Navigation – Plan du site

Les tournées de François de Beaumont pour l’expulsion des morisques de Provence (janvier-mars 1611)

Pierre Santoni
p. 267-302

Résumés

Entre le 26 janvier et le 14 mars 1611, François de Beaumont, second consul d’Aix et l’un des « procureurs du pays de Provence », a accompli deux tournées, l’une à Martigues, l’autre sur la côte, de Cassis à Toulon, afin de faire sortir de Provence les morisques expulsés d’Espagne qui s’y trouvaient réfugiés. Au cours de trois embarquements organisés à Martigues, La Ciotat et Toulon, un peu plus de cinq cents morisques ont été contraints au départ, mais d’autres, en plus grand nombre, ont obtenu des autorisations de demeurer en Provence pendant quelque temps, voire pour un temps indéterminé. Le compte rendu de ses tournées fait par François de Beaumont (publié ici intégralement) éclaire le versant le moins connu de l’exode morisque en France, c’est-à-dire son volet provençal, et laisse entrevoir, par delà le désir de beaucoup de réfugiés de demeurer en Provence, celui, parfois clairement exprimé (et qui pourra en certains cas se réaliser), de retourner à tout prix en Espagne.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

morisques, Provence, expulsion
Haut de page

Texte intégral

1Dans les toutes dernières pages du premier volume de l’inventaire-sommaire du fonds de la Cour des comptes de Provence, publié en 1865 par l’archiviste des Bouches-du-Rhône Louis Blancard, on peut lire la notice d’un article coté B 1494, consistant en un registre composite regroupant vingt-sept pièces fort disparates, dont la première est ainsi analysée :

Procès-verbal relatif à la recherche et à l’embarquement des Maures de Provence pour être portés « où ils vouldront aller ».

2Cet énoncé elliptique, dépourvu de toute datation pertinente, n’a guère attiré l’attention des historiens. Il faut ouvrir l’article pour découvrir un cahier contenant le compte rendu de deux tournées accomplies par un membre de l’administration provinciale, l’une à Martigues, l’autre sur la côte, de Cassis à Toulon, entre le 26 janvier et le 14 mars 1611, pour faire sortir de Provence plusieurs centaines de morisques expulsés d’Espagne qui s’y trouvaient réfugiés. Pendant près de cinq semaines au total, François de Beaumont, second consul d’Aix et l’un des « procureurs du pays de Provence », est allé en quelque sorte à la rencontre des morisques demeurés dans la province pour organiser leur embarquement et leur départ hors du royaume, et ces deux tournées, restées quasiment ignorées, avaient été précédées de tournées préparatoires en décembre 1610. Il ne s’est pas agi d’une pure opération de police, puisque l’escorte policière n’a jamais compté qu’un ou deux hommes, et, si plus de cinq cents morisques ont en effet été embarqués, un plus grand nombre ont obtenu un délai, ou même ont été autorisés à demeurer dans le pays, sous certaines conditions.

3Au-delà d’indications concernant l’organisation matérielle et le déroulement de l’expulsion, le compte rendu de François de Beaumont renseigne sur les relations ayant existé dans la circonstance entre les autorités provinciales et locales, les patrons de barque, les particuliers, et sur les attitudes et réactions des uns et des autres envers les réfugiés. Il est assez détaillé et nuancé pour rendre compte de la diversité des situations des morisques rencontrés, selon qu’ils étaient riches ou pauvres, isolés ou formant des groupes solidaires, et renseigne sur leurs demandes et leurs souhaits, dans la marge étroite qui leur était laissée. Il apporte ainsi un éclairage bienvenu sur l’événement exceptionnel, voire unique dans l’histoire moderne de la France, qu’a constitué en 1610 l’afflux dans les provinces méridionales du royaume d’une population étrangère nombreuse, à l’appartenance religieuse équivoque. Il présente en outre l’intérêt d’attirer l’attention sur le versant de l’événement de beaucoup le moins connu, ce qu’on peut appeler son « volet »provençal. Je remercie les Cahiers de la Méditerranée d’en accueillir la publication, et commencerai par exposer les contours de la situation dans laquelle il s’insère.

Languedoc, Provence : le même exode ?

  • 1  La Continuation du Mercure françois…, « À Paris, chez Estienne Richer, au Palais, sur le Perron Ro (...)
  • 2  Paris, 1847, t. II, p. 71-98.
  • 3  Louis Cardaillac, « Le passage des Morisques en Languedoc », Annales du Midi,t. 83, 1971, p. 260-2 (...)

4La réalité de l’exode morisque en France a été portée de bonne heure à la connaissance du public grâce au Mercure françois, dont la parution périodique préfigurait déjà ce que serait bientôt la presse d’information. Le tome second, traitant de l’actualité des années 1610 à 1612, commence par un ample développement sur les morisques, leur situation ancienne en Espagne, leur expulsion décrétée par le roi Philippe III, et sur le passage par la France d’un grand nombre d’entre eux1. Toutefois, quant à ce dernier point, l’attention du rédacteur s’est portée presque exclusivement sur le grand transfert de morisques castillans et aragonais entrés dans la région de Bayonne ou en Béarn dans le courant de 1610 et conduits à Agde pour y être embarqués vers l’Afrique du Nord. L’affaire touchait notamment à la frontière avec l’Espagne, contre laquelle, au début de l’année, Henri IV songeait à reprendre la guerre. L’opération a été d’emblée prise en main par le pouvoir royal et dirigée sur place par ses commissaires, spécialement par le prévôt général de Languedoc. Elle a eu cependant des suites judiciaires jusque devant le parlement de Paris ; le Mercure françois, qui tenait boutique au Palais de justice, était bien placé pour recueillir les meilleures informations, et son récit en porte la marque. Récit relativement fiable, repris presque mot à mot par Francisque Michel dans un chapitre de son Histoire des races maudites de la France et de l’Espagne2de 1847, et resté l’une des bases de la thèse soutenue en 1970 par Louis Cardaillac sur le passage des morisques en Languedoc3.

  • 4  Honoré Bouche, L’histoire chronologique de Provence,t. II, Aix, 1664, p. 850 ; Antoine de Ruffi, H (...)
  • 5  Francisque Michel, Histoire des races maudites…, op. cit.,t. II, p. 86-88, 287-289.
  • 6  Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », Revue des langues romanes, t. 79, 1971, p. 297-315 (a (...)
  • 7  Pierre Santoni, « Le passage des Morisques en Provence (1610-1613) », Provence historique, t. 46, (...)

5Le Mercure françois, dans les mêmes pages, ne manque pas de signaler l’arrivée à Marseille et en Provence d’un grand nombre de morisques ou Grenadins, sur des navires de diverses nationalités, mais il n’en parle que vaguement et incidemment. L’historiographie locale ancienne, qu’elle soit marseillaise ou provençale, n’ignore pas le sujet, mais n’en traite que très partiellement, en quelques lignes4. Plus tard Francisque Michel, dans son ouvrage déjà cité, publie plusieurs extraits de délibérations du conseil de ville de Marseille, ainsi qu’une délibération des procureurs du pays de Provence, au nombre desquels figure François de Beaumont, que ses collègues chargent de s’occuper de l’affaire des morisques5. Mais il faut attendre 1971 pour trouver, sous la plume de Louis Cardaillac, un article spécialement consacré à la présence des morisques en Provence6. Enfin, après avoir découvert le compte rendu des tournées de François de Beaumont, et retrouvé dans les fonds notariaux et judiciaires des Archives des Bouches-du-Rhône de nombreux documents restés totalement ignorés, j’ai à mon tour publié en 1996 un article où je me suis efforcé de saisir l’événement dans sa continuité et sous ses facettes multiples7. Il en ressort notamment que la gestion de l’exode morisque a été très différente en Languedoc et en Provence. Cette dernière, en effet, n’a vu en 1610 qu’un seul commissaire royal, qui semble être resté relativement discret. Les autorités locales, habituées au contrôle des entrées maritimes, ont tenté de gérer par elles-mêmes une situation exceptionnelle, et n’ont fait appel que tardivement, comme en dernier recours, au parlement de Provence, dont les décisions, confortées par l’autorité du premier président Guillaume du Vair, se sont imposées d’elles-mêmes, sans intervention du pouvoir central.

6Toutefois, malgré les différences, c’est bien un même exode qui se déroule dans les deux provinces. On note des passages, des relations entre Agde, d’une part, Martigues ou Marseille, d’autre part. Plus encore : une proportion notable, quoique difficile a évaluer, des morisques embarqués à Agde a pris la direction de la Provence et s’y est arrêtée ; elle s’y est retrouvée avec ceux qui étaient arrivés directement d’Espagne. François de Beaumont, dans ses tournées, rencontrera les uns et les autres.

Les trois vagues de 1610

  • 8  Henri Lapeyre, Géographie de l’Espagne morisque,Paris, SEVPEN, 1959, p. 153.
  • 9  Arch. comm. Marseille, FF 172 ; Arch. comm. La Ciotat, FF 62 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9B 57, (...)

7Les premières arrivées de morisques consécutives à l’expulsion apparaissent dans la documentation marseillaise à la fin de mars 1610. L’édit d’expulsion des Andalous, Grenadins et Murciens avait été publié à Séville le 12 janvier précédent. Dans le courant de février les expulsés furent autorisés à emmener avec eux leurs enfants de moins de sept ans, à la seule condition de partir vers un pays chrétien, et cette disposition fut grandement mise à profit. À Séville, de janvier à mars, plus de la moitié des morisques qui s’embarquent déclare partir pour Marseille. On a suspecté la sincérité de ces déclarations, et il ne fait pas de doute que plus d’un navire censé gagner la France est allé directement en Afrique du Nord8. Néanmoins de nombreuses arrivées en provenance du sud de l’Espagne (Malaga, Séville, Carthagène etc.) sont enregistrées durant tout le printemps à Marseille et à La Ciotat, où l’on ne tarde pas à prendre des mesures restrictives. Le 10 avril une ordonnance du viguier et des consuls de Marseille commande aux morisques et Grenadins de vider la ville, et défend de les loger, les recevoir ou les faire entrer. Le 23 avril, tandis que le procureur du roi à l’amirauté de Marseille déclare qu’il en arrive « tous les jours davantage », les mêmes consuls, avertis qu’il y a à La Ciotat deux barques chargées de morisques qui veulent venir chez eux, écrivent à leurs collègues dudit lieu pour les « prier de leur dire qu’ilz s’en allent en aultre part , car, disent-ils, nous vollons chasser et chassons tout les jours ceulx qui à nostre desceu [insu] sont venus en ceste ville ». Enfin le 30 avril, le parlement d’Aix enregistre une ordonnance royale datée du 15 du même mois, par laquelle Henri IV, revenant sur des dispositions antérieures plus favorables, interdit désormais toute entrée de morisques en France et ordonne que ceux qui s’y trouvent déjà soient rassemblés et conduits aux ports de mer les plus proches et sortent du royaume9.

  • 10  L’un d’eux est Luis Zapata, dont la carrière vient d’être retracée sommairement par Luis Bernabé P (...)
  • 11  Gabriel Esquierlo et, à nouveau, Luis Zapata.
  • 12  Pierre Santoni, art. cit., p. 363-365 ; cf. Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », art. cit.

8En dépit des interdictions réitérées, les morisques continuent à entrer et à séjourner à Marseille. Si beaucoup s’empressent de noliser un nouveau navire pour partir vers Alger, Bône ou Tunis, ce n’est pas le cas de tous. On remarque particulièrement un groupe d’Andalous, la plupart Sévillans, arrivés en mars avec des navires chargés de marchandises : draps, sucre, gingembre, cochenille, cuir, campêche… Ils mettaient à profit une disposition de l’édit d’expulsion qui avait autorisé les morisques à vendre leurs biens et à en emporter la valeur sous forme de marchandises non prohibées. Ceux-là prennent maison à Marseille, s’installent en ville, tentent de s’implanter en France. Le 14 mai, ils sont onze à mandater deux d’entre eux10 pour se rendre à Paris, y supplier le roi de leur permettre de demeurer dans son royaume. L’assassinat d’Henri IV, survenu au même moment, ruine leur projet. Tout l’été, ils sont en procès pour tenter d’échapper au paiement des droits imposés au commerce. Ils ont des relations haut placées, multiplient tractations et transactions. Un Antoine d’Avalos tente de noliser un navire pour commercer, prend part à une quinzaine d’actes notariés. Lope de Talavera fait un procès au duc de Guise, gouverneur de Provence ! Deux autres Sévillans11, au cours de l’été, sont désignés comme commissaires pour l’embarquement des morisques pauvres. La plupart restent à Marseille jusqu’à la mi-novembre et semblent être partis peu après pour Constantinople12.

  • 13  La première arrivée identifiée est celle du patron antibois Honoré Roustang, à La Ciotat, dans les (...)
  • 14  Pierre Santoni, art. cit., p. 340-342 et 343, n. 29 ; Henri Lapeyre, Géographie…, op. cit.,p. 104  (...)

9Dans l’intervalle la Provence avait connu une nouvelle vague d’arrivées par mer. Entre juin et septembre près de quarante mille Aragonais et Catalans doivent embarquer aux « Auffars » de Tortosa (los Alfacs), à l’embouchure de l’Ebre. Bien qu’il ignorât tout de leur destination, Henri Lapeyre n’a pas envisagé qu’ils aient pu se rendre ailleurs qu’en Afrique du Nord. Ils avaient pourtant plus de facilité pour partir vers un pays chrétien que les Andalous au printemps, et le fait est qu’un grand nombre ont choisi de se diriger vers la Provence, où l’entrée ne leur a pas été refusée13. Leurs arrivées se sont ajoutées à celles qui continuaient, en provenance du sud de l’Espagne, et à d’autres qui commençaient, en provenance du Languedoc, notamment à Toulon. À La Ciotat, selon le notaire du lieu, « durant l’esté en a tant abordé […] qu’est merveilhe ». Le même témoin parle de « plus de 6 000 » morisques présents en juillet dans la localité, et la grande affluence aurait duré jusqu’au 26 août. À Marseille aussi, au début de septembre, les Aragonais sont en grand nombre, hébergés, pour une bonne part, dans l’ « infirmerie », habituellement destinée à la quarantaine sanitaire14.

  • 15  Pierre Santoni, art. cit., p. 339-340, 368-369 ; Albert Ritt, Journal…, op. cit., p. 43 ; lettre d (...)

10Les autorités réagissent en ordre dispersé. Le 6 juillet, les consuls de Toulon décident d’interdire aux morisques stationnés dans la rade de venir dans la ville et son terroir. Mais le même jour le comte de Carcès, grand sénéchal de Provence, se référant à l’ordonnance royale du 15 avril, ordonne que les navires portant des morisques ne pourront plus aborder ailleurs qu’à Toulon. Les consuls obtiennent finalement que les débarquements ne se fassent pas chez eux, mais à bonne distance, sur le terroir de Six-Fours. Après le décès subit du grand sénéchal, le 21 août, le duc de Guise tente aussi d’avoir prise sur la situation, avec peu de résultats apparents15.

  • 16  Pierre Santoni, art. cit., p. 342-343, 357 ; cf. Louis Cardaillac, « Le passage… », art. cit., p.  (...)
  • 17  « El residuo di Venisanet » ; cf. Henri Lapeyre, Géographie…, op. cit.,p. 104, 246.
  • 18  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 406 E 21, fol. 312.

11En août est arrivé en Provence un commissaire royal, Honoré Aymar, maître des requêtes de l’Hôtel, chargé particulièrement de recevoir les plaintes des morisques. Il avait commencé par exercer sa commission en Languedoc, menant un procès retentissant contre un patron d’Agde et son fils, accusés d’avoir volé et abandonné les morisques qu’ils transportaient, qui s’est terminé par leur condamnation à mort et leur exécution à Montpellier le 31 juillet. Il venait en même temps prendre possession d’une charge de président au parlement de Provence, dont il avait été pourvu dès le 14 juin. En août et septembre, à Marseille, son action a consisté principalement à juger les affaires intéressant les morisques, dont le lieutenant de l’amirauté a été alors déchargé. Il a pris soin aussi de désigner deux commissaires des morisques, chargés de recueillir les contributions de leur compatriotes pour payer le passage des pauvres, qui nolisent finalement trois barques pour Tunis dans les derniers jours de septembre. Sa mission paraît avoir pris fin le 5 octobre, lorsqu’il est installé président au parlement d’Aix16. Le jour même, cependant, il avait accordé à un groupe de cent quarante Catalans l’autorisation de demeurer en Provence, le long de la côte jusqu’à Fréjus. Ce groupe (que l’on peut identifier au « reste de Benissanet »17) était très loin de se préparer à embarquer pour la Barbarie : la veille, devant le notaire de Cassis, en présence du curé et des consuls, « désirant faire sa demuransse en ce pays de Prouvance et vivre catholiquement », ils s’étaient engagés à faire profession de foi devant l’évêque de Marseille18.

  • 19  La Continuation du Mercure françois…, op. cit.,fol. 9-11.
  • 20  Voir le « Compte rendu des tournées de François de Beaumont » édité ci-dessous, ‘fol. 19 v°-20, 24 (...)

12La procédure ici retenue par Honoré Aymar semble directement inspirée d’un arrêt du conseil du roi du 22 février précédent, par lequel Henri IV avait d’abord autorisé l’entrée et même le séjour en France des Castillans qui commençaient à se diriger vers Bayonne19. L’arrêt avait été bientôt abrogé, mais Honoré Aymar, maître des requêtes de l’Hôtel, peut-être collaborateur du conseil, en avait sûrement été informé. Quant aux Catalans bénéficiaires de l’autorisation, ils n’ont pas manqué de la mettre à profit. Les 20 et 24 février 1611, leurs représentants rencontreront François de Beaumont, lequel, après en avoir demandé et obtenu la confirmation, ne pourra qu’en prendre acte20.

  • 21  Il en est allé de même durant toute l’année 1610 : sur les 30 actes de départ (ou assimilés) de la (...)
  • 22  Pierre Santoni, art. cité, p. 343-344, 370 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 406 E 21, fol. 372-374, (...)

13La demande présentée par le groupe catalan est aussi l’indice d’une plus grande répugnance des nouveaux arrivants à l’idée de passer en Afrique du Nord. Ceux qui sont expulsés d’Espagne dans les derniers mois de 1610 sont souvent ceux qui ont le plus tenté d’y rester à tout prix. Si le nombre des expulsions d’Espagne tend à diminuer, il n’en va pas de même du nombre des morisques présents dans la province. Le principal courant d’arrivées semble être alors le fait d’Aragonais entrés en France par les Pyrénées et embarqués à Agde. À la différence des expulsés d’Espagne qui ont dû noliser d’abord pour Marseille, ceux-ci n’ont pu que noliser directement pour l’Afrique du Nord. Il semble que la destination finale la plus fréquente ait été Tunis, et que l’itinéraire habituel ait consisté à longer les côtes provençales et italiennes (ou tyrrhéniennes)21. De nombreux patrons de barques provençaux ont fait ce choix et se sont au passage arrêtés en Provence. À Cassis, à la mi-novembre, cinq patrons du lieu, arrivés d’Agde depuis une douzaine de jours avec leurs barques chargées d’Aragonais, font chacun déclarer à leurs clients, devant le notaire du lieu, qu’ils ont été forcés de s’arrêter à Cassis en raison du mauvais temps ; à présent le beau temps est revenu, mais une partie de l’effectif s’est échappé. Les raisons des fugueurs sont exposées clairement : ils ne veulent pas aller en Barbarie, mais demeurer dans le pays. Certains, rapporte-t-on, disent même qu’ils « ayment mieux mouryr en ce païs, déclarant en estre mort despuis son embarquement environ trente en cedict lieu de Cassis et au port de Pourmieu ». Le cas n’est pas isolé : à la fin de l’année, avec les cinq patrons cassitains, ce sera au total plus de cent patrons provençaux qui encourront des pénalités pour n’avoir pas rempli leurs engagements22.

14Rien ne dit ce que sont devenus ces morisques fugitifs, mais on a des raisons de penser que certains ont commencé à s’éloigner du littoral, pour tenter leur chance dans les localités de la Provence intérieure. Il se pourrait qu’ils y aient retrouvé des compatriotes venus du Languedoc par la voie terrestre. Ces localités étaient peut-être moins habituées à la présence d’étrangers. La pauvreté et la mauvaise santé de beaucoup de ces derniers ont dû aussi susciter des inquiétudes. De telles considérations pourraient expliquer, pour une part, le raidissement des autorités que l’on constate à la fin de novembre.

La préparation de l’expulsion

15La réaction est alors le fait de trois acteurs principaux, agissant de manière concertée.

  • 23  Arch. comm. Marseille, BB 60, fol. 12.

16C’est apparemment le conseil de ville de Marseille qui réagit le premier. Le 26 novembre, quelques jours après le départ des Sévillans dont il a déjà été question, le premier consul expose le fait qu’il y a « quantité de morisques » dans la ville, dans son terroir, et à l’« infirmerie », qu’il ne cesse d’en arriver, qu’il en meurt tous les jours, et qu’on peut craindre une « maladie contagieuse » ; de plus, ils n’ont « aucuns moyens », aussi conviendrait-il de les faire partir en nolisant des barques aux dépens tant du « pays » que de la ville. Entre autres mesures, il propose de commencer par en parler au premier président Du Vair, en vue d’obtenir un « décret » du parlement ordonnant aux morisques de vider la ville, ce qui est approuvé par le conseil 23.

  • 24  Les procureurs du pays, renouvelés chaque année, prenaient alors leurs fonctions le 1er décembre. (...)

17Le « pays » dont il est ici question n’est autre que l’administration provinciale, relevant des états de Provence. Ceux-ci se réunissent environ une fois par an, et il appartient aux « procureurs du pays » de mettre en œuvre leurs décisions. En pratique, la charge entière de l’administration provinciale revient aux trois consuls et à l’assesseur d’Aix, seuls à agir couramment en qualité de procureurs du pays. Ceux-ci adressent alors au parlement une requête en forme au sujet des morisques24. Il faut noter cependant que le « pays » ne coïncide pas exactement avec la Provence, car il ne comprend pas les « terres adjacentes », dont la principale n’est autre que Marseille et son terroir. La ville de Marseille n’est donc en aucune façon subordon­née aux procureurs du pays.

  • 25  Cf. « Compte rendu », ‘fol. 35 v°’, note.
  • 26  Cf. ibid., ‘fol. 3 v°’, note.
  • 27  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 4700 (minute ainsi datée : « Faict à Arles en parlement le iij e(...)

18Le parlement, cour royale « souveraine », institué à Aix au début du xvie siècle, bénéficie alors de l’autorité et du prestige de Guillaume du Vair25, en qui s’ébauche déjà la figure moderne du premier président-intendant de Provence. Sa réponse est presque immédiate : par arrêt du 3 décembre, la cour interdit toute entrée et tout débarquement de morisques en Provence et ordonne que ceux qui sont dans la province seront conduits aux ports de la côte « pour y estre embarqués et portés où ils vouldront aller ». S’il s’en trouve qui « ayent des moyens », ils seront tenus de contribuer pour les frais du passage des pauvres ; à défaut, les procureurs du pays, les consuls de Marseille et des autres villes maritimes devront fournir le nécessaire. L’un des conseillers au parlement, Me Antoine Séguiran26, est chargé de se rendre, avec l’un des procureurs du pays, dans les localités du littoral afin de pourvoir à l’embarquement, en saisissant les biens des morisques « à la concurrence de ce qui sera nécessaire ». Il devra aussi contraindre les patrons et mariniers qui auront débarqué des morisques dans le pays « par dessus leur convention » à les « recharger », en les obligeant à présenter leurs « convention et chargement », et à y satisfaire27.

  • 28  Sur François de Beaumont, cf. « Compte rendu… », ‘fol. 1’, note.
  • 29  « Compte rendu… », ‘fol. 50’.
  • 30  Une réclamation formée par sept patrons de Six-Fours contre leurs condamnations par Séguiran a été (...)
  • 31  Contrairement à ce qu’on trouve écrit dans un article qui emprunte largement à notre étude de 1996 (...)
  • 32  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, C 10, fol. 219 ; cf. Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », art (...)

19Le 4 décembre les procureurs du pays se réunissent et désignent François de Beaumont28 pour assister le conseiller Séguiran dans sa tournée « aux lieux de la coste ». Il ne s’agit pas encore de procéder à l’expulsion générale, mais seulement de la préparer. Les commissaires commencent leurs opérations le lendemain, à Aix même, et les poursuivent de Cassis à Toulon jusqu’au 13 décembre. François de Beaumont continue seul jusqu’à Saint-Tropez, pour y faire publier l’arrêt du 3 décembre 29 ; enfin tous deux se retrouvent le 29 à Martigues. Dans chaque localité maritime Séguiran émet une ordonnance à l’encontre des patrons jugés défaillants : 9 à Cassis, 21 à La Ciotat, 17 à Six-Fours (y compris deux patrons d’Ollioules), 7 à Toulon, 38 à Martigues. Deux ordonnances datées d’Aix (dont une dernière du 25 janvier 1611) sanctionnent encore 14 patrons, dont un d’Antibes, six d’Arles, trois de Berre et deux de Marseille. Au total, 105 patrons 30 sont condamnés à assurer chacun le transport de 15 à 100 morisques, ou à verser au trésorier général du pays une somme fixée entre 30 et 300 livres31. Quant à la ville de Toulon, elle devra faire transporter 279 morisques qui s’y trouvent, dans le délai d’un mois, sous peine de 2 000 livres32.

  • 33  Dans chacune des ordonnances de Toulon et de Martigues, la pistole compte pour 11 livres, ou pour (...)
  • 34  La Continuation du Mercure françois…, op. cit.,fol. 14-16.
  • 35  Cf. « Compte rendu… », ‘fol. 13’, note.
  • 36  Cf. ibid., ‘fol. 12 v°’, note.
  • 37  Pierre Santoni, art. cit., p. 366-367 ; cf. Françoise Hildesheimer, « Alphonse Lopez, le “Seigneur (...)

20L’arrêt du parlement visait en premier lieu les contributions des morisques riches. Ceux-ci sont peu nombreux. Les commissaires en rencontrent quatre à Toulon, qu’ils chargent du transport de 72 morisques. Profitant cependant de la présence d’un vaisseau dans le port, ils en taxent les occupants pour 25 pistoles. À Martigues, les riches sont au nombre d’une dizaine ; les commissaires les chargent collectivement du transport de 50 morisques, ou du versement de 25 pistoles33. Trois d’entre eux méritent une mention particulière : les Aragonais Tristan Ocen, Pedro Vivera et Alonso de Lopes venaient d’Agde, où leurs compatriotes les avaient élus commissaires, chargés de recueillir et gérer les contributions nécessaires à la subsistance et au passage des pauvres. Le 4 novembre, à Agde, tous trois avaient souscrit une lettre (en espagnol) témoignant de leur satisfaction envers le prévôt général de Languedoc34. À Martigues, alléguant la maladie, Tristan Ocen35 obtient de Séguiran la permission de rester en Provence jusqu’à la fin de février 1611 ; Pedro Vivera36, qui était notaire à Cuarte, près de Saragosse, à présent « contrôleur des Aragonais », obtient une permission jusqu’au 15 mars ; l’un et l’autre se trouveront encore à Martigues le 18 avril. Quant à Alonso de Lopes, promu à Agde « receveur » des Aragonais, il est entré en conflit avec le prévôt général de Languedoc. En avril et mai 1611, on le trouve à Marseille, se disant « procureur général des morisques aragonais », en train de recueillir les plaintes et les procurations de ses compatriotes, dans le dessein d’attaquer en justice le prévôt général. Il s’ensuivra un procès retentissant, qui le mènera à Toulouse puis à Paris, et lui ouvrira une étonnante carrière parisienne dans l’entourage des Concini puis de Richelieu37.

21Les contributions imposées aux riches morisques ont représenté seulement le transport de 172 personnes, sur un total d’environ 2 500 pour l’ensemble des ordonnances. La contribution de Toulon ne comptant que pour 279 personnes, l’essentiel reposait sur les patrons condamnés. Les commissaires avaient, si l’on peut dire, « taillé large » et il apparaîtra que le nombre de morisques expulsables était en réalité très inférieur. À Marseille, où les commissaires n’avaient pas qualité pour intervenir, la municipalité négociait dans le même temps avec un patron de Six-Fours pour le transport de cinq cents personnes. Les débarquements n’y sont plus autorisés : 290 Castillans, arrivés de Carthagène le 21 décembre, doivent rester à bord ; le 15 janvier seulement, ils négocient leur départ sur un autre navire, où ils sont « renversés », sans être descendus à terre.

  • 38  Pierre Santoni, art. cit., p. 346.

22Une première infraction constatée à l’arrêt du 3 décembre déclenche une réaction rapide. Début janvier, des morisques chargés à Agde ont été débarqués à Six-Fours ; les consuls du lieu les ont retenus, mais ils se sont échappés et ont pu entrer à Ollioules. Par arrêt du 13 janvier, rendu à la requête des procureurs du pays, le parlement ordonne que le patron fautif sera arrêté et conduit aux prisons d’Aix, et ajourne à comparaître les premiers consuls des deux localités ; il reviendra aux autres consuls de faire mettre à exécution l’arrêt de décembre et l’ordonnance du conseiller Séguiran, « à peine de la gallère et de mil livres d’amende pour chacun d’eux », et aux procureurs du pays de « raffreschir » les défenses déjà instaurées, en faisant lire et publier les deux arrêts « à son de trompe et cry public » dans toutes les localités du littoral38.

Les tournées d’expulsion

  • 39  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 1494.

23La mise en œuvre de l’expulsion revient presque entièrement à François de Beaumont, au cours de deux tournées qui n’ont laissé presque aucune trace documentaire, en dehors du compte rendu qu’il en a fait lui-même, dont on ne connaît qu’un seul exemplaire (on ignore s’il y en a eu d’autres), conservé dans le fonds de la Cour des comptes de Provence39. Le document se présente sous la forme d’un cahier de 56 feuillets de 28 x 20 centimètres, relié postérieurement avec 26 autres pièces. L’écriture est celle d’un copiste, qui semble avoir mis au propre un brouillon ou document préparatoire, en travaillant assez rapidement. Le texte porte à la fin la date du 14 mars 1611, jour du second retour à Aix de François de Beaumont, qui a apposé sa signature, avec ses qualités de consul d’Aix et de procureur du pays. Le document est un rapport, destiné sans doute à ses collègues, mais aussi et plus encore au trésorier général du pays, comptable de l’opération, d’où l’indication constante des sommes reçues (lors de la première tournée) et des sommes déboursées.

24La première tournée a commencé le 26 janvier 1611, à la suite d’une résolution adoptée la veille par les procureurs du pays, et a duré huit jours, jusqu’au 3 février. Elle s’est déroulée à Martigues et s’est conclue par un embarquement qui a eu lieu au port de Bouc, ouvrant sur la mer, à quelque six kilomètres à l’ouest de la ville. La seconde tournée, commencée le 19 février, a duré vingt-quatre jours, jusqu’au 14 mars. François de Beaumont a organisé alors deux embarquements, l’un à La Ciotat et l’autre à Toulon. Il avait prévu un embarquement supplémentaire à La Seyne, sur le terroir de Six-Fours, mais il a dû y renoncer, le nombre de morisques expulsables étant insuffisant. Alors qu’en décembre il avait continué le long du littoral jusqu’à Saint-Tropez, il n’a pas poursuivi cette fois au-delà de Toulon, averti que les morisques se trouvant dans ces parages n’étaient plus qu’en tout petit nombre, certains étant morts et la plupart partis vers l’Italie ou l’Espagne.

25Entre les deux tournées, un changement important doit être remarqué. Dans la première, le procureur du pays s’est mis en route en compagnie de deux « archers du prévôt des maréchaux » de Provence, dont le statut et la fonction étaient à peu près ceux des gendarmes d’aujourd’hui (qui ont pris leur succession) ; il avait aussi avec lui le trompette de la ville d’Aix, dont la fonction propre était la criée et la publication des textes officiels. L’un des archers est allé dès le lendemain, pendant trois jours, porter des lettres aux consuls des localités voisines, et Beaumont, à son retour, leur a donné congé à tous deux. Pour la tournée commencée le 19 février, les deux mêmes archers avaient été envoyés dès l’avant-veille en direction de Brignoles (le long de la grand route d’Italie), pour faire rassembler les morisques pouvant se trouver dans les localités traversées, en vue de les conduire à l’embarquement à La Ciotat. Beaumont, quant à lui, est parti en direction d’Aubagne, avec le trompette d’Aix, mais aussi avec un commis du trésorier général du pays.

  • 40  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, C 10, fol. 227 v°-228.
  • 41  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 369 E 139, fol. 18, 26 v°, 35.

26Il était apparu en effet, au retour de la tournée de Martigues, que les opérations financières n’avaient pas été traitées de manière correcte. Les consuls du lieu ayant refusé de se charger de l’argent remis par les patrons de barques visés par les ordonnances du conseiller Séguiran, Beaumont s’en était chargé lui-même et en avait disposé pour les besoins de sa mission, ce qui constituait déjà une irrégularité. De plus, le montant versé résultait d’un accommodement ; les patrons, après s’être entendus sur le choix du navire devant transporter les morisques, en avaient payé eux-mêmes le nolis. Leur contribution totale était très inférieure au montant des condamnations, et, bien que celles-ci ne fussent pas effacées, Beaumont, par souci d’efficacité et de rapidité, avait laissé entendre que le surplus ne serait pas exigé. Dans une réunion tenue le 9 février, les procureurs du pays ont approuvé les opérations menées par leur collègue, mais ont décidé que la tournée suivante comprendrait un commis du trésorier général, habilité au maniement des deniers40. Il s’ensuit que les versements des patrons, relatés en détail dans le compte rendu de la tournée de Martigues, disparaissent quasiment dans la suite du document ; on sait cependant, par les actes de notaire, que les patrons de La Ciotat ont payé exactement les sommes auxquelles ils avaient été taxés par Séguiran, et n’ont été partie en aucune façon dans le nolis du navire emmenant les morisques de leur port41.

  • 42  Seuls les consuls de Six-Fours, faisant manifestement preuve de peu de diligence, allèguent l’éten (...)

27Si le compte rendu de François de Beaumont est riche d’informations dignes d’intérêt sur les rapports des Provençaux entre eux et avec leurs autorités responsables, voire sur certains traits de leur vie quotidienne, nous nous attacherons ici à ce qu’il nous apprend du sort des morisques. Le premier temps de l’opération à laquelle ceux-ci sont soumis consiste à les « ramasser », c’est-à-dire à les rassembler, ce qui se fait ordinairement sans problème, quel que soit leur nombre42. Il s’agit ensuite de les conduire au port d’embarquement. Le plus long chemin semble avoir été celui de douze morisques menés du Luc à Toulon, soit plus de cinquante kilomètres : le 6 mars, de grand matin, une lettre pour les consuls est confiée à l’un des archers ; les morisques couchent à Cuers le 8 mars et arrivent à Toulon le 9, leurs bagages et leurs malades étant portés par du « bestail », non autrement spécifié. Entre Aix et Martigues, certains sont venus sur des charrettes, mais l’une d’elle, à une lieue de l’arrivée, se renverse dans un fossé, à la nuit tombée ; « pour les garder de périr », car on est en janvier, il faut leur porter aide, et les héberger dans une bastide proche. D’autres, enfin, arrivent plus facilement en barque, à travers l’étang de Berre ou la rade de Toulon.

28Dans les lieux prévus pour l’embarquement, Beaumont a demandé aux consuls de fournir un local approprié pour « retirer » les morisques (c’est-à-dire pour leur rétention), éloigné de l’agglomération par crainte des maladies, mais cependant proche du port, avec des gardes, pour empêcher les évasions. La réponse est rapidement donnée : ce sera la Baumasse, près du port de Bouc, « couvert grand et espacieux, […] proche du bois et de la bonne eau, et pour y porter force pailhe pour coucher lesd. Morisques » ; le Peirolet, à la sortie de La Ciotat, vers La Cadière ; l’habitation des pauvres Saint-Lazare, ancienne léproserie, sous les remparts de Toulon. Les gardes sont au nombre de deux, pour commencer, puis de quatre. Suivent des jours d’attente, pendant lesquels le procureur du pays fait distribuer deux sous de pain par tête, et deux livres pour le bois, et même une fois, par exception, dix-huit sous de « chair » pour les malades. Et l’attente peut être prolongée, notamment quand le mauvais temps empêche l’embarquement, comme à La Ciotat, pendant trois jours. Durant tout ce temps, du début à la fin, jamais il n’est question d’un seul incident, d’une seule plainte, ni des habitants, ni des morisques. Ceux-ci semblent une masse indifférenciée, où l’on surprend à peine quelquefois la présence d’enfants ou de malades, sans jamais une indication de la région d’origine, ni un seul nom, ni un seul trait personnel.

  • 43  Voir ci-dessus notes 35 et 36.
  • 44  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 369 E 284, fol. 103-105 v° ; cf. Pierre Santoni, art. cit., p. 375.

29Ces morisques anonymes, assurément des pauvres, ne sont pas néanmoins tous les morisques. À Martigues, l’embarquement ayant déjà eu lieu, François de Beaumont part à la recherche des morisques qui auraient pu y échapper. On lui signale trois familles, dont celles des commissaires des Aragonais, Tristan Ocen et Pedro Vivera 43 ; toutes trois ont, pour des raisons variées, des permissions de rester encore quelque temps, émanant notamment du conseiller Séguiran. À La Ciotat, ce sont deux familles sévillanes qui ne désirent pas s’embarquer « avec tous ses pouvres mandians et mallades » : avec la caution des consuls, et à condition de payer le voyage qu’elles n’accompliront pas, elles sont dispensées de partir, « jusqu’au premier beau temps »… Pourtant dès le lendemain, le procureur du pays ayant à peine quitté la localité, sept des Sévillans font profession de foi catholique devant le vicaire de l’évêque de Marseille, en présence du vicaire de la paroisse et des consuls, ce qui jette plus qu’un doute sur leur intention de quitter bientôt la Provence44.

  • 45  « Compte rendu… », ‘fol. 27-28’. Voir ci-dessus, notes 17 et 18.
  • 46  Arch. comm. Toulon, GG 29 ; « Compte rendu… », ‘fol. 43 v°-44’ ; cf. Pierre Santoni, art. cit., p. (...)
  • 47  « Compte rendu… », ‘fol. 19 v°-20, 23-24, 25-28, 35-36’.

30Nous avons parlé plus haut, en effet, du groupe des Catalans de Benissanet que le commissaire Honoré Aymar avait autorisés, le 5 octobre, à demeurer à Cassis et le long de la côte, s’étant engagés devant notaire à faire profession de foi et à vivre catholi­quement et sans mendier. Le 16 ou le 22 décembre, une partie d’entre eux faisait profession de foi devant l’évêque de Toulon, et d’autres, le 15 janvier, à Aubagne, devant l’évêque de Marseille45. Ils n’étaient pas les seuls. Un document toulonnais nous a conservé la liste de 268 morisques ayant accompli la même démarche entre le 16 décembre 1610 et le 8 juin 1611 : Catalans, Murciens, Castillans, Aragonais se succèdent de décembre à février ; le 8 mars, pendant la venue de François de Beaumont à Toulon, le maximum pour un seul jour est atteint, avec 64 professions de foi (23 Aragonais, 34 Catalans, 4 Castillans, 3 Andalous). Lorsque Beaumont demande aux consuls de Toulon la preuve du départ de 278 morisques prescrit par l’ordonnance de Séguiran, ceux-ci lui répondent qu’il a presque toujours fait mauvais temps (ce qui n’a pas empêché d’en faire partir douze) et que la plupart ont fait profession de foi devant l’évêque46. Le procureur du pays ne peut que s’incliner, ayant déjà rencontré plusieurs fois le problème : les Catalans de Benissanet, à Cassis et à Ollioules, d’autres Catalans, venant principale­ment de Miravet, au nombre d’une centaine, à La Cadière, et quatre familles aragonaises à Cassis lui ont fait valoir les professions de foi auxquels ils ont été admis. Les ayant renvoyés au parlement, il a reçu une première réponse de Séguiran, qui en avait parlé au président Du Vair, puis une réponse du premier président lui-même : pourvu que ces groupes vivent catholiquement, sans mendier, se portant secours les uns aux autres, on ne les obligera pas, pour l’instant, à quitter le pays47.

  • 48 Ibid., ‘fol. 40-41, 45 v°-46, 48 v°-49, 52-52 v°’.

31Les mesures de faveur n’ont pas profité seulement aux riches et aux groupes solidaires. Les pauvres ou isolés ont pu aussi en bénéficier, pourvu que des habitants du pays s’intéressent à eux et acceptent de les prendre en charge. Le 31 janvier, Beaumont reçoit de ses collègues, qu’il a quittés cinq jours plus tôt, une lettre lui annonçant que les deux tiers des morisques d’Aix qu’il attend à Martigues, soit 120 personnes, ont été retenus par des particuliers, qui se sont obligés en bonne et due forme à les entretenir et à payer leur départ quand ils voudront s’en aller. Une telle démarche, à la fois individuelle et collective, est imitée par les habitants d’Ollioules, d’Hyères et de La Valette. Dans les deux derniers cas, Beaumont accepte la procédure sans réserve, mais à Ollioules, où se trouvent déjà 70 Catalans de Benissanet, où les habitants veulent retenir 120 autres morisques, il juge prudent de demander la confirmation du parlement, lequel répond tout aussi prudemment, en donnant son autorisation pour deux mois seulement. Réponse que l’on peut juger inappropriée, dans la mesure où elle semble ignorer les obligations par lesquelles les habitants ont dû normalement s’engager individuellement48.

  • 49 Ibid., ‘fol. 13 v°, 28 v°, 30-31, 39 v°, 47’ ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 378 E 353/2, fol. 17 v° (...)

32La même démarche peut aussi être nettement plus individualisée, lorsqu’elle émane de particuliers agissant isolément. C’est ce que font quatre habitants de Martigues, puis une dizaine d’autres dans la seconde tournée. Les formes et les motivations paraissent très diverses. Ce peut être une relation de travail, lorsque le sieur de Solliès retient un couple ; le sieur du Castellet, un couple et ses deux filles ; un habitant de La Ciotat, un garçon serrurier. Mais l’aspect de sollicitude peut être beaucoup plus prégnant, lorsqu’il s’agit de « retenir », à la limite de l’adoption, des enfants de six ou sept ans, ou une fillette de quatre ans, « sans pere ne mere » , « pour Dieu » ou « pour l’honneur de Dieu »49.

  • 50  Retenus par des particuliers à Aix et Martigues : 126 ; à La Ciotat : 11 ; à Hyères, La Valette, S (...)

33Entre la contrainte imposée aux pauvres silencieux et la compréhension manifestée à ceux qui savent se faire entendre ou ont trouvé une voix pour les défendre, quel bilan proposer des tournées de François de Beaumont ? Le plus clair est le nombre des expulsés : 150 environ embarquent à Martigues, 188 à La Ciotat, 177 à Toulon, soit un total de 515 personnes, à quelques unités près. Mais le nombre de ceux qui ont obtenu de rester en Provence pour un temps indéterminé est plus élevé, puisqu’il dépasse 600, sans même y compter les 120 Catalans d’Ollioules auxquels n’a été consenti officiellement qu’un sursis de deux mois50. Pourtant entre ceux qui ont dû embarquer et ceux qui ont échappé à l’expulsion, la différence est peut-être moindre qu’il n’y paraît.

  • 51  « Compte rendu… », ‘fol. 14 v°, 32 v°-33 v°, 48-48 v°’. Les patrons de Martigues avaient d’abord p (...)

34Les morisques contraints à l’expulsion ne sont pas en effet totalement silencieux. L’arrêt du parlement stipule qu’ils seront portés « où ilz vouldront aller ». Le seul choix qu’ils puissent encore exprimer relativement librement est celui de leur destination finale. À Martigues, ils embarquent pour « Romme ou le long de la coste d’Itallie » ; à Toulon, le patron propose de noliser « pour la coste d’Espaigne ou Italie, où lesd. Morisques desirent aller ». Les plus explicites sont les embarqués de La Ciotat : ils veulent aller en Espagne, « quand bien ilz y debvroient estre tous pendus » ; comme le roi d’Espagne interdit tout retour, le débarquement ne pourra être que clandestin ; le patron devra rapporter un certificat de ses passagers mêmes, mais il se trouve qu’aucun d’entre eux ne sait écrire, ni même signer son nom ; on finit cependant par trouver une solution51… S’il est une destination jamais évoquée, c’est la Barbarie, pratiquement absente de tout le compte rendu, mais nous savons que les Aragonais échappés à Cassis en novembre aimaient mieux mourir en Provence que de passer en Barbarie. La raison qui leur fait refuser la Barbarie et celle qui les fait s’attarder en Provence n’en font sans doute qu’une : elle leur permet d’espérer un retour en Espagne…

  • 52  Cf. Pierre Santoni, art. cit., p. 377 ; Arch. comm. La Cadière, BB 13, CC 260, CC 344 (communicati (...)
  • 53  Cf. Bernard Vincent, « Musulmans et conversions en Espagne au xviie siècle », dans Mercedes Garcia (...)

35Les morisques qui ont échappé à l’expulsion de Provence ont su développer les moyens qui leur ont permis d’y demeurer, mais ils ne disent jamais rien de ce qu’ils désirent à la fin. L’Espagne ne s’est jamais rouverte, et les plus riches, tels les commissaires des Aragonais rencontrés à Martigues, auraient probablement été trop en vue pour pouvoir espérer y faire un retour discret, encore que nous ne sachions rien de précis à leur sujet. D’autres plus modestes ont pu offrir leurs services, vivre en Provence de leur talents, plus ou moins facilement, ou continuer à errer, malgré les défenses réitérées des autorités, longtemps après être sortis d’Espagne52. Mais pour les groupes restés solidaires, la profession de foi catholique devant l’évêque de Toulon ou de Marseille marquait moins le désir de s’intégrer à la chrétienté que de gagner du temps, en attendant de pouvoir retourner en Espagne. Le cas, assez bien documenté, des villageois catalans de Benissanet ou Miravet, repeuplant subrepticement leurs localités au bout de quelques années, n’est pas unique53. La Provence, pour eux, n’aura été qu’une étape sur le chemin du retour.

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B1494, fol. 29 v° et fol. 35 v°.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  La Continuation du Mercure françois…, « À Paris, chez Estienne Richer, au Palais, sur le Perron Royal », 1615, fol. 1-17 (consultable sur le site « mercurefrancois.ehess.fr »). Le privilège royal de l’ouvrage est daté du 11 mai 1613.

2  Paris, 1847, t. II, p. 71-98.

3  Louis Cardaillac, « Le passage des Morisques en Languedoc », Annales du Midi,t. 83, 1971, p. 260-298 (résumé d’une thèse de troisième cycle soutenue à Montpellier en 1970).

4  Honoré Bouche, L’histoire chronologique de Provence,t. II, Aix, 1664, p. 850 ; Antoine de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille…, 2e éd., Marseille, 1696, p. 454.

5  Francisque Michel, Histoire des races maudites…, op. cit.,t. II, p. 86-88, 287-289.

6  Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », Revue des langues romanes, t. 79, 1971, p. 297-315 (article réédité dans Mikel de Epalza et Ramón Petit [dir.], Études sur les Moriscos andalous en Tunisie, Madrid, 1973, p. 89-102, auxquelles renverront nos références).

7  Pierre Santoni, « Le passage des Morisques en Provence (1610-1613) », Provence historique, t. 46, fasc. 185, 1996, p. 333-383 ; avec, en annexe (p. 379), une liste de 177 actes de notaires de Marseille, Cassis, La Ciotat et Martigues intéressant les morisques.

8  Henri Lapeyre, Géographie de l’Espagne morisque,Paris, SEVPEN, 1959, p. 153.

9  Arch. comm. Marseille, FF 172 ; Arch. comm. La Ciotat, FF 62 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9B 57, fol. 172, et B 3343, fol. 1201 ; Pierre Santoni, art. cit., p. 336-339.

10  L’un d’eux est Luis Zapata, dont la carrière vient d’être retracée sommairement par Luis Bernabé Pons, « Notas sobre la cohesión de la comunidad morisca más allá de su expulsión de España », Al-Qantara,xxix, n° 2, 2008, p. 307-332.

11  Gabriel Esquierlo et, à nouveau, Luis Zapata.

12  Pierre Santoni, art. cit., p. 363-365 ; cf. Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », art. cit.

13  La première arrivée identifiée est celle du patron antibois Honoré Roustang, à La Ciotat, dans les derniers jours de juillet (Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9B 14, fol. 10 v° ; 359 E 559, fol. 341 v° ; cf. Bernard Vincent, « Les études morisques : acquis et perspectives », dans Les Morisques et la Tunisie… Colloque tenu à Tunis en novembre 2008 – Cartas de la Goleta, n° 2 , Tunis, 2009, p. 33, n. 21 ; Pierre Santoni, art. cit., p. 355, n. 55). Au début de juillet, la reine régente Marie de Médicis s’était résignée à tolérer l’entrée par le col du Somport d’une partie des Aragonais (cf. Henri Lapeyre, Géographie…, op. cit.,p. 101).

14  Pierre Santoni, art. cit., p. 340-342 et 343, n. 29 ; Henri Lapeyre, Géographie…, op. cit.,p. 104 ; Albert Ritt, Journal de deux notaires ciotadens au xviie siècle, Marseille, 1919, p. 40-44 (document dont l’original est aujourd’hui aux Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 369 E 732).

15  Pierre Santoni, art. cit., p. 339-340, 368-369 ; Albert Ritt, Journal…, op. cit., p. 43 ; lettre du duc de Guise aux consuls de La Ciotat, 17 octobre 1610, Arch. comm. La Ciotat, FF 62.

16  Pierre Santoni, art. cit., p. 342-343, 357 ; cf. Louis Cardaillac, « Le passage… », art. cit., p. 272, 276-279. Sur les commissaires des morisques, cf. ci-dessus, note 10.

17  « El residuo di Venisanet » ; cf. Henri Lapeyre, Géographie…, op. cit.,p. 104, 246.

18  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 406 E 21, fol. 312.

19  La Continuation du Mercure françois…, op. cit.,fol. 9-11.

20  Voir le « Compte rendu des tournées de François de Beaumont » édité ci-dessous, ‘fol. 19 v°-20, 24 v°-26’ (les numéros de folios entre guillemets simples sont ceux du document original, Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 1494). Cf. Pierre Santoni, art. cit., p. 372.

21  Il en est allé de même durant toute l’année 1610 : sur les 30 actes de départ (ou assimilés) de la Provence vers l’Afrique du Nord que je connaisse, comportant l’indication d’une ou plusieurs destinations, Tunis est la seule destination indiquée dans 23 cas, Alger, Bône, Tabarque, chacune dans un cas. Mais il arrive que le débarque­ment prévu à Tunis ait lieu finalement à Bône (Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 367 E 46, fol. 748-749). Voir aussi, Bernard Vincent, « Les études morisques… », art. cit., p. 34.

22  Pierre Santoni, art. cité, p. 343-344, 370 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 406 E 21, fol. 372-374, 382-385.

23  Arch. comm. Marseille, BB 60, fol. 12.

24  Les procureurs du pays, renouvelés chaque année, prenaient alors leurs fonctions le 1er décembre. Il se pourrait que la requête n’ait été présentée qu’à cette date.

25  Cf. « Compte rendu », ‘fol. 35 v°’, note.

26  Cf. ibid., ‘fol. 3 v°’, note.

27  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 4700 (minute ainsi datée : « Faict à Arles en parlement le iij e décembre 1610 », dépourvue de signatures) ; Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », art. cit., p. 99-100.

28  Sur François de Beaumont, cf. « Compte rendu… », ‘fol. 1’, note.

29  « Compte rendu… », ‘fol. 50’.

30  Une réclamation formée par sept patrons de Six-Fours contre leurs condamnations par Séguiran a été reçue peu après par le parlement (voir arrêt du 13 janvier 1611, Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 4701).

31  Contrairement à ce qu’on trouve écrit dans un article qui emprunte largement à notre étude de 1996 sans en donner la référence, ce n’est pas « tous les patrons », « dans chaque région », qui ont été condamnés à payer de 30 à 300 livres au « trésorier général du pays », en vertu d’une ordonnance d’Henri IV, mais seulement une centaine de patrons provençaux, en vertu des ordonnances du conseiller Séguiran. Cf. Raja Yassine Bahri, « Errance des Morisques en Méditerranée, après l’expulsion de 1609 », dans L’Afrique au xviie siècle : mythes et réalités, Actes du colloque tenu à Tunis en mars 2002,Biblio 17, Tübingen, 2003, p. 198.

32  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, C 10, fol. 219 ; cf. Louis Cardaillac, « Morisques en Provence », art. cit., p. 100-102 ; Pierre Santoni, art. cit., p. 345 ; ci-dessus, note 5.

33  Dans chacune des ordonnances de Toulon et de Martigues, la pistole compte pour 11 livres, ou pour le transport de deux morisques.

34  La Continuation du Mercure françois…, op. cit.,fol. 14-16.

35  Cf. « Compte rendu… », ‘fol. 13’, note.

36  Cf. ibid., ‘fol. 12 v°’, note.

37  Pierre Santoni, art. cit., p. 366-367 ; cf. Françoise Hildesheimer, « Alphonse Lopez, le “Seigneur Hebreo” », dans Les Juifs au regard de l’histoire, Mélanges Bernard Blumenkranz, Paris, 1985, p. 293-299.

38  Pierre Santoni, art. cit., p. 346.

39  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 1494.

40  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, C 10, fol. 227 v°-228.

41  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 369 E 139, fol. 18, 26 v°, 35.

42  Seuls les consuls de Six-Fours, faisant manifestement preuve de peu de diligence, allèguent l’étendue de leur terroir et la dispersion des morisques, « tous par bastide séparés sà et là », et demandent deux jours pour les « ramasser » et les conduire à un lieu d’embarquement proche (« Compte rendu… », ‘fol. 41 v°-42’).

43  Voir ci-dessus notes 35 et 36.

44  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 369 E 284, fol. 103-105 v° ; cf. Pierre Santoni, art. cit., p. 375.

45  « Compte rendu… », ‘fol. 27-28’. Voir ci-dessus, notes 17 et 18.

46  Arch. comm. Toulon, GG 29 ; « Compte rendu… », ‘fol. 43 v°-44’ ; cf. Pierre Santoni, art. cit., p. 374. Il est à noter que la procédure toulonnaise semble avoir commencé presque aussitôt après le passage dans la ville de Séguiran et Beaumont, le 13 décembre.

47  « Compte rendu… », ‘fol. 19 v°-20, 23-24, 25-28, 35-36’.

48 Ibid., ‘fol. 40-41, 45 v°-46, 48 v°-49, 52-52 v°’.

49 Ibid., ‘fol. 13 v°, 28 v°, 30-31, 39 v°, 47’ ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 378 E 353/2, fol. 17 v°-18.

50  Retenus par des particuliers à Aix et Martigues : 126 ; à La Ciotat : 11 ; à Hyères, La Valette, Solliès : 105 ; total : 242. Bénéficiaires des permissions à durée indéterminée délivrées par H. Aymar : 130/140 ; par le parlement : 120/125 ; non expulsés à Toulon : 212 ; total : environ 470. Et rien n’était prévu pour assurer le départ effectif des bénéficiaires de permissions temporaires (28 à Martigues, 12 à La Ciotat, 120 à Ollioules).

51  « Compte rendu… », ‘fol. 14 v°, 32 v°-33 v°, 48-48 v°’. Les patrons de Martigues avaient d’abord prévu un transport à destination de Tunis (ibid., ‘fol. 5 v°’), mais à la fin il n’est plus question que de l’Italie.

52  Cf. Pierre Santoni, art. cit., p. 377 ; Arch. comm. La Cadière, BB 13, CC 260, CC 344 (communication de M. Jean Cachard).

53  Cf. Bernard Vincent, « Musulmans et conversions en Espagne au xviie siècle », dans Mercedes Garcia Arenal (dir.), Conversions islamiques : identités religieuses en Islam méditerranéen,Paris, 2001, p. 194.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/4930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Santoni, « Les tournées de François de Beaumont pour l’expulsion des morisques de Provence (janvier-mars 1611) », Cahiers de la Méditerranée, 79 | 2009, 267-302.

Référence électronique

Pierre Santoni, « Les tournées de François de Beaumont pour l’expulsion des morisques de Provence (janvier-mars 1611) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 18 juin 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://cdlm.revues.org/4930

Haut de page

Auteur

Pierre Santoni

Archiviste-paléographe, membre de l’école française de Rome (1971-1972), il est Directeur honoraire des Archives départementales de la Haute-Corse, auteur de plusieurs articles et travaux, parmi lesquels :- « Le passage des Morisques en Provence (1610-1614) », dans Provence historique,t. XLVI, fascicule 165, juillet-septembre 1996.
- « Le rachat des Corses esclaves à Tunis en 1779 », dans Jean Dumas (dir.), L’espace politique méditerranéen. Actes du 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, tenu à Bastia en 2003,Paris, Éditions du CTHS, 2008, p. 82-94.
- Contribution au Guide des sources régionales pour l’histoire de la Révolution française : Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse,Aix-en-Provence, Université de Provence, 1987, p. 1-134 : « Première partie : Archives et manuscrits ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org