Navigation – Plan du site
Les crises dans leurs expressions culturelles et identitaires

Les désespérés

Représentations du suicide dans les faits divers de L’Éclaireur de Nice à la veille de la crise de 1929
Matthieu Perez
p. 115-138

Résumés

Pendant l’entre-deux-guerres, la presse se faisait largement l’écho des suicides dans les rubriques des faits divers. Ce travail concerne les récits des suicides à Nice dans la rubrique faits divers du journal « L’Eclaireur de Nice » ; il étudie les causes et les méthodes des suicides à la veille de la crise de 1929, et la représentations des marginaux ou « désespérés ».

Haut de page

Texte intégral

1Le suicide constitue un acte de rupture radicale, qui remet en question l’ensemble des structures sociales : se suicider, c’est ne plus tenir compte de la religion, de la famille, de l’Etat, du parti, c’est n’avoir plus confiance en la médecine, c’est aussi sortir totalement du cadre légal et rendre dérisoire la sanction suprême, la peine de mort. Faire le récit du suicide dans la presse, à travers les faits divers, est pour le journaliste un exercice risqué, car il risque de blesser les familles des suicidés, dont le deuil est généralement bien plus douloureux que lors de décès advenus dans d’autres circonstances ; le journaliste risque également d’être accusé de susciter des suicides par imitation, et de révéler des affaires privées qui pourraient être gênantes – affaires de cœur, d’argent ou de maladies, que l’on préfère d’ordinaire garder pour soi. La presse actuelle ne diffuse presque jamais de récits de suicide – ce n’était pas le cas de la presse d’entre-deux-guerres, qui faisait un large écho à ces événements.

2Dans le cadre d’un travail préliminaire à l’analyse de l’ensemble de la chronique des faits divers des années de crise dans la presse niçoise, nous avons cherché à comprendre le fonctionnement des récits de suicide durant une période brève précédant 1929 et la crise économique, de façon à disposer de points de repère hors crise économique, mais déjà marqués par la crise de société de l’entre-deux-guerres, en partant d’une question assez bien connue, notamment en raison de l’intérêt que la sociologie lui a porté dès les débuts de cette discipline.

3Notre méthode d’analyse s’appuie sur le logiciel PhPress, qui permet d’opérer, dans un corpus numérisé, des sélections d’articles calculant leur surface et leur position relative, et les intégrant dans une base de données où ils sont étiquetés. Le système est encore en développement et reste rudimentaire ; il ne permet pas, pour l’instant, une très grande souplesse dans l’étiquetage des articles, ce qui nous force à ne faire qu’une analyse de contenu assez sommaire. Le corpus étudié comprend l’ensemble des numéros de L’Eclaireur de Nice parus durant l’année 1928, dont nous avons extrait la totalité des articles parus dans les numéros du 1er janvier et du 6 mars 1928, la totalité des articles de fait divers du 1er janvier au 29 février 1928, et la totalité des récits de suicide publiés entre le 1er mars et le 31 décembre 1928 possédant un titre visible, ce qui nous fournit 217 articles contenant un récit de suicide, sur un total de 2 468 faits divers1.

4Nous chercherons dans un premier temps à caractériser les fonctionnement des rubriques de faits divers dans L’Eclaireur de Nice durant la période étudiée, à observer le comportement particulier des récits de suicide vis-à-vis des autres récits de fait divers durant les deux premiers mois de l’année, avant d’étudier l’évolution du seul suicide au cours de l’ensemble de l’année 1928. Nous pourrons ensuite étudier les causes et les méthodes de suicide, avant de tenter une approche de la représentation des personnes et des rôles sociaux par le récit de suicide, à travers la représentation des marginaux, puis à travers la publication des lettres laissées par les suicidaires.

I - L’Eclaireur de Nice et le suicide : surface et nombre d’articles au cours de l’année 1928

5L’Eclaireur de Nice était, durant l’entre-deux-guerres, le principal quotidien régional des Alpes-Maritimes. La maquette du journal, qui laissait une grande part aux photographies et aux illustrations, évoluait profondément en fonction de la saison : composée couramment sur 10 à 12 pages en hiver, elle se réduisait à 6 ou 8 pages de juin à octobre. Les principaux éléments victimes cette réduction de format étaient les publicités et les articles en langue anglaise (English and American News, à la parution saisonnière).

6La surface rédactionnelle du journal se concentrait presque entièrement dans les cinq premières pages.

7La mise en page des articles obéissait à des règles précises : à la Une, un grand nombre d’illustrations (portraits de personnalités, photographies de monuments, d’inventions récentes, photographies humoristiques...) et des articles d’actualité nationale et internationale, plus rarement locale, essentiellement politiques et mondains. On ne trouvait pas de publicité dans cette première page, à part de très brèves invitations à lire les suppléments publiés par L’Eclaireur de Nice. En période de carnaval, la rédaction ajoutait, lors des batailles de fleurs, un à deux feuillets à cette maquette, feuillets richement illustrés et entièrement consacrés aux festivités carnavalesques, qui recouvraient la Une habituelle, cachée à l’intérieur du journal, mais toujours présente. S’il était fréquent que la chronique de grands procès se retrouve en page une, les faits divers y étaient plus rares, et n’y occupaient qu’un espace restreint. Le suicide n’y apparaissait que très rarement, et seulement lorsqu’il impliquait des personnalités connues (pour la période étudiée, des actrices uniquement : Claude France2et Jenny Golder3).

8La seconde page était partagée entre de grands articles d’actualité, trop longs pour être publiés en page une, des rubriques de servitude (essentiellement les cours des bourses internationales), des rubriques sportives et, durant la saison d’hiver, les nouvelles en anglais fournies par le Daily Mail, qui traitaient brièvement de la grande actualité internationale, et donnaient des informations mondaines diverses. Nous trouvons en page deux, de façon ponctuelle, de très grands faits divers, généralement locaux, bénéficiant d’une forte mise en valeur, de textes longs enrichis d’images et servis par de très grands titres : c’est dans cette page que nous trouvons les récits de faits divers que les rédacteurs de L’Eclaireur de Nice jugeaient les plus intéressants. Les récits de suicide y sont relativement rares, mais toujours particulièrement marquants.

9La page 3 se partageait habituellement entre deux espaces très différents séparés par un grand trait noir horizontal, une partie basse, consacrée à des chroniques mondaines (arrivées et départs de personnalités, soirées de gala, remises de décorations, portraits...), et une partie haute qui, sous le titre de rubrique « Dernière Heure », présentait les informations reçues de Paris par fil spécial. Cette rubrique, qui ressemblait à un journal parisien en miniature, comportait des informations politiques nationales et internationales, des événements aéronautiques et sportifs, des faits divers nationaux ; deux sous-rubriques présentaient des faits divers sous forme de brèves dépêches : les « Nouvelles diverses », composées de faits divers et de chroniques judiciaires nationales, à la mise en forme particulièrement standardisée (surface des articles toujours inférieure à 1% de la surface imprimée, soit environs 20 cm, titre en une ligne et en caractères minuscules gras), et les « Informations brèves », séries de dépêches non titrées organisées selon leur provenance géographique (Paris, Province, Colonies et Protectorat, Étranger, parfois également classées comme intéressant « La Région »). Les « Informations brèves » contenaient quelques faits divers, des récits de voyages de personnalités, et des événements politiques et économiques de faible importance.

10La répartition géographique des articles publiés en « Dernière Heure » est problématique, car on y trouve une sur-représentation de la région de Montpellier qui s’explique difficilement dans un quotidien niçois ; de plus, les « Informations brèves » classées comme régionales concernent avant tout Aix et Marseille. On peut donc se demander comment étaient sélectionnées les nouvelles publiées dans cette rubrique : était-elle un produit standard, composé par l’agence Havas à destination de l’ensemble de sa clientèle de quotidiens régionaux du sud de la France ? Quelle part avait la rédaction de L’Eclaireur de Nice dans le choix des articles qui y étaient publiés ? Nous ne disposons pas, pour l’instant, des éléments permettant de répondre à ces questions, et il est donc malaisé de tenter une interprétation des articles de fait-divers publiés dans cette partie du journal.

11La quatrième page du journal contenait la rubrique « Faits Divers » proprement dite, qui occupait couramment deux à trois colonnes au centre de la page ou dans sa partie droite. Deux ou trois articles importants et titrés occupaient la partie haute de la rubrique, puis les nouvelles devenaient de plus en plus brèves à mesure que l’on s’approchait du bas de page ; la rubrique était parsemée de publicités, qui s’intercalaient entre chaque article. Les petits articles étaient dépourvus de titre, et relataient des faits infimes (vols de vélos, objets trouvés, ivresse publique...). Presque tous les événements représentés dans cette rubrique se déroulaient à Nice, avec occasionnellement, pour des affaires importantes, une ouverture vers les stations concurrentes de Cannes et Saint-Raphaël à l’ouest, et jusqu’à Vintimille et San-Remo à l’est ; les communes de la vallée du Loup était également parfois représentée. Cette rubrique représentait un espace régional marqué et cohérent, centré sur Nice et la Riviera. C’est ici que nous trouvons l’essentiel des récits de suicide de la période, souvent coiffés du titre général « Les désespérés », suivi d’un sous-titre précisant davantage la nature de l’événement.

12Il existait également une rubrique intitulée « La Région », rubrique peu stable, qui se déplaçait, selon les nécessités de la mise en page, entre la page quatre et la page cinq, et dont la surface était extrêmement variable. Cette rubrique mêlait faits divers et informations locales de toutes sortes (mariages, banquets, funérailles, délibérations des conseils municipaux, réglementations forestières, chasses,...), classés selon la provenance géographique des nouvelles ; l’espace dessiné par cette rubrique était bien plus large que celui de la rubrique « Faits Divers », et s’étendait de Toulon à San Remo, et de Digne à la Corse. Cependant, l’essentiel des articles y traitaient de sujets départementaux, les nouvelles extérieures y étant assez rares. Les articles y étaient généralement très mal mis en valeur, et ne représentaient que quelques lignes non titrées. Les faits divers publiés dans cette rubrique concernent avant tout Cannes, Toulon, Saint-Raphaël, Villefranche et Monaco. Ils étaient souvent peu différenciés de nouvelles concernant la vie de la communauté, telles que les avis d’obsèques. De fait, on retrouve régulièrement dans cette rubrique l’épilogue d’un fait divers publié en page deux ou quatre, lors du décès d’une personne blessée ou de l’enterrement d’une victime.

13On ne trouve habituellement pas de récit de fait divers, et donc pas de récit de suicide, en dehors de ces cinq premières pages, et des rubriques « dernière heure », « faits divers », « la région ». La page cinq contenait habituellement les programmes des spectacles et les résultats sportifs, puis venaient les courses, la rubrique nécrologique et le roman feuilleton, les dernières pages du journal étant presque entièrement occupées par de la publicité et des petites annonces. Le récit de suicide appartenait ainsi à un espace bien délimité dans la composition du journal, espace qui se révélait porteur d’un sens rédactionnel et d’une hiérarchie entre informations.

14Nous avons mené une analyse systématique de l’ensemble des faits divers des mois de janvier et février 1928, qui va nous donner des indication concernant le fonctionnement des récits de suicide relativement aux autres types de faits divers (meurtres, vols, accidents, événements climatiques inhabituels, séismes, événements insolites ou violents variés). Le suicide n’occupe qu’une part relativement restreinte (5,3%) de ces faits divers, qui sont avant tout des récits de vol (23,8% des articles) et d’accidents (24,2%). Les événements climatiques n’entrent en jeu que dans 4% des faits divers. Nous avons classé pour cette étude la multitude de subdivisions du fait divers qui ne sont représentés que par quelques articles ou qui n’ont qu’une très faible mise en valeur (découvertes de trésors, séismes, vandalisme, saisies de drogues, contrefaçon...), et que nous étudierons plus finement par ailleurs, dans une catégorie « Autres », qui représente 34% des articles du fait de ce cumul.

15Au cours de ces deux premiers mois de l’année 1928, le nombre d’articles figurant dans la chronique des suicides reste faible et relativement stable, avec 0 à 5 articles par numéro, ce maximum de 5 n’étant atteint que le 12 janvier 1928, tandis que l’ensemble des faits divers varie entre 24 et 53 articles par numéro, ce maximum étant atteint le 2 janvier. On n’observe pas de relation directe et constante entre un nombre élevé de faits divers et un nombre élevé de récits de suicide. La surface des articles semble évoluer de façon beaucoup plus irrégulière et heurtée, avec des périodes où le suicide est particulièrement bien mis en valeur. On observe ainsi deux pics où la surface consacrée au suicide est particulièrement importante, correspondant au 2 janvier 1928 avec un indice de 16 points4, directement lié à un double suicide particulièrement spectaculaire5, et au 20 février où un très grand suicide criminel occupait deux pleines colonnes en page trois, qui, en raison d’une modification de la mise en page destinée aux comptes rendus du carnaval, accueillait exceptionnellement l’espace consacré aux grands événements habituellement situé en page 26.

16Si l’on divise l’indice de surface des articles par leur nombre, nous obtenons un indice de surface moyen qui permet de caractériser l’importance relative des différents types d’articles :

17Si l’on opère une distinction entre suicide simple et suicide criminel, où le suicidant entraîne avec lui d’autres personnes, ces chiffres sont profondément modifiés :

18Il était nécessaire, pour achever cette étude, d’accélérer le dépouillement des articles : la méthode exhaustive que nous avons employée pour les faits divers des mois de janvier et février prenait un temps considérable, et n’aurait pas permis d’observer la représentation du suicide sur l’ensemble de l’année ; nous avons essayé une technique de sondage impliquant l’analyse complète des faits divers publiés dans un numéro sur cinq, mais cette méthode, en raison de la relative rareté des récits de suicide et du caractère très aléatoire de leur publication, n’aurait pas pu rendre correctement compte du fonctionnement de la rubrique. Nous avons donc choisi de n’étudier que les faits divers traitant du suicide, et de restreindre cette analyse aux événements suffisamment importants pour être titrés de façon lisible : ce qui exclut de la recherche les « Nouvelles Diverses » et les « Informations Brèves » de la page trois, ainsi que les brèves non titrées de la rubrique « faits divers » de la page quatre. La comparaison entre suicide et autres faits divers ne fonctionne donc pas pour le reste de l’année 1928, et nous perdons la possibilité d’étudier les récits de très petite taille. En revanche, nous obtenons un champ d’observation plus large, sur une durée plus longue, et qui ne met en jeu que les récits considérés comme intéressants par la rédaction.

19Nous avons opéré, pour rendre cohérentes les séries statistique, une discrimination sur les deux premiers mois de 1928, de façon à ne compter que les articles qui auraient été sélectionnés avec ce nouveau principe de travail.

20Le nombre et la surface des articles de faits divers traitant de suicide diminuent fortement au cours de la période estivale, qui est encore en 1928 la morte saison à Nice, et qui est marquée par une très forte diminution du nombre de pages publiées par le journal. Cependant, le point minimum de la représentation du suicide, en termes de surface et de nombre d’articles, est atteint en septembre, quand le point minimal de la pagination est atteint en août. Il en va de même pour les points les plus élevés de la représentation du suicide, en février et mai pour la surface, février et avril pour le nombre d’articles, qui ne correspondent pas au point culminant du nombre de pages publiées, situé en mars.

21La distinction entre suicide simple et suicide criminel que nous avions réalisée plus haut est clairement marquée au cours de l’année : si la surface moyenne du suicide simple offre une courbe stable au cours de l’année, avec des articles modestes, ne dépassant pas en moyenne 100 cm, le suicide criminel a un aspect bien plus irrégulier, particulièrement haché, avec des écarts très nets vis à vis de la courbe des suicides simples. Le suicide criminel apparaît ainsi comme un objet rédactionnel assez différent du suicide simple, et porte de fait des thématiques qui touchent à d’autres aspects de la vie que le simple suicide : la jalousie et la folie sont les composantes essentielles de ces drames avant tout familiaux, quand le simple suicide présente un aspect très différent.

II - les causes du suicide

22Dans de nombreux articles, les causes de l’acte suicidaire demeuraient inconnues ou n’étaient pas mentionnées par les journalistes. Lorsque ces causes étaient connues, on trouvait fréquemment l’amour malheureux ou contrarié à l’origine des faits. Les rédacteurs ne donnaient habituellement que très peu de détail à propos de ces affaires de cœur, recouvertes par le terme générique de « chagrins intimes ». Les maladies incurables ou douloureuses étaient également une explication très fréquente du suicide, explication qui apparaissait comme rationnelle et bien acceptée dans les commentaires de journalistes ; on trouvait fréquemment les condoléances de la rédaction adressées à la famille à la fin de tels articles. Plus qu’une anomalie, le suicide apparaissait dans de tels cas comme une fatalité, conséquence de la maladie.

23Le deuil ou l’exil pouvaient, parfois, conduire au suicide, mais ces motifs étaient relativement rares. L’exil, l’éloignement, poussaient en général au suicide des réfugiés politiques, privés de tout espoir de retour, comme dans le cas de l’ancien député turc Zeky B. Zekeria qui, « ne se sentant plus le courage de vivre en proscrit, exilé loin de sa patrie », avait préféré se donner la mort7. Mais l’éloignement pouvait également affecter d’autres catégories de population, comme les étudiants, avec le suicide de ce lycéen cochinchinois, qui, à 19 ans, mit fin à ses jours d’un coup de revolver par nostalgie de son pays natal8.

24La misère était une cause de suicide relativement rare dans les faits divers publiés par L’Eclaireur de Nice, et pouvait apparaître comme gênante pour les survivants : ainsi, peu après le suicide par noyade d’Auguste Veran, qui avait abandonné son travail à la Compagnie des Eaux à la suite d’un accident, et vivait depuis de charité publique9, la famille du suicidé intervint et demanda au journal de publier un rectificatif précisant que la cause du suicide était la neurasthénie, et non la misère, et « que sa famille ne l’avait point abandonné »10. Surtout, on remarque une grande absence dans les récits de suicide publiés par L’Eclaireur : s’il arrive parfois – rarement – que l’on s’y suicide à la suite d’une brusque perte d’argent, il n’y a jamais de lien avec la fréquentation des casinos, ni de mention d’un jeu d’argent quelconque. On ne trouve jamais, durant la période étudiée, de récit de mort violente directement liée au jeu, et les polémiques véhiculées par certains journaux de la presse mondaine de la belle époque, qui attaquaient violemment la « roulette fascinatrice »11, n’avaient absolument pas leur place dans L’Eclaireur. Le sujet ayant fait débat, on peut supposer qu’une forme d’autocensure empêchait les rédacteurs de préciser les circonstances exactes de certains suicides dus à des pertes d’argent – mais les sources étudiées sont encore trop restreintes pour pouvoir se prononcer avec certitude sur ce point.

25L’inculpation, la détention, la crainte de sanctions judiciaires, voire la crainte d’une interdiction de séjour dans la ville de Nice12, apparaissaient dans quelques articles comme des motifs de suicide. Des causes plus curieuses, plus difficilement compréhensibles, pouvaient également être évoquées, comme dans le cas de ce sujet grec qui, après avoir demandé des renseignements au consulat du Royaume-Uni, décidait de se trancher les veines, motivant son acte par ses ennuis avec l’Angleterre13. Dans un seul récit, nous avons trouvé une éventuelle influence de lectures excessives ou mal choisies – en l’occurrence, Kipling, avec les Contes des Collines, soupçonnés par le journaliste d’avoir incité une folle à se jeter sous une automobile – mais le ton léger de l’article ne permet pas de décider avec certitude si ce soupçon est sérieux, ou émis par plaisanterie14.

26Mais, au delà des bizarreries et des cas d’excentricité, ce sont les troubles mentaux qui fournissaient le plus grand contingent de suicidés aux faits divers de L’Eclaireur de Nice, avec, en premier lieu, la neurasthénie.

27Le thème de la neurasthénie se retrouve dans un nombre considérable d’articles traitant du suicide, neurasthénie qui se manifestait soit par de brutales crises poussant les suicidaires à passer à l’acte, soit comme un état latent, de longue durée, expliquant après coup l’issue fatale. La maladie se déclarait souvent à la suite d’un traumatisme, par exemple, « [...] à la suite d’un accident de tramway dont elle avait été la victime, Mlle Bevrato, âgée de 23 ans, était sujette à des crises fréquentes de neurasthénie. [...] »15, voire à cause de simples soucis, comme dans ce fait divers antibois : « Cet acte de désespoir est attribué à la neurasthénie dont le malheureux cafetier était atteint à la suite de contrariétés morales et matérielles ».16 La crise de neurasthénie n’avait pas nécessairement un caractère solitaire, et il semblait que l’on puisse en être victime collectivement, comme le laissait entendre le récit du suicide au gardenal des époux Walderych, tous deux sans profession : « [...] il ressort que tous deux ont voulu se donner la mort au cours d’une crise de neurasthénie »17. Dans ce cas précis, la neurasthénie semblait recouvrir de façon commode un drame qui, probablement, était plus dû à la misère qu’à une maladie nerveuse. Ces crises de neurasthénie, d’épuisement nerveux, pouvaient prendre parfois une tournure violente, comme dans cet article non titré publié dans la rubrique « Informations brèves » :

« Colonies et Protectorats. - Dans une crise de neurasthénie, une femme d’origine russe a tiré un coup de revolver dans la poitrine de son mari, puis s’est suicidée. »18

28On relève de façon récurrente l’expression « crise de neurasthénie », qui semblaient constituer une explication suffisante et satisfaisante pour les journalistes – et sans doute également pour les policiers qui constataient les faits. Il s’agissait là d’une explication à très bon marché, crédible pour à peu près n’importe quel suicide.

29Nous n’avons pas trouvé dans les colonnes de L’Eclaireur d’article de vulgarisation scientifique ou de commentaire émis par la rédaction à propos de la neurasthénie, et seule une publicité pour les Pilules Pink y fournissait un tableau clinique de cette maladie nerveuse :

« La neurasthénie – dont tout le monde aujourd’hui est plus ou moins menacé – n’est autre chose qu’une profonde dépression nerveuse résultant de la fatigue excessive, de surmenage intellectuel ou physique, d’anémie ou de commotions morales trop violentes. Le neurasthénique éprouve parfois cette sensation angoissante d’avoir la tête prise dans un casque qui peu à peu se resserre. Ce symptôme est un des plus caractéristiques de la maladie à son point culminant. Il est urgent de combattre le mal dès ses premières manifestations. Aussi, quand vous vous sentez las, énervé, abattu, quand vos nuits sont agitées, que vos fonctions digestives s’accomplissent mal, que vos facultés se troublent, ayez recours aux Pilules Pink qui reconstitueront votre organisme affaibli et déprimé en rendant à votre sang sa richesse amoindrie, à vos nerfs leur résistance défaillante et à vos fonctions organiques toute leur activité. [...] »19

30Les rédacteurs de faits divers, quant à eux, ne donnaient jamais de précisions concernant les symptômes neurasthéniques, qui apparaissaient comme évidents – ou qui gagnaient à rester flous.

31La neurasthénie était la grande maladie nerveuse des vingt dernières années du XIXeme siècle, mobilisant l’opinion publique et les savants – car maladie du monde moderne, causée par le rythme trépidant et épuisant des nouveaux modes de vie marqués par l’industrie et par la grande ville ; elle apparaissait cependant, dans l’entre-deux-guerres, comme quelque peu démodée: les psychiatres alors n’utilisaient plus cette dénomination que pour qualifier des troubles dépressifs directement liés au surmenage, et de nombreux autres termes existaient, qui séparaient en différentes pathologies ce trouble fonctionnel, trouble mental sans délire ni hallucinations, et sans lésion physique20. En 1897, Durkheim évoquait la neurasthénie parmi les causes possibles du suicide, tout en présentant cette appellation comme une « folie rudimentaire » et comme un « nom commun » permettant de réunir des « anomalies diverses »21 ; en 1930, Maurice Halbwachs, son continuateur, n’utilisait plus du tout cette dénomination, parlant de façon plus générale d’états « psychopathiques »22. Le vocabulaire et les nosologies utilisés par les journalistes apparaissent ici quelque peu dépassés, et, s’il est naturel que les évolutions de la psychiatrie n’aient pénétré qu’avec retard, et parfois de façon erronée, dans l’opinion publique, il serait intéressant d’observer si cette terminologie s’est maintenue au cours des années suivantes, ou si elle a connu une évolution – enfin, de savoir quand ce terme a disparu du lexique journalistique.

32La neurasthénie suffisait pour expliquer les suicides commis par des personnes souffrant de troubles mentaux peu visibles, qui pouvaient sembler bénins. Mais quand les désordres mentaux des suicidés se révélaient plus graves, les journalistes ne se risquaient pas à émettre un diagnostic précis, et préféraient au vocabulaire médical des termes plus généraux tels que « folie », « démence », plus rarement « aliénation mentale » ou « dérangement cérébral ». Le trait caractéristique de cette folie était un comportement extravaguant, tel celui de ce journalier qui tenta de se suicider après avoir vainement tenté de se faire interner à l’asile d’aliénés :

« Sur le quai Pasteur, non loin de l’Hôpital, les passants, intrigués et apitoyés, pouvaient voir, hier, un homme qui donnait des signes évidents de dérangement cérébral. Dès l’aube, il était venu s’installer sur un banc et, toute la journée, était resté là. Interpellant le premier venu, il lui racontait les plus invraisemblables histoires et, chaque fois, terminait son récit en manifestant l’intention d’attenter à ses jours. A un moment, il se rendit jusqu’à l’Asile d’aliénés et, devant la grille, se mit à sangloter, implorant qu’on voulût bien l’interner. C’eût été sans doute la meilleure solution. Mais on ne peut ainsi enfermer les gens... Le malheureux revint s’asseoir sur son banc et recommença ses extravagances. [...] »23

33Ne trouvant aucun secours, le malheureux finit par se jeter sous les roues d’une voiture hippomobile qui lui causèrent de graves blessures.

34En 1928, et dans le vocabulaire des journalistes de L’Eclaireur, le terme « neurasthénie » semble être utilisé de façon abusive, et masque certainement des causes de suicide bien plus diverses, trop compliquées pour être publiées, inconnues, ou socialement réprouvées ; dans plusieurs cas, le désespoir causé par à la misère semble être volontairement caché et présenté comme de la neurasthénie. Le jeu n’apparaît jamais comme cause de suicide.

III - Comment on se suicide

35Les méthodes employées par les suicidés étaient assez variées ; le revolver était un moyen très courant, le fusil restait très rare. Se jeter sous un train était une méthode répandue, qui créait parfois un doute : s’agissait-il de suicides ou d’accidents ? De nombreux cadavres étaient découverts sur les voies ferrées, d’autant plus que des meurtriers cherchaient parfois à maquiller en suicide leurs crimes, comme dans le cas du valet de chambre italien Pio Sisti, retrouvé déchiqueté sur le ballast de la gare d’Antibes, et dont l’autopsie prouva qu’il avait reçu trois coups de couteau avant d’être transporté sur la voie24. Parmi les méthodes violentes de suicide, se jeter dans le vide était un moyen privilégié, qui correspondait parfois à des actes impulsifs, sans préméditation : par exemple, « [...] à la suite d’une observation un peu vive que lui faisait la maîtresse lingère de l’hôtel où elle est employée, la jeune Berthe Spindler, 17 ans, [...] enjamba une fenêtre, au premier étage, et se jeta dans le vide »25. La pendaison était une méthode également courante. Si la phlébotomie était très rare, il pouvait arriver que les suicidaires se poignardent eux-mêmes, comme cette jeune coiffeuse qui, « parce qu’elle souffrait de chagrins intimes », se porta un coup de couteau au cœur en pleine avenue Shakespeare – se faisant ainsi une blessure sans gravité.26

36Beaucoup de suicidaires cherchaient à se noyer, dans le Var ou dans la mer. Si quelques uns y parvenaient, un grand nombre échouaient, repêchés par des passants secourables :

« Hier matin, vers 11h. 45, Mlle Joséphine Mathieu, âgée de 16 ans, domiciliée chez ses parents, 6 rue Bavastro, résolut d’en finir avec une vie qu’elle trouvait trop cruelle. La désespérée se rendit alors au Pont-Magnan où elle se jeta à la mer. Retirée par M. Jean Fortunato, 172, rue de France, Mlle Mathieu – qui n’avait aucun mal – fut conduite devant M. Lasserre, commissaire de police du 4e arrondissement, qui la sermonna paternellement. »27

37Dans certains cas, c’était le suicidé lui-même qui, changeant de projet, décidait de regagner la terre ferme, comme ce cuisinier de 40 ans, qui avait fait de nombreuses tentatives de suicide par noyade et avait à chaque fois échoué de la même façon :

« [...] Hier matin, vers 10 heures, Gabriel Conty a tenté une nouvelle fois d’en finir avec la vie et il s’est précipité au milieu des vagues, promenade des Anglais, à hauteur de l’Hôtel Royal. Mais, après avoir barboté et pas mal avalé de l’eau salée, il retourna vers la grève. L’agent de police Chabaud, intrigué par son manège, vint l’interroger à sa sortie. Le cuisinier lui expliqua : « Je voulais me noyer mais, malheureusement, je sais nager et, alors, impossible ! » [...] »28

38L’emploi de substances toxiques semblait une méthode plus fiable, et beaucoup de suicidés absorbaient des doses excessives de produit hypnotiques tels que le véronal, le gardénal, le chloral, la morphine, le laudanum et divers somnifères. Certains, en nombre curieusement important, choisissaient plutôt de mettre fin à leurs jours en employant des produits corrosifs, esprit de sel, iode ou vitriol, qui les tuaient dans des douleurs atroces. Avec ce genre de produits, l’échec – rare – de la tentative de suicide se soldait par d’affreuses séquelles, comme dans le cas de Jean Pierotti, qui avait cherché à se suicider pour ne pas quitter Nice : sa main ayant tremblé au moment de boire le vitriol, il restera aveugle et défiguré par l’acide.29

39Le gaz d’éclairage et les fumées dégagées par les réchauds domestiques étaient des moyens plus raisonnables de se suicider ; ils n’apparaissaient cependant qu’assez rarement dans la chronique.

40La chronique des suicides de L’Eclaireur de Nice présentait donc un large éventail de méthodes violentes ou toxiques pour mettre fin à ses jours ; parmi ces méthodes, on peut remarquer la relative innocuité de la noyade, l’emploi fréquent de substances corrosives, et la confusion suscitée par les suicidaires se jetant sous les trains, car la distinction entre accident, suicide et crime était ici difficile à établir sans une enquête policière poussée.

IV - La représentation des personnes suicidaires : le cas des marginaux

41On trouvait parmi les suicidés un certain nombre de visiteurs fortunés, venus passer la saison d’hiver sur la Côte d’Azur ; mais dans la plupart des cas, il s’agissait plutôt de modestes travailleurs, employés, artisans, cafetiers, et surtout employés d’hôtels, de restaurants, domestiques. Une étude plus complète de cette composition sociologique décrite dans les faits divers relatant des suicides doit être réalisée – étude dont nous n’avons pas pour le moment les moyens techniques. Nous limiterons donc cette étape de notre travail aux catégories sociales les plus contestables, aux personnes qui apparaissaient comme des marginaux, et dont la vie tumultueuse, inhabituelle et tapageuse ne laissait pas les journalistes indifférents.

42C’est ainsi avec une très grande cruauté que le journal fit le récit de la vie et de la mort de Michel Liberman, réfugié russe, guérisseur, qui, sans domicile fixe, vivait dans son automobile, et qui finit par se pendre dans le parc d’un hôtel :

« Le docteur Liberman offrait, de son vivant, plusieurs particularités. Tout d’abord, ce réfugié russe, âgé de 64 ans, n’était pas docteur. Mais il soignait d’aventure les bonnes gens avec des simples et des herbes des champs, ce qui motiva, voici un an ou deux, une protestation du Syndicat des Pharmaciens. Ensuite, il avait résolu d’originale façon le problème toujours plus ardu du logement. Il l’avait résolu à la façon des escargots. La coquille du « docteur » Liberman, c’était une conduite intérieure Citroën B 12, peinte en noir et qui, sans aucune contestation, ne pouvait passer pour un domicile fixe. Michel Liberman y avait installé sa garde-robe. Il y couchait, il y mangeait, il y dormait. Parfois, des pelures d’oranges, des bouts de fromage et des peaux de saucissons attestaient clairement l’étrange destination de cette Citroën. [...] Se sentant « très fatigué », comme il l’a écrit lui-même, dans une ultime missive destinée à « Monsieur le Commissaire de Police », il résolut d’en finir avec une vie ingrate et sans beauté.
Il aurait pu se suicider avec un browning, puisqu’il lui restait encore 1.200 francs, ou bien acheter du poison, ou encore lancer romantiquement son auto-domicile dans un précipice comme dans les films américains, ou encore se précipiter dans les flots de la mer éternelle. Mais Michel Liberman craignait l’eau. Au point même que, lorsqu’il eut prosaïquement résolu de se pendre, comme au bon vieux temps, et qu’il eut soigneusement rangé sa conduite intérieure le long du trottoir du boulevard Gambetta, devant un hôtel, il ouvrit son parapluie pour franchir sous l’averse, la grille de cet établissement. Et, abrité par son parapluie, dans ce jardin où d’ordinaire l’on danse aux lumières, Michel Liberman avisa un pin parasol. Il attacha une solide corde à une maîtresse branche, se la passa autour du cou, rejeta alors l’inutile parapluie qui tomba ouvert sur le sol, puis, résolument, il se pendit. [...] »30

43D’autres marginaux étaient plus appréciés des journalistes, comme cette prostituée, en quelques sorte habituée de la chronique des faits divers de L’Eclaireur puisqu’elle y avait déjà figuré deux fois à différents titres, et dont le suicide suscita ce fort lyrique commentaire :

« C’est devenu un lieu commun pour les chroniqueurs que de soutenir qu’en notre siècle de machines et de vitesse, en notre époque réaliste d’après-guerre, on ne meurt plus d’amour, sauf peut-être à 15 ans.
Elle en avait pourtant 29, cette blonde Elisa Doumergue, dont nous avons conté, hier, brièvement, le suicide d’un coup de revolver à la tempe droite. Et elle était cependant de celles qui semblent revenues de l’amour puisque cette pauvre fille était courtisane et vendait ses caresses aux inconnus. Mais les petites poupées que pousse l’Aphrodite des carrefours ne sont pas invulnérables aux traits que lance le petit dieu malin. Et Elisa Doumergue, courtisane et marchande d’amour, souffrait de n’être plus aimée. Lorsque, tard, ayant échappé aux embûches de la police, elle rentrait dans sa chambre froide et solitaire, 12, boulevard des Italiens, l’horreur lui venait de sa vie misérable et elle éclatait en sanglots qui ruisselaient sur le fard de ses joues. C’est pourquoi, avant-hier soir, lasse à l’infini, elle décida de ne plus jamais se lever pour l’abominable parade quotidienne. Elle s’assit à une petite table et, d’une écriture malhabile, elle rédigea d’une encre violette, sur un papier mauve-tendre, deux missives désespérées. L’une était pour son frère, M. Marcel Doumergue, demeuré au pays natal, à Saint-Laurent-d’Aigouze, dans le Gard. L’autre était pour un ancien ami, M. Michel Bertolino, chauffeur de taxi. « Garde toujours la bague que je t’ai donnée, écrivait-elle, et souviens-toi de la pauvre Elisa. ».
Puis elle jeta un dernier regard dans le miroir et s’allongea sur son lit. Elle caressa un moment la crosse du browning... hésita. Un moment elle évoqua les heures de sa vie qui lui avaient valu une courte notoriété... Lorsque, il y a deux ans, elle dut déposer, à la barre des assises, comme témoin à charge dans l’affaire du peintre américain Sherwood et que des journalistes l’avaient poliment interviewée... Elle pensa soudain à un coup de poing brutal qu’elle avait reçu, l’an d’après, au visage, sous le pont de la Gare, d’un souteneur violent et qui lui avait valu – une fois n’est pas coutume – les égards des agents qui la conduisirent à l’Hôpital. Elle revit des batailles auxquelles elle avait été mêlée, elle imagina quelques-uns des visages crispés qui s’étaient penchés sur sa face peinte. Et elle tira... l’arme s’enraya sitôt après la première balle. Mais le lingot de plomb lui avait fracassé la cervelle, et déjà Elisa Doumergue n’était plus. [...] »31

44Elisa Doumergue se suicida-t-elle à cause d’une rupture sentimentale, ou parce qu’elle n’avait plus de clients ? Le journaliste n’est pas très clair sur ce point. Il fait cependant preuve d’une grande inventivité et d’une tendresse certaine pour cette personne qu’il avait probablement « interviewé » lors du procès Sherwood, et, si la condition de prostituée est ici montrée comme une vie malheureuse, on est très loin du cynisme avec lequel le mode de vie inhabituel et désordonné du docteur Liberman était présenté.

45Nous ne pouvons pas affirmer, étant donné le nombre relativement faible d’articles suffisamment développés et porteurs de jugements de valeur, qu’une hiérarchie nette distinguait les diverses formes de marginalité dans le récit de suicide, qui aurait représenté avec tendresse les prostituées et avec cruauté les vagabonds, mais la question devra être posée sur une plus large période.

V - Lettres posthumes

46Les lettres laissées par les suicidés étaient parfois publiées par le journal. Elles étaient souvent adressées au commissaire de police, afin d’éteindre tout soupçon de meurtre, et contenaient assez souvent des recommandations concernant l’organisation des obsèques, comme dans le cas de cet ancien acteur comique connu sous le pseudonyme de Fradel, de son vrai nom Alfred Péry, ancien directeur du Théâtre de l’Espérance, à Genève32 :

« [...] M. Péry avait écrit deux lettres, retrouvées sur un bureau. La première, adressée au commissaire de police, indiquait en substance : « N’accusez personne. C’est volontairement que je me suis donné la mort, n’ayant pas la force de supporter plus longtemps mon infirmité ». La seconde, destinée à l’adjoint spécial [du Cros-de-Cagnes, M. Constant], portait les volontés dernières du défunt : « je veux des obsèques tout à fait simples » [...] La détermination fatale de M. Péry a provoqué de nombreux regrets parmi les habitants du Cros, où il était très estimé. A sa veuve, à tous les siens nous présentons nos condoléances attristées. »33

47La simplicité des obsèques était un vœu fréquent des suicidés :

« Hier après-midi, vers 16 heures, des pêcheurs découvraient sur la grève, en face de la rue Ferber, le corps inanimé d’un homme paraissant âgé de 60 à 65 ans environs, sur les genoux duquel était un portefeuille ouvert et une feuille de papier portant en anglais ces mots : « Enterrez-moi comme je suis ». »34

48A ces dispositions ultimes, les suicidaires ajoutaient parfois des recommandations de toute sorte adressées à leurs proches ou à leurs relations commerciales, comme dans le cas de cet agent d’affaire parisien qui, ruiné, écrivit neuf lettres adressées à des bijoutiers avant de tenter de s’asphyxier dans sa chambre d’hôtel – vainement, puisqu’il en réchappa avec une très légère intoxication : « M. Sansot, commissaire de permanence, a pris soin [...] de ne pas expédier son courrier, quoique des timbres aient été joints à la missive destinée à la police ».35

49Dans le cas très particulier du suicide, doublé de meurtre, commis par Eugène De Morl le 19 février 1928, on trouvait également mention d’une lettre, non publiée, adressée au directeur de L’Eclaireur de Nice, où De Morl demandait un secours financier pour sa famille, qu’il laissait sans ressource par son geste meurtrier36. Les appels à la charité étaient parfois un élément présent dans les faits divers relatant des accidents miniers ou des naufrages, qui précisaient souvent le nombre de veuves et d’orphelins que l’événement privait de soutien ; parfois, le journal participait concrètement à l’organisation d’actions charitables destinées aux familles des victimes, comme dans le cas du trois-mâts Bar-Avel, disparu près des côtes du Groenland pendant une campagne de pêche :

« [...] L’équipage disparu, composé de 27 hommes, tous pleins de forces et de jeunesse (le plus âgé avait 48 ans), laisse 22 veuves et 58 orphelins, dont plus des trois quarts appartiennent au village de Plouëzec.
Les familles ainsi frappées, qui vivaient chacune du travail du père disparu, ne reçoivent comme pension, au titre de l’inscription maritime, qu’une somme dérisoire : 1.200 francs pour la veuve et 50 francs par enfant.
Tous ceux qui aiment la Bretagne et les marins voudront leur venir en aide.
Les secours peuvent être adressés soit au journal L’Ouest-Eclair, à Rennes, soit au maire de Plouëzec (Côtes-du-Nord), qui les distribueront aux familles si durement éprouvées. »37

50Mais espérer une campagne de bienfaisance en faveur de la famille d’un criminel n’était pas très réaliste ; peut-être De Morl pensait-il en quelque sorte monnayer son crime auprès du journal, en échangeant symboliquement un grand fait divers contre de l’argent ? Faute d’avoir accès à cette lettre, nous ne pouvons que faire des suppositions sur le sens de cette démarche curieuse et atypique. En tout cas, il semble que le journal de donna aucune suite à cette sollicitation inhabituelle.

51Certaines lettres de suicidés portaient la marque de troubles psychologiques profonds. Ainsi, l’artiste cinématographique Lucien Leroy, qui se tira une balle de revolver dans le coeur en juin 1928, laissait le texte suivant pour expliquer son geste :

« J’ai eu chaud, j’ai marché sans chapeau. Une sale souris en a profité pour me rentrer dans la tête. Elle court ! elle court !! de la tête à la poitrine sans arrêt. Je souffre, je souffre, je souffre !!! Oh ! Qu’elle court ! Ma tête ! Mais j’ai un moyen, je vais l’écraser avec une balle. Elle ne bougera plus. Et après on rira !!! et ce sera bien fait pour cette bête qui remue toujours. »38

52Les journalistes pouvaient ajouter à la publication des lettres de suicidés des commentaires d’ordre graphologique probablement inspirés de conversations avec les enquêteurs de la police :

« Malgré les troubles mentaux qu’il décèle, ce billet est rédigé d’une main ferme. L’écriture est large et posée. »39

53De fait, le texte laissé par Lucien Leroy, s’il n’a pas été retouché par les journalistes, ressemble plus à un texte littéraire surréaliste qu’à un billet de désespéré. Il est à remarquer que les lettres de suicidés publiées par le journal étaient généralement écrites par des personnes aisées ou instruites, le plus souvent des artistes – quand la plupart des suicides étaient le fait de personnes modestes.

54La lettre écrite avant le suicide, telle qu’elle était représentée par les faits divers de L’Eclaireur de Nice, montraient en général le noyau social essentiel de la personne qui se suicidait : famille réduite, quelques proches, et surtout des acteurs institutionnels, comme le commissaire de police, qui est très régulièrement le destinataire de ce type de courrier – les policiers ayant face au suicide un rôle qui ne semble pas répressif, mais plutôt celui d’un interlocuteur, d’un point de repère social ultime, à qui l’on confie fréquemment l’exécution des dernières volontés, en quelque sorte, la dernière famille du suicidaire. Certains reportaient, sans grand succès, ce rôle de dernier interlocuteur sur le journal lui-même, d’autres, totalement isolés dans la démence, n’écrivaient que pour eux-même, mais ces cas restaient exceptionnels.

55La société n’a plus de prise sur celui qui n’a plus d’espoir, et c’est bien ce désespoir qui était mis en avant par les récits publiés dans les sources que nous avons étudiées, comme le met en évidence le titre générique « les désespérés », très fréquemment utilisé pour annoncer ce type d’articles. Cette étude rapide des récits de suicide aura permis d’observer la grande différence formelle faite, dans les colonnes de L’Eclaireur de Nice, entre le simple suicide et le suicide doublé de meurtre, catégorie qu’il faudra étudier séparément de façon plus approfondie.

56L’importance de la neurasthénie, qui semble masquer une multitude de causes, dont notamment celles liées aux pertes d’argent, l’absence étonnante du jeu parmi les motifs de suicide, le caractère bénin de certains modes opératoires tels que la noyade, permettent d’entrevoir certains aspects caractéristiques du récit de suicide publié par ce journal.

57La représentation des marginaux, le rôle de la police, qui sort ici de son rôle répressif pour devenir interlocuteur des suicidaires, font l’esquisse d’un système de représentation de la société aux stéréotypes particuliers.

58Il nous faudra à présent observer plus finement le contenu des articles, sur un délai plus long, et en le comparant avec des titres concurrents, pour savoir comment ce système de représentation du suicide et de la société, et comment les normes sociales et morales qu’il véhicule, vont pouvoir évoluer dans le temps, face à l’augmentation des tensions politiques et économiques, et dans quelle mesure ils seront des éléments de consensus ou de divergence entre fractions différentes de l’opinion.

Haut de page

Bibliographie

Baudelot Christian et Establet Roger, Suicide – L’envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006, 268 pages.

Cervera Suzanne, Soixante ans de presse mondaine dans les Alpes Maritimes 1880-1939 : de la Riviera au mythe azuréen, un modèle touristique, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de M. Ralph Schor, Nice, 2001, 594 p., 2 vol.

Durkheim Emile, Le suicide, coll. « Quadrige », Paris, PUF, 2004, p. 33 [première parution 1897]

Ehrenberg Alain, La fatigue d’être soi – Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 2000, 414 p.

Halbwachs Maurice, Les causes du suicide, coll. « Lien Social », Paris, PUF, 2002, 432 pages. [première parution 1930]

Haut de page

Notes

1 - Notre base de données contient à l'heure où nous rédigeons ce texte un total de 3 121 articles, toutes rubriques confondues ; nous indiquerons en note infra-paginale, pour chaque article cité, son numéro de référence dans la base de données.
2 - « Mme Claude France, artiste cinématographique, est morte asphyxiée », jeudi 5 Janvier 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 1 (Art. 280) et p.3 « Claude France s'est suicidée à la suite de chagrins intimes » (Art. 285)
3 - « Jenny Golder, la vedette de music-hall, s'est suicidée », vendredi 13 Juillet 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 1 (Art. 3020)
4 - Indice de surface obtenu par cumul du pourcentage de surface imprimée de la page où se trouve chaque article.
5 - « Double noyade dans le Var », lundi 2 Janvier 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 ( Art. 215)
6 - « Un drame étrange s'est déroulé hier à Cannes » lundi 20 Février 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 3 (Art. 1871)
7 - « Ne pouvant vivre en exil un ancien député turc se suicide », mercredi 28 Novembre 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3085)
8 - « Pris de nostalgie un lycéen cochinchinois se blesse grièvement d'un coup de revolver », lundi 20 Février 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 3 (Art. 1870)
9 - « On repêche un noyé au large de la villa La Côte », lundi 6 février 1928, L'Eclaireur de Nice, p.4 (Art. 1360)
10 - « Mise au point », mercredi 8 février 1928, L'Eclaireur de Nice, p.4 (Art. 1446)
11 - Cf. Suzanne CERVERA, 60 ans de presse mondaine dans les Alpes-Maritimes, 1880-1939, p.112, thèse de doctorat sous la direction de M. Ralph SCHOR, Nice, 2001.
12 - Par exemple, Jean Pierotti, qui explique ainsi sa tentative de suicide : « [...] j'appris que si je ne quittais pas Nice aussitôt, je risquais d'être condamné à la relégation. Plutôt que de quitter ma ville natale, je préférais me tuer. » (« Les aventures d'un vitriolé », vendredi 3 août 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 - Art. 3027).
13 - « Un grec veut se donner la mort parce qu'il a des ennuis avec l'Angleterre », dimanche 10 juin 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2988)
14 - « Pour se purifier elle se jette sous une auto », dimanche 18 novembre 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3080)
15 - « Dans un accès de neurasthénie une jeune fille se précipite sous un train », jeudi 14 juin 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2989)
16 - « Neurasthénique, il se jette d'un deuxième étage - son état est désespéré », mardi 24 avril 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 7 (Art. 2916)
17 - « Double tentative de suicide », dimanche 30 décembre 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3104)
18 - « Colonies et protectorats », lundi 5 mars 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 3 (Art. 2251) ; cet article donne si peu d'information que l'on ignore même sur quel continent se déroule l'événement !
19 - « Neurasthénie », jeudi 7 juin 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 6 (Art. 2986)
20Voir à ce propos Alain EHRENBERG, La fatigue d'être soi – Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 2000, 414 p.
21 - Emile DURKHEIM, Le suicide, coll. « Quadrige », Paris, PUF, 2004, p. 33 [première parution 1897]
22 - Maurice HALBWACHS, Les causes du suicide, coll. « Lien Social », Paris, PUF, 2002, 432 pages. [première parution 1930]
23 - « Quai Pasteur, un fou se jette sous une voiture », dimanche 12 août 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3045)
24 - « Un crime mystérieux à Antibes », vendredi 11 mai 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2953)
25 - « Pour une réprimande !... », jeudi 9 août 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3035). La chute fut heureusement amortie par une verrière de l'hôtel, et la jeune fille seulement blessée par des éclats de vitre.
26 - « Elle voulait mourir !... », mercredi 21 novembre 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3082)
27 - « A seize ans elle voulait mourir ! », samedi 7 avril 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3117)
28 - « Il veut se noyer mais n'en a pas le courage », mercredi 4 avril 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2792)
29 - « Les aventures d'un vitriolé », vendredi 3 août 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3027)
30 - « Suicide d'un réfugié russe », lundi 26 mars 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2735)
31 - « On meurt encore d'amour - la triste fin d'Elisa », samedi 17 novembre 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 3079)
32 - Alfred Péry était alors un résident permanent de la Côte d'Azur, où il possédait, au Cros-de-Cagnes, la « Villa Fradel ». Le Théâtre de l'Espérance existe toujours, sous le nom « La Revue Genèvoise », et est resté jusqu'en 1976 sous la direction de la famille Fradel. Voir à ce sujet http://www.larevue.ch/presentation.htm (site consulté le 2 mars 2006).
33 - « Las de souffrir, un ancien comédien se suicide », jeudi 2 février 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 1251)
34 - « Suicide à la morphine », dimanche 1 Avril 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2767)
35 - « Suicide manqué », jeudi 9 février 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 1472)
36 - « Un drame étrange s'est déroulé hier à Cannes », lundi 20 février 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 3 (Art. 1871). Les trois autres lettres écrites par De Morl (à sa femme, à son fils et à la famille de sa victime) étaient, par contre, publiées.
37 - « Un drame de la mer », samedi 4 février 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 2 (Art. 1295). Il s'agissait là d'un relais apporté par L'Eclaireur à une campagne de secours bien plus vaste, menée au niveau national par le Figaro et localement par L'Ouest-Eclair. L'article cité ici avait cependant toutes les apparences du fait divers.
38 - « Atteint de troubles graves un artiste cinématographique se suicide », jeudi 21 juin 1928, L'Eclaireur de Nice, p. 4 (Art. 2993)
39 - « Atteint de troubles graves un artiste cinématographique se suicide », art. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Perez, « Les désespérés », Cahiers de la Méditerranée, 74 | 2007, 115-138.

Référence électronique

Matthieu Perez, « Les désespérés », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 74 | 2007, mis en ligne le 14 novembre 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cdlm.revues.org/2473

Haut de page

Auteur

Matthieu Perez

Doctorant - CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org