Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’année les publications se multiplient sur la thématique de l’esclavage. Restée longtemps taboue, cette histoire gênait la mauvaise conscience des héritiers de ceux qui en avaient été les acteurs aussi bien que de ceux qui en avaient été les victimes.

2Les manuels scolaires et universitaires n’y faisaient que de discrètes allusions, sans laisser supposer que cette tragédie avait terni l’histoire de l’humanité sous toutes les latitudes et à toutes les époques. Quant à affirmer que l’époque moderne en avait en partie vécu, personne ne s’y hasardait.

3Ce colloque s’inscrit donc dans l’effort entrepris par quelques historiens pionniers de briser un silence, d’autant plus coupable, que, comme le dit Elie Weisel, il assassine sa victime une deuxième fois, en lui niant la qualité d’être humain contribuant à part entière à façonner l’Histoire.

4L’une des pages les plus contestées reste celle de l’esclavage en Méditerranée où le problème se double du vieil antagonisme entre Islam et Chrétienté. La sérénité du chercheur ne proviendra que du strict respect de l’archive. C’est qui transparaît déjà dans l’œuvre de Salvatore Bono, de Michel Fontenay ou de Bartolomé et Lucile Bennassar, pour ne citer que les premiers explorateurs des dépôts d’archives européennes de la période moderne, car les médiévistes n’ont pas attendu aussi longtemps pour commencer ce travail.

5Mais leur exemple est dors et déjà suivi par un tel nombre de jeunes chercheurs qu’entreprendre de les citer tous reviendrait à défiler une énorme bibliographie, ce qui n’est pas le rôle de cette introduction. La plus grande partie de ces études porte semble-t-il sur l’Espagne riche de séries complètes qui fourniront encore matière à des générations entières d’historiens. Mais d’autres fonds en France, en Angleterre, en Hollande, en Italie, au Portugal restent à peine effleurés. Voilà pour la rive nord de notre mer. Mais tout reste à faire pour la rive sud où les archives en arabe et en turc n’ont encore rien dit des trésors qu’elles renferment. Soyons optimistes : un immense champ d’investigation s’ouvre aux chercheurs à venir, le travail ne leur manquera pas !

6Sur le plan méthodologique l’écueil essentiel à éviter reste l’anathème jeté à la figure de celui que l’on situe dans le camp dit adverse et, certes, la conjoncture politique actuelle ne facilite pas les choses. Tant que l’on désignera du doigt des « axes du Mal », on n’écrira qu’une histoire biaisée, fausse et sans autre intérêt que d’alimenter des haines ancestrales dont la science n’a que faire.

7Bien au contraire un état des lieux dépouillé de tout angélisme par lequel chacun rétablit l’enchaînement des faits, dans le respect des chronologies, cherche à comprendre les attitudes mentales des bourreaux et des victimes, leurs rapports et leurs conflits, cela seul servira à comprendre l’une des pages les plus douloureuses de notre passé commun. L’école historique l’a bien réussi pour écrire la tragédie raciste du nazisme, pourquoi n’y parviendrions-nous pas pour l’esclavage lorsque les oripeaux culpabilisateurs seront tombés ?

8Ce colloque ne représente qu’une tentative d’introduire le sujet. Qu’il se tienne à Nice, à l’invitation du Centre de Recherche de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, symbolise à la fois l’ancrage résolument méditerranéen d’une spécificité de l’esclavage qui n’a que peu à voir avec celui d’autres régions du monde à la même époque et la volonté de travailler à une histoire commune chez les chercheurs des deux rivages qui ont accepté d’y participer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Deveau, « Avant-propos », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 65 | 2002, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cdlm.revues.org/25

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Deveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org