Navigation – Plan du site

Salé au xviie siècle, terre d’asile morisque sur le littoral Atlantique marocain

Leila Maziane
p. 359-372

Résumés

La Reconquista et l’expulsion des Morisques ont été à l’origine de la création et du développement de Salé. Cette ville du littoral atlantique marocain devint une cité politiquement indépendante et un port corsaire important, à partir duquel de nombreuses attaques furent portées contre l’Espagne, puis, en mer, contre les intérêts d’autres nations européennes. Ses habitants, essentiellement morisques, furent considérés avec suspicion par leurs coreligionnaires marocains qui doutaient de la pureté de leur foi islamique. Centre urbain cosmopolite, Salé attira une population nombreuse et diversifiée.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

corsaires, morisques, Salé

Keywords :

moriscos, privateers, Salé
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Introduction, Sources inédites de l’histoire du Maroc (SIHM), 1re s., Pays-Bas, T. V, Paris, P. Ge (...)
  • 2 SIHM, 1re s., Jerome B. Weiner, Fitna, corsairs and diplomacy ; Morocco and the maritime states of (...)
  • 3  Lettre du duc de Lerme à Arostegui, du 22 mai 1610, SIHM, 1re s., Esp., cité par Henry de Castries (...)
  • 4  Roland Fréjus, Relation curieuse des Etats du roy de Fez et de Maroc qui regne aujourd’hui, Paris, (...)
  • 5  Leila Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727), un port de course marocain au xviie siècle, Caen (...)

1L’exode morisque est une des conséquences de l’accomplissement de la Reconquista. Le départ des musulmans d’Espagne s’est accéléré après la prise de Grenade en 1492 et il est devenu massif suite aux édits d’expulsions promulgués entre le 22 septembre 1609 et le 18 janvier 1610 à l’encontre de la totalité des morisques du pays, voire aussi de tous « ceux qui pour quelque raison et à quelque époque que ce fût avaient été musulmans ». Entre les départs clandestins vers le Maghreb, tout au long du xvie siècle, et l’expulsion finale, on peut estimer à un demi-million le nombre total de ceux qui abandonnèrent l’Espagne. Ce départ donna lieu à une gigantesque opération militaire et navale, remarquablement exécutée. Málaga, Gibraltar, Tarifa et Cadix furent les principaux ports d’embarquement des expulsés vers le Maroc. Ils débarquèrent alors à Tanger, à Ceuta et à Melilla1. Cet important courant migratoire vit arriver au Maroc des milliers d’hommes, dont le nombre exact nous échappe2. Des villes comme Fès et Tétouan3 furent entièrement repeuplées4. À Salé, les morisques constituèrent le fond même de la population urbaine et ne devaient se fondre que peu à peu dans la population locale. Ils trouveraient sur les bords du Bû-Regreg, à cinquante lieues seulement de Gibraltar, le point idéal pour mener leurs campagnes de course contre les chrétiens. Dès leur installation sur la rive sud de la rivière, ils se lancèrent sans merci dans l’armement corsaire, en organisant et commandant eux-mêmes les opérations dirigées, dans un premier temps, contre les intérêts espagnols, pour s’étendre ensuite sur l’ensemble des intérêts maritimes européens. Salé devint incontestablement le grand boulevard de la course ; ses corsaires étaient partout et rabattaient vers le port marocain captifs et marchandises5.

2À partir du cas de Salé, notre propos est de nous interroger sur l’identité de ces morisques, leur nombre, leurs rapports avec leurs voisins directs et indirects. Nous essaierons de voir quel fut l’impact culturel et économique de leur arrivée dans la ville et ce qui fit l’originalité de cette ville d’accueil atlantique.

Évolution du peuplement à Salé et place des morisques

  • 6  Archivo General de Simancas (AGS), Secretaría de Estado (SE), E 2677 ; A. Sánchez Pérez, Los Moris (...)
  • 7  Le R. P. Fr. Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires,Paris, P. Rocolet, 1649, p. 205 ; J.C. (...)
  • 8  Olfret Dapper, Description d’Afrique, trad. du flamand, Amsterdam, W. Waasberge, Boom et Van Somer (...)
  • 9  Al-Qadiri, Nachr el-Mathânî, trad. Graulle, Archives Marocaines, t. XXI, p. 219.
  • 10  Ibid., XXI, t. I, p. 219.
  • 11  D’après Fray Marcos de Guadalajara, Memorable expulsion, Pamplona, 1613 ;voir Andrés Sánchez Pérez (...)
  • 12  Jayme Bleda, Crónica de los Moros de España, p. 921-922, cité dans intr., SIHM, 1re s., Pays-Bas, (...)
  • 13  Mohamad Al-Ifrânï, Nozhet el-Hâdî ou Histoire de la dynastie sa’dienne au Maroc (1511-1670), Paris (...)
  • 14  Lettre de Moulay Zidan à Jan Lieven, du 15 juillet 1614, SIHM, 1re s., Pays-Bas, t. II, p. 315 ; L (...)

3Le premier noyau de la nouvelle population de Salé était constitué par les Hornacheros,originaires d’Hornachos en Estrémadure6. Ils furent accueillis, aux dires du trinitaire français, le père Pierre François Dan, par le sultan sa’adien ‘Abd el-Malik (1576-1578) qui fit installer une importante colonie de ces nouveaux venus avec leurs familles dans l’ancien Ribât d’Abd el-Moumen, autour du palais qui existait encore : « prenant pitié de ces misérables, écrit-il, soit en faveur de la religion mahométane ou soit qu’il les creut utiles en son royaume, pour y apprendre les arts et les mestiers à ses subjets, leur permit de s’habituer à Salé, avec les mesmes grâces et privilèges, dont avoient accoustumé de jouyr les naturels du païs »7. L’importance de Ribât-el-Fath était alors bien restreinte et sa citadelle n’abritait qu’une modeste garnison. La citadelle était très délabrée, mais demeurait encore, d’après Olfret Dapper (1686), « aussi grande qu’une petite ville »8. Dès leur installation au Ribât, les Estrêmègnes en aménagèrent l’enceinte, réparant les murailles et y perçant les embrasures pour les canons ; à l’intérieur, « ils y construisirent des maisons et des bains »9. D’après Al-Qâdirî, les sultans auraient songé un moment à les organiser en milices pour les employer contre les dissidents10. Déjà, dans leur ville d’origine, les Hornacheros formaient une sorte de république, jouissant du privilège de porter les armes, concédé par le roi Philippe II moyennant la somme de 30 000 ducats11. Ils s’administraient eux-mêmes et, contrairement à certains morisques, ils avaient préservé la foi musulmane et faisaient usage de la langue arabe. En raison de la terreur qu’ils inspiraient, et de la corruption d’agents de la Cour et de l’Inquisition dont ils achetaient la complicité, ils étaient parvenus à se soustraire à toute poursuite12. Toutefois, ils ne purent échapper au décret de bannissement de 1609. Il est probable qu’à leur arrivée au Maroc, ils firent partie de ce corps de 400 « Andalous » que le sultan saadien Mûlây Zidân (1603-1627) avait enrôlé et armé pour ramener la région de Dr’a, dans le sud, sous son autorité13. Et c’est, semble-t-il, dans la perspective de soustraire la ville de Salé aux visées politiques de son neveu, Mûlây ‘Abdallâh, que le sultan aurait donné aux Estrêmègnes le droit de s’organiser militairement et de tenir garnison dans la Qasba de Salé14.

  • 15  Relation de John Harrison, du 8 octobre 1630, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 105.
  • 16  Lettre de Jorge Mascarenhas à Philippe IV, du 25 septembre 1623, SIHM, 1re s., Portugal, cité par (...)

4Désireux de renforcer leur présence, d’augmenter leurs forces et « d’avoir des gens sur lesquels ils pussent se fier », ils firent venir auprès d’eux d’autres morisques andalous, qui furent les véritables victimes des décrets d’expulsion et supportèrent même les frais de leur expulsion15. Les Hornacheros les firent alors installer à proximité de la Qasba16 et du quartier déjà habité près du fleuve, à l’emplacement de la médina actuelle de Rabat, dont les murailles datent presque entièrement de cette période. Ils se répandirent alors dans une ville presque vide. En 1614, Julian Pastor s’exprime en ces termes pour décrire cet arrivage massif de morisques et leur installation à Salé-le-Neuf :

  • 17 AGS, SE, E 2677.

Au temps de ce Marabout Layax, beaucoup de Morisques, qui sont sortis d’Espagne, Andalous et Hornacheros (on les appelle Hornacheros parce qu’ils viennent d’un lieu appelé Hornachos, et on appelle communément Andalous le reste des Morisques) ont construit beaucoup de maisons dans le Faubourg17.

  • 18  Le R. P. Fr. Dan, Histoire…, p. 205-206 ; L. de Chénier, Recherches historiques sur les Maures et (...)
  • 19  Projet de traité entre Salé et l’Angleterre, du 10 mai 1627, ibid., 1re s., Angl., t. III, p. 17 ; (...)
  • 20  Elie de La Primaudaie, « Villes maritimes du Maroc », Revue Africaine, 1872-1873, sv.

5Comme le fait remarquer le père Dan, les nouveaux arrivés « vécurent quelques temps avec l’honneur et l’obéissance que de vrais subjets doivent à leur souverain, mais ils se relaschèrent un peu après… se rendirent auparavant maistres de l’alcassave ou du chasteau de Salé-le Neuf et par même moyen de la ville »18. En effet, dès 1627, ils proclament leur indépendance, non seulement vis-à-vis du sultan, mais aussi à l’égard des marabouts, prétendant exercer une autorité dans la région, comme El-Moujahid el ‘Ayachi. Ils s’érigent alors en véritable « République ». Le gouvernement qu’ils établissent n’est autre que celui qu’ils avaient à Hornachos : le pouvoir exécutif appartient à un gouverneur ou caïd élu annuellement et assisté d’un conseil ou Divan composé de seize membres19. Quant à la justice, elle est rendue par deux cadis venus d’Espagne20.

  • 21  Sur ces événements ainsi que sur les conditions de cet accord, voir Relation de John Harrison, du (...)
  • 22  Relation de John Harrison, 8 octobre 1630, 1re s., Angl. À la suite de cet accord, deux gouverneur (...)

6En fait, ce sont les Extrêmègnes qui gouvernent et dominent les morisques, qui, forts en nombre, ne tardent pas à réclamer aux maîtres de la Qasba une participation au gouvernement et surtout une part des revenus de la douane. En mai 1630, les deux parties parvinrent à la conclusion d’un accord21 : les Andalous auraient un caïd élu par eux mais résidant dans la citadelle ; ils nommeraient la moitié des membres du Divan, et cette assemblée tiendrait ses séances dans la Qasba ; enfin, ils auraient une part des revenus des douanes22.

7Après plus de deux siècles d’effacement et avec l’arrivée, dès la fin du xvie siècle et surtout au début du siècle suivant, d’Hornacheros et de morisques proscris, la rive gauche de la rivière du Bû-Regreg connaît un moment décisif de son histoire. Ceux appelés communément Salétins investirent alors un espace chargé de mémoire auquel ils surent donner un souffle nouveau grâce aux activités artisanales et surtout maritimes.

La population de Salé, une population composite

  • 23  Le R.P.P. Dan, Histoire…, p. 210.

8À défaut de statistiques relatives à la population salétine au cours du xviie siècle, nous nous sommes réduits à faire appel aux témoignages des chroniqueurs et des voyageurs de l’époque, ainsi qu’aux documents d’archives qui fournissent des chiffres discordants. Salé, le premier port du Maroc, figure parmi les villes les plus peuplées. Si la population est loin d’être homogène, elle n’est cependant pas aussi bariolée que le pensent les voyageurs occidentaux. Des morisques aux « Turcs naturels », en passant par les Juifs, les renégats, les esclaves noirs et chrétiens, les six groupes qu’ils décrivent leur semblaient autant de peuples différents. Or, pour la plupart d’entre eux, il s’agissait essentiellement de minorités urbaines qui ne pesaient pas d’un grand poids, en raison de la prédominance de la colonie morisque. Vers 1635, le père Dan laisse bien entendre que la cité corsaire est « assez bien peuplée de Maures, de Turcs naturels et de renégats »23. Un siècle plus tard, le capitaine anglais John Braithwaite reprend presque les mêmes termes pour décrire les habitants de Salé :

  • 24  John Braithwaite, Histoire des révolutions de l’Empire de Maroc depuis la mort du dernier Empereur (...)

On les divise en plusieurs classes. Les Mores, qui en général sont établis sur la côte, descendent de ceux qui furent chassez d’Espagne. Les Arabes n’ont point de demeure fixe (…) Il y a encore ceux qu’on nomme Bérébères, qui passent pour l’ancienne race des Mores, ils habitent les montagnes (…) Les Renégats, dont on peut faire une classe distincte, quoiqu’ils se trouvent en très petit nombre. Enfin les Nègres24.

9Certes, les morisques constituent la majorité de la population salétine, mais d’autres éléments s’y sont ajoutés, notamment les Noirs, qui allaient former, sous le règne de Mûlây Ismâ’îl et de ses successeurs, les « ‘Abîd al-Bûhkârî », l’élite de l’armée marocaine. Le xviie siècle voit affluer un nombre important d’Européens sur la terre marocaine, soit pour des séjours forcés quand il s’agit des captifs chrétiens, soit pour des activités commerciales dans le cas des commerçants. Sont également présents les consuls des différentes nations européennes accrédités dans certains ports marocains. Ils sont escortés d’un corps de religieux qui veille sur les intérêts de leurs coreligionnaires. Sans oublier la colonie juive et renégate très présente à Salé.

  • 25  L. Carvajal Marmol, Descripcion general de Africa, trad. Nicolas Perrot, Sieur d’Ablancourt, Paris (...)
  • 26  Jacques Caillé, La ville de Rabat jusqu’au protectorat français, histoire et archéologie,Paris, éd (...)
  • 27  R. Coindreau, Les Corsaires de Salé,Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et colonial (...)
  • 28  AGS, SE, E 495, 9. Propuestas de Juan Antonio Ludovico Rodriguez sobre la empresa de Zalé ; 15. Em (...)
  • 29  Cité par B. & L. Bennassar, Les Chrétiens…, p. 398-399 ; Andrés Sánchez Pérez, Los Moriscos…, p. 3 (...)
  • 30  Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, début octobre 1698, SIHM, 2e s. Fr., t. IV, p. 710.
  • 31  Lettre du duc de Lerme à Arostegui, du 22 mai 1610, SIHM, 1re s., Esp., cité par H. de Castries, « (...)
  • 32  Mohammad Al-Ifrânî, Nozhat el-Hâdî…, p. 439 ; Lettre d’Andrea Gasparo Corso à Mateo Vazquez, du 28 (...)

10Mais quel fut le nombre de ces morisques, ces Salétins de fraîche date, qui ont quitté l’Espagne pour s’installer dans cette ville atlantique ? Remontons un peu dans le temps, au début du xvie siècle plus exactement. Arrêtons-nous au témoignage de Léon l’Africain, qui décrit Rabat comme étant en pleine décadence, et à celui de Marmol, qui plus précis ajoute qu’il y existe « six cens feux, en trois quartiers près du château, tout le reste est réduit au jardinage »25. En admettant que chaque feu ait pu compter cinq à six personnes, on arrive à 3 000 ou 4 000 habitants environ dans la cité vers l’extrême fin du xvie siècle. La ville s’était, en effet, réduite à une petite agglomération où résidaient un gouverneur et une garnison. Quelques citadins y sont restés groupés aux alentours de la forteresse où demeure la Qasba, et dont la position était trop importante pour qu’on l’abandonne26. Les morisques qui y arrivent trouvent une ville quasiment vide. Et même s’il est plutôt difficile de se faire une doctrine au sein des contradictions statistiques des contemporains, il y a cette impression qui ressort de l’examen des chiffres souvent fantaisistes. Les estimations que nous possédons confirment l’installation dès le début du xviie siècle d’une population presque exclusivement morisque, dont le nombre peut être évalué à environ trois ou quatre mille âmes27. Une lettre de Juan Ludovic Rodriguez relative à une éventuelle prise de Salé par les Espagnols, et datée de 1614, indique que Salé, avec ses 2 000 habitants, n’est pas bien peuplée28. Selon l’historien canarien Luis Alberto Anaya Hernández, Salé aurait accueilli, à elle seule, 3 000 Hornacheros, et environ 10 000 Andalous29. Nous possédons une autre indication, celle de la population d’une autre grande ville marocaine : Tétouan30, cité corsaire qui avait fait très bon accueil aux immigrés andalous. Ils s’y retirèrent en si grand nombre qu’on compta presque 40 000 habitants pour cette ville en 161031. Une autre indication est celle relative à l’enrôlement de 400 Hornacheros dans l’armée par le sultan saadien Mûlây Zidân peu de temps après leur arrivée32. Certes, le nombre de ceux qui prirent part aux campagnes menées contre le marabout dissident, Abou Mahalli, est restreint, mais il atteste des services qu’ils prêtèrent au sultan qui les accueillit. Sinon, pour ce qui est du nombre total, il est fort probable que 2 000 ou 3 000 Hornacheros se seraient alors fixés à Salé-le-Neuf. De plus, comme le nombre des Andalous installés ultérieurement fut nettement plus important, puisqu’on peut évaluer leur effectif à 10 000, on arrive à un total approximatif d’un peu plus de 13 000 habitants sur la rive gauche du Bû-Regreg au milieu du xviie siècle.

  • 33  Jacques Caillé, Histoire de Rabat…, p. 146.
  • 34  Pidou de Saint-Olon, État présent de l’Empire de Maroc, Paris, M. Brennet, 1694, p. 28.
  • 35  Ibid.,dans sa Relation, Roland Fréjus avance que vers 1680, les habitants de Salé n’étaient pas pl (...)

11La cité corsaire de la fin du xviie siècle, qui a gardé les mêmes limites que celles du début du siècle en s’étendant sur une superficie de 91 hectares33, ne serait pas capable d’abriter une population supérieure à celle de Salé au temps de la « République » (1627-1640), c’est-à-dire plus de 13 000 habitants. C’est d’ailleurs ce qu’on entrevoit dans la relation de Pidou de Saint-Olon, qui écrit en 1693 : « Les habitans de Salé ne sont pas plus de 20 000 que les guerres et ses révoltes ont presque tous ruinez »34. Un chiffre qui coïncide, en effet, avec les estimations avancées, quoiqu’il soit appliqué aux deux rives ; autrement dit à Salé-le-Neuf et à Salé-le-Vieux, puisque l’ambassadeur du Roi-Soleil à la cour du Sultan a pris le soin de souligner juste avant que « Salé est encore considerable par ses forteresses, par ses villes divisées comme à Fez en vieille et nouvelle »35.

  • 36  Les Espagnols ont alors donné au préside de La Mamora le nom de San Miguel de Ultramar, Archivo Hi (...)
  • 37  Relation de la prise de La Mamora, 7 août 1614, SIHM, 2e s. Fr., t. II, p. 566-572. « Descripçion (...)
  • 38  Philippe Jacquin, « L’âge d’or de la piraterie », Vues sur la piraterie, de Gérard A. Jaeger, Pari (...)
  • 39  Bernard Rosemberger & Hamid Triki, « Famines et épidémies au Maroc aux xvie et xviie siècles », He (...)

12Il semble bien que l’économie portuaire du grand siècle corsaire ait été peuplante. La course a en effet attiré une foule d’expulsés de la péninsule Ibérique, dont ils furent les vrais instigateurs, auxquels s’est jointe une poignée d’aventuriers de tout poil qui s’est empressée de leur prêter main forte, surtout après la prise de La Mamora en 1614 par les Espagnols36. Un nombre considérable de pirates, anglo-saxons pour la plupart, choisirent Salé, située à cinq lieues seulement du nouveau préside espagnol, pour assurer la continuité de leur activité37. D’autres se réfugièrent à Alger38. Salé accueillit également un nombre non négligeable de renégats de divers horizons, en quête de lucre et de gloire, et dont le concours en matière de techniques nautiques fut inégalable. La course attira aussi un grand nombre de ruraux qui se déversèrent dans une ville en plein essor, à la recherche de pain et de travail, essayant d’échapper à la misère de certaines campagnes 39.

13Salé-le-Neuf, avec son activité portuaire intensifiée, reposant sur la course et sur le commerce, attira également une population étrangère à la région. Et même si une sensible augmentation du nombre des Berbères et des Arabes est attestée, ce sont toujours les descendants des morisques qui continuèrent à former la majorité de la population de Salé.

Morphologie urbaine, culture et mode de vie

  • 40  Bibliothèque nationale de France (BNF), Département des Estampes, « Salé, en Barbarie, ville de co (...)
  • 41  Olfret Dapper, Description…, p. 141.
  • 42  Journal de G. Carteret, du 30 avril au 9 novembre 1638, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 442-460.
  • 43  Lettre de Pierre Mazet à Richelieu, du 10 février 1631, SIHM, 1re s., Fr., t. III, p. 370.
  • 44  Jacques Caillé, La ville de Rabat…,t. I, p. 246.
  • 45  Jean Galloti, Le jardin et la maison arabes au Maroc, Paris, 1925, 2 vol., t. II, p. 8.
  • 46  Ibid.

14La ville subit de profondes modifications quant à la disposition de l’espace urbain. Elle s’agrandit, se modifie et présente un plan d’une régularité inconnue dans les anciennes cités marocaines, due sans nul doute à l’influence espagnole. Correspondant exactement à la médina actuelle, la ville ainsi délimitée s’étend sur une superficie de 91 hectares. Le reste n’est que champs et jardins40 ; les morisques y récoltent du blé, de l’orge, des fèves41 et y plantent de la vigne, susceptible, aux dires de Carteret, de donner deux cents tonneaux de vin chaque année42. Salé est séparée de la Qasba par une place assez vaste, dite du Figuier43, située dans la partie basse de l’actuelle place souq el-Ghezel, le marché de la laine. Quatre rues principales nord-est et deux voies transversales est-ouest, dont plusieurs au tracé rectiligne, délimitent les différents quartiers de la médina44. Il semble que les maisons d’habitation de Salé soient analogues à celles des autres villes du Maroc, du moins par leur plan45. L’ensemble formait une véritable petite cité, où l’influence andalouse apparaît très nette aussi bien dans le décor des portes et des maisons qu’à l’intérieur des constructions46.

  • 47  Olfret Dapper, Description…, p. 141.
  • 48  Mémoire anonyme sur le Maroc…, p. 364.
  • 49  Relation de John Harrisson, du 8 octobre 1630, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 105.
  • 50  Sur les fortifications, l’armement et la garnison de la Qasba, voir Journal de William Rainsboroug (...)

15La Qasba occupe le promontoire de la rive gauche du Bû-Regreg. Elle a été à l’origine de la ville de Salé-le-Neuf. Le début de sa construction remonte aux premiers Almohades et le reste aux morisques et aux ‘Alawites. Avec l’installation des morisques, la citadelle ne perd rien de son caractère. Bien qu’elle renferme plus de deux cents maisons d’habitation47, elle reste avant tout une forteresse. Il ne pouvait en être autrement, en raison des luttes auxquelles elle avait pris part et des nombreux sièges qu’elle avait subis. Sa position même en faisait une place facile à défendre, comme le souligne un mémoire anonyme de 163148. Cette situation naturelle est renforcée par les travaux qu’on y a effectués. Au début du xviie siècle, de nombreuses parties de la Qasba menaçaient de tomber en ruine. Si les morisques ne l’ont pas entièrement reconstruite, comme le souligne John Harrison49, ils l’ont du moins remise en état. Les documents européens attestent qu’elle est bien fortifiée50. Les occupants de la Qasba n’ont rien épargné pour la protéger, aussi bien des attaques de Salé-le-Vieux que des démonstrations de force des navires de guerre européens. Ils élèvent ainsi la « Tour des Pirates » le long du Bû-Regreg, et concentrent en particulier leurs efforts sur la défense du côté de la terre.

  • 51  Germain Mouette, Relation de la captivité du Sieur Mouëtte dans les royaumes de Fez et de Maroc, o (...)
  • 52  Journal du voyage de Saint-Amans, du 4 au 13 novembre 1682, SIHM, 2e s. Fr., t. II, p. 324 ; Germa (...)
  • 53  Jacques Caillé, La ville de Rabat…, p. 247.

16Les chantiers de construction navale se logent en dehors de l’enceinte, non loin du port et plus exactement au pied de la Tour Hassan51, qui est « à cinquante pas de la ville »52. On avait dû cependant procéder, le long de la ville au bord du fleuve, à quelques installations sommaires pour faciliter l’embarquement et le débarquement53.

  • 54  Museo Naval de Madrid (MNM), Plano de Salé, 1751, 98-6.
  • 55  BNF, Plan de Salé (1700) ; « Vue de la rade et du port de Salé », SIHM, 2e s.

17Quant au système défensif côtier, il fut assuré par divers ouvrages fortifiés longeant l’estuaire du Bû-Regreg jusqu’au borj sur lequel on bâtit un phare, et aussi grâce à un fort situé dans la partie haute du cimetière el-’Alû. Parmi les ouvrages de ce système défensif, on citera le Château-Neuf, situé dans la partie élevée du cimetière el-’Alû. Sa situation est justifiée par le fait qu’il a été destiné, vraisemblablement, à la défense de la ville contre d’éventuelles représailles européennes et à la surveillance de la Qasba. Le second élément de ce système défensif est le borj ed-Dâr, situé directement au bord de la mer, à peu près au milieu du rempart maritime, face au Château-Neuf. Le borj ed-Dâr, qui apparaît comme un ouvrage modeste mais assez bien construit, contribue lui aussi au renforcement de la défense de la côte salétine entre la Qasba et le borj es-Sirât. Celui-ci fait angle entre le rempart maritime et le rempart terrestre. Il est situé au nord-ouest du cimetière el-’Alû et reste l’ouvrage de défense le plus éloigné de l’estuaire du Bû-Regreg54. Élevé entièrement sur le rocher, il représente une valeur défensive incontestable et offre une résistance solide aux attaques européennes. La défense de la cité est assurée également par la Sqala. Elle s’élève à l’extrémité nord de la forteresse de Salé-le-Neuf, à un niveau très inférieur de la plate-forme, puisqu’elle est construite directement sur des rochers que la mer couvre à marée haute. Sa position géographique, d’où l’on commande totalement l’entrée du Bû-Regreg, était indiquée pour recevoir un fort. Presque toutes les sources iconographiques de l’époque font la mention de cet ouvrage défensif, communément appelé « Batterie du fer à Cheval »55. Ce bâtiment offre les mêmes caractéristiques essentielles que le borj es-Sirât, néanmoins, l’irrégularité reste le trait majeur du système défensif maritime de Salé-le-Neuf ; ceci est sans doute dû à la construction des différents organes à des époques différentes par des sultans qui portaient peu d’intérêt aux œuvres de leurs prédécesseurs.

  • 56 Denise Barhami, The persistence of the Andalusian Identity in Rabat, Maroc,Thèse, Université de Pen (...)
  • 57  Leila Maziane, « Le vocabulaire maritime de la société corsaire de Salé-le-Neuf (Rabat) aux xviie (...)

18Le cosmopolitisme de la cité salétine induit son caractère culturel assez hétérogène, qui se manifeste par exemple aussi bien au niveau de l’architecture et de la décoration des maisons et des navires corsaires que sur les choix onomastiques puisque les noms andalous perdurent dans le temps56. Le paysage linguistique se trouve également marqué par l’omniprésence de la culture castillane, surtout lorsqu’il s’agit du vocabulaire maritime où les termes techniques sont presque tous d’origine espagnole57.

Les nouveaux Salétins vus par leurs contemporains

  • 58  Le R. P. P. Dan, Histoire…, p. 175.

19L’attachement à la patrie perdue explique largement les visées politiques, militaires et économiques de ces exilés. Le désir de se venger des Espagnols et de faire fructifier leurs capitaux – certains d’entre eux étant arrivés au Maroc avec de grandes richesses58, ce qui ne fut pas le cas des proscrits – a pris la forme d’une ravageuse guerre de course. Ceci nous amène à reposer la question évoquée, celle relative à la religiosité des nouveaux Salétins et à la perception qu’avaient d’eux les Marocains, ceux qu’on appelle aujourd’hui encore Mselmin Er-Rbat, c’est-à-dire les Musulmans de Rabat.

  • 59  Relation de John Harrison, du 11 septembre 1627, SIHM, 1re s., Angl, t. III, p. 27-57. Dans sa rel (...)
  • 60  Al-Ifrânî, Nozhet…, p. 270.
  • 61  Traité entre Sidi Mohammed El-’Ayyachi et Charles Ier, du 13 mai 1637, SIHM, 1re s., Angl., t. III (...)
  • 62 Ibid., p. 290.
  • 63  Al-Ifrânî, Nozhet…, p. 444.

20On ne saurait en effet trop insister sur le fait que les habitants des régions voisines, notamment ceux de la ville d’en face, Salé-le-Vieux, ont toujours douté de la sincérité de la foi de ces pseudo-musulmans installés depuis peu sur la rive sud du Bû-Regreg59. Ne les qualifiaient-ils pas de « Chrétiens de Castille » ? Et Sîdî Al-’Ayyâchî, leader du mouvement maraboutique dans le Gharb, en cherchant à s’emparer de la Qasba pour s’assurer la maîtrise de l’estuaire du Bû-Regreg et des revenus de la douane, ne les accusait-il pas d’avoir fait cause commune avec les Espagnols des présides de Larache et de La Mamora60 ? Dans le traité signé avec Charles Ier d’Angleterre, le 13 mai 1637, il va même jusqu’à demander à ses alliés anglais de bloquer Salé-le-Neuf jusqu’à la soumission des assiégés traités de « petite bande » d’infidèles61qui s’étaient « écartés et séparés de la religion orthodoxe… jusqu’à ce qu’ils rentrent dans la communauté des Musulmans et conforment leurs pratiques à celle de ceux-ci»62. Le Mûjâhid du Vieux-Salé parvient même à obtenir des Oulémas une consultation ou fatwa, aux termes de laquelle « il était licite de lutter contre les Andalous qui avaient forfait à Dieu et à son prophète »63.

  • 64  Projet de traité entre Salé et Charles Ier, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 16-22 ; H. de Castries (...)
  • 65  H. de Castries, « Les Chrétiens au Maroc », SIHM, 1re s., Fr., t. III, p. 97.
  • 66  Le P. Fr. d’Angers, L’histoire de la mission des Pères Capucins de la Province de Touraine au roya (...)
  • 67  Lettre de Jorge Mascarenhas à Philippe III, du 4 février 1619, SIHM, 1re s., Fr., t. III, p. 49.

21Les Musulmans bannis d’Espagne et installés au Maroc ont en effet conservé l’usage du castillan. Les membres du Divan l’utilisent aussi bien dans leurs correspondances que dans les traités conclus avec les Européens. Les instigateurs de la course salétine ont gardé intacts leurs noms espagnols ou à peine les ont-ils déformés : Vargas devient Bargach ; Pelafres, Balafrej ; Blanco, Barco ; Carrasco, Carrachkou ; et d’autres64 réfugiés de la Péninsule, ainsi que le fait remarquer le voyageur anglais John Harrisson, « sont d’aussi bons, sinon de meilleurs chrétiens qu’il n’y en a en Espagne »65. Certains, suite à plusieurs apostasies suivies, étaient d’une foi incertaine. Pour les Pères capucins, les habitants de Salé-le-Neuf « étaient encore chrétiens en leur âme »66. L’un de ceux-ci, à qui le gouverneur de Mazagan demandait si sa nostalgie de l’Espagne s’atténuait, répondit en pleurant et avec émotion : « Qu’il était chrétien et s’en remettait à Dieu pour mourir en Espagne »67.

22Il faut croire que lorsque les nouveaux Salétins se sont adonnés à la course, ils considéraient la lutte contre les chrétiens comme une revanche, et que, pour eux, le regret de la patrie perdue l’emportait sur les préoccupations d’ordre religieux. À cela, il faudrait ajouter l’espoir du gain qui poussait les armateurs estrêmègnes à courir sus aux navires marchands espagnols. Un acharnement qui s’explique par l’ampleur de leurs rancunes et leur désir de récupérer, de quelque manière que ce fût, les biens abandonnés en Espagne, même s’il est vrai qu’ils s’en prirent par la suite aux intérêts des autres nations maritimes européennes, les profits n’en étant que plus importants.

La péninsule Ibérique face aux razzias salétines

  • 68  Instructions pour Châteaumorand, de mai 1698, SIHM, 2e s. Fr., t. IV, p. 625. Mémoire de Partyet, (...)
  • 69  Instructions pour La Rochalart, du 6 juillet 1716, ibid.,t. VI, p. 569.
  • 70  Déclaration du capitaine et des matelots du « Witte Valk », du 12 décembre 1651, SIHM, 1re s., Pay (...)
  • 71  AHMM, Rollo 10, Colección general de documentos, Norte de África, División D, Sección A. Asuntos g (...)
  • 72  Eloy Martín Corrales, « El miedo a los corsarios norteafricanos en la mentalidad colectiva catalan (...)

23Mais l’une des premières formes d’activité corsaire développée par les Salétins s’exerçait essentiellement contre la péninsule Ibérique, dans l’espace maritime s’inscrivant entre ces points de repères essentiels que sont les caps Tarifa, Sainte-Marie, Saint-Vincent et la Roque. Ainsi lit-on dans les Instructions pour Chateaumorand que les Salétins sont accoutumés « de faire des courses jusqu’à la coste d’Espagne, à cause de la grande quantité de batiments qui entrent et qui sortent du Detroit ou qui vont à Cadix »68 et que « les croisières les plus ordinaires et les meilleures sont le cap la Roque, les Berlingues et le cap Seint Vincent jusqu’à 30 et 40 lieues au large »69. Il ne sera donc guère étonnant de voir très souvent figurer ces caps au catalogue des parages de capture70. Quand le butin leur manquait sur mer, les corsaires n’hésitaient pas à faire mieux, en se livrant à des descentes audacieuses à terre, emmenant en captivité tous les gens qu’ils pouvaient prendre71. Les côtes andalouses, où la population morisque constituait jusqu’au xviie siècle une partie importante de la population, étaient les plus visées, et ce malgré l’installation d’un appareil défensif le long des côtes. Mais les côtes sont si étendues que cette protection ne peut avoir qu’un effet limité. Aussi les populations du littoral vivaient-elles dans une crainte permanente72.

  • 73 David Goodman, Spanish naval power 1589-1665, Reconstruction and defeat, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 74  Joaquín Gil Sanjuan, « Las fugas de los Moriscos andaluces a Bebería », España y el Norte de Áfric (...)
  • 75  Sebastián García Martínez, Bandolerismo, piratería y control de Moriscos en Valencia durante el re (...)
  • 76 P. Dan, Histoire…, p. 203.
  • 77  Vicente Espinel, Relaciones de la vida del escudero Marcos de Obregón, Desde la formación del leng (...)

24Cette petite course peut également être qualifiée de « course classique », étant donné qu’elle paraît avoir été la première pratiquée par les Salétins, mais aussi par les Tétouannais, et ce dès le déclenchement du problème morisque et l’expulsion de milliers de morisques pleins d’ambition et bouillonnant du désir de se venger par-delà le détroit de Gibraltar73. Le terrain ibérique leur semblait d’autant plus familier qu’ils bénéficiaient de la complicité de leurs compatriotes restés sur place74 ; car, pour pratiquer efficacement une telle forme de course, il fallait disposer d’un personnel navigant possédant une connaissance parfaite et intime des côtes ennemies et de leurs anfractuosités, des récifs, courants et marées, soit pour se mettre à couvert d’un garde-côte, soit pour surprendre des navires au mouillage, soit pour s’embusquer dans les villages voisins endormis75. L’appui des morisques et des renégats a été certain, comme le souligne le père Dan : « Qu’estanes Espagnols originaires et renégats, ils scavent la langue et le pays où ils se jettent déguisez, pour épier les vaisseaux, quand ils partent des ports d’Espagne, et des autres endroits ; veu mesure qu’ils gagnent souvent la terre, d’où ils enlèvent tout ce qu’ils y trouvent de gens de long de la côte, dont ils connaissent les avenues »76. Il arrive même parfois qu’ « au milieu de divertissements, de dîners sur l’herbe », on voyait apparaître tout à coup des gens en culotte rouge et cape blanche qui criaient : « Chiens, rendez-vous à ceux de Salé »77.

  • 78  Lettre de L’Escolle à Pontchartrain, du 18 septembre 1691, SIHM, t. III, p. 399, n° 1 ; En avril 1 (...)
  • 79  Henry de Castries, « Les trois républiques… », p. 841.
  • 80  Lettres de L’Escolle relatives à Mazagan, du 4 février au 27 mai 1692, SIHM, t. III., p. 490.

25Cette forme de course pratiquée par des navires de faible tonnage, opérant généralement en groupe78, aussi bien dans les eaux côtières ibériques qu’à l’intérieur des terres, a été largement dominante et a pu obtenir des résultats non négligeables. Cette petite course, exigeant un matériel naval adapté et conçu spécialement pour ce genre d’opération, met en jeu des petits navires très rapides et maniables pour pratiquer une sorte de « guérilla » navale dans les baies et rivières du Tage, du Guadalquivir et du Guadiana, harcelant ainsi les nombreuses embarcations de pêche espagnoles et portugaises fréquentant les eaux côtières ibériques avec leurs cargaisons, du Cap Tarifa au Cap de Roca en passant par le Cap Sainte-Marie et Saint-Vincent. Les pêcheurs ibériques vivaient dans « des alertes continuelles »79. C’est ce qui ressort du témoignage de l’Escolle, consul français dans la capitale portugaise, daté de juillet 1691 : « (Les Salétins) qui croisent depuis le destroit jusques au cap Finisterre… ont pris un bon navire anglois venant de Cadis et plusieurs barques de pecheurs icy (Lisbonne) aux environs ; ils ont mesme mis pied à terre vers le cap Saint-Vincent et ont enlevé bien du monde dans les vilages »80.

26La permanence de ce mouvement de razzias sur les côtes ibériques et le succès de ces expéditions peuvent s’expliquer, du moins en partie, par l’efficacité de la complicité de la population morisque locale, même très réduite, et qui reste un élément essentiel du dossier. Il n’est pas impossible que le même schéma ait fonctionné aussi après leur expulsion définitive d’Espagne en 1609 dans la mesure où certains, considérés comme « bons chrétiens », furent autorisés à rester.

  • 81  MNM, Colección Navarrete, Nav. X, fol. 145-145. Relacion verdadera del exemplar castigo que Miguel (...)
  • 82  Selon Louis Massignon, c’est bien ce réfugié grenadin qui aurait créé « la célèbre flotte de cours (...)
  • 83  Bernard Vincent, « Un exemple de course barbaresco-morisque : l’attaque de Cuevas de almanzora (15 (...)
  • 84  David Goodman, Spanish naval…, p. 16.

27C’est donc la connaissance pratique des côtes ibériques par les morisques qui devaient rendre si redoutables les corsaires salétins et tétouannais. Il est dès lors logique que ce soient des raïs renégats ou d’origine morisque qui aient joué dès les dernières années du xvie siècle un rôle pionnier en ce domaine, tels Amaro Diaz, renégat espagnol qui « avec différents stratagèmes et mensonges a capturé dans les côtes de l’Espagne plus de deux mille et cinq cents chrétiens, en dix ans »81 ou encore Sa’îd ed-Doghali82, qui devait multiplier les croisières dans les eaux intérieures espagnoles vers la fin du XVIe siècle avec une particulière efficacité, comme en 1573, lorsqu’il effectua une descente très réussie sur les côtes almersiennes83. L’été 1619, 600 captifs furent pris à Cangas en Galice84.

  • 85  Bernard Vincent, « Un exemple de course… », p. 7-20.

28Évidemment, la course ayant pour cible les côtes ibériques, elle revêt des aspects qui lui sont propres, car on assiste là, comme l’explique si bien Bernard Vincent, à une volonté de vengeance : tout est scrupuleusement préparé, les corsaires connaissent bien leurs cibles, et la même scène se reproduit à chaque fois85.

29Néanmoins, et depuis l’expulsion définitive des morisques, les coups de main répétés sur les côtes d’Espagne sont devenus moins faciles à réaliser du fait du manque d’aide des gens à terre. Les incursions comportaient plus de risques que de gains, alors que les attaques en haute mer devenaient, si l’on exploitait à fond l’effet de surprise, plus profitables, au fur à mesure que la flotte salétine se renforçait en nombre et en puissance.

Conclusion

30À travers l’étude de la présence des exilés espagnols dans cette ville portuaire du Maroc atlantique, nous nous rendons compte que nous sommes en présence d’un cas original. La guerre de course a donné naissance à une agglomération urbaine relativement importante et contribué à la croissance d’une grande cité maritime. Elle a aussi su transformer le noyau de Salé en une assez importante agglomération humaine.

31Salé, cité portuaire en pleine croissance, comme l’atteste la croissance et la bigarrure de sa population au cours du xviie siècle, est devenue un port d’armement corsaire de premier rang et une place commerciale très animée. Ce premier visage révèle déjà les traits permanents qui allaient composer cette ville nouvelle, dont la situation laisse entrevoir que, trop versée – et à sa manière – dans les trafics sillonnant l’Atlantique, elle sera la terre promise d’hommes nouveaux, venus essentiellement d’Espagne mais aussi d’ailleurs, qui lui assureront le renouvellement constant de sa population. À travers le modèle salétin, nous assistons à une organisation politique distincte, à une économie originale et à des traits culturels spécifiques d’une société fondamentalement créée par les morisques.

Haut de page

Notes

1  Introduction, Sources inédites de l’histoire du Maroc (SIHM), 1re s., Pays-Bas, T. V, Paris, P. Geuthner, p. V et n. 4.

2 SIHM, 1re s., Jerome B. Weiner, Fitna, corsairs and diplomacy ; Morocco and the maritime states of western Europe, 1603-1672, Thèse, Columbia, 1976. K. Brown, « An urban view of Moroccan history : Salé, 1000-1800 », Hespéris-Tamuda, 12, p. 5-106. 1971 ; Janet L. Abu-Lughod, Rabat : urban apartheid in Morocco, Princeton, 1980, cité par J. Cornelis de Bakker, Slaves, arms, and holy war, Thèse, Amsterdam, 1991, p. 42 ; J. Gil Sanjuan, « Las fugas de los Moriscos andaluces a Berbería », España y el Norte de África…, op. cit., p. 236-238 ; idem, « Moriscos, turcos y monfíes en Andalucía Mediterránea », Baetica, n° 2, t. II, Universidad de Málaga, 1979, p. 133-149 ; María Palacios Alcalde, « “Pasar a Berbería” : una esperanza de los Moriscos cautivos », Actas del Congreso Internacional :El estrecho de Gibraltar, Ceuta 1987, Eduardo Ripoll Perelló (éd.), Madrid, 1988, t. II, p. 511-517.

3  Lettre du duc de Lerme à Arostegui, du 22 mai 1610, SIHM, 1re s., Esp., cité par Henry de Castries, « Les trois républiques… », op. cit., p. VI ; Relation d’alfaqueque de Tanger, d’avril 1610, ibid. ; Consulte du Conseil d’État, du 19 juin 1610, ibid.

4  Roland Fréjus, Relation curieuse des Etats du roy de Fez et de Maroc qui regne aujourd’hui, Paris, 1682, p. 28.

5  Leila Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727), un port de course marocain au xviie siècle, Caen, PUC, 2007 ; B. & L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah, l’histoire extraordinaire des renégats, xvie et xviie siècles, Paris, Perrin, 1989, p. 398 ; Guillermo Gozalbes Busto, La república andaluza de Rabat en el siglo XVII, Tetuán, Biblioteca Española, 1974 ; A. Checa, « La república andaluza de Rabat en el siglo XVII », La Ilustración Regional, n° 112, 1975, p. 22-54.

6  Archivo General de Simancas (AGS), Secretaría de Estado (SE), E 2677 ; A. Sánchez Pérez, Los Moriscos de Hornachos, corsarios de Salé, Badajoz, 1964.

7  Le R. P. Fr. Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires,Paris, P. Rocolet, 1649, p. 205 ; J.C. de Bakker, Slaves, Arms and holy War, Moroccan policy vis-à-vis the dutch republic during the establishment of the ‘Alawî dynasty (1660-1727), Amsterdam, Thèse, 2 mai 1991, p. 42.

8  Olfret Dapper, Description d’Afrique, trad. du flamand, Amsterdam, W. Waasberge, Boom et Van Someren, 1686, p. 211.

9  Al-Qadiri, Nachr el-Mathânî, trad. Graulle, Archives Marocaines, t. XXI, p. 219.

10  Ibid., XXI, t. I, p. 219.

11  D’après Fray Marcos de Guadalajara, Memorable expulsion, Pamplona, 1613 ;voir Andrés Sánchez Pérez, Los Moriscos de Hornachos…,p. 33.

12  Jayme Bleda, Crónica de los Moros de España, p. 921-922, cité dans intr., SIHM, 1re s., Pays-Bas, t. V, p. VII, n. 1 ; Andrés Sánchez Pérez, Los moriscos de Hornachos… ; M. J. Marc, « La communauté morisque d’Hornachos (Estrémadure) dans les années 80 du xvie siècle : analyse d’une fidélité musulmane », Colloque de Privas. Histoire et clandestinité, 1977 ; Alberto Gonzales Rodríguez, Hornachos, enclave morisco : peculiaridades de una población distinta,Mérida, Editora Regional de Extremadura D.L., 1990.

13  Mohamad Al-Ifrânï, Nozhet el-Hâdî ou Histoire de la dynastie sa’dienne au Maroc (1511-1670), Paris, éd. Houdas, Publications École des Langues Orientales, 3e série, vol. II-III, 1888-1889, p. 270 ; Lettre de Vaucelas à Henri IV, SIHM, 1re s., Fr., t. II, p. 495.

14  Lettre de Moulay Zidan à Jan Lieven, du 15 juillet 1614, SIHM, 1re s., Pays-Bas, t. II, p. 315 ; Lettre de Moulay Zidan aux États Généraux, du 24 octobre 1614, ibid., t. III, p. 392-393.

15  Relation de John Harrison, du 8 octobre 1630, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 105.

16  Lettre de Jorge Mascarenhas à Philippe IV, du 25 septembre 1623, SIHM, 1re s., Portugal, cité par Jacques Caillé, op. cit. ; H. de Castries, « Les Trois Républiques du Bou-Regreg », SIHM, 1re s., P-B., t. V, p. I- XXVIII.

17 AGS, SE, E 2677.

18  Le R. P. Fr. Dan, Histoire…, p. 205-206 ; L. de Chénier, Recherches historiques sur les Maures et histoire de l’Empire de Maroc,3 vol., Paris, 1787, t. III, p. 26 ; AGS, SE, E 2677, Zalé, Memorial a S.M por Julian Pastor…, n° 20.

19  Projet de traité entre Salé et l’Angleterre, du 10 mai 1627, ibid., 1re s., Angl., t. III, p. 17 ; Relation de John Harrison, du 11 septembre 1627, ibid., p. 52 ; Introduction, SIHM, 1re s., Pays-Bas, op. cit., p. VIII.

20  Elie de La Primaudaie, « Villes maritimes du Maroc », Revue Africaine, 1872-1873, sv.

21  Sur ces événements ainsi que sur les conditions de cet accord, voir Relation de John Harrison, du 28 septembre au 8 octobre 1630, SIHM, 2e s. Angl., t. III, p. 99-123. 

22  Relation de John Harrison, 8 octobre 1630, 1re s., Angl. À la suite de cet accord, deux gouverneurs résidèrent à la Qasba, l’un Mohammad ben ‘Abd el-Kâder Ceron pour les Hornacheros et l’autre ‘Abdallâh ben ‘Alî el-Cacerî pour les Andalous. Sur ces deux personnages, voir 1re s., Fr., p. 209, n. 1, p. 282, n. 3 et p. 308, n. 1.

23  Le R.P.P. Dan, Histoire…, p. 210.

24  John Braithwaite, Histoire des révolutions de l’Empire de Maroc depuis la mort du dernier Empereur Moulay Ismaël…, trad. de l’anglais, Amsterdam, Chez Pierre Mortier, 1731, p. 431 ; Précis historique sur les nations barbaresques, Paris, Tiger, s. d., 2 t. en 1 vol., p. 78-79.

25  L. Carvajal Marmol, Descripcion general de Africa, trad. Nicolas Perrot, Sieur d’Ablancourt, Paris, Louis Billaine, 1667, p. 142.

26  Jacques Caillé, La ville de Rabat jusqu’au protectorat français, histoire et archéologie,Paris, éd. d’art et d’histoire, 1949,p. 249.

27  R. Coindreau, Les Corsaires de Salé,Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1948, p. 38.

28  AGS, SE, E 495, 9. Propuestas de Juan Antonio Ludovico Rodriguez sobre la empresa de Zalé ; 15. Empesa de Zalé, 1613-1620.

29  Cité par B. & L. Bennassar, Les Chrétiens…, p. 398-399 ; Andrés Sánchez Pérez, Los Moriscos…, p. 38.

30  Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, début octobre 1698, SIHM, 2e s. Fr., t. IV, p. 710.

31  Lettre du duc de Lerme à Arostegui, du 22 mai 1610, SIHM, 1re s., Esp., cité par H. de Castries, « Les trois républiques… », p. VI.

32  Mohammad Al-Ifrânî, Nozhat el-Hâdî…, p. 439 ; Lettre d’Andrea Gasparo Corso à Mateo Vazquez, du 28 novembre 1577, SIHM, 1re s., Angl., t. I, p. 286 ; Plan perspectif de la bataille d’El-ksar el-Kébir, 1578, t. I, p. 563 ; note de Richard Tomson, 1591, SIHM, 1re s., Angl., t. II, p. 66 et n. 1 ; Lettre de Lorence Madoc à Anthony Dassel, du 11 août 1594, p. 83 ; Mémoire de Henry Robert à Jacques Ier, après le 3 avril 1603, ibid., p. 224 ; Lettre de Georges Tomson à Robert Cecil, du 9 novembre 1603, ibid., p. 233.

33  Jacques Caillé, Histoire de Rabat…, p. 146.

34  Pidou de Saint-Olon, État présent de l’Empire de Maroc, Paris, M. Brennet, 1694, p. 28.

35  Ibid.,dans sa Relation, Roland Fréjus avance que vers 1680, les habitants de Salé n’étaient pas plus de cinq mille, p. 28.

36  Les Espagnols ont alors donné au préside de La Mamora le nom de San Miguel de Ultramar, Archivo Historico Militar de Madrid (AHMM), Colección Aparici, doc. 1-4-15, R 9 : Carta de Cristobal Rojas, de 17 de Agosto, sobre la expedicion de la Mamora, Año 1614.

37  Relation de la prise de La Mamora, 7 août 1614, SIHM, 2e s. Fr., t. II, p. 566-572. « Descripçion de Zalé », par Julián Pastor, 1611, AGS, MPD, XIX-30.

38  Philippe Jacquin, « L’âge d’or de la piraterie », Vues sur la piraterie, de Gérard A. Jaeger, Paris, Tallandier, 1992, p. 118-131 ; B. & L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah…,p. 398.

39  Bernard Rosemberger & Hamid Triki, « Famines et épidémies au Maroc aux xvie et xviie siècles », Hespéris-Tamuda, n° 14, 1973, p. 109-176 ; n° 15, 1974, p. 1-104.

40  Bibliothèque nationale de France (BNF), Département des Estampes, « Salé, en Barbarie, ville de corsaires dans le royaume de Fès ».

41  Olfret Dapper, Description…, p. 141.

42  Journal de G. Carteret, du 30 avril au 9 novembre 1638, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 442-460.

43  Lettre de Pierre Mazet à Richelieu, du 10 février 1631, SIHM, 1re s., Fr., t. III, p. 370.

44  Jacques Caillé, La ville de Rabat…,t. I, p. 246.

45  Jean Galloti, Le jardin et la maison arabes au Maroc, Paris, 1925, 2 vol., t. II, p. 8.

46  Ibid.

47  Olfret Dapper, Description…, p. 141.

48  Mémoire anonyme sur le Maroc…, p. 364.

49  Relation de John Harrisson, du 8 octobre 1630, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 105.

50  Sur les fortifications, l’armement et la garnison de la Qasba, voir Journal de William Rainsborough, du 3 mars au 23 octobre 1636, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 350.

51  Germain Mouette, Relation de la captivité du Sieur Mouëtte dans les royaumes de Fez et de Maroc, où il a demeuré pendant onze ans,Paris, J. Cochart, 1683,p. 19.

52  Journal du voyage de Saint-Amans, du 4 au 13 novembre 1682, SIHM, 2e s. Fr., t. II, p. 324 ; Germain Mouette, Relation…,p. 19.

53  Jacques Caillé, La ville de Rabat…, p. 247.

54  Museo Naval de Madrid (MNM), Plano de Salé, 1751, 98-6.

55  BNF, Plan de Salé (1700) ; « Vue de la rade et du port de Salé », SIHM, 2e s.

56 Denise Barhami, The persistence of the Andalusian Identity in Rabat, Maroc,Thèse, Université de Pennsylvanie, 1995.

57  Leila Maziane, « Le vocabulaire maritime de la société corsaire de Salé-le-Neuf (Rabat) aux xviie et xviiie siècles », Trames de langues. Usages et métissages linguistiques au Maghreb, J. Dakhlia, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 97-104.

58  Le R. P. P. Dan, Histoire…, p. 175.

59  Relation de John Harrison, du 11 septembre 1627, SIHM, 1re s., Angl, t. III, p. 27-57. Dans sa relation John Harrison rappelle que les Andalous sont nés chrétiens (« They were born Christians in Spain, batized, banishes, betraied into the hands of infideles ») et, qu’avec leur indépendance, ils pourraient avec le temps et l’aide de pays protestants établir un gouvernement chrétien. Leur bonne volonté s’est traduite par la libération des captifs anglais et des esclaves convertis à l’Islam par contrainte et la promesse d’en délivrer d’autres en cachette, par crainte des Maures qui suspectent leurs sentiments.

60  Al-Ifrânî, Nozhet…, p. 270.

61  Traité entre Sidi Mohammed El-’Ayyachi et Charles Ier, du 13 mai 1637, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 290, n. 3.

62 Ibid., p. 290.

63  Al-Ifrânî, Nozhet…, p. 444.

64  Projet de traité entre Salé et Charles Ier, SIHM, 1re s., Angl., t. III, p. 16-22 ; H. de Castries, « Les trois Républiques… », p. XXI ; L. de chénier, Recherches historiques…, t. III, p. 119 ; B. Bahrami, The persistence

65  H. de Castries, « Les Chrétiens au Maroc », SIHM, 1re s., Fr., t. III, p. 97.

66  Le P. Fr. d’Angers, L’histoire de la mission des Pères Capucins de la Province de Touraine au royaume de Maroc en Afrique, Niort, 1644, p. 341.

67  Lettre de Jorge Mascarenhas à Philippe III, du 4 février 1619, SIHM, 1re s., Fr., t. III, p. 49.

68  Instructions pour Châteaumorand, de mai 1698, SIHM, 2e s. Fr., t. IV, p. 625. Mémoire de Partyet, du 28 janvier 1733, SIHM., p. 50.

69  Instructions pour La Rochalart, du 6 juillet 1716, ibid.,t. VI, p. 569.

70  Déclaration du capitaine et des matelots du « Witte Valk », du 12 décembre 1651, SIHM, 1re s., Pays-Bas, t. V., p. 310 ; Lettre des États Généraux à Saïd Adjenoui, du 23 mai 1653, ibid., p. 348-349 ; Lettre de Périllé à Seignelay, du 12 juin, SIHM, 2e s. Fr., t. III, p. 250 ; Nouvelles de Málaga, du 11 novembre 1732, SFHM, doc. 13, p. 37-38 ; Mémoire de Partyet, du 28 Janvier 1733, ibid., doc. 23, p. 49 ; AGS., Marina, 701, Lettre adressée à El Marqués de la Florida Pimentes, Almería, 15 de août 1733 ; Marina, 701, Lettre à Alonso Guebarra, Melilla, 10 septembre 1730.

71  AHMM, Rollo 10, Colección general de documentos, Norte de África, División D, Sección A. Asuntos generales, 6001 : Annales de las guerras de españoles contra mahometanos, desde el año 1497 hasta el año 1598 : 5.3.2.1. Tetuán : 1511, 1520 (fol. 4-6) ; MNM, Colección Navarrete, Nav. X, fol. 145-145. Relacion verdadera del exemplar castigo que Miguel Adrian Ruyter General de la Armada de Olanda mando hacer en la Bahia de Málaga à amaro Diaz.

72  Eloy Martín Corrales, « El miedo a los corsarios norteafricanos en la mentalidad colectiva catalana del siglo XVIII », VIII Jornades d’Estudis Histórics Locals, Mallorca, 1990, p. 217-230.

73 David Goodman, Spanish naval power 1589-1665, Reconstruction and defeat, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 16.

74  Joaquín Gil Sanjuan, « Las fugas de los Moriscos andaluces a Bebería », España y el Norte de África…, p. 236-238 ; idem, « Moriscos, turcos y monfíes en Andalucía Mediterránea », Baetica, n° 2, t. II, Universidad de Málaga, 1979, p. 133-149.

75  Sebastián García Martínez, Bandolerismo, piratería y control de Moriscos en Valencia durante el reinado de Felipe II, Valencia, 1977, p. 6-9 ; 21-38 ; 41-95.

76 P. Dan, Histoire…, p. 203.

77  Vicente Espinel, Relaciones de la vida del escudero Marcos de Obregón, Desde la formación del lenguaje hasta nuestros días, Madrid, ed. Rivadeneyra, BAE, 1851, t. 18, p. 43.

78  Lettre de L’Escolle à Pontchartrain, du 18 septembre 1691, SIHM, t. III, p. 399, n° 1 ; En avril 1625, Thomas Ceely informe le Conseil Privé que 30 navires se préparaient à faire voile vers l’Angleterre, SIHM, 1re s., Angl., t. II, p. 558.

79  Henry de Castries, « Les trois républiques… », p. 841.

80  Lettres de L’Escolle relatives à Mazagan, du 4 février au 27 mai 1692, SIHM, t. III., p. 490.

81  MNM, Colección Navarrete, Nav. X, fol. 145-145. Relacion verdadera del exemplar castigo que Miguel Adrian Ruyter General de la Armada de Olanda mando hacer en la Bahia de Málaga à Amaro Diaz ; Gérard Van Krieken, « Renégats néerlandais en Afrique du nord », Cahiers de Tunisie, n° 163, 1993, p. 49-63. Se trouvant à bord du navire capturé par l’amiral néerlandais Michiel Ruyter, le raïs Antonio Díaz fut emmené au port de Málaga, où les autorités réclamèrent sa mise à mort. Il fut pendu et enterré dans un cimetière espagnol.

82  Selon Louis Massignon, c’est bien ce réfugié grenadin qui aurait créé « la célèbre flotte de course salétine », reprenant la guerre de course commencée par les gens d’Anfa et de Badès. Voir Louis Massignon, Le Maroc dans les premières années du xviesiècle, Alger, 1906, p. 176 ; M. García Arenal, « Vidas ejemplares : Sa’ïd Ibn Faray el Dugâlî. (987/1579), un granadino en Marruecos », Relaciones de la Península Ibérica con El-Maghreb, siglos XIII-XVI, Actas del coloquio de Madrid, 17-18 diciembre, 1987, éd. et intr. M. García Arenal et M.-J. Viguera, Madrid, Instituto de Filología, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1988, p. 453-485.

83  Bernard Vincent, « Un exemple de course barbaresco-morisque : l’attaque de Cuevas de almanzora (1573) », Pedralbes, Revista d’Historia Moderna, n° 1, 1981, p. 7-20.

84  David Goodman, Spanish naval…, p. 16.

85  Bernard Vincent, « Un exemple de course… », p. 7-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leila Maziane, « Salé au xviie siècle, terre d’asile morisque sur le littoral Atlantique marocain », Cahiers de la Méditerranée, 79 | 2009, 359-372.

Référence électronique

Leila Maziane, « Salé au xviie siècle, terre d’asile morisque sur le littoral Atlantique marocain », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 16 juin 2010, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://cdlm.revues.org/4941

Haut de page

Auteur

Leila Maziane

Titulaire d’un doctorat obtenu à l’université de Caen Basse-Normandie, Leila Maziane est Professeur Assistant d’Histoire moderne à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Ben M’sik à Casablanca. Elle est également Coordinatrice du grhimm (Groupe de Recherche en Histoire Maritime du Maroc) et membre fondateur du MMO (Laboratoire Maroc/Mondes Occidentaux). Elle est associée à de nombreux projets de recherches avec l’Espagne (CSIC, AECI), la France (CRHQ de l’Université de Caen et CNRS - UMR 6583) et la Tunisie (Action intégrée marocco-tunisienne, 2008-2010. Code 08/TM/05). Ses thématiques de recherche sont en relation avec l’histoire maritime du Maroc (système portuaire, glossaire nautique marocain,façades maritimes au Maroc), l’histoire des relations de ce pays avec l’Espagne, la Cour au Maghreb. Elle est l’auteur de nombreuses publications, parmi lesquelles Salé et ses corsaires (1666-1727), un port de course marocain au xviie siècle, Presses Universitaires de Caen, 2007, ouvrage pour lequel elle a obtenu le prix Corderie Royale Hermione 2008.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org