Navigation – Plan du site
Notes et travaux de recherche

Athanor

Sylvain Zaffini
p. 309-316

Résumés

Cet article donne un aperçu des entrées d’un dictionnaire encyclopédique en préparation visant à recenser par auteurs les termes alchimiques en usage à l’Europe moderne, et à en donner une définition aussi complète que possible.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

alchimie, ésotérisme
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Proverbe yakoute.

La femme d’un chaman est respectable, la femme d’un forgeron est vénérable1.

1Nous étudions l’alchimie en tant que science, mais pourquoi ne pas remettre l’alchimiste au centre du débat, percevoir ou non la réalité d’une cosmopolis alchimique, d’une « république des alchimistes »… Si nous abordons le problème sous cet angle, alors la première étape vise à démêler les fils pour trouver celui qui relie tous les artistes naturels. Ce fil est, selon nous, la langue, ce vocabulaire si étrange qui servait de base commune (même inconsciemment) aux alchimistes. De cette réflexion est né le projet de recenser par auteurs les termes alchimiques de l’Europe moderne, et d’en donner une définition aussi complète que possible. En d’autres termes de proposer une base de travail, sur laquelle pourront s’appuyer des projets de recherches plus larges. Nous présentons ici une entrée type de ce projet, la tentative de définition historique, scientifique et rigoureuse du terme « Athanor ». Nous ne prétendons pas expliquer de manière définitive un concept aussi vaste et complexe que celui de l’athanor, mais plutôt de proposer quelques clefs de compréhension qui ne relèvent pas d’un dictionnaire de « sciences dures » ou d’un dictionnaire ésotérique.

  • 2  Le terme de souffleur est ici à prendre au sens péjoratif. Il définit autant les alchimistes jugés (...)

2Athanor est certainement l’un des termes les plus employés et les plus chargés de sens du vocabulaire alchimique. Les informations à son sujet diffèrent selon les auteurs et selon les traditions alchimiques, en l’occurrence la tradition qui nous concerne est celle de l’alchimie moderne. Il est cependant évident que si nous voulons parvenir à une complète compréhension du terme d’athanor nous ne pouvons pas nous couper totalement des références aux traditions plus anciennes et orientales. La quasi-totalité des traités alchimiques, qu’ils soient recettes ou réflexions métaphysiques évoquent l’idée d’athanor, la précisent et souvent même la transforment. Cette transformation, ou plutôt déformation est un topos de la publication alchimique, découlant de cette volonté de dissimuler et induire en erreur ceux que les adeptes appelaient les souffleurs2 ou chimistes. La compréhension du terme est aussi problématique au niveau des exégètes contemporains, historiens des idées ou des sciences ; les uns se concentrant sur l’aspect philosophique (feu interne, ou secret, relevant plus d’une qualité que d’un état pragmatique), les autres se focalisant sur l’acception matérielle (four physique). Les deux acceptions seront ici développées afin de tenter d’éclairer le terme, sa polysémie et ses enjeux.

3L’étymologie même du mot est assez nébuleuse, témoignage d’une genèse alchimique imperceptible aux hommes. Le mot provient très probablement du terme arabe al-tannur (al-tannour) signifiant le four dans lequel est cuit le pain traditionnel. Cette origine arabe paraît relativement crédible, dans la mesure où de nombreux termes alchimiques sont issus de cette langue, preuves des transmissions de la culture alchimique entre orient et occident à l’aube de l’an mil. D’autres significations sont avancées comme par exemple l’assimilation avec l’athanatos grec, ou immortel.

4L’acception la plus aisée à saisir est celle du four physique, outil indispensable, qui pourrait s’assimiler (dans sa finalité) au bec bunsen des chimistes contemporains. Nous allons voir que même dans cette définition du terme, la symbolique est omniprésente, laissant entrevoir des utilisations différentes.

  • 3  Lyndy Abraham, A Dictionary of alchemical imagery, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

5Il est certain que nous ne parviendrons pas à une liste exhaustive des mentions de l’athanor dans la littérature alchimique moderne, nous nous contenterons de citer les passages les plus significatifs. En premier lieu, la lecture de l’ouvrage de Lyndy Abraham3 laisse quelque peu perplexe. En effet, l’article concernant l’athanor est très bref :

Athanor the furnace in which the egg-shapped vessel is placed in a sandbath over a fire; nammed from the arabic al-tannur (the furnace). The athanor is shaped like a small domed tower which provides a constant heat with charcoal. Philalethes wrotes that the alembic is set “in a philosophical athanor… the doores being firmly shut up”. Subtle in Jonson’s  the Alchemist informs Mammon that he has obtained the salt of mercury by “reverberating in Athanor

  • 4  Mircea Eliade, Forgerons et alchimistes, Paris, Flammarion, 1956, 213 p. Les études de Mircea Elia (...)

6L’article renvoie vers les termes de furnace (fourneau) et tower (tour). La définition est très réductrice. Aucune mention n’est faite du feu philosophique, ce qu’on ne peut que regretter, surtout lorsque l’on connaît la propension des alchimistes à utiliser un langage pluriel. Pour autant, L’athanor est bien un four physique, une variante de la forge classique -les liens entre alchimistes et forgerons sont largement évoqués dans le livre classique de Mircea Eliade4. Sa forme, comme l’évoque avec raison l’auteur britannique, est proche de celle d’une tour (toutes proportions gardées) ce qui amena les alchimistes à le surnommer « tour » et à le présenter sous cette forme tant dans l’iconographie que dans les écrits.

  • 5  Alain Segonds, « Tycho Brahé et l’alchimie », in Alchimie et philosophie à la renaissance, actes d (...)

7Les opinions au sujet de son utilisation divergent. Certains auteurs affirment qu’un seul et unique athanor doit être utilisé, avec des changements de chaleur, de combustible et de temps d’exposition. D’autres préconisent une multitude de fours de tailles et d’équipements différents. Tycho Brahé nous livre des planches  illustrées expliquant les dimensions, matières, et équipements5. Christophe Glaser donne également d’amples informations sur la conception du four chimique et son utilisation, tout en restant fidèle à son attitude plus chimique qu’alchimique :

  • 6  Christophe Glaser, Traité de la chimie, Seconde édition, Paris, Jean d’Hovry, 1668.

Ils [les alchimistes] ont inventé une infinité de fourneaux de diverses grandeurs et figures, jusqu’à une confusion, ne considérant pas que la nature étant simple dans ses ouvrages, l’Artiste la doit imiter et ne décliner de sa façon d’agir sans grande nécessité. C’est ce qui a obligé de grands alchimistes à ne se servir que d’un seul fourneau pour toutes les opérations6.

8La méthode pour fabriquer un  athanor est très souvent la même. Le corps du four est constitué de briques, de terre, de fiente (généralement de cheval) et de poils (de cheval également) servant à éviter les dilatations dues à la chaleur. Le même Glaser nous donne la recette de sa « pâte » :

  • 7  Christophe Glaser, Traité de la chimie, Seconde édition, Paris, Jean d’Hovry, 1668. p. 38.

La pâte dont on fait les fourneaux portatifs est composée de terre grasse ou argile, dont les potiers se servent pour faire leur vaisselle, et des pots mis en poudre grossière qu’on appelle communément Ciment. Il faut prendre deux parties de terre grasse, la faire sécher et mettre en poudre, et trois parties dudit ciment en poudre, les bien mêler et faire une pâte avec de l’eau, de laquelle on forme les fourneaux, qu’on fait sécher à l’ombre et ensuite cuire dans un four de potier. Il faut remarquer que quand la terre est extrêmement grasse il faut augmenter la quantité du ciment pour empêcher qu’en séchant les fourneaux ne se fendent, ce qui arriverait si on n’ajoutait une suffisante quantité de poudre de pots cassés7.

9Le corps même d’un athanor est une chose relativement bien réglée, commune à beaucoup d’artistes, il ne doit pas être construit au hasard et doit répondre à un « cahier des charges » bien précis :

  • 8  Ibid., p. 27.

Chaque fourneau doit être divisé en quatre parties, et quelque fois en cinq : la première est le cendrier avec sa porte, la deuxième la grille, la troisième le foyer avec sa porte pour introduire les matières combustibles, comme charbon ou bois, la quatrième est l’espace que contient le vaisseau dans lequel espace doivent être quatre registres par lesquels en les ouvrant ou fermant le feu puisse être gouverné de la même manière qu’un cheval est gouverné par son écuyer avec la bride ou les éperons. La cinquième est le dôme ou son enclos au dessus du vaisseau, lequel dôme bouche les susdits registres et à leur place doit avoir un trou au dessus qu’on ouvre et ferme de même que les registres comme l’artiste le trouve bon8.

10Dans le même ouvrage, Glaser évoque la possibilité d’utiliser divers fourneaux ou de n’en utiliser qu’un seul, réunissant le précepte du fourneau unique et la nécessité d’avoir des fourneaux à usage différent. Il décrit cependant des athanors plus spécialisés. Le Piger Henricus, dit-il, est un fourneau très utile, pouvant servir à de nombreuses tâches, il y décèle trois parties essentielles plus une :

  • 9  Christophe Glaser, Traité de la chimie, Seconde édition, Paris, Jean d’Hovry, 1668.

La première est la tour qui contient le feu, et autant de charbon qu’il en peut être consumé en vingt quatre heures, la seconde est un fourneau pour le bain marie, la troisième est un fourneau à sable. Si la commodité du lieu où on fait bâtir ce fourneau le permet on y peut ajouter une quatrième partie, qui doit être un fourneau à cendres. La première qui est la tour, doit avoir du moins trois pieds de haut et huit à neuf pouces de diamètre en rond au-dedans et bien unie, elle doit avoir son cendrier avec une porte, par laquelle on puise tirer la cendre, elle doit aussi avoir une grille.[…] Il faut accommoder à chacun de ces fourneaux une grille et à chacun quatre trous avec leurs bouchons qui serviront de registres9.

11Ces trois parties essentielles que décrit Christophe Glaser sont communes à toutes les descriptions d’athanors concernant l’alchimie moderne. Les caractéristiques indispensables sont de pouvoir réguler l’intensité du feu, sa durée et bien entendu de pouvoir alimenter le feu sans rupture. Nous nous intéresserons dans une autre étude aux degrés du feu, mais nous pouvons préciser que les régimes du feu alchimique sont un des points capitaux dans la réalisation du grand œuvre. La description des étapes de l’œuvre se réfère souvent à un type de feu ou à un type de four, comme nous l’avons vu, la confusion à ce propos laisse l’entière responsabilité à l’alchimiste d’utiliser un seul ou plusieurs fourneaux. Nous pouvons aussi émettre l’idée que les différentes préparations préliminaires à la réalisation du grand œuvre peuvent se faire selon  divers fours. Ainsi, Glaser donne encore quelques exemples de fours.

  • 10  Ibid., p 29

Il y a une autre sorte de fourneau de digestion, dans lequel on peut faire plusieurs opérations en même temps. […] Il est composé de trois parties ou fourneaux joints l’un à l’autre par étages. Le premier qui est celui qui contient le feu, est composé ou construit à l’ordinaire d’un cendrier avec sa porte, d’une grille de fer, d’un foyer et sa porte, d’un espace pour contenir le charbon en suffisante quantité pour l’entretien d’un feu égal de douze heures et d’une capsule contenant le sable, dans lequel on met les vaisseaux, toute la différence de ce fourneau aux autres est qu’au lieu de quatre registres aux quatre coins, il y a une ouverture au-dedans, par où la chaleur se jette dans le second fourneau qui doit être joint à celui-ci, et du second au troisième et afin que le feu puisse agir en haut selon la coutume10.

  • 11  Christophe Glaser, Traité de la chimie, op. cit., p 29.

12Les traités alchimiques font aussi souvent mention de four à réverbère ou feu de réverbère. Un four à réverbère est un four classique au-dessus duquel est installé un dôme de forme ronde ou carrée destiné à réverbérer la chaleur s’échappant par le sommet du four. Ce four est utile voir nécessaire pour la distillation des eaux-fortes, esprits de sel, de nitre, de vitriol…11.

  • 12  Le terme de vaisseau est ici à prendre au terme de réceptacle dans lequel est contenue à matière à (...)

13Nous n’entendons pas multiplier les exemples et les citations, car, en ce qui concerne la fabrication et la mise en pratique du fourneau alchimique, les polémiques sont relativement restreintes. Pour l’acception matérielle de l’athanor la seule dissonance visible entre les auteurs alchimiques et celle du nombre de fours. Pour résumer, il semble clair que selon l’aphorisme alchimique, d’imiter la nature, le travail doit se faire avec un seul fourneau, en un seul vaisseau12. A partir de là, il est envisageable que divers fourneaux peuvent êtres utilisés dans les étapes préliminaires de l’œuvre, ce qui revient à rejeter l’idée d’une matière première enfermée dans un vase clos, se suffisant à elle-même, à laquelle on n’ajoute ni ne retire rien.

14Les débats concernant le four alchimique sont nombreux, mais relèvent du détail, la finalité et l’utilisation de ce four sont des points autours desquels les historiens de l’alchimie peuvent s’accorder sans difficulté. Il n’en va pas de même en ce qui concerne l’aspect mystique, symbolique du terme athanor.

  • 13  Antoine Joseph Pernety, Dictionnaire mytho hermétique dans lequel on trouve les allégories fabuleu (...)
  • 14 Ibid., p. 135.

15Selon Don Antoine-Joseph Pernety, auteur du célèbre Dictionnaire mytho hermétique (1787), l’athanor est carré, relié à une tour13. La tour, remplie de charbons est la chambre de combustion. Cependant il s’agit alors du four des chimistes vulgaires : « On lui a donné le nom d’athanor par similitude au fourneau secret des philosophes ». L’auteur fait donc bien la différence entre les deux acceptions de l’athanor. Comme nous le disions, l’athanor recèle une part plus mystique et philosophique que ne l’admet Lyndy Abraham. Pernety ajoute : « Leur [les adeptes] athanor est leur matière animé par un feu philosophique inné dans cette matière ». Plus loin, dans l’article fourneau, il le décrit plus en détail, citant d’Espagnet14 :

Ceux qui sont expérimentés dans les opérations du magistère, ont appelé fourneau ou four le troisième vase qui renferme les [lacune] et conserve tout l’œuvre […] Ils l’ont nommé athanor, parce qu’il entretient comme un feu immortel et inextinguible, car il administre dans les opérations du feu continuel ».

  • 15 Ibid., p. 125.

16L’athanor peut aussi revêtir la symbolique du feu de la nature, assimilé à l’eau céleste ou au mercure philosophique. Toujours selon Pernety, le feu philosophique (de la nature)15 n’est pas le feu vulgaire :

Le feu qu’ils appellent philosophique n’est pas le feu vulgaire et tout le secret de l’art consiste dans la connaissance de la matière de l’œuvre et dans le régime du feu.

17La confusion volontaire entre feu, fourneau et athanor résulte bel et bien de ce qui apparaît comme la règle alchimique de base : embrouiller et dissimuler une vérité relative sous un glacis hermétique.

18Beaucoup d’auteurs n’ont envisagé l’athanor que sous l’aspect unique du fourneau, mais il apparaît clairement qu’il y a plus que cela. Comment pourrait-on envisager que les adeptes si pétris de symbolique et de codage aient réduit ce point essentiel à une simple acception matérielle ? L’athanor doit être ré-envisagé (si ce n’est déjà fait) comme porteur d’une signification bien plus philosophique. Nous ne possédons pas les clefs pour parvenir à cela, ainsi nous faut-il nous résigner à n’émettre que des hypothèses. L’athanor pourrait donc être le feu naturel, le fourneau matériel, mais aussi une qualité interne à certaines substances, corrodant et incinérant. L’inverse peut aussi être recevable, une essence interne à certaine qualité. Nous sortons ici du domaine historique, mais l’alchimie ne saurait être envisagée autrement.

  • 16  Mircea Eliade, Forgerons et alchimistes, op. cit.

19Nous avons déjà évoqué l’ouvrage de Mircea Eliade, Forgerons et alchimistes, qui nous semble une très bonne référence quant à l’approche de l’athanor, preuve supplémentaire de la symbolique du feu et de la forge16. Dans cette étude, le lien très fort entre le forgeron, le maitre du feu et l’alchimiste apparaît clairement :

L’alchimiste, comme le forgeron, comme avant lui le potier est un maître du feu. C’est par le feu qu’il opère le passage de la matière d’un état à un autre.

20Il n’est pas inutile de rappeler ici l’importance du forgeron dans les sociétés anciennes et tribales. Chamans et forgerons sont deux facettes d’un même mode magique.

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.

Les primitifs se représentent le pouvoir magico religieux comme brûlant et l’expriment par des termes qui signifient chaleur, brulure, très chaud »17. Plus loin, Eliade soutient que  « le feu s’avérait être le moyen de faire plus vite, mais aussi de faire autre chose que ce qui existait déjà dans la nature : il était donc la manifestation d’une force magico-religieuse qui pouvait modifier le monde18.

21Existe-il parabole plus élégante pour désigner l’alchimie ? Ces liens mis en avant par Mircea Eliade sous-tendent toute notre idée de l’athanor et par extrapolation celles du feu et du fourneau. On comprend bien grâce à cet éclairage que l’athanor n’est pas qu’un simple outil de travail, mais aussi et surtout l’expression d’une tradition magique très ancienne, digérée et propagée par les alchimistes.

22Enfin, nous ne pouvons manquer d’évoquer cette vaste idée plaçant l’alchimiste lui-même comme matière sur laquelle l’œuvre opère. Encore une fois, la maîtrise du feu est éloquente, M. Eliade l’évoque à propos des forgerons et des chamans :

  • 19  Ibid., p 65

La magie primitive et le chamanisme impliquent la maitrise du feu […] qu’il [le forgeron ou le chaman] puisse produire dans son propre corps une chaleur intérieure qui le rend brulant, ardent, lui permettant ainsi de résister au froids extrêmes19 ;

23et, plus loin :

  • 20  Ibid., p 70

Traduite en termes théoriques cette maitrise [du feu] signifie l’obtention d’un état supérieur à la condition humaine20.

  • 21 Jacques Bergier et Louis Pauwels, Le matin des magiciens : introduction au réalisme fantastique, Pa (...)

24L’idée évoquée entre autres par Jacques Bergier21 d’une alchimie intérieure prend ici tout son sens. L’athanor n’est pas l’unique moyen de cette transcendance mais il en est un des media les plus importants. D’une manière générale, nul ne peut et ne doit résumer l’athanor à une acception exclusivement matérielle ou exclusivement mystique, la parfaite compréhension du fourneau alchimie réside dans l’appréhension du savant mélange de physique et de métaphysique. La signification de l’athanor ne doit pas non plus être écartée de la symbolique du feu, un feu qui lui aussi revêt différents aspects et en l’occurrence celui du feu interne, du feu secret, élément magico-religieux que nous évoquions plus haut. Plus qu’un simple foyer l’athanor est la résonnance des traditions magico-religieuses les plus anciennes.

Haut de page

Notes

1  Proverbe yakoute.

2  Le terme de souffleur est ici à prendre au sens péjoratif. Il définit autant les alchimistes jugés ignorants que les chimistes dont la science est dépourvue de mystique.

3  Lyndy Abraham, A Dictionary of alchemical imagery, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

4  Mircea Eliade, Forgerons et alchimistes, Paris, Flammarion, 1956, 213 p. Les études de Mircea Eliade sont toujours au centre de débats virulents, nous les considérons en tenant compte de leur contexte, leur époque et surtout le fait que les critiques que nous évoquons visent plus l’auteur que ses recherches.

5  Alain Segonds, « Tycho Brahé et l’alchimie », in Alchimie et philosophie à la renaissance, actes du colloque international de Tours, Paris, Vrin, 1993, 478 p.

6  Christophe Glaser, Traité de la chimie, Seconde édition, Paris, Jean d’Hovry, 1668.

7  Christophe Glaser, Traité de la chimie, Seconde édition, Paris, Jean d’Hovry, 1668. p. 38.

8  Ibid., p. 27.

9  Christophe Glaser, Traité de la chimie, Seconde édition, Paris, Jean d’Hovry, 1668.

10  Ibid., p 29

11  Christophe Glaser, Traité de la chimie, op. cit., p 29.

12  Le terme de vaisseau est ici à prendre au terme de réceptacle dans lequel est contenue à matière à travailler.

13  Antoine Joseph Pernety, Dictionnaire mytho hermétique dans lequel on trouve les allégories fabuleuses des poètes, les métaphores, les énigmes et les termes barbares des philosophes hermétiques expliqués, Paris, Deladain, 1787, p. 46.

14 Ibid., p. 135.

15 Ibid., p. 125.

16  Mircea Eliade, Forgerons et alchimistes, op. cit.

17 Ibid.

18 Ibid.

19  Ibid., p 65

20  Ibid., p 70

21 Jacques Bergier et Louis Pauwels, Le matin des magiciens : introduction au réalisme fantastique, Paris, Gallimard, 1960, 514 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Zaffini, « Athanor », Cahiers de la Méditerranée, 77 | 2008, 309-316.

Référence électronique

Sylvain Zaffini, « Athanor », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 77 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2009, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/4394

Haut de page

Auteur

Sylvain Zaffini

Doctorant en histoire moderne à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, rattaché au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Sylvain Zaffini prépare un Dictionnaire précis du vocabulaire des traditions alchimiques européennes à l’époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org