Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Romain H. Rainero – Le « serment de Koufra ». Regards italiens sur la campagne saharienne de Leclerc

Jean-Louis Panicacci
p. 403-404
Référence(s) :

Romain H. Rainero, Le « serment de Koufra ». Regards italiens sur la campagne saharienne de Leclerc, Paris, Editions Publisud, 2010, 381 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la traduction d’un livre publié en 2009 par le Service historique de l’Armée italienne sous le titre Il Sahara italiano nella seconda guerra mondiale, titre qui était plus adapté à son contenu réel que celui qui nous est proposé par les Éditions Publisud, focalisé sur le « serment de Koufra » (dont on ne trouve qu’une page ou deux dans le développement) et sur les « regards italiens » sur la campagne des FFL (dont on trouve, certes, quelques aperçus dans plusieurs chapitres bien que, la plupart du temps, on y précise qu’il y a eu peu de commentaires relatifs aux incursions motorisées des hommes de Leclerc1).

2On comprend mieux, alors, la présence à l’intérieur du développement de nombreux tableaux évoquant le déploiement d’unités italiennes dans le Sud libyen et la nature du matériel (terrestre et aérien) qu’elles utilisaient, voire des citations aux médailles d’Or et d’Argent à la Valeur militaire récompensant les officiers et sous-officiers ayant résisté aux assauts de la colonne Leclerc.

3Croisant les sources militaires britanniques, italiennes et françaises avec beaucoup d’objectivité et s’appuyant sur l’ouvrage fondamental qu’il avait consacré à la CIAF en 19952, Romain Rainero montre bien la nature des enjeux stratégiques, psychologiques et politiques de la conquête du Sahara italien pour les Britanniques3, les Français libres4 et les rebelles libyens5. Le « serment de Koufra » du 1er mars 1941 correspond bien à une « geste héroïque » avec l’affirmation de la première étape du processus de libération de la France mais il convient de le relativiser quand on constate les échecs ou demi-échecs6 enregistrés durant dix-huit mois, avant que ne se dessine l’offensive victorieuse entre le 23 décembre 1942 (prise de Uigh el Kebir) et le 2 février 1943 (conquête de Ghadamès), c’est-à-dire bien après la défaite des troupes de l’Axe à El Alamein, un millier de kilomètres plus au nord du théâtre d’opérations dans le Sahara italien, justifiant le sous-titre du second chapitre : « arrière du conflit ou “no man’s land ».

4Signalons la qualité et la variété de la cartographie (12 documents), de l’iconographie (21 documents) et des annexes (30 documents) avant de regretter que la traduction soit aussi approximative, avec la présence d’italianismes et de trop nombreuses fautes d’orthographe ou de syntaxe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Panicacci, « Romain H. Rainero – Le « serment de Koufra ». Regards italiens sur la campagne saharienne de Leclerc », Cahiers de la Méditerranée, 82 | 2011, 403-404.

Référence électronique

Jean-Louis Panicacci, « Romain H. Rainero – Le « serment de Koufra ». Regards italiens sur la campagne saharienne de Leclerc », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/5761

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Panicacci

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org