Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Jean El Mouhoub Amrouche - Journal (1928-1962), texte édité par Tassadit Yacine Titouh

Alain Romey
p. 289-292
Référence(s) :

Jean El Mouhoub Amrouche, Journal (1928-1962), texte édité par Tassadit Yacine Titouh, Paris, Non Lieu, 2009, 415 p.

Texte intégral

1En publiant ce Journal, Tassadit Yacine Titouh nous livre une œuvre d’une exceptionnelle qualité en raison de la période, du personnage peu connu du grand public mais qui possède une connaissance intime du monde littéraire. Je puis dire qu’il ne sera plus possible de parler des grands auteurs de la littérature française que Jean Amrouche a pu côtoyer et décrire sans avoir lu son Journal, document rare et témoignage indispensable pour qui voudra mieux comprendre et décrypter la vie littéraire et politique de la première moitié du XXe siècle.

2La présentation de ce Journal par l’éditrice, qui a déjà publié les nombreux articles de Jean Amrouche, est un travail de grande valeur, car elle nous présente l’auteur à partir d’une analyse sociologique rigoureuse n’excluant pas de nous le dépeindre dans sa complexité à la fois tragique et si profondément humaine.

3Né en 1906, à Ighil-Ali, en Algérie, ce Kabyle de parents chrétiens eut la chance de passer par l’école et de faire d’excellentes études en français, mais reçut aussi un legs culturel en berbère, du côté maternel, qu’il allait faire fructifier.

4Au collège Alaoui à Tunis, dès 1915, il poursuit ses études à l’École normale de Tunis en 1924, puis à l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1928. Nommé professeur de lettres au lycée de Sousse, en 1930, il a pour collègue Armand Guibert qui deviendra non seulement un ami mais surtout son éditeur.

5Entre 1930 et 1942, Jean Amrouche fait irruption dans la carrière littéraire comme poète et critique. Il publie ses premiers recueils de poésie dont l’admirable Chants Berbères de Kabylie, en 1938, et dirige avec Guibert, puis seul, le supplément de La Tunisie française. En 1942, il rencontre André Gide avec qui il était en correspondance depuis 1928.

6En 1943, à Alger, avec le soutien de Gide il fonde une revue, L’Arche, publiée par les Éditions Charlot, l’éditeur de la France libre, et c’est sur Radio-France qu’il assure très régulièrement une chronique. Dès 1944, Jean Amrouche est à Paris où il tente de poursuivre la publication de sa revue tout en se rendant fréquemment à Alger jusqu’en 1956.

7En revanche, à partir de 1948 et jusqu’en 1959, il s’engage dans une carrière journalistique par le truchement de la radio en mettant au point un mode très original de divulgation de la littérature en consacrant de passionnants entretiens à de célèbres écrivains : Gide, Mauriac, Ungaretti, Giono. C’est à partir des événements dramatiques de 1945, en Algérie, qu’il va commencer à s’exprimer dans la presse en publiant dans Le Monde, L’Observateur, Le Figaro, etc., afin d’expliquer le drame colonial.

8Ce Journal, entamé dès 1928, se situe entre témoignage et confession. La première partie, allant de 1928 à 1942, correspond à la période africaine empreinte du profond désir de trouver dans la patrie française celle qui saurait faire respecter la justice qui manquait tant dans son Algérie natale. La deuxième, allant de 1942 à 1954, nous décrit sa vie en France, à Paris, au sein de ce sérail littéraire où il allait entamer un dialogue avec chacun de ses prestigieux protagonistes en croyant sincèrement être proche d’eux, du fait de ses nombreuses activités culturelles, mais ceux-là mêmes le renvoyant à sa condition première, début d’une amertume qui ne fera que s’amplifier. La troisième, de 1954 à 1962, est celle d’un intellectuel engagé dans le combat de son époque, celui de la guerre d’Algérie, dans lequel il ne pouvait que prendre position.

9Ce qui est exemplaire dans ce Journal, c’est la facilité avec laquelle Jean Amrouche peut passer d’une très fine analyse littéraire sur Flaubert au commentaire politique du discours du général de Gaulle, le 6 juin 1958. Tout son Journal fourmille de ces passages éblouissants où on le voit, après avoir passé une journée avec Gide, faire des commentaires pleins d’humour sur la façon dont celui-ci se comportait avec lui, ne passant en rien sur sa légendaire cupidité, mais regrettant cependant de lui consacrer ce précieux temps, alors que Jean Amrouche brûlait du désir d’écrire son œuvre. Ce Journal est passionnant car il nous donne un point de vue complémentaire parfois en contradiction avec les portraits qu’il brosse à la radio. On y découvre l’arrogance, le cynisme et la forte domination de certains à son égard.

10Ne plus seulement faire de la littérature par le truchement des entretiens à la radio (archives sonores exceptionnelles dont nous aurons toujours besoin) mais passer à l’acte. Sa revue, ses relations avec les prestigieux auteurs qu’il fréquentait et connaissait si bien allaient l’empêcher de réaliser ce pourquoi il aurait pu être utile à son tour : faire émerger l’œuvre d’un Algérien kabyle, d’expression française, ayant reçu l’héritage d’une riche et ancienne tradition orale, tout aussi respectueuse que la tradition de la mythologie antique.

11Sa parfaite maîtrise du français lui permettait de traduire une originalité que personne ne pouvait lui ravir, en nous livrant une œuvre très personnalisée. Le destin en décidera autrement. Ses origines familiales l’ayant préparé à une prise de conscience des phénomènes sociaux engendrés par la colonisation, sa proximité de culture et de classe l’amènera à se solidariser avec tous les démunis, tous les humiliés, en Tunisie comme en Algérie.

12Dans le dernier temps de son brillant parcours intellectuel, Jean Amrouche abandonne son statut de lettré, de producteur d’émissions littéraires à la radio pour endosser celui de militant totalement impliqué dans les événements d’Algérie au gré des circonstances politiques : manifestations de 1945 dans le Constantinois, attitude coloniale hostile à tout projet de réforme, position des colons qui en se durcissant entraîne la radicalisation du mouvement nationaliste et amène inéluctablement à l’insurrection de 1954.

13Cette circonstance va agir sur Jean Amrouche comme un révélateur de ce qu’il était profondément, un ardent défenseur de la justice. Sa prise de conscience est d’autant plus radicale qu’il était très attaché à la culture et aux valeurs de la République française.

14Nous savons par ses articles que son éveil politique émergea dès 1943. En 1944, dans une conférence, à Alger, en présence du général Catroux (représentant de de Gaulle), il prend fermement position pour la France libre, mais les événements du 8 mai 1945 ayant conduit au massacre de milliers d’Algériens, sa prise de conscience s’accélère.

15Dans un article du Figaro, de cette même année, il expose les fondements de ses thèses politiques et, en revanche, prend ouvertement la défense des Algériens. Il féconde ainsi son silence de la période précédente et trouve les mots justes pour porter à la connaissance de l’opinion publique les souffrance du peuple algérien.

16Cette voix de journaliste engagé ne sera pas perçue à sa juste mesure car la majorité de l’opinion reste prudente et réservée face à cet intellectuel de surcroît considéré comme privilégié. Pour Jean Amrouche il fallait mener un combat pour que la France universelle, celle incarnée par Gide, Mauriac et de Gaulle, retrouve sa personnalité et renoue avec son rôle de grande puissance civilisatrice.

17Il va donc se trouver face au terrible dilemme qu’un intellectuel qui fait irruption dans le champ politique n’est pas considéré comme un homme politique d’autant plus qu’il n’appartenait pas à un parti politique. Jean Amrouche est perçu, en même temps, comme anticolonialiste par les Français, nationaliste par les Algériens. Ami de Ferhat Abbas, de Krim Belkacem, il devient le messager du FLN tout en étant l’ami du général de Gaulle et de sa politique de décolonisation.

18Ses prises de position au service de la cause algérienne avec l’approbation du gaullisme lui portent cependant préjudice. Il a perçu dans le général de Gaulle l’homme qui pouvait faire sortir l’Algérie de la guerre et lui permettre d’accéder à l’Indépendance.

19Dans un article au Monde, daté du 6 juin 1958, Jean Amrouche explique les positions prises par de Gaulle pour souligner et légitimer son adhésion au général. Dans cette tragique période il est un des rares avec Michel Rocard à avoir qualifié de génocide la politique des camps de regroupements dans lesquels beaucoup mouraient de faim.

20Mandaté par personne, il agit par choix personnel en accord avec ses valeurs spirituelles. Médiateur, sa mission se termine avec la fin des combats et ayant réalisé son destin il n’y survit pas et meurt le 16 avril 1962, quelques jours après la signature des accords d’Évian.

21Ce Journal est le plus émouvant témoignage que Jean Amrouche nous ait laissé, révélé à lui-même par le truchement de cette forme d’écriture.

22Cette œuvre dont il nous parle si souvent et qu’il regrette toujours de ne pas pouvoir réaliser, en raison des circonstances, n’est-ce pas ici dans ce Journal qu’elle s’exprime le mieux ? Admirable évocation de la vie de tous les jours avec ses joies, ses colères, ses déceptions et parfois aussi ses silences ; quant à la minutieuse description qu’il nous fait de ces éminentes figures de la littérature et de la politique françaises, comment ne pas être émerveillé par son étonnante acuité ?

23Il faut lire ce Journal non seulement pour se rendre compte de ce que fut l’itinéraire tragique d’un homme exceptionnel, mais aussi pour mieux comprendre tous les grands débats philosophiques et politiques d’une période si mouvementée et si troublée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Romey, « Jean El Mouhoub Amrouche - Journal (1928-1962), texte édité par Tassadit Yacine Titouh », Cahiers de la Méditerranée, 80 | 2010, 289-292.

Référence électronique

Alain Romey, « Jean El Mouhoub Amrouche - Journal (1928-1962), texte édité par Tassadit Yacine Titouh », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 80 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/5351

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org