 - Papageorghiou op.cit.

44L'année suivante, en 1907, nous trouvons la première loge grecque et une loge du Grand Orient de Roumanie. Philippos, la loge grecque, avait sept membres fondateurs. Trois provenant de Macedonia Risorta, trois du Labor et Lux et l'un d'une loge d'Athènes. Philippos est aujourd'hui toujours active dans l’obédience de la Grande Loge de Grèce avec le numéro 38. Comme indiqué, le Grand Orient de Grèce d'alors a établi plusieurs loges dans les régions qui étaient calmes sous l'Empire ottoman. Il y avait au moins sept loges grecques établies dans le territoire ottoman pendant la première décennie du XXème siècle. Le ‘au moins’ accentue le fait que plusieures loges ont été clandestinement établies en même temps et il n’existe pas d'information documentée sur elles à part quelques mentions indirectes. La loge, sous le Grand Orient de Roumanie, a été établie dans 1907 et a été appelée Steaua Saloniculi (l'Etoile de Salonika) et avait à peu près 115 membres en 1912.23

  • 24 - Papageorghiou op.cit.
  • 25 - Papageorghiou op.cit.

45Un nouveau pouvoir maçonnique apparaît l'année suivante, en 1908. La Grande Loge de France a établi Avenir de l’Orient. La loge avait à peu près 65 membres en 191224, et selon Bossu fut active jusqu'en 1934. Mais selon d’autres sources elle fut active jusqu'en 1939. Une autre loge italienne a été établie en 1909 appelée Terra e Sole. Elle avait à peu près 30 membres25 et semble avoir été sans lendemain.

  • 26 - Papageorghiou op.cit.

46Un autre pouvoir vient dans le sujet en 1911. Le Grand Orient du Portugal a établi Dr. Sebastiâo de Maglhaes Lima 341 qui attira quelques 50 membres dans sa première année de fonctionnement. Encore ce fut probablement sans lendemain puisque aucun renseignement n’est disponible après 1912.26 Comme dans le cas de Perseverencia, il est evident que le motif de son établissement doit avoir été le grand nombre de Sephardim juifs.

47Pendant les Guerres Balkaniques, Thessaloniki a été libérée par la Grèce et est devenue une partie du Royaume de Grèce en octobre 1913. Pour de nombreuses années des loges internationales différentes ont fonctionné à Thessaloniki avec la seule loge grecque Philippos. Ce ne fut pas avant 1920 qu'une deuxième loge grecque a été érigée. C'était Tsimiskis No 56. Alors que Thessaloniki fait partie de la Grèce, le Grand Orient de Roumanie a établi en 1916 une autre loge appelé Constantin Moroin. Malheureusement nous n’avons pas d’autres renseignements disponibles sur cette loge.

48Réexaminant le premier quart du XXème siècle nous trouvons une douzaine de loges dans une seule ville relevant de six pays différents et de sept obédiences maçonniques différentes. Deux de ces loges, lors de leur établissement, étaient des instruments indirects d'actions politiques et trois essayaient de forger les identités nationales de leurs membres.

49Dans le cas des loges grecques il ne fait aucun doute que l'intention originale était de fournir un noyau d'activité révolutionnaire protégé par la discrétion de la Franc-maçonnerie.

Haut de page

Notes

1 - Il a été baptisé “Constantinos” sur l'île de Skopelos dans la Mer Egée. Son père était enseignant et consul britannique. Dapontes s’est établi à Bucarest en 1730 et a écrit le sien premièrement là-bas en 1736. Etabli à Constantinople en 1743, il est resté là-bas deux ans. Il revient en 1747 mais a été arrêté et a été emprisonné pour vingt mois. Il s’est marié en 1749 mais sa femme et la fille sont mortes en 1753. Il est devenu moine changeant son nom à Kessarios. Pendant les trente années suivantes, il a vécu en monastère, écrivant des livres en vers, et il a voyagé. Il a passé les six derniers mois de sa vie dans le Monastère de Xeropotamos sur Mont Athos. Au cours de sa vie il a écrit 26 livres dont 18 ont été publiés.

2 - James Porter (1710-1786) a été nommé Ambassadeur près la Porte le 22 septembre 1746 (London Gazette, 1746, no 8573). Arrivé à Constantinople le 11 février 1747, il y est resté jusqu'à ce qu'à son rappel à Londres le 1er mai 1761 à sa propre demande.

3 - Lettre de James Porter au Grande Vizir datée du 5 novembre 1748. Public Record Office (S.P. 97.33 Letters of the ambassadors at Constantinople).
Je suis obligé de vous avouer, que le message que mon Droggoman ma porté de la part de V.A. estoit si extremement nouveau et extraordinaire, que je n'ai sçeû que repondre.
Il ma dit que V.A. l'avoit ordonné de me faire part comme si elle avoit apris, qu'un Anglois sorcier chassé de l'Angleterre pour des sorceleries, estoit arrivée ici et que elle me prioit de l'embarquerou de le renvoier.
Il ni a aucun Anglois arrivée ici, depuis que je suis dans ce pais.
On ne reconnoit aucuns ides de sorceleries en Angleterre.
Les Anglois sont remarquable dans tous les gouvernemens qu'ils habitent, d'estre raisonnable, tranquil et inoffensive. C'est insinuation donc, levees contre la nation dont jai l'Honneur destre lerepresentant du Roy, ne peut estre qu'avec des desseins sinistres, ou pour les mettre mal dans l'esprit de V.A. ou une calomnie calculé avec d'autres vues.
V.A. avec ses Hautes lumieres jugera bien a quoi donc un Ambassadeur publique est exposé, si des autheurs de telles calomnies ne sont recherchés. L'honneur et la reputation d'un nation peut estreatteint, et ce qui est pire V.A. et les autres ministres de la sublimeporte, tellement prevenûe contre eux que de les rendre l'objet de leurs indifference.
Je dois donc recourir a la justice et l'Equité tant reconnue de V.A., afin que des recherches efficaces soit fait, des delateurs d'un rapport si attrocement faux, fait à tres mauvais dessein ey d'ont on ne peut reconnoitre l'ombre de verité.
Avec les mêmes mauvaises intentions, ils ont a ce que jai apris en m'informant au fond de l'affaire, faites des pareilles insinuations, dangerouses, toychant quelques Messiuers de differens nations, gens autant que j'en sçai de probitt et d'honneur, qui de tems en tems,s'assemblèrent pour passer quelques heures innocemment ensemble, et dont les intentions sur les perquisitions les plus justes que jai sçeüe faire, ne tendent qu'au bien. Il y a des gens du plus grand merite qui sont de tels assemblées dans les differentes parties de la Chretienneté. Je ni suis pas interessée, mais depuis plusieurs moi a ce qu'on ma assuré on ne s'est pas assemblée, et si je prend la liberté d'en dire un mât à V.A. ce n'est que pour le désabuser de telsfaussetes. Les delateurs de l'un et de l'autre ne sont pas difficile a tracer, se seroit trop 1ongue de l'eclaircir par escrit, mais en justice a moi même je souhaiterai avoir une explication ulterieure par le moyen du Draggoman de la porte, ou avec tel autre que V.A. jugera a propos, afin que V.A. soit pleinement informé de l'innocence des moeurs de la nation Angloise et leur devouement a tout ce qui regarde le bien estre de ce grand et illustre gouvernement.
Je suis...

4 - Voici l’intégralité du rapport du Comte Desalleurs au Ministre de Puyzieuls. Correspondance diplomatique, Turquie T. 1XX f. 33. Publié par Père Antoine Rabbath, de la Compagnie de Jésus, Documents inédits pour servir à l’histoire du Christianisme en Orient, Paris 1905 pp. 134-136.
A Constantinople le 24 9bre 1748
M. le Comte Desalleurs
Monsieur
Je dois vous rendre compte d'une chose assez particulière quis'est passée icy au sujet des francs maçons. Plusieurs negociants anglois de cette ordre avoient taché d'engager d'autres negociants françois à prendre party dans cette confrairie, et je crois qu'il y etoient parvenus. L'assemblée generale se tenoit à Péra dans la maison d'un Dragman d'Angleterre. Mr l'archevesque de Carthage et l'abbé Barustrethy Vicaire de Smirne sont venûs me prier d'arrester le cours de ces assemblées defendus par une bule du Pape qui excommunie les francs maçons. Il me demanda mon sentiment sur ce qu'il devoit faire en conséquence des ordres rigoureux qu'il avoit de la Cour de Rome à son égard ; Je luy dis que je parleroit au Deputé de la Nation francoise, auquel j'ordonneroit d'interdire toute assemblée de cette espece ; Qu'au surplus je ne luy conseillois pas de faire un si grand eclat à cause des Anglois et des Hollandois qui seroient peu intimidés par la Boulle et qui s'acharneroient au contraire àchercher des Proselites ; à peu pres dans le même tems est arrivé icy le Sr de Balarre dont je crois que les affaires en France ne sont pas bonnes, et qui s'est flatté de trouver des ressources à Constantinople pour les retablir ; Ne sachant ou loger à Pera, la maison du Drogman d'Angleterre etant vide, on luy a offert un logement dans cette maison, qu'il a accepté. Sur ces entrefaites les moines catholiques, les pretres grecs et armeniens se sont reunis pour avertir les Turcs de ce quise passoit. Les premiers ont fait accroire aux Turcs que les Francs Maçons etoient sorciers ; Les autres pretres schismatiques, que c'étoit un moyen nouveau de faire des conversions, et de debaucher des Grecs et même des Turcs.
Le Reis Effendy me fit dire il y a quelques jours qu'il etoit surpris de cette innovation, que nos capitulations très bien observées autorisoient assez d'eglises dans les états du Grand Seigneur, pour ne devoir par chercher à les multiplier, qi'il y avoit icy une aassemblée des Francs Maçons qui tendoient à ce but, et qui sous pretexte de faire des Francs Maçons, donnoient trente ecus à ceux qui vouloient se faire recevoir, et les engagoient ensuite à se faire Chretiens. Je m'informay de ces faits qui se trouvèrent tous faux, mais ce qui a donné lieu à celà le voicy. Les Grecs Schismatiques ont gagné plusieurs personnes de leur secte et des Juifs pour aller se presenter à cette maison. Plusieurs ont parlê au Sr De Ballorre auquel ils ont proposé de se faire recevoir, qui leur a repondu à ce qu'il m'a dit, qu'il ne savoit ce qu'on lui demandoit. Instruit de ces choses j'ay fait repondre au Reis Effendy qu'il y avoit en effet icy une societé des Francs Maçons Anglois et Francois, dont le but etoit l' amusement, qu'ils ne se mesloient ny de politique ny de religion, et que j'avois deffendu toute assemblée de cette espece. Le Reis Effendy me fit redire peu de jours après que un Francois logant dans cette maison de Pera etoit sorcier à ce qu'on disoit et qu'il seroit à propos que je le fisse partir pour la France. Je luy fis dire que je ne connoissois aucun Francois sorcier, que celui qu'il me designoit etoit venu en Turquie par curiosité, que l'ayant satisfaite il étoit parti. En effet dès la premiêre insinuation du Reis Effendy, j'avois envoyé chercher le Sr de Balerre auquel j'avois signifié qu'il devoit partir sur le champ, et n'ayant sous la main de batiment tout preste, je l'ai mis en sureté jusqu'à jeudy qu'il doit partir soit pour France ou pour l'Italie ; Il m'a paru assez indecis à ces égard. Quoyque tout cela ne soit qu'une pure bagatelle, je n'ay pas voulu qu'elle parvint peu être à vous dans les nouvelles publiques sous d'autres couleurs qu'avec celle de la simple verité. Vous y verréz, je crois, avec quelque plaisir, et la façon dont les gens d'Eglise savent se de faire de ce qu'il leur blesse les jeux, et jusqu'ou l'ignorance des Turcs peut porter la superstition, la crainte et la credulité, puisque la chose a été au point de leur faire aprehender qu'on n'eut dessein de detroner le Grand Seigneur par le moyen des sortileges. Le Reis Effendy m'a cependant fait dire qi'il ne croyoit pas aux sorciers, mais que dans un pays où la populace etoit aussy respectable que dans celuy cy on ne devoit y rien souffrir qui put luy donner de l'ombrage, ou fournir des pretextes au moindre mouvement.
J'ay l'Honneur d'etre avec un très profond respect.
Monsieur Votre très humble et très obeissant serviteur
Desalleurs
P. S. J'ay écrit Ay Sr Peyssonnel consul à Smyrne ayant appris qu'il y avoit une loge des Frans Maçons dans cette echelle d'empecher que les negociants francois s'il y en a qui soient de cet ordre n'assistentaux assemblées.

5 - Alexander Drummond (mort à Edinburgh le 9 août 1769), jeune fils de George Drummond of Newton et jeune frère de George Drummond, six fois Lord Provost de Edinburgh, dont la carrière a été décrite bien que brièvement, dans la revue The Scots, vol. 31 (1769), p. 447. Drummond était Consul britannique à Alep pendant la période 1751-1758. Vénérable de la Loge Greenock Kilwinning no 12, à Renfrewshire, il a été nommé pour la première fois le 7 février 1739 par la Grande Loge d'Ecosse Grand Maître Provincial pour les Loges de West Country. Cette commission a été renouvelée pour les trois années successives. En mai 1744, il part de Harwich pour Venise et Chypre qu’il atteint, via Smyrne, en mars 1745. Par la suite, il est allé résider à Alexandrette (en Turquie) se consacrant aux échanges commerciaux (Wood, A.C. : History of the Levant Company, London 1964). A sa demande, la Grande Loge lui a accordé une autre patente provinciale (datée 30 novembre 1747) avec les pleins pouvoirs pour constituer des Loges dans n'importe quelle partie d'Europe ou Asie touchant à la Méditerranée et autorité pour les surveiller ainsi que tous les ateliers déjà établis dans ces parties du monde. (Poole, H. : Gould’s History of Freemasonry, rev. edn., XIX51, vol. III, p. 251.)

6 - Drummond, A. Travels through the Different Countries of Germany, Italy, Greece and Parts of Asia as far as the Euphrates … (1754)

7 - Op. cit., p. 1XX.

8 - Le texte preparé par de Roma.
Extrait des constitutions conservées dans les archives de la R Loge Écossaise sous le titre distinctif La Bienfaisance à l’Orient de Corfou.
D’après l’autorisation du très illustre et très respectable Frère F. Gabriel Asinari Comte de Bernez, Chevalier de l’ordre des SS
ts. Maurice et Lazare, magiordome de S.M. le Roi de Sardaigne, Grand Maître Provincial de toutes les Réunies entre le Pô, le Danube et le Tibre, Fournisseur général de tout l’ordre.
Nous FF Co. Marc Carburi Président et Grands officiers de la Grande Mère Écossaise de Vérone séante à Padoue.
Ayant l’Assemblée de cette Grande Mère Loge Écossaise vu la supplication de plusieurs frères de l’Orient de Corfou du 30
e août 1781, par laquelle ils prient d’être crées et constitués, et qu’on leur accordé des lettres patentes de constitution en Loge juste, parfaite et régulière, réunie à la réforme fondée et établie sur le même Orient.
Nous en vertu de l’autorisation qui nous fut conferée par le Directoire Écossais d’Italie, avons par les présentes crée, constitué ainsi que créons et constituons les dits frères en Loge juste, parfaite et régulière, réunie à la Réforme avec le titre distinctif de St. Jean de la Bienfaisance, sous la condition de la plus exacte et scrupuleuse observance de toutes les lois, rites, usages et coutumes des Loges régulières et réunies et rectifiées de notre district, et auxquelles les membres présents et à venir de la susdite Loge s’engageront sous les statuts et réglements qui leurs seront livrés par la présente, et cela avec leurs signatures.
Livrée de la Grande Mère
Écossaise le 13 juin 1782 et de l’ère de notre ordre de 13e jour du mois, 4me mois de l’an 5782
[Signés] Marc Carburi Président
Gaspard Scovin Second Assistant
François Gusella Chancelier
Pour copie conforme
[Signés] François Alemanno M
E Vénérable
Spiridion Vrachioti M
E Pre S V
Andrès Diloti M
E 2d S V
François de la Decima Orateur
Ange Calichiopolo M
E Garde des Archives
Spiridion Bulgari M
E Secrétaire adjoint
Pour copie conforme et exacte comme s’atteste foi de maçon et d’homme d’honneur.
Le Sénateur député des Iles Ionniens, Membre de la Légion d’honneur et ex Vénérable et envoyé extraordinaire de la Res
L La Bienfaisance.
Comte de Roma S P R +

9 - Le nom de cette loge semble avoir été Filanthropia puisqu’on conserve encore des certificats avec ce nom. Selon Roma, le Vénérable Maître de cette loge était Cassini qui est mort dans 1784.

10 - Il existe des procès verbaux de la loge avec pour date le 6 juin 1810.

11 - L G du G Arch de L’U
d’un Lieu très haut, très fort & très éclairé où regnent
Le Silence, La Paix & L’amitié
Or de Corfou ce 28e jour du 2e mois de l’an de
la V
L 5809. ιre vulgaire 29 [sic] Avril 1809
La R
de St Jean, sous le titre distinctif de Saint Napoléon
Au Ser
G Or de France
TT
II FF
Le désir de propager la Lum
et de faire fleurir L’art Royal dans cette portion de la Grèce, où fleurirent autrefois les sciences et les arts, nous a déterminé a fonder une Loge dans cet Or sous le titre distinctif de Ste Napoléon.
Animés par ce seul louable motif, nous avons recours à vous TT
II FF, pour vous prier de nous seconder dans notre glorieuse entreprise et de nous délivrer à cette effet des Constitutions qui, en régularisant notre atel puisse lui donner l’éclat que mérite le nom donc nous l’avons décoré et le héros auquel nous l’avons dédié.
Nous joignons à la présente le Tableau des ff
qui composent notre Atel et nous avons la faveur de vous prévenir que nous avons nommés pour nous représenter auprès du Sénat Maconque le T R F Perignon, ex-notaire Impérial à Paris, auquel nous avons donné plein pouvoir, tant pour suivre l’objet de la demande contenuë dans cette Pl que pour veiller à l’avenir aux intérêts de notre atel
Nous avons la faveur d’être p
L N M q V S C et L H q v S d
TT
II FF
Vos aff
et Dév ff
Les off
dign & M de la R de St Napoléon, en instance à l’Or de Corfou.
Le Ven
en Exercise / Le Ven d’Honn
F.M.Marguerit / Donzelot
Le 2
e Surv/ Le 1er Surv
P. Mialet / D’Hautavoine
L’orat

Roma
Timbré & Scellé par nous Par mandement de la R

G
e des Sc & Timb de l’atel / Gigoz
Lemonnier

12 - Ce sont les procès verbaux du chapitre Bienfaisance
A G D G A D U
Nel Santuario
Ore di Confu il 26o giorno del 2o Mese
dell’anno della V L 5816
Il Sovr Capit Prov attaccato alla Risp M Prov del Rito fil Scoz di Sn Giovanni di Scoz sotto il titolo distintivo della Beneficenza et Filogenia riunite all’Oriente di Corfu frat convocato, e regolarmente riunito, essendo presieduto dal Gr M in Eser Angelo Calichiopulo, i RR FF Zervo, e Cittandino facendo le Funzioni dei ff GG SS il R I Nicolo Pieri G Oratore, il R F Giacomo Sordina G Seg Gle, il R V S Cav. De Roma G I I C ex Presidente alla Sinistra del G M il Risp f Dondi Gran M di Cerme e di RR FF Garzoni ed Alibrante decorando le Colonne.
quat Or
L’ora opportuna per aprire i travagli essendo stato annunziato nelle due Colonne, il G M in piedi, et all’Ord in unione ai ff apri i trav al Grado di M Perf coi Segni, Bat ed acclam usitate.
La parola fu accordate al f G Seg che diede lettura della Col di discussione degl’ultimi travagli etc. etc.
(Omissis)
Il R
V S Cav. De Roma dopo aver attenuto la parola, trattenne l’attenzione dei FF col seguente discorso : Miei CC FF nel momento in cui il nostro O va a godere della felicita di essere sotto la Proteze della Gran Brettagna epoca in cui tutte le nostre Isole vanno a prendere une novella vita prof io trovo essere questo il momento favorevole di costituire l’assemblea nostra Mass in G Or Nazionale come in tutte le parti del Globo si stila ove esiste un Centro. Vi propongo percio primo : che l’assemblea nostra Mass debba inalzarsi in G O Nazionale. Secondo che l’assemblea sudetta dopo essersi costituita in Gran Or domandidi essere affiliato al G Or di Londra. Se approverete miei CC FF la mia proposizione, domando che il Sov Cap delinei un decreto relative ad esse, e che convochi un adunanza Generale Mass di Famiglia, onde prenda una deliberazione che porti seco l’esecuzione di quanto qui sopra vi ho proposto.
Il Gr
M appoggiando quanto il R V S Cav. de Roma avea proposto, fece conoscere gli avantaggi che derivar ci dovvanno di queste proposizioni, le quali ben si conosce essere dettate dall’attaccamento che quest’Illo F per noi nutre, e dal vivo desiderio di rendere viepiù prosperabile in queste Contrade il Sacro nostro Orde, ed invito perci‰ i FF col mezzo dei FF GG SS a fare le loro osservazioni.
Fatto l’annunzio dai FF
GG SS essendosi conservato il silenzio, ed il F G O avendo nelle sue conclusioni opinato favorevolmente, il Gr M incarico if FF GG SS d’invitare i FF ad esternare il loro si doveva o no addottare le proposizioni avanzate dal R V S Cav. de Roma.
Fatto l’annunzio l’unanimità delle voci fù per l’adozione, e si copri questo travaglio colle batt
mist
Il Gr
Seg fù invitato dal G M di delineare in seduta permanente il proggeto di Decreto, conforme alla deliberazione suaccetata per portarsi all’approvazione dei FF
Il med
o. esegui l’invito vuto, e da poco breve periodo di tempo, avendo ottenuto la parola diede lettura del seguente progetto di Decreto.
Vista la prima proposizione fatta del R
V S Cav. De Roma G I I C tendente a far prendere alla nostra asemblea Mass il titole di Gr Or di Grecia.
Vista la seconda proposizione avanzata parimente dal sulodato R
V S Cav. colla quale comandava che l’assemblea nostra Mass chedesse l’affiliazione al Gr Or di Londra.
Considerando che un tale titole stà in ragione diretta col diritto Mas
appartenente all’ anzianità, e Giurisdizione dell’Ore di Corfù. Considerando che non si potrevve con maggiori vantaggi, mottivi, e ragioni giungere ad uno scopo cosi sublime, che quelli che portano della perfetta unione del FF Greci con quelli che decorano l’unione Mass della Grande Brettagna sotto la cui possante protezione la Nazione nostra ha la fortuna di essere collocate.
Inteso il G
O nelle sue concluzioni
Decreta
1
0. La nostra assemblea M prende il titolo di Gr Or di Grecia.
XX. Il Gr
O di Grecia per primo suo travaglio prende le disposizioni opportune all sua affiliazione col Gr Or della Gran Brettagna.
3
0. In virtù del Sudti Articoli il Gr Or di Grecia passa tosto all’elezione del suo Gr M D Ord
4
0. Il Sac Cap convoca un assemblea Generale di Famiglia, affinchè portate queste proposizioni aportar abiano sanzione da tutti i MM appartenenti a questo Or
5
0. Il F G Sego Ge è tenuto sotto la più stretta responsabilità a dar corso al presente decreto.
Messo del G
M sotto il Martello il presente progetto di decreto onde attenere la sanzione dei FF fù approvato all’unanimità delle voci, ed applaudito colle forme usitate.
Ci‰ praticato il Gr
M invit‰ il F Gr M de Cerimonie di far circolare la scat delle proposizioni, e giunta all’altare coi soliti metodi aperta, e verificata non si rinvenne alcun schizzo.
Circoli in seguito il trom
dell’Elemosiniere etc. etc.
(Omissis) in vista all’ora chiude i travag
Il G
M Il F Gr Seco Genle
Angiolo Calichiopulo / G
Sordina
Conforme all’originale
Giovanni Dilotti
Sego della la Fenice

13 - Le Duc de Sussex est resté techniquement Grand Maître toute sa vie. Tous les certificats et tous les diplômes conférés par le Grand Orient de Grèce sont signés par le Député Grand Maître Angelo Chalkiopoulos entre 1816 et 1843.

14 - Andreas C. Rizopoulos ‘European Freemasons and the Greek War of Independence’, Heredom 13, XX05.

15 - Dandolo était au début membre du Grand Orient de Grèce et il apparaît dans une liste imprimée de membres datée de 1815 comme un membre absent. Il était alors engagé dans l’armée française. Il est retourné à Corfou en 1818 et il semble ne pas avoir été un membre actif de la Grande Loge Nationale, probablement à cause de son affiliation en Angleterre. Plus tôt il a établi une loge clandestine nommée Phoenix initiant des francs-maçons en pouvoir de sa patente de 33e du REAA.

16 - Phoenix dans l’obédience du Grand Orient de France à Corfou, Pythagoras toujours à Corfou et Star of the East à Zante dans le giron de la Grande Loge Unie d'Angleterre.

17 - Au sujet de Rhodokanakis, sur son ‘titre’ et son choix pour diriger la Franc-maçonnerie grecque, lire Andreas C. Rizopoulos ‘The three Mancunians : Yarker-Lawrence Archer-Rhodokanakis’ AQC 113, 2000.

18 - La bibliographie sur les Jeunes Turcs et l'engagement en Franc-maçonnerie est vaste. Particulièrement minutieux sont les chapitres pertinents des livres de Thierry Zarcone Mystiques, philosophes et Francs-Maçons en Islam, Paris 1993 et Celil Layiktez Türkiye’de Masonluk Tarihi, Istanbul 1999.

19 - Papageorghiou, Filotas revue Ypsilantis ‘O en Makedonia Tektonismos’ (Franc-maçonnerie à Macédoine) Athènes XIX12 pp. 109-111.

20 - Papageorghiou op.cit.

21 - Papageorghiou op.cit.

22 - Papageorghiou op.cit.

23 - Papageorghiou op.cit.

24 - Papageorghiou op.cit.

25 - Papageorghiou op.cit.

26 - Papageorghiou op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andréas Rizopoulos, « Activités maçonniques avec arrière-plan politique – et réciproquement – en Grèce au XIXe siècle », Cahiers de la Méditerranée, 72 | 2006, 203-224.

Référence électronique

Andréas Rizopoulos, « Activités maçonniques avec arrière-plan politique – et réciproquement – en Grèce au XIXe siècle », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 72 | 2006, mis en ligne le 24 août 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cdlm.revues.org/1168

Haut de page

Auteur

Andréas Rizopoulos

QCCC (Quatuor Coronati Correspondence Circle), Londres

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org