Navigation – Plan du site

Thrène de Séville

Poème du XIIIe siècle traduit d’Abu-l-Baqa Salah ar-Rondi
Jalel El Gharbi
p. 26-30

Texte intégral

  • 1  Dit aussi Thrène de l’Andalousie.
  • 2  Ibn Ar-Roumi, ouAbou el-Hassan Ali ben Abbas ar-Roumi, surnommé ainsi car son père était chrétien, (...)

1Voici une traduction d’un poème andalou, Thrène de Séville1 écrit par Abul Beca ar-Rondi (1204-1285), gentilé arabe de Ronda. Poète d’une grande délicatesse, sa poésie, comme celle de Ibn ar-Roumi2, a renouvelé les thèmes de la littérature arabe : on trouve chez lui une description de la mer, des fruits (grenades) et même des légumes (un vers sur les carottes). Ce poème, écrit suite à la perte des grandes villes d’al-Andalus au XIIsiècle, tombées aux mains des armées de Ferdinand III de Castille et de Jacques Ier d’Aragon, prophétise la chute de Ronda en 1485 et la disparition du dernier état musulman de la péninsule Ibérique, Grenade, en 1492.

2Rondi – celui qui est originaire de Ronda – est considéré comme le dernier poète andalou. Une place de sa ville natale porte aujourd’hui son nom : « Plaza poeta Abul Beca ».

  • 3  Héros d’une geste populaire arabe.
  • 4  On rapprochera ce poème du thème latin de Ubi sunt dont on voit l’écho chez François Villon dans s (...)
  • 5  La coordination par « ni » dans une interrogative est un archaïsme par quoi nous rappelons le poèm (...)
  • 6  Cité arabe antique citée dans le Coran.
  • 7  Ancêtre des Arabes du Sud (les Arabes indigènes) par opposition aux Arabes du Nord, descendants d’ (...)
  • 8  L’île : la péninsule Ibérique.
  • 9  Mont Ohod, à 5 km de Médine. Siège d’une bataille le 21 mars 625 entre les premiers musulmans et l (...)
  • 10  Mont du Najd en Arabie culminant à 1 200 mètres.
  • 11  Tombée en 1238.
  • 12  Tombée en 1243.
  • 13  Tombée en 1247.
  • 14  Tombée en 1246.
  • 15  Tombée en 1236.
  • 16  Littéralement Homs. Séville était appelée Homs (du nom de la ville syrienne) parce que la garnison (...)
  • 17  Mihrab : dans une mosquée, niche indiquant la direction de La Mecque.
  • 18  Chaire d’où l’imam donne son prêche.
  • 19  Littéralement : qui prendra en pitié des gens humiliés qui avaient connu la gloire.
  • 20 Littéralement : rois.
  • 21  Traditionnellement, et jusqu’à aujourd’hui, c’est la lune qui est le comparant de la beauté et non (...)

Accomplie, toute chose porte sa carence :
La douceur de vivre ne doit leurrer personne.
Tel que je vois, tout est affaire d’alternance,
Comblé un instant, on en pâtit l’éternité.
La vie ici-bas n’épargne jamais personne,
Jamais rien ne demeure longtemps inchangé.
Le temps lacère fatalement tout bienfait,
Dès qu’on érige trop haut ses moucharabiehs.
Et toute épée est promise au néant, fût-elle
Celle de Ibn Dhi Yazin
3, fût-elle dans deux fourreaux.
Où sont les rois de la couronne du Yémen
4 ?
Et où sont donc les diadèmes ni les guirlandes
5 ?
Où sont les bâtisses que fit Chadad à Irem
6 ?
Où est le règne des Sassanides persans ?
Où sont tous les trésors amassés par Crésus ?
Où sont ceux de Ad, de Chadad et de Qahtan
7 ?
Ils subirent tous un imparable destin,
Et ce fut comme s’ils n’avaient jamais existé.
Les rois et les règnes qui furent en devinrent
Comme le récit d’un songe par un grand dormeur.
Le temps s’en prit à Darius et son assassin,
Puis Hanta Kosrau qui ne trouva point d’abri.
C’est comme si le Grand Cyrus ne fût jamais,
Que le règne de Salomon n’eût jamais lieu.
Les drames dus au temps sont tellement variés,
Et l’éternité a ses heurs et ses malheurs.
Un oubli vient adoucir toute catastrophe,
Or il n’est pas d’oubli pour ce qui frappa l’islam.
Un drame insurmontable s’abattit sur l’île
8 ;
Ohod
9 en croula et Thalan10 s’en affaissa ;
Touchée par le mauvais œil, elle fut mortifiée ;
L’islam disparut de maints pays et contrées.
Prenez à Valencia
11 nouvelles de Murcie12,
Et où est Xàtiva
13, plutôt où est Jaén14 ?
Et où est Cordoue
15, qui est la cité des sciences
Où tant de savants connurent un grand renom ?
Où sont donc Séville
16 et toutes ses promenades ?
Où est son fleuve à l’eau douce, toujours abondant ?
Ce sont les pierres angulaires du pays.
Comment y demeurer, dès lors qu’elles ne sont plus ?
Voici que la fontaine blanche pleure de peine
– Comme qui, éploré, pleure sa bien-aimée –
De voir un pays où l’islam n’est plus présent ;
Par lui déserté, par l’apostasie peuplé,
Et où les mosquées sont devenues des églises,
Où l’on ne voit plus que des cloches et que des croix ;
Même les mihrabs
17, inanimés, en pleurent,
Et les minbars
18, qui ne sont que du bois, en pleurent.
Vous qui êtes distrait malgré les leçons du temps,
Si vous, vous sommeillez, il est toujours en veille ;
Vous qui marchez gaiement tout à votre patrie,
Comment peut-on s’acclimater après Séville ?
Cette catastrophe fait oublier le reste,
Elle qui, jamais, ne tombera dans l’oubli.
Vous qui chevauchez des purs-sangs, au ventre mince,
Qui sur le champ de course sont tels des aigles ;
Vous qui portez les fines épées venues d’Inde
Comme un feu dans la poussière drue des sabots,
Qui gambadez outre-mer en toute quiétude,
Vous jouissez, chez vous, de dignité et de pouvoir.
Avez-vous nouvelles des gens d’Andalousie ?
Les caravanes ont transporté leur récit ;
Combien les pauvres gens nous appellent au secours,
Victimes et prisonniers, et personne ne bouge.
Pourquoi cette scission entre vous musulmans ?
Or, créatures de Dieu, vous êtes tous frères.
À moi ! âmes fières et bonnes volontés
Qui sont les partisans du bien et ses agents.
Oh ! vilenie d’un peuple connaissant la gloire
19,
En est là par apostasie et tyrannie.
Hier encore, ils étaient les maîtres
20 chez eux
Aujourd’hui, ils sont soumis en terre hérétique.
C’est pitié de les voir perdus, sans aucun guide,
Porteurs de tous les signes de l’humiliation.
Les voir pleurer, alors qu’on les donnait à vendre,
Vous aurait scandalisé et beaucoup peiné.
Il est des mères séparées de leurs enfants,
Tout comme une âme qui est de son corps dissociée.
Ou cette enfant belle comme un soleil levé
21,
Comme si elle était jacinthe et corail,
Le Barbare la mène vers son lot forcée.
Les yeux larmoyants et le cœur endolori,
C’est pour de tels faits que le cœur fond de peine
S’il y reste une trace d’islam ou de foi.

3لِـكُلِّ  شَـيءٍ  إِذا مـا تَمّ نُقصانُ      فَـلا  يُـغَرَّ بِـطيبِ العَيشِ إِنسانُ
هِـيَ  الأُمُـورُ كَما شاهَدتُها دُوَلٌ      مَـن  سَـرّهُ زَمَـن سـاءَتهُ أَزمانُ
وَهَـذِهِ  الـدارُ  لا تُبقي عَلى أَحَدٍ      وَلا  يَـدُومُ عَـلى حـالٍ لَها شانُ
يُـمَزِّقُ الـدَهرُ حَـتماً كُلَّ سابِغَةٍ      إِذا نَـبَت مَـشرَفِيّات وَخـرصانُ
وَيَـنتَضي  كُـلَّ  سَيفٍ للفَناء وَلَو      كـانَ  ابنَ ذي يَزَن وَالغِمد غمدانُ
أَيـنَ  المُلوكُ ذَوي التيجانِ مِن يَمَنٍ      وَأَيـنَ مِـنهُم أَكـالِيلٌ وَتـيجَانُ
وَأَيـنَ مـا شـادَهُ شَـدّادُ في إِرَمٍ      وَأيـنَ  ما  ساسَه في الفُرسِ ساسانُ
وَأَيـنَ  مـا حازَهُ قارونُ من ذَهَبٍ      وَأَيـنَ عـادٌ وَشـدّادٌ وَقَـحطانُ
أَتـى  عَـلى الـكُلِّ أَمرٌ لا مَرَدّ لَهُ      حَـتّى  قَضوا  فَكَأنّ القَوم ما كانُوا
وَصـارَ ما كانَ مِن مُلكٍ وَمِن مَلكٍ      كَما حَكى عَن خَيالِ الطَيفِ وَسنانُ
دارَ  الـزَمانُ  عَـلى دارا وَقـاتِلِهِ      وَأَمَّ  كِـسرى  فَـما آواهُ إِيـوانُ
كَـأَنَّما  الصَعبُ لَم يَسهُل لَهُ سببٌ      يَـوماً  وَلا مَـلَكَ الـدُنيا سُلَيمانُ
فَـجائِعُ  الـدُهرِ أَنـواعٌ مُـنَوَّعَةٌ      وَلِـلـزَمانِ  مَـسرّاتٌ وَأَحـزانُ
وَلِـلـحَوادِثِ  سـلوانٌ يُـهوّنُها      وَمـا  لِـما حَـلَّ بِالإِسلامِ سلوانُ
أَتـى  عَـلى الـكُلِّ أَمرٌ لا مَرَدّ لَهُ      حَـتّى  قَضوا  فَكَأنّ القَوم ما كانُوا
دهـى  الـجَزيرَة أَمـرٌ لا عَزاءَ لَهُ      هَـوَى  لَـهُ أُحُـدٌ وَاِنـهَدَّ ثَهلانُ
أَصـابَها  العينُ في الإِسلامِ فاِرتزَأت      حَـتّى خَـلَت مِـنهُ أَقطارٌ وَبُلدانُ
فـاِسأل بَـلَنسِيةً مـا شَأنُ مرسِيَةٍ      وَأَيـنَ  شـاطِبة  أَم أَيـنَ جـيّانُ
وَأَيـن  قُـرطُبة دارُ الـعُلُومِ فَكَم      مِـن  عـالِمٍ  قَد سَما فِيها لَهُ شانُ
وَأَيـنَ حـمص وَما تَحويِهِ مِن نُزَهٍ      وَنَـهرُها الـعَذبُ فَـيّاضٌ وَمَلآنُ
قَـوَاعد  كُـنَّ أَركـانَ البِلادِ فَما      عَـسى  الـبَقاءُ  إِذا لَم تَبقَ أَركانُ
تَـبكِي  الحَنيفِيَّةُ  البَيضَاءُ مِن أَسَفٍ      كَـما  بَـكى لِفِراقِ الإِلفِ هَيمَانُ
عَـلى  دِيـارٍ مـنَ الإِسلامِ خالِيَةٍ      قَـد  أَقـفَرَت وَلَها بالكُفرِ عُمرانُ
حَيثُ المَساجِدُ قَد صارَت كَنائِس ما      فـيـهِنَّ  إِلّا نَـواقِيسٌ وصـلبانُ
حَـتّى المَحاريبُ تَبكي وَهيَ جامِدَةٌ      حَـتّى الـمَنابِرُ تَـبكي وَهيَ عيدَانُ
يـا غـافِلاً وَلَـهُ في الدهرِ مَوعِظَةٌ      إِن كُـنتَ فـي سنَةٍ فالدهرُ يَقظانُ
وَمـاشِياً  مَـرِحاً يُـلهِيهِ مَـوطِنُهُ      أَبَـعدَ  حِـمص تَـغُرُّ المَرءَ أَوطانُ
تِـلكَ  الـمُصِيبَةُ أَنسَت ما تَقَدَّمَها      وَمـا  لَـها  مِن طِوَالِ المَهرِ نِسيانُ
يـا أَيُّـها الـمَلكُ الـبَيضاءُ رايَتُهُ      أَدرِك بِـسَيفِكَ أَهلَ الكُفرِ لا كانوا
يـا راكِـبينَ عِـتاق الخَيلِ ضامِرَةً      كَـأَنَّها فـي مَـجالِ السَبقِ عقبانُ
وَحـامِلينَ سُـيُوفَ الـهِندِ مُرهَفَةً      كَـأَنَّها فـي ظَـلامِ الـنَقعِ نيرَانُ
وَراتِـعينَ  وَراءَ الـبَحرِ فـي دعةٍ      لَـهُم بِـأَوطانِهِم عِـزٌّ وَسـلطانُ
أَعِـندكُم  نَـبَأ  مِـن أَهلِ أَندَلُسٍ      فَـقَد سَـرى بِحَدِيثِ القَومِ رُكبَانُ
كَم  يَستَغيثُ  بِنا المُستَضعَفُونَ وَهُم      قَـتلى وَأَسـرى فَـما يَهتَزَّ إِنسانُ
مـاذا  الـتَقاطعُ في الإِسلامِ بَينَكُمُ      وَأَنـتُم يـا عِـبَادَ الـلَهِ إِخـوَانُ
أَلا  نُـفوسٌ  أَبـيّاتٌ لَـها هِـمَمٌ      أَمـا عَـلى الـخَيرِ أَنصارٌ وَأَعوانُ
يـا  مَـن لِـذلَّةِ قَـوم بَعدَ عِزّتهِم      أَحـالَ  حـالَهُم كـفرٌ وَطُـغيانُ
بِـالأَمسِ  كانُوا  مُلُوكاً فِي مَنازِلهِم      وَالـيَومَ هُـم في بِلادِ الكُفرِ عُبدانُ
فَـلَو  تَـراهُم حَيارى لا دَلِيلَ لَهُم      عَـلَيهِم  مـن ثـيابِ الذُلِّ أَلوانُ
وَلَـو  رَأَيـت بُـكاهُم عِندَ بَيعهمُ      لَـهالَكَ  الأَمـرُ وَاِستَهوَتكَ أَحزانُ
يـا  رُبَّ أمٍّ وَطِـفلٍ حـيلَ بينهُما      كَـمـا  تُـفَرَّقُ  أَرواحٌ وَأَبـدانُ
وَطفلَة مِثلَ حُسنِ الشَمسِ إِذ برزت      كَـأَنَّما  هـيَ يـاقُوتٌ وَمُـرجانُ
يَـقُودُها  الـعِلجُ لِلمَكروهِ مُكرَهَةً      وَالـعَينُ  بـاكِيَةٌ وَالـقَلبُ حَيرانُ
لِـمثلِ  هَذا  يَبكِي القَلبُ مِن كَمَدٍ      إِن كـانَ فـي القَلبِ إِسلامٌ وَإِيمانُ

Haut de page

Notes

1  Dit aussi Thrène de l’Andalousie.

2  Ibn Ar-Roumi, ouAbou el-Hassan Ali ben Abbas ar-Roumi, surnommé ainsi car son père était chrétien, fut un poète arabe du ixe siècle (836-896, Bagdad).

3  Héros d’une geste populaire arabe.

4  On rapprochera ce poème du thème latin de Ubi sunt dont on voit l’écho chez François Villon dans son poème Ballade des dames du temps jadis.

5  La coordination par « ni » dans une interrogative est un archaïsme par quoi nous rappelons le poème de Villon.

6  Cité arabe antique citée dans le Coran.

7  Ancêtre des Arabes du Sud (les Arabes indigènes) par opposition aux Arabes du Nord, descendants d’Adnan.

8  L’île : la péninsule Ibérique.

9  Mont Ohod, à 5 km de Médine. Siège d’une bataille le 21 mars 625 entre les premiers musulmans et les Mecquois.

10  Mont du Najd en Arabie culminant à 1 200 mètres.

11  Tombée en 1238.

12  Tombée en 1243.

13  Tombée en 1247.

14  Tombée en 1246.

15  Tombée en 1236.

16  Littéralement Homs. Séville était appelée Homs (du nom de la ville syrienne) parce que la garnison qui l’occupait était composée de Syriens originaires de Homs. Tombée en 1248.

17  Mihrab : dans une mosquée, niche indiquant la direction de La Mecque.

18  Chaire d’où l’imam donne son prêche.

19  Littéralement : qui prendra en pitié des gens humiliés qui avaient connu la gloire.

20 Littéralement : rois.

21  Traditionnellement, et jusqu’à aujourd’hui, c’est la lune qui est le comparant de la beauté et non pas le soleil. Il est curieux que Rondi se réfère ici au soleil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jalel El Gharbi, « Thrène de Séville », Cahiers de la Méditerranée, 79 | 2009, 26-30.

Référence électronique

Jalel El Gharbi, « Thrène de Séville », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 16 juin 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://cdlm.revues.org/4901

Haut de page

Auteur

Jalel El Gharbi

Professeur de littérature à l’université de Tunis, traducteur et écrivain

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org