Navigation – Plan du site
Les Alpes-Maritimes

Conclusion

Marc Ortolani
p. 291-294

Texte intégral

1La conclusion des actes d’une journée d’étude apparaît toujours comme un exercice imposé et quelque peu académique, mais qui peut aussi s’avérer périlleux, surtout lorsqu’on est confronté à des communications très riches mais également très diverses.

2Christine Pina a expliqué, en introduction, qu’il s’agissait de faire des Alpes-Maritimes un objet d’étude, et par conséquent, qu’il fallait commencer par l’identifier. Autrement dit, nous avons été immédiatement confrontés au problème de l’identité des Alpes-Maritimes, question relativement connue pour les historiens et historiens du droit, question moins connue semble-t-il par les politistes. Mais le programme établi pour cette journée avait le mérite d’être clair : les Alpes-Maritimes ont une identité particulière et l’objectif de la journée était de « décrypter les mécanismes et les pratiques qui fabriquent cette singularité ». Les Alpes-Maritimes seraient donc un département singulier, au sens de particulier, de différent, et l’identité des Alpes-Maritimes porterait donc le poids de déterminismes géographiques, historiques, humains…

3Michel Bottin a commencé par aborder la question de l’identité politico-administrative des Alpes-Maritimes sous l’angle de la construction historique de ce département, en proposant en quelque sorte une approche « par le haut ». Il a expliqué qu’en principe tous les départements sont institutionnellement et juridiquement identiques, mais à travers l’exemple des Alpes-Maritimes, il a surtout démontré le contraire : ce département reste une marche, une zone frontière, marquée par son instabilité, et il a rappelé les formes territoriales successives qui illustrent la complexité de son identité territoriale. Quant à son identité organique, son étude permet surtout de souligner son déclassement administratif et son absence de la liste limitée de ce qu’il a appelé « les départements de plein exercice ».

4La particularité de ce département a également été illustrée par Henri Courrière qui en a étudié plus spécifiquement le « particularisme ». Il a proposé une approche diachronique de cette sensibilité politique revendiquant le respect de particularités locales, à travers l’étude des acteurs de ce discours et leurs stratégies discursives. Cela lui a permis de montrer que ce mécanisme de défense de certaines élites est aussi un outil de mobilisation électorale, qu’il est d’abord largement annexé par le séparatisme avant que les choses n’évoluent, et que la défense de sa petite Patrie ne s’oppose pas à l’intégration à la grande Patrie. Mais il a montré aussi comment un discours qui, a un moment donné, est violemment particulariste, peut évoluer et devenir moins marqué et plus subtil pour ne plus illustrer que l’existence de situations particulières. Pour autant, le particularisme, plus ou moins intense selon les périodes, contribue bien à la construction d’une identité.

5Marc Ortolani a démontré que cette identité s’est construite, non seulement par l’intégration à la France et à la République, mais également en précisant le positionnement de ce département vis-à-vis de l’Italie, avec un discours complexe, où l’on évolue de la tension à l’apaisement, et qui illustre cette éternelle dualité entre confiance et méfiance et entre attirance et répulsion. C’est comme cela aussi que se construit une identité.

6De son côté, Patricia Prenant a montré que la singularité des Alpes-Maritimes consiste aussi dans le fait d’avoir accueilli un certain nombre de parlementaires parachutés (« des candidats cooptés » disait-on à la fin du XIXe siècle). A cette époque, l’extranéité apparaît en effet comme un atout politique, un gage de neutralité et de non-engagement par rapport aux problèmes locaux. Il s’agit aussi d’imposer des personnalités d’envergure nationale battues ailleurs, telles que Maurice Rouvier, plusieurs fois ministre et Président du Conseil, Léon Renault ancien préfet de Police de Paris ou bien encore Georges Clemenceau dans le Var. Mais Bischoffsheim, c’est aussi l’affairisme, le clientélisme, la corruption. Patricia Prenant décrit ainsi un généreux donateur qui « arrose » – dans tous les sens du terme – la moitié du département, mais aussi ce « phylloxéra électoral », qui n’est prêt à lâcher une circonscription que pour mieux s’incruster dans une autre. Cette communication appellerait d’ailleurs des prolongements (et l’on peut penser ici aux futurs travaux du laboratoire ERMES), relatifs au parachutage et aux candidatures exotiques. Qui, comment et pourquoi aide-t-on un candidat étranger à s’implanter dans les Alpes-Maritimes ? Ce qui revient aussi à poser deux autres questions : pourquoi a-t-on besoin de parachutés ? Où sont les élites locales et quelle est leur implication – ou leur non implication – dans la vie politique ?

7Stéphanie Maccagnan et Karine Deharbe ont choisi quant à elles d’illustrer l’identité et la singularité du département, « par le bas », en insistant sur les liens entre la politique et la culture populaire locale, à travers le carnaval. Elles ont montré que « politique et carnaval vont bien ensemble » et que l’on n’a jamais hésité à utiliser et à instrumentaliser le carnaval à des fins politiques. Tout en étant une fête, une fantaisie, le carnaval se nourrit de la vie politique. Cela apparaît à travers l’affaire des Ratapignata, de la ligne Nice-Coni ou le personnage de Borriglione. Mais on constate aussi que lorsque le carnaval cherche à s’adresser davantage « à une foule de bonne compagnie », il abandonne les préoccupations de la vie politique locale, pour s’orienter vers d’autres thèmes. Mais en même temps, alors que l’on accuse parfois Nice de faire une « politique de carnaval », on commence aussi à avoir une « politique du carnaval » (plus précisément une politique municipale du carnaval) pour éviter l’entière liberté des carnavaliers et, selon les périodes, pour « domestiquer » le carnaval. Voilà encore un bel exemple des moyens par lequels se construit une identité, en croisant les réalités culturelles et les volontés politiques.

8Les communications de l’après-midi ont conduit, après l’évocation de questions politiques bien lointaines, à une réalité beaucoup plus contemporaine.

9Stéphane Cadiou focalise son étude sur la campagne des élections municipales niçoises. Il étudie le discours des candidats, et notamment ce qu’ils disent de leur aptitude à exercer le mandat qu’ils convoitent. Entre un candidat distancié, quelque peu visionnaire, qui fonde sa légitimité sur son ancrage historique, un candidat aux analyses impressionnistes fondant sa campagne sur des affinités profondes, des émotions communes avec son électorat, et un candidat qui cherche à se grandir en compensant son déficit de notoriété par sa connaissance du vécu et son inventivité, les Niçois ont choisi. Mais il est certain qu’aucun des candidats n’a renié la singularité de la ville qu’il prétendait pouvoir administrer.

10Christine Pina et Christian Bidégaray se sont penchés sur les élections municipales de 2008 pour illustrer la grande stabilité du personnel politique des principales villes du département (62% de reconductions de l’équipe du maire sortant). Dans le cas contraire, on assiste à un phénomène de « changement dans la continuité », voire à quelque spectaculaire come-back. Cela n’est sans doute pas spécifique au département et ne pourrait être retenu comme une marque de la singularité des Alpes-Maritimes. En revanche cela traduit la reproduction de pratiques déjà présentes au XIXe Siècle. Autrement dit cela illustre bien une certaine continuité des pratiques politiques dans le temps. En revanche, Christine PINA a montré que l’échelon communal n’était plus toujours le plus pertinent pour l’analyse des logiques politiques locales.

11De son côté, Marie-Ange Grégory aborde la question de l’intercommunalité à travers l’exemple de la CANCA qu’elle présente comme un ensemble « hétérogène », constituant surtout un niveau administratif supplémentaire porteur de projets structurants. Si l’on se penche sur le discours des candidats aux élections municipales à propos de l’intercommunalité, on retiendra qu’ils promettent souvent de mieux défendre leur territoire au sein de l’espace intercommunal, et qu’ils établissent parfois une sorte de bilan entre ce que coûte l’appartenance à une structure intercommunale, et ce que cela peut rapporter. En revanche, rien n’est dit d’une éventuelle identité intercommunale, si tant est que celle-ci puisse exister, étant données les fonctions qui sont les siennes.

12En revanche, Mahamadou Siribié a montré que les élections municipales ont une incidence fondamentale sur la direction des EPCI, ce qui leur donne évidemment un relief qu’elles n’avaient pas auparavant. Mais il souligne aussi la place qui est réservée aux majorités municipales dans cette désignation, ce qui fait que les stratégies de conquête du pouvoir intercommunal ne semblent pas, à proprement parler, politiques. Elles font appel à d’autres équilibres, dans un climat de consensus politique, ce qui n’exclut pas, on s’en doute, de multiples négociations dans la mesure où l’intercommunalité devient une nouvelle et véritable ressource de pouvoir.

13A l’issue d’une journée d’étude dense, riche, mais nécessairement hétérogène et complexe, une conclusion sert aussi à tenter de réduire à l’harmonie un ensemble initialement polyphonique. Or, pour respecter les canons des œuvres symphoniques, il faut revenir au thème introductif : les Alpes-Maritimes sont-elles un territoire politique et administratif singulier ? Le recours à l’histoire conduit sans nul doute à répondre par l’affirmative, et sans qu’il ait été besoin d’aborder les mœurs politiques particulières à notre département, tant décriées au XIXe siècle et au-delà, ni même cette frontière du Var, interne au département, et qui a longtemps constitué une réalité. De même, les communications de l’après-midi permettent aussi de répondre positivement à la question qui a ouvert ce colloque : les Alpes-Maritimes sont bien un territoire singulier.

14Singularité par conséquent, que l’on pourrait pour finir, illustrer par une image, souvent plus parlante que de longs discours. Si l’on s’en tient à la symbolique dont est porteuse l’héraldique, le blason choisi par le Conseil général pour représenter les Alpes-Maritimes en est la parfaite traduction : l’improbable voisinage d’un mélèze et d’un palmier, du lys de France et de la croix de Savoie, donne toute la mesure de la singularité du sol qui est censé les porter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Ortolani, « Conclusion », Cahiers de la Méditerranée, 77 | 2008, 291-294.

Référence électronique

Marc Ortolani, « Conclusion », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 77 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/4406

Haut de page

Auteur

Marc Ortolani

Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis depuis 2000 et membre du laboratoire ERMES, Marc Ortolani a consacré ses premiers travaux à l’histoire de l’administration dans le royaume de Piémont-Sardaigne à la fin de l’Ancien régime, notamment aux institutions locales et leurs rapports avec le pouvoir central, puis à l’histoire des idées politiques et militaires, à la vie politique locale et à l’histoire du droit pénal et de la justice criminelle. Il est, depuis 2003, directeur d’Ecole doctorale et coordonne actuellement le PRIDAES, programme de recherche international et interdisciplinaire sur les institutions et le droit des anciens Etats de Savoie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org