Navigation – Plan du site

Le navire de la reine et du saint esclave de la Méditerranée au Brésil

Alessandro Dell’Aira
p. 329-339

Texte intégral

1Dès la seconde moitié du XVIIe siècle, le commerce d’esclaves africains organisé par les protestants, se fonda sur la vision capitaliste et sur les investissements, sans manifester un grand intérêt pour le cheminement spirituel des convertis. De leur côté, les catholiques, après les décrets du Concile de trente, donnèrent plus d’importance à l’instruction religieuse avant et après le baptême. Nombre de missionnaires se prononcèrent sur la condition de l’esclavage, même dans sa dimension juridique, seul le style variait d’un ordre à l’autre1.

2Les navires mettant le cap sur les Indes occidentales suivaient, tantôt la route directe, tantôt celle de l’Orient, touchant ainsi l’Inde, la Chine et les Philippines, après avoir contourné l’Afrique. Ils transportaient également des simulacres : des statues, des peintures, des gravures de différentes valeurs, produites en Europe et destinées au marché américain, ou bien appartenant à des vice-rois, à leurs fonctionnaires, voire même au clergé.

3En ce cas, les images sacrées étaient destinées aux églises et aux couvents, ou même à l’instruction des Indios dans les reducciones. Même les reliques franchissaient les mers, sous la férule des hiérarchies ; elles renvoyaient, d’une manière tangible, aux modèles de sainteté2.

4Dans l’Amérique hispanique, à l’exception des Caraïbes, la présence des Africains n’a pas laissé de traces évidentes dans les manifestations religieuses. Leur apport et leur implication furent, par contre, intenses au Brésil, quoique sous une forme extérieure, séparée et instrumentale. Notre analyse concerne un de ces cross-relations entre Méditerranée, Afrique et Amérique : une dévotion atteignant le Nouveau Monde, à la suite du clergé séculier et régulier, sur la « route triangulaire du sacré », coïncidant avec celle des esclaves qui effleura l’Afrique dès le début du XVIIsiècle (il en reste des traces à Sào Tomé), toucha les Açores et après avoir planté des racines au brésil, revint sur ses pas mais, cette fois, modifiée3.

5L’objet de cette analyse est San Benedetto da San Fratello, frère laïque d’origine subsaharienne (DIA01), mort à Palerme en 1589 et canonisé en 1806. Son effigie est liée à la dévotion brésilienne, au Rosaire et au Divin (l’Esprit Saint), (DIA02, DIA03) mais également à Sainte Isabelle d’Aragon, épouse du roi Dinis du Portugal depuis 1336, et tertiaire franciscaine, morte au couvent à Coïmbre et canonisée en 1625.

6Les centres de rayonnement de ces dévotions furent Lisbonne et Coïmbre où, en octobre 1625, des fêtes solennelles, comportant quelques veinures anti-espagnoles, célébrèrent la canonisation de la reine. Selon un rapport imprimé la même année (DIA04), il y eut même une procession de représentations allégoriques, dont la plus importante fut un navire transportant la nouvelle sainte (allégorie de l’Eglise, mais aussi de la route du sacré).

7La reine était accompagnée des docteurs de Coïmbre, de Saint Antoine des Portugais, de Saint Louis des Français, de Saint Ignace des Espagnols et de « Sào Bento de Palermo », l’Africain (DIA05). Ce dernier, représentant la « nation du Congo » est alors associé à trois autres saints européens « nationaux », dont Ignace de Loyola, canonisé depuis peu4.

8Cependant « Sào Bento » n’a même pas été proclamé béat : le processus de béatification s’est enlisé. Entre temps à Palerme, à l’initiative des Jésuites, un autre modèle de sainteté s’impose : l’ermite médiéval Rosalia Sinibaldi, de descendance carolingienne et normande présumée, proclamée patronne de la ville en juillet et canonisée en 16305 (DIA06).

9A l’oeuvre El Santo negro Rosambuco que Lope de Vega consacra à Fra Benedetto de San Fratello et qui fut publiée à Barcelone en 1612, s’oppose à Palerme, la réalisation du modèle iconographique de Rosalia que des jésuites confièrent à Antoon Van Dyck6.

10La peste interféra sur la réalisation de l’œuvre : une Madonna del Rosario in gloria… commencée à Palerme en 1624, elle ne fut achevée qu’en 1628, à Gênes. En même temps que Rosalia et d’autres saints du lieu, van Dyck représente, mais dans un rôle de second plan, Sainte Rose de Lima, chère à l’Ordre de Saint Dominique (DIA07).

11Dans un autre tableau palermitain datant de 1635, réalisé par Pietro Novelli, Fra Benedetto se penche vers le roi Saint Louis des Français qui, avant de partir pour la croisade (DIA08), reçoit la cordelière des mains de Saint François.

12Ce message diffère du message portugais : l’événement de Coïmbre est proposé à travers deux statuettes de Lisbonne datant du milieu du siècle et provenant de la même église : « Sào Bento di Palermo » (DIA9) et la Reine sainte, avec les roses (DIA10), de même taille et de même facture7.

13Dans les deux scénarios, celui de Palerme et celui de Coïmbre, la dévotion aux saints patrons et au rosaire s’oriente donc sur deux routes différentes : la route méditerranéenne à Palerme, contrôlée par les dominicains et les jésuites, et la route transatlantique, à Coïmbre, s’inspirant des frères mineurs portugais qui s’intéressaient au Brésil.

14En ce qui concerne les roses, une chronique sicilienne de 1657 nous informe qu’en 1620, les franciscains de Lisbonne interpellèrent le couvent de Palerme sur les prodiges accomplis par Benedetto. La même chronique, qui ne parle pas de roses, fournit une donnée connue par d’autres voies : le 15 août 1919, fête de la Madonne de la Neige, une irmandade d’esclaves africains défile à Lisbonne derrière un étendard à l’effigie du « frate zoccolante » de Palerme8.

15Dans le même temps, ou un peu après, prend corps le motif floral (DIA11,DIA12), faisant allusion à la métamorphose des restes de nourriture, provenant du réfectoire, et que le frère dissimula dans sa bure, pour les donner aux pauvres ou pour les soustraire au Vice-roi. Cette anecdote, ignorée des Siciliens, fut calquée au Portugal sur un prodige analogue que la Reine sainte accomplit à Coïmbre : la métamorphose des pains soustraits au garde-manger royal pour faire la charité.

16Le « Saint esclave », associé à la Reine, se vit attribuer un miracle «de deuxième catégorie » par rapport à celui de la Reine9 et à ceux d’autres saintes tertiaires, telle que Sainte Elisabeth de Hongrie.

17Durant les très anciennes fêtes organisées par la Confraternité de Sào Domingos à Lisbonne, en 1490, fêtes qui, jusqu’à leur suppression, furent communes aux noirs et aux blancs, on couronnait les rois du Congo – selon une tradition encore très populaire au Brésil – dans une profusion de pétales de roses10.

18Parfois peut-être, en souvenir de cette tradition, les roses sont effeuillées le long de la cordelière du « Saint esclave » tout comme à Sào Tomé (DIA13) : la statue de Sào Benedito datant de la première moitié du XVIIe siècle, conservée en l’église de Nossa Senhora de Guadalupe, porte quatre pétales de rose rouge sur la cordilière, à la hauteur du nombril. Il porte une aumônière destinée aux offrandes dans la main gauche, des yeux de verre, et son bras droit s’ouvre dans le geste de soutenir quelque chose qui a disparu (mais peut-être s’agit-il d’une altération délibérée, comme cela se faisait souvent)11.

19La statue est en tout point identique à celle qui est officiellement conservée dans la chapelle de Nossa Senhora da Lapa à Ponte Lima, sur le chemin de Santiago de Compostela, que, selon la tradition, la Reine parcourut en manteau de pèlerin (DIA14).

20Non loin de là, à Vila Franca de Lima, au mois de mai, on célèbre une fête des roses, organisée par une très ancienne Confraternité du Rosaire, fondée en 1622 (DIA15). Dans les rues de Vila Franca - tout comme dans les processions brésiliennes du Rosaire et de Sào Benedito - défilent, avec les trois étendards de la Vierge et de Saint Antoine, les énormes corbeilles des mordomas (filles à marier), remplies de roses et tapissées de mosaïques de pétales (DIA16).

21Les mordomas tressent elles-mêmes les corbeilles et, les ayant déposées sur leur tête, elles traversent le village, au bord du Rio Lima, selon des schémas rappelant les fêtes et les offrandes des femmes de Bahia en l’honneur de Yémanjà (DIA17). Les corbeilles de Vila Franca de Lima, déposées par les mordomas au centre de l’église en même temps que les étendards, sont offertes à la Vierge et à Saint Antoine.12 (DIA18).

22Je ne m’attarderai pas sur le culte des esclaves brésiliens pour Sào Benedito13. Par contre, je fournirai quelques éléments d’ordre ethnologique et historique sur la « Levada do Mastro », fête liée au Divin, Sào Benedito et à la « Dame » (la Madone du Rosaire ou la Reine sainte).

23Un long poteau, découpé dans un tronc d’arbre soigneusement choisi et symbolisant le mât (mastro) d’un bateau est traîné jusqu’au parvis de l’église en même temps qu’un char en forme de navire, tiré par des bœufs (DIA19, DIA20). Le mât est planté devant l’église et tient lieu de hampe au drapeau de Sào Benedito.

24Les agglomérations les plus connues qui célèbrent cette fête sont Pirenopolis et Serra, non loin de Vitoria. Une fête semblable, en mémoire de la reine sainte, est célébrée à Itanhaém, village côtier aux alentours de Sào Paolo (DIA21) à Alcantara (Ilha de Sào Luis de Maranhào) et à Terceira, dans les Açores14.

25Le temps écoulé et le contrôle exercé par les hiérarchies ont peu à peu diminué l’importance de l’image du Saint, dans le tryptique du Divin, de la Dame et du Saint. Néanmoins, non seulement les irmandades de Sào Benedito, les « Festas do Mastro », la musique et la danse, témoignent de la densité des relations croisées entre l’Afrique, l’Europe et le continent américain, mais aussi la Folia do Divino, fête religieuse itinérante importée du Portugal, et durant laquelle un enfant était couronné empereur et présidait aux réjouissances en l’honneur de l’Esprit Saint.

26De telles célébrations requirent une production d’objets spécifiques, tels que : la couronne, le bâton avec la colombe du Divin et le tronc en argent, destiné aux aumônes15. D’autres objets précieux, comme les ciboires en argent de Sào Benedito (DIA22) et les statuettes « de cabeceira », à mettre sur les tables de nuit (DIA23, DIA24).

27Il y a peu d’années encore, un grand nombre de ces statuettes étaient exposées par les antiquaires de Lisbonne qui vénèrent « o Santo preto » comme leur protecteur.

28Cette dévotion n’est pas seulement un héritage de l’histoire : c’est aussi un élément « de retour ». En effet, elle a repris la route du Portugal en même temps que d’anciens colons portugais, vers la fin du XVIIIe siècle. Un témoignage historique nous en est fourni grâce aux couvents franciscains consacrés à Sào Benedito, dans le nord du Portugal et aux romerias de Galicie, comme celles de la région de Lugo.

29Le Saint et la Dame sont des effigies médiatrices du Divin, accompagnées du « gage » mystique du Bambin qui change de mains (DIA25) (le modèle initial provient d’une gravure sicilienne publiée par la chronique de 1657) (DIA26). A la veille de l’abolition, de la part du Portugal, de la traite atlantique (1762), il y a un rapport très clair entre la Vierge et le Saint d’une part et, de l’autre, le trafic des esclaves.

30Dans un ex-voto datant de 1756, aujourd’hui exposé au Museu dos Biscainhos de Braga, le négrier portugais Francisco de Souza Pereira remercie Nossa Sehora do Castelo pour avoir échappé au « grand péril » représenté par une révolte d’esclaves qu’il était en train de transférer depuis Recife jusqu’à Rio de Janeiro. (DIA27).

31La Vierge, à partir de 1669, d’une irmandade do Rosàrio e Sào Benedito, est devenue ensuite, la cathédrale de Rio de Janeiro.

32Il convient d’ajouter enfin, que dans la liste des navires qui faisaient route vers Rio de Janeiro, il en est deux, après la canonisation du Saint des esclaves qui portent son nom : l’un s’appelle « Sào Benedito » et l’autre « Sào Benedito Feliz »16

Haut de page

Bibliographie

Relaçào das grandiosas festas, que na Cidade de Coimbra hoje por novo Titolo Cidade ditosa, fez o Illustrissimo Senhor Dom Manoel Bispo Conde, à Canonizaçào de Sancta Isabel Rainha de Portugal. Em Coimbra. Por Nicolao Carvalho Impressor del Rey, e da Universidade. Anno 1625. Biblioblioteca National, Rio de Janeiro.

Archivio di Propaganda Fide, Scritture Generali riferite alle Congregazioni Generali, cod.260, ff.283-284.

Flor perigrina por preta, ou Nova maravilha da Graça descuberta na prodigiosa vida do B. Benedito de Sào Philadelfio…porFr. Apollinario da Conceiçào… Lisboa, 1744.

C. RODRIGUES BRANDAO, O Divino, o Santo e a Senhora, Rio de janeiro, FUNARTE, 1978.

ARLINDO Rubert, A Igreja no Brasil, Palloti, Santa Maria, RS, 1981.

Volume I : Origem e desenvolvimento.

Volume II : Expansào Missionària e Hieràrquica.

Alessandro DELL’AIRA, La Fortuna iberica di San Benedetto da Palermo, in « Atti dell’Accademia di scienze, Lettere e Arti di Palermo », anno accademico 1992-1993, pp. 51-91.

IDEM, Introduzione alla versione italiano della Comedia famosa del Santo negro Rosambuco de la ciudad de Palermo, di Lope de Vega. Palombo, Palermo, 1995.

IDEM, Il Santo nero e il Rosario : devozione e rappresentazione, in « Il santo patrono e la città. San Benedetto il Moro : culti, devozioni, strategie di età moderna » Marsilio, 2000, pp. 164-182.

Giovanna FIUME, Il processo de cultu a San benedetto da San Fratello (1734), in « Il santo patrono e la città. San benedetto il Moro… » cit, pp. 231-252.

Marilena MODICA, I processi settecenteschi di San Benedetto il Moro, in « Il santo patrono e la città. San Benedetto il Moro… » Op cit, pp. 334353.

Os Negros em Portugal, catalogo della mostra omnium de Lisbona (Mosteiro dos Jeronimos, 23.09.99-24.01.00), Lisboa 1999.

Negro de corpo e alma. Mostra do Redescobrimento (23.4.00.07.09.00) Fundaçào Bienal de Sào Paulo, 2000.

Historia del Arte Iberoamericano, a cura di Ramon Guttierez e Rodrigo Guttierez Vinuales, Lunwerg Editores, Barcelona, 2000.

Haut de page

Annexe

Liste des diapositives

- 1- Busto di Fra Benedetto da San Fratello, del Convento di Santa Maria di Gesù a Palermo.

- 2- Riproduzione di una foto di Marco Salles, in « A Tribuna » di Vitoria (ES) lundi 27/12/99, p. 6.

- 3- Jongo de Sào Benedito (Elmo Elton, Sào Benedito. Sua devoçào no Espiritu santo,1988, p.55)

- 4 - Frontespizio della Relazione di Coimbra del 1625.

- 5- Dettaglio del verso della pagina 15 della Relazione.

- 6- Immaginetta di Santa Rosalia del 1624.

-7-  « La Madonna del Rosario in gloria », di Antoon Van Dyck (1628, palermo, Oratorio di San Domenico).

- 8- « San Francesco consigna il cordiglio a San Luigi », di Pietro Novelli (1635, Palermo).

- 9- Sào Benedito, Lisbona (metà XVII secolo) ;

-10- Santa Isabel de Aragào, Lisboa (metà XVII secolo).

- 11- Statua di san Benedetto con le rose (Varatojo). Metà del XVII secolo.

- 12- Statua di San Benito de Palermo (Valladolid, museo Nacional de Escultura). Metà del XVII secolo.

- 13- Statua di Sào Benedito nella chiesa di Guadalupe di Sào Tomé. Inizio del XVII secolo.

- 14- Statua di Sào Benedito. Ponte de Lima, Cappella di Nossa Senhora da Lapa.

- 15- Vila Franca de Lima : mordomas con i cesti rituali .

- 16- Un cesto di Vila Franca de Lima.

- 17- Feste de Yemanjà a Salvador da Bahia.

-18- Vila franca de Lima : i cesti depositati in chiesa con gli stendardi della Confraternita.

-19- Serra (Vitoria, ES) : La nave di Sào Benedito. Foto di Melton Sampaio (« A Tribuna », venerdi 24/12/99, p.11).

- 20- Serra (Vitoria, ES) : Festa do Mastro dedicata a Sào Benedito. Puxada do Mastro. Elmo Elton, p.70.

-21- Itanhaém (SP) : Festa do Mastro dedicata a Santa Isabel (http://www.itanhaem.sp.gov.br/​divinohistorico.htm).

- 22- Portaostie d’argente brasiliani (portapazes), con l’immagine di Sào Benedito.

- 23- Lisbona : statuetta « de cabeceira » raffigurante Sào Benedito.

- 24- Statuette brasiliane « de cabeceira », raffiguranti Sào Benedito das Flores.

- 25- La Madonna affida il Bambino a Sào Benedito. Seconda metà sec.XVIII. (Negro de corpo e alma).

- 26- La Madonna affida il Bambino a fra’Benedetto. Incisione dal Paradiso Serafico di pietro Tognoletto (1657).

- 27- Ex-voto del capitano negritos Francisco de Souza Pereira (1756).

Haut de page

Notes

1 - Pour un excursus-denuncia sur la condition des africains au Portugal, à propos des abus concernant l’administration des sacrements, je renvoie à mon intervention « Schiavitù : il silenzio del Concilio di Trento » en cours de publication dans les Actes du congrès de l’UNESCO, sur le thème : La schiavitù nel Mediterraneo in età moderna ( Palermo 26-30 septembre 2000).
2 - Sur l’importance de l’iconographie pour les missions catholiques du Nouveau Monde, cf, la récente Historia del Arte Iberoamericano, dirigée par Ramon Gutiérrez et Rodrigo Gutiérrez Vinuales, Editions Lunwerg, Barcelone 2000. Pour le problème des reliques, je renvoie à une lettre d’octobre 1633, dans laquelle frère Gabriel de l’Esprit Saint, frère mineur réformé de l’ordre de Saint François et missionnaire au brésil, demande pour des raisons urgentes, une licence spéciale pour l’importation d’images et de reliques de saints. (Archivio Romano di Propaganda Fide, Scritture originali riferite nelle Congregazioni Generali, cod. 260, f,283)
3 - L’antique dévotion des portugais à Sào Benedito vient non seulement de la tradition métropolitaine, comme nous le verront, mais aussi de la tradition brésilienne, pour l’image de celui qui revenait du brésil avec de nombreuses richesses. Nous renvoyons à notre édition italienne de la comédie du Santo negro Rosambuco, Palerme, Palumbo 1995 , Introduction, p.32.
4 - Relaçào das grandiosas Festas, que na Cidade de Coimbra hoje per novo Titolo Cidade ditosa, fez o Illustrissimo Senhor Dom Manoel Bispo Conde, à Canonizaçào de Sancta Isabel Rainha de Portugal. Em Coimbra, por Nicolào Carvalho Impressor del Rey, e da Universidade. Anno 1625. (Biblioteca Nacional, Rio de Janeiro), f. 15. Le programme officiel des fêtes prévoyait également les enmascaradas des africains dans les rues de la ville. Coïmbra était particulièrement liée aux événements concernant le vieux séminaire de Sào Tomé, ouvert après le Concile de Trente pour assurer la formation des séminaristes africains, et ensuite supprimé à cause, entre autre, d’une sanglante révolte d’esclaves, qui eut lieu en 1595. Le séminaire local fut fermé et les étudiants du lieu dirigés sur Coïmbra.
5 - Pour ces événements cf. V. Petrarca, Di Santa Rosalia Vergine Palermitana, Palermo, Sellerio, 1988 ; Originale delli testimonij di Santa Rosalia. Transcription du manuscrit 2 Qq E 89 de la Biblioteca Communale di Palermo, sous la direction de R ;C Giordano. Palerme, 1997.
6 - Probablement Antoon Van Dyck, sur les indications des acheteurs, voulut communiquer un souffle universel à la dévotion locale. Pour une lecture de la Madonna del Rosario , dell’Oratorio della Compagnia delli Sacchi, cf. A. Dell’Aria, Van Dyck a Palermo, in « Kalos », 11,2 (mars-avril 1999), pp. 4-13.
7 - Pour une description des deux statuettes, patrimoine de l’église du Recolhimento de Santos-o-Novo (Lisbonne), cf. mon Introduzione alla Commedia famosa del santo nero Rosambuco della città di Palermo, Palumba, 1995, p. 32.
8 - Flor perigrina por preta, o Nova maravilha da Graça descuberta na prodigiosa Vida do B. Benedito de S. Philadelfio… por Fr. Apollinario da Conceiçào… Lisboa, 1750, p. 64 (Transcription d’un manuscrit de 1704).
9 - Pourtant une association entre Sào Benedito et les roses devait déjà exister dans le monde ibérique, et dans quelques vers de Lope de Vega, l’esclave saint, avec « la dulce Maria », envoie les roses au ciel à Dieu, « que tiene por blanco ». Lope fait allusion à la récitation du rosaire et non pas à la métamorphose du balayage, même si ailleurs le frère accomplit d’autres métamorphoses, plus burlesques que saintes, extrayant du froc un lagarto et une guitare.
10 - Cf. J.R. Tinhorào, Os negros em Portugal. Uma presença silenciosa. Lisbonne, Editions Caminho, 1988, p. 135 ss
11 - Pour la photo et les informations concernant la statue, nous remercions monseigneur Abilio Ribas, évêque de Sào Tomé.
12 - Cf. A. Dell ‘Aira, La fortuna iberica di San Benedetto da Palermo, in « Atti dell’Accademia di Scienze, Lettere e Arti di Palermo » Année académique 1992-1993, pp. 51-91.
13 - Idem, Il santo nero e il Rosario : devozione e rappresentazione , in « Il santo patrono e la città. San Benedetto il Moro : culti, devozioni, strategie di età moderne » Marseille, 2000 pp. 164-182.
14 - Un parmi ceux qui ont contribué à la propagation de la dévotion à Santa Isabel et Sào Benedito au Brésil, fut assurément le premier évêque de Olinda, Estévào Brioso de Figuereido, élu à Coimbra en 1654, qui assista en 1677 à la translation de ses reliques et s’embarqua l’année suivante pour Olinda. Il entreprit la visite de tout son diocèse, apportant son soutien aux esclaves fugitifs du Quilombo dos Palmares, près de la paroisse de Serinhaèm. C’est sans doute aussi à cause de son engagement qu’il fut transféré à Funchal, dans les Açores, et ensuite à Lisbonne, où il se trouvait déjà en 1683. Cf. A. Rubert, A Igreja no Brasil, Palloti, Santa Maria, RS, 1981. Vol.II, p. 172-175.
15 - C. Rodrigues Brandào, O Divino, o Santo e a Senhora, Rio de Janeiro, FUNARTE, 1978. Quant aux origines de la fête, il se rapporte, qu’à Pirenopolis il était aussi venu des associés avec Isabella di Coimbra et avec la tradition millénariste de Giocchino da Fiore (p. 63 ss.).
16 - L’illustration de la peinture sur bois de Recife, patrimoine de la 5° Superintedência régional do IPHAN, est extraite de Negro de corpo e alma. Mostra do Redescobrimento (23.4.00.07.09.00) Fundaçào Bienal de Sào Paulo, 2000, p.233. L’illustration de l’ex-voto est extrait de Os Negros em Portugal, Catalogue de l’exposition homonyme de Lisbonne (Mosteiro dos Jeronimos, 23.09.99-24.01.00), Lisbonne 1999, p. 58. L’objet se trouve au Museo dos Biscainhos di Braga, dans cette même cathédrale où est adoré un autel de Nossa Senhora do Rosàrio da Famiglia Preta avec une statuette de Sào Benedito.  /  Texte : Milagre que fes Nossa Senhora do Rosàrio do Castello ao Cappitam Francisco de Souza Pereira quand ia do Recife de Pernambuco à sidade do Rio de Janeirocom cento e setenta Negros en altura de quatorze graos se bio persegido dos negros que se lebantarào e ofrecendoce à Senhora o livrou de tam grande perigo. 1576.  /  Pour la liste des navires négriers, je renvoie à Slave trade to Rio de Janeiro, 1852-1830 (machine –readable data file), compiled by Herbert S. Klein (l’information est donnée par l’Archivo Ultramarino de Lisbonne)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Dell’Aira, « Le navire de la reine et du saint esclave de la Méditerranée au Brésil », Cahiers de la Méditerranée, 65 | 2002, 329-339.

Référence électronique

Alessandro Dell’Aira, « Le navire de la reine et du saint esclave de la Méditerranée au Brésil », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 65 | 2002, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/40

Haut de page

Auteur

Alessandro Dell’Aira

Istituto « Martino Martini » - Trento

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org