Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

La fondation René-Seydoux pour le monde méditerranéen et son Répertoire méditerranéen

p. 176-177

Au cours des années 1960, René Seydoux, industriel français passionné par la Méditerranée, avait créé et animé avec l’historien Georges Duby l’Université méditerranéenne d’été d’Aix-en-Provence qui a rassemblé pendant dix ans écrivains, chercheurs, journalistes et étudiants de tous les pays du pourtour. À sa mort et afin de perpétuer sa conviction de la nécessité du dialogue et de la connaissance réciproque entre les peuples de la Méditerranée, la fondation René-Seydoux est créée en 1978.

Son objet est de développer les solidarités entre les rives de la Méditerranée.

Organisme indépendant et autofinancé, la Fondation a été reconnue comme établissement d’utilité publique en 1980. Elle œuvre comme catalyseur d’idées et de volontés autour d’actions concrètes dont elle se fait elle-même le promoteur. Elle intervient aussi comme élément de soutien de projets et d’initiatives dont l’objectif est de promouvoir l’échange, l’amitié et la coopération en Méditerranée, dans les domaines sociaux, culturels et scientifiques.

Centre ressource d’information sur la Méditerranée, elle gère une base de données couvrant les principaux domaines de la recherche et de la coopération sur les questions euro-méditerranéennes : le Répertoire méditerranéen. Publié depuis 1982 et accessible en ligne depuis 2000 à l’adresse www.fondation-seydoux.org, le Répertoire recense des informations sur plus de 700 centres de recherche et de culture, des associations, des organisations, mais également des revues et des périodiques qui se consacrent à la Méditerranée. C’est un outil de circulation de l’information constamment mis à jour.

La Fondation déploie également une activité régulière de conseil et d’accompagnement au service de porteurs de projets culturels de l’espace euro-méditerranéen.

Lieu de réflexion sur les réalités et les enjeux de la Méditerranée, elle a organisé par le passé des colloques et des journées d’étude et a publié en 1992 le premier état des lieux de la coopération culturelle entre les deux rives : La Méditerranée réinventée, espoirs et réalité de la coopération (Paris, La Découverte, 1992).

Parmi les nombreuses actions qu’elle a menées, en voici quelques-unes qui permettent de comprendre concrètement ses priorités et son mode de fonctionnement.

Dans les années 1990, elle a organisé plusieurs sessions de rencontre et d’études sur les civilisations méditerranéennes qui ont réuni des jeunes Algériens, Espagnols, Français, Marocains, Italiens et Tunisiens.

De 1997 à 2000, à son initiative et en partenariat avec des associations européennes, des stages de formation à la vie associative ont rassemblé, dans différents pays d’Europe, des jeunes Algériens et Algériennes actifs dans des associations sociales ou culturelles et leurs homologues européens.

Depuis le lancement du partenariat euro-méditerranéen, la fondation René-Seydoux a participé à tous les Fora civils Euromed et en a co-organisé certains comme celui de Marseille en novembre 2000.

Depuis le lancement du partenariat euro-méditerranéen, la fondation René-Seydoux a participé à tous les Fora civils Euromed et en a co-organisé certains comme celui de Marseille en novembre 2000.

Le soutien au secteur associatif et la promotion de la société civile indépendante, en particulier sur la rive sud de la Méditerranée, ont été une priorité constante de la fondation René-Seydoux. Elle a d’ailleurs participé dès fin 2002 au processus de création de la plate-forme non gouvernementale Euromed.

La mise en réseau des acteurs culturels constitue également l’un des axes prioritaires de son action : après avoir lancé, avec la Fondation européenne de la culture, le Réseau des libraires de la Méditerranée (aujourd’hui en sommeil), elle a été parmi les fondateurs du Forum euro-méditerranéen des cultures qui réunit des acteurs culturels indépendants, des universitaires, des artistes, des traducteurs et des opérateurs culturels actifs de part et d’autre de la Méditerranée.

Dans le même esprit, elle soutient actuellement le réseau de journalistes indépendants méditerranéens qui produisent le site d’informations culturelles Babelmed, www.babelmed.net.

Elle a accompagné et soutenu la création du fonds Roberto Cimetta pour la mobilité des artistes et des professionnels de la culture en Méditerranée.

Plus récemment, la fondation René-Seydoux a ouvert un chantier de connaissance du secteur culturel euro-mediterranéen qui devra aboutir à une sorte d’inventaire des pratiques, des ressources et des besoins de la coopération culturelle, éducative et artistique, en partenariat avec des organismes et des spécialistes du secteur.

Sa longue expérience de terrain lui a permis de nouer des coopérations, des liens de confiance et des partenariats avec de nombreux organismes culturels, fondations, centres de recherche ainsi qu’avec des personnes, à la fois en Europe et dans les pays méditerranéens.

Depuis juin 2006, elle est le coordinateur du réseau français de la fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures.

La fondation René-Seydoux est présidée par Jérôme Seydoux et dirigée par Giovanna Tanzarella.

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org