Navigation – Plan du site
Penser en exil. Intellectuels et mobilité

Penser le Risorgimento italien depuis l’exil : l’exemple du libéral piémontais Giacomo Durando (1807-1894)

Grégoire Bron
p. 47-56

Résumés

Exilé du Piémont en 1831 à l’âge de 23 ans, le libéral Giacomo Durando n’a pas une culture politique accomplie lorsqu’il quitte son pays. Il l’acquiert en exil, grâce à l’observation des expériences politiques auxquelles il est confronté en combattant pendant dix ans pour le libéralisme dans la péninsule ibérique. Il en tire profit pour théoriser les moyens nécessaires au Risorgimento italien, ainsi que le fondement politique et intellectuel qui le justifie. Cette réflexion le porte sur des positions politiques modérées, mais le contraint à tenter de donner une définition rationnelle de la nation, qu’il expose dans le traité qu’il publie à Paris en 1846.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Franco Venturi, « La circolazione delle idee », Rassegna storica del Risorgimento, anno XLI, fasc (...)
  • 2 . Maurizio Isabella, « Gli esuli italiani in Inghilterra e il movimento liberale internazionale tra (...)
  • 3 . Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Par (...)

1L’exil politique du Risorgimento a toujours, par sa dimension numérique et son extension temporelle, attiré l’attention des historiens du processus d’unification italienne. L’histoire des idées a très tôt reconnu l’impact du phénomène sur l’évolution de la pensée politique italienne1 et cette tradition historiographique trouve un prolongement dans des études récentes consacrées à l’influence de la pensée politique et économique britannique de la Restauration sur les exilés italiens à Londres2. Cette approche butte cependant sur un réel obstacle : la grande majorité des émigrés politiques italiens n’a pas une connaissance approfondie de la science politique contemporaine et ne participe pas aux débats théoriques qui animent les élites intellectuelles. Ces militants se situant à un niveau culturel plus humble que les grandes figures intellectuelles du libéralisme en exil, leur univers politique ne peut être appréhendé par la seule analyse de leurs « idées », souvent peu originales et peu organisées. Ainsi leur étude semble-t-elle relever de l’histoire sociale plutôt que de l’histoire intellectuelle. Pourtant, leur engagement révolutionnaire témoigne de l’assimilation individuelle d’idées ou de conceptions qui déterminent leur passage à l’action. En l’absence d’une connaissance approfondie des théories politiques contemporaines et de la subtilité des débats auxquels elles donnent naissance, la Weltanschauung de ces libéraux résulte de leur compréhension des expériences auxquelles ils sont confrontés et des représentations qui s’en dégagent. L’exil exerce ainsi une influence autre que purement intellectuelle sur la culture politique italienne du Risorgimento. Le libéral piémontais Giacomo Durando illustre bien ce processus. La lecture du politique proposée par Pierre Rosanvallon, qui consiste à appréhender « les concepts politiques dans le travail historique de leur élucidation et dans la tentative conséquente de leur mise en œuvre »3, paraît alors particulièrement pertinente pour aborder sa culture politique.

  • 4 . Paola Casana Testore, Giacomo Durando in esilio (1831-1847). Belgio, Portogallo, Spagna nelle sue (...)
  • 5 . Giacomo Durando, Della nazionalità italiana. Saggio politico-militare, Paris, A. Franck, 1846. Le (...)
  • 6 . La plupart de ces textes sont conservés aux archives du Museo Nazionale del Risorgimento de Turin (...)

2Exilé en 1831 en raison de sa participation au complot d’inspiration carbonara des Chevaliers de la Liberté, Durando s’engage volontairement dans les armées libérales belge, portugaise et espagnole de 1831 à 1841. De retour au Piémont en 1844, il y connaît, à partir de 1848, une brillante carrière politique et militaire dans les rangs du libéralisme modéré, qui le conduira à plusieurs reprises au ministère dans le royaume d’Italie4. L’exil, qu’il subit entre ses 23 et ses 37 ans, est alors la période où s’élabore la réflexion qu’il expose dans le traité intitulé Della Nazionalità italiana, publié à Paris en 1846 5, et qui lui vaut un second exil d’un peu plus d’un an. L’impact des expériences vécues en exil sur la formation de ses conceptions politiques peut être mesuré par l’examen des nombreux textes qu’il rédige entre 1831 et 1846, et qui prépare la publication de son ouvrage6. S’en dégage un conception politique, réelle quoique simpliste, qui portera Durando à rallier la monarchie piémontaise en vue de la résolution du problème national italien.

Le libéralisme du jeune Durando

  • 7 . Casana Testore, Giacomo Durando…, op. cit., p. 95-97.
  • 8 . Enzo Bottasso, « L’appello a Carlo Felice dei “Cavalieri della Libertà” ed i suoi strascichi di d (...)
  • 9 . Casana Testore, Giacomo Durando…, op. cit., p. 99.
  • 10 . Enzo Bottasso, « L’appello a Carlo Felice… », art. cit., p. 21.
  • 11 . Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’It (...)

3Lorsqu’il part en l’exil en 1831, le libéralisme de Giacomo Durando est encore très spontané et peu fixé. Après des études de droit à la très conservatrice université de Turin, il mène une vie d’avocat sans cause dans la capitale piémontaise, plus occupé à fréquenter les cafés de la via Po et les loges d’actrices du théâtre royal qu’à lire les ouvrages des publicistes politiques de la Restauration7. Dans le manifeste qu’il rédige pour le complot auquel il participe, Durando adopte le vocabulaire du radicalisme politique, affirmant que « la voix du peuple est la voix de Dieu »8. Les conjurés ne font pourtant que demander au roi du Piémont l’octroi d’une constitution dont la teneur n’est pas précisée. Comme il l’avoue dans son autobiographie rédigée en 1862, « nous voulions changer l’État, mais nous ne savions pas trop comment »9. Inscrit par les formes et le langage dans la tendance radicale du libéralisme italien de la Restauration, son engagement politique ne se traduit pas par la défense d’un projet politique précis. Il résulte de la diffusion croissante des idées libérales parmi les classes moyennes italiennes de la Restauration et de l’émergence d’une opinion libérale qui réclame une participation politique élargie : « Le gouvernement du xe siècle est inconciliable avec le xixe siècle. Les temps nous ont poussés en avant ; ils nous interdisent de reculer ! »10. L’absence d’idées et de projet politiques précis chez les conjurés est compensée par les représentations romantiques distillées par la littérature patriotique italienne, qui valorisent l’idée d’un effort héroïque de rédemption effectué par la communauté nationale. La nation y est décrite comme une entité naturelle, unie par les liens du sang, qui doit défendre son honneur contre les outrages de l’étranger. Sa cause est sainte et les sacrifices que ses enfants font pour la défendre sont glorifiés11.

  • 12 . Jacques [sic] Durando, De la colonisation des troupes étrangères en Portugal, Arquivo Histórico P (...)
  • 13 . Marquis de Lafayette, Mémoires et documents du général Lafayette, publiés par sa famille, t. VI, (...)
  • 14 . Jacques Durando, De la colonisation…, op. cit., p. 1.
  • 15 . Ibid.

4L’imprécision des idées politiques de Durando rend son libéralisme quelque peu incohérent : la nation romantique est identifiée à un peuple idéalisé, mais il ne semble pas que l’initiative de la révolution lui soit réservée, puisque les conjurés s’en remettent au roi pour l’instauration d’institutions constitutionnelles. L’expérience de l’exil apportera de ce point de vue de profondes modifications. Dans un premier temps cependant, ce libéralisme spontané, fruit de l’opinion libérale émergente et nourri par les images romantiques d’origine littéraire, prépare l’intégration de Durando au mouvement libéral international, avec lequel il entre en contact en exil et qui le conduit à s’engager dans les armées libérales belge puis portugaise, pour y poursuivre la lutte contre l’absolutisme. Cet engagement est déterminé par le climat de forte solidarité libérale internationale qui caractérise l’Europe du début des années 1830. Dans le mémoire intitulé De la colonisation des troupes étrangères en Portugal, qu’il remet au parlement portugais après la victoire libérale en 1834, il souligne avec force la dimension politique de cette solidarité européenne en faveur de la liberté : « Les esprits qui ont l’énergie de s’élever au-dessus des préjugés populaires commencent à entrevoir l’imprudence de laisser dans l’isolement et l’abandon tout élément de liberté et de régénération, tel [sic] petit qu’il paraisse et éloigné des intérêts généraux de l’Europe »12. En effet, à partir de la révolution de Juillet, l’Europe entière est secouée par des révoltes ou des révolutions libérales. Le combat politique est conçu comme une lutte européenne entre deux principes : « [D]eux principes se partagent l’Europe, le droit souverain des peuples, et le droit divin des rois ; d’une part : liberté, égalité ; de l’autre : despotisme, privilège », affirme par exemple Lafayette13. Dans cette vision internationaliste du libéralisme, chaque nation correspond à un peuple qui, conscient de la condition abjecte où l’a plongé le Congrès de Vienne, tente, par un effort contre ses puissants oppresseurs royaux et cléricaux, de rétablir ses droits politiques en abolissant l’Ancien Régime. Face à l’ennemi commun, les peuples et les nations sont unis et la solidarité qui en découle a, d’après Durando, « causé les embarras du gouvernement français lors de la crise de la Pologne, conduit par des chemins secrets à la bataille de Navarin et à la liberté de la Grèce et, enfin, elle a travaillé sourdement pour la régénération du Portugal »14. Solidaires dans la lutte contre l’absolutisme, les libéraux européens ont également un idéal politique commun : créer une Europe des nations en abolissant l’ordre européen établi en 1815, grâce au rétablissement des frontières naturelles et à l’adoption d’institutions représentatives. La paix et la fraternité pourront alors s’établir dans un système régulier entre nations, « unies, comme le dit Durando, par l’identité des principes, des besoins et des intérêts »15.

5Durando met en pratique cette conception internationaliste du libéralisme en Belgique, mais surtout au Portugal entre 1832 et 1834 et en Espagne de 1835 à 1841 : il s’engage par solidarité pour ces peuples en lutte contre l’absolutisme. Cependant, le contact avec la réalité ibérique amorce une réflexion politique qui modifie peu à peu son libéralisme spontané et romantique.

Les présupposés intellectuels du ralliement à la monarchie piémontaise

  • 16 . Castelo Branco Chaves, Os livros de viagem em Portugal no século XVIII e a sua projeição europeia(...)
  • 17 . Ibid., p. 12.
  • 18 . MNTR, Archivio Durando, cartella 102, n° 10, fol. 1r.

6Dans les représentations politiques romantiques de la Restauration, le maintien des institutions absolutistes est considéré comme une violence faite à la volonté unanime de la nation et du peuple, qui souffrent de ne pas voir leurs droits reconnus et qui n’attendent qu’une occasion propice pour abattre le joug du despotisme. En s’engageant au Portugal, Durando pense ainsi contribuer à l’effort révolutionnaire de la nation portugaise pour instaurer des institutions représentatives. La confrontation avec la réalité politique du pays modifie en profondeur cette conception du passage de l’Ancien Régime au libéralisme. En effet, le peuple, au Portugal, n’a pas montré d’enthousiasme particulier pour le libéralisme pendant la guerre. Au contraire, les libéraux sont frappés par le fort appui populaire dont a bénéficié l’absolutisme. Durando, répétant tous les préjugés circulant sur l’état de la civilisation au Portugal16, y voit le résultat de l’abrutissement où la monarchie absolue et le clergé maintenaient le pays, en y interdisant la divulgation des Lumières et du progrès : « Qu’on étudie bien sa position et l’on verra les plaies énormes de tout son corps social : l’esprit public nul, l’esprit militaire malgré les prodiges de la dernière campagne presque éteint, aucun orgueil national, les esprits inactifs ; oisiveté, abattement, langueur d’un malade qui désespère de la vie »17. Ce constat ne correspond pas à l’idée d’une nation formée d’un peuple conscient de la triste situation où il gît ; en revanche, il montre la nécessité du changement révolutionnaire. En Espagne, l’observation que Durando a effectuée au Portugal se trouve confirmée : l’introduction d’un régime constitutionnel suscite une guerre civile sanglante et les forces sociales partisanes de l’absolutisme ne se limitent pas à l’aristocratie et au clergé18. L’expérience politique acquise dans la péninsule ibérique pousse Durando à réfléchir aux moyens de mettre un terme à l’Ancien Régime. À partir de l’exil portugais, pour Durando, l’instauration du libéralisme qui permet à la nation d’entamer sa renaissance politique, n’est pas forcément le fait du peuple, mais une revendication de l’opinion publique, expression de « l’esprit du siècle » et du processus de civilisation qu’il entraîne. Le progrès réclame des institutions représentatives. Il écrit ainsi dans son traité :

  • 19 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 51.

Les formes politiques de chaque peuple sont déterminées par l’opinion courante, comme les habits par la mode ; que l’on dise […] que cette manie des gouvernements représentatifs est pur caprice des peuples, bizarrerie ou légèreté […] ; mais c’est un fait et c’est un fait également qu’aujourd’hui ou demain, il faudra satisfaire ce caprice, comme tous les autres sanctionnés par l’universalité des opinions19.

7En conséquence, les modalités et les agents de la transition entre l’Ancien Régime et le libéralisme dépendent de l’état de civilisation de chaque nation, c’est-à-dire de la plus ou moins grande diffusion des idées libérales de progrès. Toutes les solutions sont théoriquement acceptées. Il l’écrit au démocrate Nicola Fabrizi depuis l’Espagne en 1837 :

  • 20 . Giacomo Durando à Nicola Fabrizi, 29 novembre 1837, dans T. Palamenghi-Crispi, « Gli Italiani nel (...)

Vous vous trompez en pensant que mes principes sont très éloignés des vôtres. Nous, Italiens […], nous devons penser à nous unir, à nous nationaliser, à avoir indépendance et liberté. […] Je voudrais que vous réfléchissiez à cette question et que vous la proposiez à Mazzini. […] On peut discuter beaucoup en théorie, mais seules les circonstances déterminent le choix20.

8Le ralliement de Durando à la dynastie piémontaise à partir de 1848 est alors le résultat d’un choix réaliste, et non d’un attachement idéologique à la monarchie ou d’un légalisme à toute épreuve. Conscient du peu de diffusion populaire de l’idée nationale et libérale en Italie, il ne voit pas dans le peuple l’agent capable de mener à bien la résurrection politique de la nation italienne :

  • 21 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 243-244.

Nous, nous sommes sept ou huit provinces, ou masses séparées, dont à peine plus que la surface est fraternellement unie dans le sentiment commun de la nationalité italienne, mais dont les dernières strates s’harmonisent encore peu avec les strates supérieures. […] Moi, je vois une société italienne, ou plutôt huit ou dix sociétés italiennes, mais il ne m’est encore jamais arrivé de voir un peuple italien. […] Il faut le faire, ce peuple21.

  • 22 . Ibid., p. 158.
  • 23 . Dom Pedro I du Brésil et IV du Portugal (1799-1834). Empereur constitutionnel du Brésil, il hérit (...)
  • 24 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 226.
  • 25 . Ibid., p. 159.

9En Italie, en l’absence de peuple unifié et avancé dans la voie de la civilisation, le principe républicain engendre une force centrifuge incapable de donner une existence politique à la nation italienne ; « ou s’il y réussit, c’est au prix de torrents de sang, d’une tyrannie jamais ralentie, ou par l’effort continuel d’une civilisation très avancée »22. En revanche, la monarchie, si elle adopte les principes constitutionnels, revêt la force d’attraction nécessaire pour mener cette œuvre à bien, comme le prouvent les succès ibériques : « Nous ne saurions attribuer le risorgimento politique espagnol et portugais à autre chose qu’à la fièvre politique que Dom Pedro et Marie Christine23 ont su exciter dans ces deux nations grâce aux institutions représentatives »24. Ce sont donc les rois qui doivent entreprendre le Risorgimento italien, en déclarant la guerre à l’Autriche. Le peuple peut participer à l’entreprise, en appuyant par des guérillas la guerre provoquée par la monarchie. Durando juge cependant nécessaire, dans une étape ultérieure du processus de civilisation, le remplacement de la monarchie par un régime républicain25.

  • 26 . MNRT, Archivio Durando, cartella 102, n° 10, fol. 12v. et 13r.
  • 27 . MNRT, Archivio Durando, cartella 102, n° 10, fol. 19v.

10Dans des États où l’instauration du libéralisme divise les esprits et entraîne une importante opposition, la monarchie traditionnelle détient le prestige et l’autorité nécessaires pour mener la cause libérale et nationale à la victoire. Mais elle n’est considérée que comme une institution sociale et n’a plus rien à voir avec une monarchie d’Ancien Régime. Comme il l’écrit en 1846 en invoquant les exemples de la Glorieuse Révolution anglaise et de la Révolution de Juillet, la dynastie espagnole doit être acceptée ou choisie par la nation, « par un acte solennel de volonté nationale, ce qui équivaut à dire que la nation doit se rendre maîtresse et s’assurer de la dynastie en neutralisant la vieux principe de droit divin par le moyen d’une alliance avec le principe électif »26. Nécessaire à la résurrection nationale, la monarchie est cependant soumise au contrôle de la nation. La nation, désincarnée de tout principe sociologique, devient alors le fondement politique du nouvel édifice institutionnel que Durando cherche à faire surgir des ruines de l’Ancien Régime. De ce point de vue, l’instauration du libéralisme dans la péninsule ibérique est un succès dont il peut s’inspirer : en Espagne en 1846, « la nation est maintenant souveraine de fait comme de droit »27. La révolution et le libéralisme doivent consacrer la souveraineté de la nation ; la monarchie n’en est que le représentant le plus adéquat à un moment donné du processus de civilisation, elle n’est que le délégué du souverain, pas le souverain lui-même.

11L’exil conduit ainsi Durando à identifier la nation comme la référence politique pour laquelle il se bat. Mais finalement, qu’est-ce qu’une nation ? Le traité consacré à la nationalité italienne doit être lu comme une tentative de réponse à cette question, inspirée des expériences politiques qu’il a acquises en exil dans la péninsule ibérique.

La nation italienne selon la théorie forgée en exil

  • 28 . Lafayette aime ainsi à prévoir que « la force des choses amènera tôt ou tard les provinces des de (...)

12Après l’expérience portugaise, la conception de la nation comme une communauté d’individus soudés fraternellement dans les fers du despotisme ne peut plus être acceptée. Mais le décalage entre la réalité de la nation portugaise et l’idée que Durando se faisait de la nation en général s’exprime également sous un autre aspect : le Portugal n’a pas de frontières naturelles qui justifient sa séparation de l’Espagne. L’unité nationale de la péninsule était un lieu commun du libéralisme de la Restauration, qui ne voyait dans l’indépendance du Portugal qu’un fruit des principes politiques de l’absolutisme. Avec la victoire du libéralisme sur l’Europe du Congrès de Vienne, la nation ibérique devait retrouver ses frontières naturelles28. Ce problème est traité par Durando dans le second manuscrit qu’il rédige en 1834, intitulé Notes sur le Portugal :

  • 29 . Giacomo Durando, « Notes sur le Portugal », MNRT, cartella 102, n° 10, fol. 2r.

La nature a refusé une situation proprement nationale aux Portugais. Leur pays se trouve encaissé dans les fleuves de l’Espagne et n’est géographiquement et militairement parlant qu’une province, que les événements politiques ont détaché de la mère patrie29.

  • 30 . Ibid., fol. 20 v.
  • 31 . C’est l’objet même du manuscrit « Notes sur le Portugal ».

13Cela remet en cause l’idée des frontières naturelles de la nation, car le Portugal en est bien une, « distinguée par sa langue, ses mœurs et ses goûts, et [qui] a soutenu son indépendance avec un noble courage et avec une persévérance qui le rend digne de tenir un rang distingué dans la famille européenne »30. Ainsi, l’exil au Portugal conduit Durando à accepter l’idée de nation artificielle, c’est-à-dire forgée par l’histoire humaine et non inscrite dans la nature. La nation devient un produit de la civilisation, qui imprime un caractère national aux populations des différents États. Cela le pousse à définir la capacité militaire comme la garantie de l’existence nationale31. Le Portugal peut combler son manque de frontières naturelles par une utilisation adéquate de la topographie à des fins défensives. Sur ces prémisses, Durando tente de proposer une théorie de la nation capable de porter l’Italie à l’existence politique.

  • 32 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit.,p. 158.

14Il commence par effectuer une critique radicale de la définition romantique et sentimentale de la nation, qu’il a abandonnée sous l’influence de l’observation politique menée en exil. Non seulement les discours emphatiques truffés de références pathétiques à la grandeur des Romains, au civisme des villes italiennes du Moyen-Âge ou au patriotisme sombre et colérique d’Alfieri ne suffisent pas à résoudre le problème concret du Risorgimento, mais en plus ils éloignent les patriotes du sol prosaïque de la réalité et les conduisent ainsi à la répétition stérile de sacrifices patriotiques aussi magnifiques qu’inutiles. « L’Art nous tue », écrit-il de façon péremptoire. Au contraire, abandonnant toutes ses références littéraires, il s’inspire des expériences récentes et concrètes de résurrections politiques nationales française, belge, grecque, portugaise et espagnole et donne la définition suivante : « J’entends par nationalité l’union politique de différentes populations associées naturellement par la situation géographique et artificiellement par la langue, les coutumes, les traditions, la législation, les intérêts matériels et moraux »32. Tirant les conséquences de la réalité nationale qu’il a observée au Portugal, il considère que la nation se forme par l’occupation menée par une peuplade d’un territoire qu’elle est capable de défendre. La défense militaire est alors la meilleure garantie de l’existence de la nation. Elle utilise d’abord les obstacles topographiques ; les frontières de la nation sont ainsi naturelles. Mais grâce aux progrès de la civilisation, les moyens techniques permettent de surmonter les obstacles naturels et de fondre en une seule nation, deux nations primitivement séparées par la nature.

15Appliquée à l’Italie, cette théorie paraît cependant particulièrement inadéquate. En effet, de façon très surprenante, Durando ne voit pas une, mais deux nations naturelles dans la péninsule italienne : l’une centrée sur la plaine du Po, l’autre autour des Apennins. Ces deux nationalités, qu’il nomme sub-nationalités dans le cas italien sans que l’on comprenne réellement pourquoi, sont trop différentes pour être unifiées immédiatement. Il faut d’abord les reconstituer en instituant un royaume de Haute Italie sous la monarchie piémontaise et un autre de Basse Italie sous la dynastie des Bourbons de Naples. Les souverains détrônés de Lucques, Parme, Toscane, Modène ainsi que le pape obtiendraient des compensations dans les îles, à Nice, en Savoie et en Istrie, territoires qui ne sont pas vraiment italiens et qui sont inutiles à la défense de la nation. Ce n’est que par l’action de la civilisation, dans un futur indéterminé, que les deux royaumes pourront être réunis.

16L’effort de rationalisation de la définition de la nation par Durando est ainsi particulièrement obscur. Si la péninsule italienne est divisée en deux nations géographiques, leur réunion ne rétablirait pas une nation naturelle. S’il faut avoir recours à la civilisation pour les réunir artificiellement, on voit mal pourquoi cette même civilisation ne pourrait pas opérer la fusion heureuse de la Lombardie avec l’Autriche. Aussi, devant cette réelle aporie, voit-on réapparaître en dernier recours une attitude sentimentale vis-à-vis de la nation :

  • 33 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 262-263.

Peut-être que l’élément polonais pourra, dans les siècles à venir, s’agréger à l’élément russo-slave, l’élément portugais à l’espagnol, l’irlandais à l’anglais, mais l’Italien sera toujours italien, parce que sa nationalité abstraite, morale, littéraire et religieuse est tempérée et fondue par vingt-cinq siècles d’une existence ineffaçable dans ses annales et dans celles de l’univers entier33.

Conclusion

  • 34 . On le constate notamment à propos de l’annexion du Royaume de Naples. Convaincu dans un premier t (...)

17L’effort théorique produit par Durando aboutit ainsi à une impasse intellectuelle. Il conçoit la nation comme le souverain nouveau qui doit émerger des ruines de l’Ancien Régime, mais sa théorie est finalement incapable de le définir de façon rationnelle. L’aporie intellectuelle est d’une certaine manière résolue dans la pratique : la monarchie piémontaise, en invoquant la nation, lui donne la définition concrète que Durando cherchait à établir sans y arriver34. En conséquence, Durando deviendra un soutien inconditionnel des Savoie, en assumant parfois des positions particulièrement conservatrices. Ainsi, sa théorie aporétique le conduit inéluctablement à accorder son soutien aux vainqueurs, à ceux qui sauront de la façon la plus efficace œuvrer pour la résurrection politique de la nation. Cela lui vaut, dès 1837, de nombreuses accusations d’opportunisme politique.

18Sans doute justifiées, ces critiques ne doivent cependant pas occulter le cheminement intellectuel qui l’a porté dans le camp du libéralisme modéré et qui font de Durando un cas intéressant. Son étude montre en effet comment un libéral italien exilé en 1831, membre des classes moyennes émergentes, cultivé mais peu connaisseur des publicistes politiques de son époque, peut produire une vision du monde par la ré-élaboration intellectuelle autonome des expériences politiques auxquelles il a été confronté dans son exil. Certes Durando est inscrit dans son époque : son engagement politique se fait sous le signe du romantisme patriotique de la Restauration et l’approche historiciste et « civilisationniste » de la nation qu’il adopte témoigne du climat culturel des années 1830 où la présence intellectuelle de Guizot est largement diffuse, en particulier dans le libéralisme latin. Mais, l’influence doctrinaire ne se fait pas sentir chez Durando au-delà d’une orientation historique générale qui appuie une philosophie embryonnaire du progrès. La vision du monde qu’il produit est essentiellement le fruit d’une réflexion autonome, en marge des débats théoriques de son époque, et fondée sur l’observation des pays qui l’accueillent.

  • 35 . La lettre par laquelle Mazzini remercie Durando a été publiée par Edoardo Di Sambuy, « Giacomo Du (...)

19Cela incite à insister sur la diversité intellectuelle par laquelle se construit la famille politique du libéralisme modéré. Rares sont en effet chez Durando les dogmes essentiels de cette culture politique : pas d’admiration particulière pour le modèle politique britannique, pas d’obsession pour le bicaméralisme, pas de conception d’une souveraineté modérée par des pouvoirs partagés. Au contraire, la nation est revêtue de la majesté souveraine et toute autorité y puise sa légitimité. Il faut voir dans cette emphase portée par Durando sur la souveraineté de la nation, un effort constant d’auto-compréhension de son propre engagement politique jusqu’en 1846 et d’une volonté de lui donner cohérence. Son modérantisme réel, dont il ne se départira jamais, est ainsi très peu idéologique : avant d’être modéré, Durando est nationaliste ; la souveraineté de la nation est la plate-forme politique sur laquelle les progressistes de toutes tendances doivent pouvoir s’accorder, comme le confirme le fait qu’il prend soin d’envoyer son traité à Mazzini, probablement dans l’espoir de la convaincre de se rallier à un large front progressiste35.

  • 36 . Carl Schmitt, Romanticismo politico, édition et traduction italienne de C. Galli, Milan, Giuffrè, (...)
  • 37 . Eric Vögelin, La nouvelle science du politique : une introduction, édition et traduction français (...)

20En outre, la ré-élaboration d’une vision du monde par un libéral italien imprégné de culture romantique, mais peu soumis à l’influence des théories politiques contemporaines incite à réfléchir au problème du romantisme politique d’une façon plus générale. Avec sa fougue habituelle, Carl Schmitt refuse l’idée même d’une conception politique spécifique au romantisme, renvoyant l’engagement politique des romantiques à un occasionnalisme pathologique déterminé par un ego surdimensionné36. En plaçant la souveraineté dans la nation, désincarnée de référence sociologique concrète, Durando, conscient de l’ineptie intellectuelle d’un engagement politique fondé exclusivement sur des aspirations romantiques, tente de définir rationnellement un nouveau souverain qui ne soit ni le peuple, souvent incapable d’initiative politique, ni le roi, souverain d’Ancien Régime qu’il s’agit précisément de destituer. Le fait que Durando préfère finalement revenir à une justification romantique de la nation plutôt que d’abandonner l’idée d’une nation comme source de l’autorité politique semble indiquer que le romantisme est bien capable, contrairement aux affirmations de Schmitt, de produire une conception politique originale. En revanche, l’impossibilité de définir la nation autrement que par les représentations romantiques dévoile le caractère imaginaire de la nation. Fonder tout un système politique sur sa souveraineté témoigne alors d’une perte de rapport avec la réalité, qu’un auteur comme Eric Vögelin dénonce comme une caractéristique de la modernité politique37.

Haut de page

Notes

1 . Franco Venturi, « La circolazione delle idee », Rassegna storica del Risorgimento, anno XLI, fasc. IIIII, 1954, p. 203-222.

2 . Maurizio Isabella, « Gli esuli italiani in Inghilterra e il movimento liberale internazionale tra filellenismo e americanismo », Annali della Fondazione Luigi Einaudi, vol. XXVIII, 1994, p. 411-465 ; Id., « “Una scienza dell’amor patrio” : public economy, freedom and civilization in Giuseppe Pecchio’s works (1827-1830) », Journal of Modern Italian Studies, 4 (2), 1999, p. 157-183 ; Id., « Italian exiles and British Politics before and after 1848 », dans Sabine Freitag (dir.), Exiles from European revolutions. Refugees in Mid-Victorian England, Londres, Berghahn Books, 2003, p. 59-87.

3 . Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2003 (2000), p. 36-39.

4 . Paola Casana Testore, Giacomo Durando in esilio (1831-1847). Belgio, Portogallo, Spagna nelle sue avventure e nei suoi scritti, préface d’Alberto Gil Novales, Turin, Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, 1979. Casana Testore publie en annexe l’autogiographie de Durando, rédigée en 1862.

5 . Giacomo Durando, Della nazionalità italiana. Saggio politico-militare, Paris, A. Franck, 1846. Les citations seront cependant tirées de l’édition pirate de Lausanne, S. Bonamici, 1846, plus facilement accessible. Ce traité a déjà suscité de nombreuses publications influencées par l’histoire traditionnelle des idées : Marco Antonio Aimo, « Il pensiero politico di Giacomo Durando », Bollettino della Società per gli studi storici, archeologici ed artistici nella provincia di Cuneo, LVII, 1967, p. 29-55 ; Eugenio Di Carlo, « Di Giacomo Durando e del suo saggio sulla nazionalità italiana », Rassegna storica del Risorgimento, 1955, p. 252-257 ; Pietro Toesca, « Italia e cattolicesimo nel pensiero di Giacomo Durando », Il Saggiatore : rivista di cultura filosofica e pedagogica, anno III, n° 2-3, avril-septembre 1953, p. 218-284. En outre, dans ce traité, Durando est le premier à utiliser la notion de « géostratégie » ; il a en conséquence attiré l’attention des historiens de la pensée militaire : Ferruccio Botti, « Le concept de géostratégie et son application à la Nation italienne dans les théories du Général Durando (1846) », Stratégique, n° 58, 1995, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.stratisc.org/1Strat_index.html.

6 . La plupart de ces textes sont conservés aux archives du Museo Nazionale del Risorgimento de Turin (désormais MNRT). Un important mémoire remis au Parlement portugais est cependant conservé à l’Arquivo Histórico Parlamentar de Lisbonne.

7 . Casana Testore, Giacomo Durando…, op. cit., p. 95-97.

8 . Enzo Bottasso, « L’appello a Carlo Felice dei “Cavalieri della Libertà” ed i suoi strascichi di disavventure », dans Mazzini e i repubblicani italiani. Studi in onore di Terenzio Grandi nel suo 92e compleanno, Turin, Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, 1976, p. 20-22.

9 . Casana Testore, Giacomo Durando…, op. cit., p. 99.

10 . Enzo Bottasso, « L’appello a Carlo Felice… », art. cit., p. 21.

11 . Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Turin, Einaudi, 2000. Durando insiste lui-même sur l’influence de Foscolo dans son cercle d’amis et le manifeste de la conjuration des Chevaliers de la Liberté est truffé de formulations romantiques.

12 . Jacques [sic] Durando, De la colonisation des troupes étrangères en Portugal, Arquivo Histórico Parlamentar, Lisbonne, sec. I-II, cx 351, p. 1.

13 . Marquis de Lafayette, Mémoires et documents du général Lafayette, publiés par sa famille, t. VI, Paris et Leipzig, H. Fournier Aîné et Brockhaus et Avenarius, 1838, p. 528.

14 . Jacques Durando, De la colonisation…, op. cit., p. 1.

15 . Ibid.

16 . Castelo Branco Chaves, Os livros de viagem em Portugal no século XVIII e a sua projeição europeia, Lisbonne, M.E.I.C., 1977. Cette noire description du Portugal est encore exprimée par la duchesse d’Abrantès : Souvenirs d’un séjour et d’une ambassade en Espagne et au Portugal de 1808 à 1811, Paris, Ollivier, 1837, 2 vol.

17 . Ibid., p. 12.

18 . MNTR, Archivio Durando, cartella 102, n° 10, fol. 1r.

19 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 51.

20 . Giacomo Durando à Nicola Fabrizi, 29 novembre 1837, dans T. Palamenghi-Crispi, « Gli Italiani nelle guerre di Spagna », Il Risorgimento italiano, VII, 1914, p. 61.

21 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 243-244.

22 . Ibid., p. 158.

23 . Dom Pedro I du Brésil et IV du Portugal (1799-1834). Empereur constitutionnel du Brésil, il hérite de la couronne portugaise en 1826, dont il abdique en faveur de sa fille, après avoir octroyé une constitution au royaume. Son frère Dom Miguel rétablit l’absolutisme par un coup d’état en 1828, mais Dom Pedro, ayant abdiqué de la couronne brésilienne en 1831, organise une armée et, après deux ans de guerre civile, restaure la constitution au Portugal. Marie Christine (1806-1878), était la fille du roi des Deux-Siciles et dernière épouse de Ferdinand VII d’Espagne. À la mort de celui-ci, la succession est contestée entre Don Carlos, frère de Ferdinand et partisan de l’absolutisme, et Isabelle II, fille du roi et de Marie Christine. Pour préserver les droits de sa fille au trône, Marie Christine, régente, instaure une charte constitutionnelle pour s’allier les forces libérales dans la guerre civile qui sévit à partir de 1834.

24 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 226.

25 . Ibid., p. 159.

26 . MNRT, Archivio Durando, cartella 102, n° 10, fol. 12v. et 13r.

27 . MNRT, Archivio Durando, cartella 102, n° 10, fol. 19v.

28 . Lafayette aime ainsi à prévoir que « la force des choses amènera tôt ou tard les provinces des deux parties de la Péninsule à former une réunion d’états fédératifs ». Mémoires et documents…, op. cit., p. 260.

29 . Giacomo Durando, « Notes sur le Portugal », MNRT, cartella 102, n° 10, fol. 2r.

30 . Ibid., fol. 20 v.

31 . C’est l’objet même du manuscrit « Notes sur le Portugal ».

32 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit.,p. 158.

33 . Giacomo Durando, Della nazionalità…, op. cit., p. 262-263.

34 . On le constate notamment à propos de l’annexion du Royaume de Naples. Convaincu dans un premier temps de l’impossibilité d’unifier toute la péninsule, la définition de la nation était en accord avec les États que Durando voulait voir naître. Mais lorsque la possibilité de réunir l’Italie du Sud au Piémont se présente, Durando en est partisan et y voit la nation. P. Casana Testore, Giacomo Durando…, op. cit., p. 127.

35 . La lettre par laquelle Mazzini remercie Durando a été publiée par Edoardo Di Sambuy, « Giacomo Durando, con una lettera inedita di Giuseppe Mazzini », Rassegna contemporanea, 1914, p. 592-602. Une copie de cette lettre est conservée dans MNRT, Archivio Durando, cartella 145, n° 33, 2.

36 . Carl Schmitt, Romanticismo politico, édition et traduction italienne de C. Galli, Milan, Giuffrè, 1981.

37 . Eric Vögelin, La nouvelle science du politique : une introduction, édition et traduction française de S. Courtine-Denamy, Paris, Le Seuil, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Bron, « Penser le Risorgimento italien depuis l’exil : l’exemple du libéral piémontais Giacomo Durando (1807-1894) », Cahiers de la Méditerranée, 82 | 2011, 47-56.

Référence électronique

Grégoire Bron, « Penser le Risorgimento italien depuis l’exil : l’exemple du libéral piémontais Giacomo Durando (1807-1894) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cdlm.revues.org/5712

Haut de page

Auteur

Grégoire Bron

Doctorant, prépare une thèse sur les contacts politiques et culturels entre la péninsule italienne et le Portugal sous la Restauration et en particulier sur la mobilité des patriotes italiens autour de 1830, sous la direction du professeur Gilles Pécout (EPHE/ENS, Paris) et de la professeur Fátima Sáe Melo Ferreira (ISCTE, Lisbonne).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org