Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les réunions scientifiques organisées les 3 et 4 mars 2006 par le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine de l’Université de Nice ont permis de faire progresser la connaissance de plusieurs épisodes de crise du XVIe au XXe siècle. In fine le concept même de crise a pu être approfondi. Le mot de crise recouvre des significations très différentes et une typologie doit en être dressée.

2Cas de loin le plus fréquent, cette expression désigne un épisode négatif. Il peut d’abord s’agir d’un état aigu, d’un événement brutal, d’un cataclysme faisant un nombre important de victimes.

3Au premier rang de ces situations se place la guerre. Au XVIe siècle, Nice devient un enjeu dans le cadre des relations complexes qu’entretiennent les grandes puissances. Le siège de 1543 incarne le moment le plus représentatif de ces tensions internationales. Au XVIIIe siècle, la présence de 45 000 soldats vivant dans la sénéchaussée de Grasse et mettant la région en coupe réglée offre un autre exemple des dures conséquences de la guerre. Les répercussions sociales des affrontements militaires sont nombreuses : divisions quant à l’attitude à adopter face à l’assaillant, révoltes urbaines, paupérisation des populations, influence sur la pensée collective. Ainsi, après la défaite de 1940, l’opinion cherche des responsables qui peuvent être les institutions et les hommes de la IIIe République, les juifs, les Francs-maçons... La haine et la colère apparaissent trop vifs pour ne pas relever d’un profond désarroi.

4La crise politique révèle une autre forme de tension aiguë. Après l’effondrement de l’Empire en 1870, alors que le Comté de Nice est français depuis seulement dix ans, se développe une agitation séparatiste non négligeable qui se reflète dans les débats électoraux. Les grèves comme celles de 1906 et les manifestations qui en sont la ponctuation offrent un autre exemple de tension brutale. En 1962, l’affrontement entre la France et la principauté de Monaco ne constitue pas seulement un moment pittoresque, compte tenu de l’inégale puissance des deux Etats, mais cache un heurt d’intérêts financiers importants et compromet l’économie des Alpes-Maritimes.

5Les dépressions économiques amènent aussi des conséquences sociales graves. Le ralentissement de la construction dans les années 1880 retentit sur toute la vie niçoise, l’édification de nombreux bâtiments est reportée ou annulée, les revenus des promoteurs, des entreprises sous-traitantes, des propriétaires de terrains ou d’immeubles diminuent ; certaines victimes sont conduites à la folie ou au suicide. Dans les années 1930, à Nice, le fort ralentissement économique dû à la dépression mondiale réveille la xénophobie anti-italienne, les Français chômeurs ou redoutant de perdre leur emploi mettent en cause, parfois violemment, leurs concurrents transalpins.

6Les catastrophes naturelles forment le type même de crise imprévisible et brutale. Il en va ainsi pour le dur hiver de 1709 et le tremblement de terre de 1887. La destruction des récoltes ou des bâtiments, les pénuries ponctuelles ou s’étalant sur le long terme, l’endettement pour faire face aux échéances immédiates ou pour reconstruire ultérieurement engendrent une profonde appréhension face à l’avenir.

7Le suicide constitue un autre cas de crise aiguë, cette fois dans le cadre individuel. La presse fournit en la matière assez d’informations pour faire apparaître que ce mal frappe une majorité de petites gens, ce qui semble indiquer que la mort volontaire n’est pas dépourvue de liens avec la conjoncture économique et sociale.

8Outre la crise aiguë, le colloque a mis en évidence une autre catégorie, celle de la crise diffuse ou rampante. Les conflits entre administration, comme dans l’intendance de Nice à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles, relèvent de ce type, de même que les affaires de corruption plus ou moins portées à la connaissance du public. Il en va de même des appréhensions identitaires face à une mutation. A la Belle Epoque, alors que la fonction d’accueil se développe sur la Côte d’Azur, les Niçois s’inquiètent de l’internationalisation des moeurs et de la culture, du déclin du nissart, des atteintes que subit la nature face à l’urbanisation galopante. Une réaction voisine est observable chez les villageois du haut pays qui déplorent l’exode rural et la perte des racines paysannes. Diverses stratégies sont mises en oeuvre pour freiner le mouvement ou conserver un minimum de convivialité ou de connivence entre ceux qui gardent la nostalgie du passé.

9La crise peut aussi se singulariser comme un épisode blanc, une évolution neutre dont les conséquences ne peuvent être qualifiées négativement ou positivement. C’est ce qu’incarne un changement de goût et le passage à une esthétique nouvelle comme l’essoufflement du modèle architectural classique et l’apparition de l’éclectisme à Nice entre 1830 et 1869. Un même constat peut être dressé à propos des représentations de la société niçoise par les écrivains et les peintres à la Belle Epoque. L’image de la femme dans certains romans ou tableaux, femme fatale, lubrique ou aventurière cosmopolite, constitue un thème artistique qui ne semble pas perturber la société réelle.

10Enfin, dans certains cas, la crise peut être lue comme une mutation positive. C’est ce qui apparaît dans l’exemple de la justice niçoise, bouleversée par les changements de régime entre 1792 et 1815. A cette dernière date, le modèle français est officiellement aboli, mais il inspire les réformes ultérieures : la crise représente alors une « transition constructive ». de même la tension franco-monégasque de 1962 entraîne dans la principauté l’élaboration d’une nouvelle constitution plus libérale et d’une législation fiscale plus équitable. Il arrive que les notables tirent parti d’une crise politique pour s’adapter à une nouvelle situation et donner à leur influence des fondements apparemment plus acceptables et consensuels.

11Ainsi la crise constitue une notion complexe et polysémique. Il s’agit certes toujours d’une mutation décisive, d’origine naturelle ou anthropique, affectant tout domaine de la vie des hommes, politique, économie, société, culture... Mais le phénomène se manifeste sous de multiples formes, état aigu ou désordre diffus, pénurie brutale ou long processus de déclin. Tout aussi multiples apparaissent les réactions des populations concernées : la crise est comprise ou mal analysée, subie ou plus ou moins maîtrisée, elle engendre une morne résignation ou suscite la révolte, elle multiplie le nombre des victimes ou profite à certains tels que les vainqueurs politiques, les spéculateurs heureux, les nouveaux riches... Autres facteurs de diversité, la crise peut affecter tout le territoire des Alpes-Maritimes ou sévir en un point localisé, comme la préfecture, lieu des affrontements les plus graves lors des troubles séparatistes de 1870.

12Il convient enfin de nuancer le sens du mot. La crise est sans doute le plus souvent, et à juste titre, chargée d’une connotation négative et devient synonyme de catastrophe, de drame, d’affrontement grave. Mais, dans certains cas, la crise représente une mutation neutre ou même positive. Il s’agit alors d’un changement utile, nécessaire ou salvateur, d’un ajustement inéluctable sous peine de décadence irrémédiable ou de vieillissement menant à un désordre encore plus grave. Ainsi une crise peut en éviter une autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Avant-propos », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 74 | 2007, mis en ligne le 13 novembre 2007, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cdlm.revues.org/2063

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org