Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Jamais sans doute on n’a autant écrit sur la ville qu’au début du 21e siècle dans ce temps où l’urbain devient majoritaire dans le monde pour la première fois dans l’histoire des hommes. Si la ville à l’heure de la mondialisation capte autant d’intérêts venus de différents  horizons, c’est qu’elle est passée en peu de temps du registre de la solution sociale, machine à intégrer et à civiliser, à celui du problème et de la question urbaine.

2En même temps que la ville grossit, s’étale, se métropolise, elle change de condition1, voit ses contours se dissoudre, perd son ancienne cohérence socio-territoriale. La ville est mise en question dans sa composition, sa structure, sa conception même. Les mots de la ville parmi d’autres – relégation, péri-urbanisation, gentrification - attestent du processus de séparation, de partition… la ville se défait2.

3Si l’absence de limites favorise l’informe, le mot même de ville est rejeté, la fragmentation urbaine sous-tend d’autres interrogations concernant d’autres limites internes, d’autres discontinuités spatiales et sociales que nous avons nommées « frontières dans la ville ».

4L’objet de cette contribution collective est l’étude des frontières internes, matérielles, politiques, économiques, sociales, culturelles, imaginaires dans un temps long, le désir de comprendre les généalogies urbaines confrontées aux enjeux de pouvoir aux différentes échelles, du temps des premières expériences urbaines (de la ville de la Renaissance) à celui d’aujourd’hui.

5Le programme de recherches « Les frontières dans la ville » fut initié dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Nice-Sophia-Antipolis et porté par une équipe constituée de divers membres appartenant aux laboratoires S.H.S. de l’UNSA. :  Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC), UMR Centre d’études de la Préhistoire de l’Antiquité et du Moyen-Age (CEPAM), UMR « Migrations et société » (URMIS SOLIIS).

6Les missions de recherches de terrain (Nouakchott, Madrid, Gênes, Rome, Tunis…) ainsi que les deux tables rondes préparatoires de décembre 2004 et décembre 2005 à Nice (Campus Carlone) qui ont bénéficié des contributions de chercheurs associés d’autres universités (Turin, Rome) et de centres français à l’étranger (Casa Velazquez, Ecole Française de Rome), ont pu avoir lieu grâce aux aides et aux financements de la M.S.H. de Nice.

7La publication de ce numéro des Cahiers de la Méditerranée (http://cdlm.revues.org/​) a bénéficié du soutien financier de la région PACA et de l’Université de Nice.

Haut de page

Notes

1 - Mongin O. La condition urbaine. Les villes à l’heure de la mondialisation. La couleur des idées. Paris Seuil 2005.
2 - Donzelot Y, Quand la ville se défait. Quelle politique pour la crise des banlieues. La couleur des idées. Paris Seuil 2006.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Avant propos », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 73 | 2006, mis en ligne le 05 novembre 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cdlm.revues.org/1252

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org