Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

NAVIGOCORPUS

Corpus des itinéraires des navires de commerce, xviie-xixe siècles
p. 178-179

Programme coordonné par Silvia Marzagalli (CMMC, Nice) en collaboration avec Pierrick Pourchasse (CRBC, Brest) et Jean-Pierre Dedieu (LAHRHA, Lyon).

Appel à projets thématique ANR 2007 « Corpus et outils de la recherche en sciences humaines et sociales »

Le va-et-vient incessant de navires qui animait la vie des ports grands et petits à l’époque moderne a fait l’objet de nombreuses études. La plupart d’entre elles se sont efforcées de saisir la géographie commerciale d’un port à une époque donnée et la nature des échanges contribuant à la prospérité de ses habitants. Souvent, face à la pléiade de petites embarcations, seuls les trafics lointains ont retenu l’attention. Les données, issues des archives portuaires et douanières, ont été agrégées, pour alimenter tableaux, graphiques, cartes indiquant l’origine des navires par régions géographiques, leur tonnage, nombre ou pavillon, l’évolution des entrées dans le port au fil des années. Ce type d’analyse, qui a indéniablement contribué à une meilleure compréhension des échanges, écrase toutefois l’individualité propre à chaque voyage et ne permet pas de combiner de manière plus complexe les différents critères. Il s’en suit une lecture linéaire des échanges, alors que toute l’historiographie récente du négoce propose des lectures systémiques, difficiles à effectuer en matière de navigation face à l’ampleur des dépouillements nécessaires.

La base de données envisagée par ce projet permettra de dépasser ces limites. Nous nous proposons de mettre à la disposition de la communauté scientifique internationale un important corpus sur la navigation maritime entre le xviie et le xixe siècle. Au terme des trois années, le corpus réunira les nombreux dépouillements déjà effectués dans plusieurs ports européens par les différents chercheurs français et étrangers impliqués dans le projet (300 000 voyages environ), ainsi que les données qui seront collectées au cours des trois ans en dépouillant des sources de très grand intérêt qui n’ont pas fait jusqu’à présent l’objet d’une saisie systématique.

Les données seront présentées de manière uniforme, à partir d’une grille commune et informatisée élaborée avec le logiciel FileMaker, prévoyant une trentaine de champs pour chaque voyage et mettant les étapes de l’itinéraire au cœur de chaque fiche. Le corpus pourra être interrogé en ligne à partir de n’importe quel critère ou combinaison de critères, en fonction des centres d’intérêt de l’utilisateur. Le site, qui est appelé à se pérenniser au-delà de la durée du projet ANR, s’enrichira progressivement par les travaux d’étudiants que nous lancerons selon un protocole commun ainsi que par les données que d’autres chercheurs nous proposeront, qui seront intégrées après vérification du caractère scientifique de la saisie effectuée.

Les équipes impliquées dans NAVIGOCORPUS s’engagent également à mettre à disposition de tout chercheur souhaitant exploiter des sources relatives à la navigation leur modèle de fiche, accompagné des indications méthodologiques nécessaires, déterminant ainsi un protocole fiable où toutes les données de la source et toutes les indications qu’elle comporte seront systématiquement traitées : il est malheureux de constater la fréquence avec laquelle, dans la réalisation de bases de données, des informations contenues dans la source sont « perdues » au cours de la saisie, car jugées non pertinentes par le chercheur dans le cadre de sa recherche.

Ce corpus, une fois constitué, permettra un renouveau profond des approches traditionnelles au monde de l’échange maritime. Les champs de recherche potentiellement ouverts par la mise à disposition de la communauté scientifique d’un outil permettant de repérer rapidement les circuits et les itinéraires empruntés par quelques centaines de milliers de navires sont multiples. La base ne permettra pas seulement de s’interroger sur des aspects essentiels du jeu de l’échange et sur la circulation de l’information, mais aussi d’appréhender la fréquence qui leur était propre et leurs temporalités, de suivre les stratégies entrepreneuriales des armateurs, les carrières des capitaines, etc. Un système de codage des lieux, liés aux fonds de cartes numériques, permettra en outre de réaliser des cartes à partir des données sélectionnées au sein du corpus.

Parallèlement à la création de ce corpus, nous nous proposons de lancer des recherches permettant d’illustrer concrètement ses potentialités. Un colloque international prévu à la fin du programme triennal constituera l’occasion de présenter NAVIGOCORPUS et les nouveaux travaux qui ont été réalisés à partir de la mise en ligne de celui-ci, mais aussi d’envisager le développement futur du corpus, non seulement en termes quantitatifs mais aussi en proposant des pistes nouvelles, telles que l’association aux fiches des sources narratives, entrepreneuriales, notariales, iconographiques. Il s’agira, plus largement, de promouvoir un débat sur les sources et méthodes de l’histoire maritime de l’Antiquité à nos jours, cinquante ans après le grand colloque organisé par Michel Mollat du Jourdin, qui avait jeté les bases des grands chantiers de recherche d’histoire maritime en France dans les années 1960-1970.

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org