Navigation – Plan du site

La création de l’Exposition Cinématographique Cannoise en 1939

Un outil de diplomatie internationale éphémère
Loredana Latil
p. 249-266

Texte intégral

1La création de l’Exposition Cinématographique Cannoise en 1939 peut être entièrement considérée comme un événement marquant dans l’histoire des Alpes-Maritimes. En effet, le projet de cette manifestation (qui devient définitivement en 1946 le Festival International du Film) peut s’envisager comme “fait notable” à part entière, rassemblant trois caractéristiques essentielles :

  • Pensé avant tout comme un outil de diplomatie internationale, il est au centre de la lutte idéologique engagée par l’Italie et l’Allemagne.

  • Il devient un élément structurant de la région.

  • Il acquiert, par la suite, une reconnaissance sociale

2Cependant, l’édition de 1939 est un événement particulier : avant de véritablement commencer, elle est dépassée par son effet c’est-à-dire les raisons politiques et diplomatiques qui ont été à son origine. La manifestation théoriquement organisée est reportée quand éclate la Seconde Guerre mondiale. Elle peut donc en quelque sorte être pensée comme un “non-événement”: sans qu’elle ne se soit vraiment réalisée, elle existe et entraîne des conséquences (en 1946).

I - Plan national et international : une lutte idéologique

3En 1938, se déroule la VIe édition de la Biennale de Venise. Cependant, suite au rapprochement diplomatique de l’Italie et de l’Allemagne, Hitler exerce des pressions sur les jurés de cette édition. Son but est atteint : les membres du jury des démocraties quittent la Mostra. C’est ainsi que sont couronnés deux films propagandistes : « Les dieux du stade » de Leni Riefenstahl et « Luciano Serra, pilote » de Goffredo Alessandrini qui reçoivent la Coupe Mussolini, plus haute récompense de la manifestation.

4Dans le train qui le ramène de Venise à Paris, le diplomate Philippe Erlanger, membre français du jury de la Biennale vénitienne, commence à penser à l’idée d’un autre festival pouvant remplacer celui de Venise. Etant alors directeur de l’Association Française d’Action Artistique, il tente, dès son retour en France, d’imposer son projet, c’est-à-dire de créer un nouveau rendez-vous cinématographique, sans contraintes ni compromissions.

5Dès lors, cette initiative est soumise aux deux ministres intéressés, Jean Zay, chargé de l’Education Nationale1 et Georges Bonnet en poste aux Affaires Etrangères. Tous deux sont favorables à cette entreprise et la proposent au Conseil des Ministres au début de l’hiver 1938.

6Les documents officiels montrent que l’idée principale qui domine le projet est de concurrencer la Mostra. Une lettre de Georges Prade, Conseiller Municipal de Paris soutenant Philippe Erlanger, met en évidence les buts de cette campagne :

« Cette opération serait appelée....à remplacer celle qui se tient actuellement à Venise. Il ressort de l’enquête menée dans les différents pays, que les grandes firmes cinématographiques mondiales : américaines, anglaises et françaises, seraient heureuses de ne plus retourner à Venise, où la politique a nettement pris le pas sur l’art... Si donc la Biennale de Venise ne devait plus connaître le même succès, et à être remplacée par une organisation analogue dans un autre pays, il serait souhaitable que la France fut appelée à en profiter. »2

7Durant tout l’hiver le projet est discuté au Conseil des Ministres et est loin de faire l’unanimité. En effet, on est au lendemain de la Conférence de Munich3, les opinions sont divisées en matière de politique internationale, aussi le débat agite-t-il les cabinets ministériels pendant plusieurs mois. Pour certains la liberté des idées et des artistes est plus importante que toute considération diplomatique tandis que pour d’autres, la crainte de mécontenter Mussolini en organisant une manifestation rivale prédomine. Au printemps, le Gouvernement a tranché : il donne l’autorisation à l’Association Française d’Action Artistique de réaliser un festival dédié au 7ème Art.

8Cependant, avant d’avoir à elle seule la responsabilité du projet, la France a dû justifier de ses capacités à organiser un tel festival. En effet, deux autres pays étaient candidats : la Suisse, présentant la ville de Lucerne et la Belgique qui proposait la ville d’Ostande.

9L’Etat français s’impose alors en mettant en avant deux arguments. Le premier atout est celui du développement du tourisme apparu dès le XIXème siècle. Le second point fort est la liste des villes pressenties pour recevoir la manifestation ; elles ont déjà une certaine renommée et de plus, sont dotées d’équipements et d’installations nécessaires à l’accueil d’un événement international. La Suisse et la Belgique abandonnent le projet. C’est alors qu’en France commence une véritable lutte entre les villes choisies.

II - Plan régional : un élément structurant

10Les villes françaises spécialisées dans le tourisme se déclarent alors candidates. Cannes, mais aussi Vichy et Biarritz sont sur les rangs. Il faut noter cependant que la ville d’Alger se présente, soutenue par le Président du Conseil. Philippe Erlanger, responsable du projet ne retient que deux sites possibles : ceux de Biarritz et de Cannes.

11Le choix entre ces deux villes donne lieu à un nouveau combat homérique au sein du Gouvernement, soumis aux pressions les plus diverses de la part des comités touristiques, ou des directeurs de palaces qui n’hésitent pas à monter en première ligne pour un entretien qui pourrait s’avérer fort lucratif.

12Le Comité supérieur, responsable du choix de la ville qui accueillera l’Exposition Cinématographique, se prononce d’abord en faveur de Biarritz et cela en raison des conditions particulières consenties par la Municipalité et par le Syndicat d’initiative :

  • versement d’une subvention pour l’organisation

  • accueil gratuit pour une quarantaine de journalistes et vedettes de cinéma

13Mais, Georges Prade, Conseiller Municipal de Paris et Henri Gendre, directeur du Grand Hôtel à Cannes, ripostent immédiatement. Ils contactent le ministère de l’Education et celui des Affaires Etrangères, le Haut Commissariat du Tourisme et le Secrétaire Général de la Présidence du Conseil. Ils obtiennent ainsi le report de la décision définitive et en profitent pour soumettre leurs propositions en ce qui concerne la ville de Cannes :

  • participation financière de la ville de Cannes, du Syndicat d’initiative, des groupements financiers et commerciaux

  • facilité de séjour pour les invités

  • salles et équipements mis à la disposition du Comité

14Le 31 juillet 1939, l’annonce est faite : la ville de Cannes est officiellement choisie pour organiser le Festival International du Film ; la municipalité de Biarritz a fait marche arrière, faute de pouvoir débloquer le budget nécessaire. Albert Sarrault signe alors le contrat de base avec la ville. Il justifie ainsi sa décision :

« ...une seule région pouvait donner aux producteurs et aux vedettes qui viendront de tous les points du monde, une haute idée de notre pays : la Côte d’Azur. »

15De plus, on apprend dans cette allocution radiodiffusée que certains pays sont déjà engagés dans la compétition. La Grande-Bretagne désirant collaborer avec la France, les Etats-Unis, dont la présence déterminait la création du festival, mais aussi le Japon, la Suède, la Belgique, l’Egypte et l’U.R.S.S.

16L’Exposition Cinématographique est donc prévue pour septembre 19394 ce qui laisse à la ville de Cannes le temps nécessaire pour les préparatifs et qui tient à la nécessité de remplir les établissements qui sont vides à l’automne. Station hivernale qui s’est développée à partir de 1835 avec l’arrivée de Lord Brougham, Cannes est dotée d’importantes infrastructures touristiques. Le Grand Hall du Casino municipal est choisi pour faire office de salle de projection : il peut accueillir 1 200 invités et des travaux y sont entrepris durant tout l’été 1939. On trouve aussi de nombreux établissements de loisirs (hippodrome, cercle nautique, etc.) et les 152 restaurants et hôtels dont « Le Grand Hôtel » dirigé par Henri Gendre5 qui a su mobiliser l’ensemble de la population autour du projet.

17A cette époque, la ville est déjà reconnue comme station balnéaire ; avec la création du festival du film, elle tente alors d’acquérir une reconnaissance internationale.

III - Règlement et organisation du Festival

18En août, un Comité d’accueil présidé par le comte d’Herbemont se constitue à Cannes et prévoit un calendrier des fêtes et des soirées. Philippe Erlanger devient le délégué général de la manifestation, tandis que Louis Lumière en accepte la présidence d’honneur. Parmi les conseillers du délégué figurent Georges Cravenne, le futur père des Césars, qui est alors chroniqueur cinéma pour Paris-Soir et Georges Huisman, directeur des Beaux-Arts qui est chargé de former un comité exécutif.

19Lors de sa première réunion, le Comité de Paris décide d’abandonner le titre « d’Exposition Cinématographique » pour celui de « Festival International », il arrête le nombre de films et fixe les statuts ; afin de se démarquer de Venise, il crée un règlement qui reprend mais s’oppose en certains points à celui de la Mostra. Il doit être garant d’une impartialité absolue pour le choix des participants, la composition du jury ou bien encore l’attribution des récompenses.

20L’article 2 du règlement définit le but de la manifestation :

« encourager le développement de l’art cinématographique sous toutes ses formes et créer entre tous les pays producteurs de films un esprit de collaboration. »

21En ce qui concerne les sélections6, le nombre de films présentés par une nation est proportionnel à sa production annuelle mais, la nation représentée peut choisir ses films « en toute souveraineté » (article 3).

Nombre de longs métrages selectionnes par pays lors de l’édition annulée du festival de Cannes de 1939 :

Nombre de longs métrages selectionnes par pays lors de l’édition annulée du festival de Cannes de 1939 :

22Pour la composition du jury, ce sont les gouvernements des pays concernés qui choisissent leur représentant, qui toutefois ne doit avoir aucun lien avec l’industrie cinématographique (article 8).

23Quant aux récompenses, le règlement prévoit de classer les films en quatre catégories : les films à scénarios, les documentaires, les dessins animés et les courts métrages. Pour chaque genre de films est attribué un Grand Prix. Les films à scénarios bénéficient cependant d’un traitement spécial puisque un Grand Prix International doit être décerné au meilleur film de chaque délégation participante. Le palmarès se compose aussi du Prix du Jury7, du prix du meilleur metteur en scène, du meilleur scénario, du meilleur opérateur, des meilleurs interprètes (féminin et masculin) ainsi que de la meilleure partition musicale.

24Tout semble prêt pour l’ouverture du premier Festival de Cannes ; les fêtes se multiplient dès la mi-août. A la fin du mois, les vedettes commencent à arriver : Gary Cooper, Douglas Fairbanks, Tyrone Power, Charles Boyer... Mais, le 29, l’ultimatum d’Hitler précède l’entrée de ses troupes en Pologne.

25Le 3 septembre, la France prononce sa déclaration de guerre. Sur la Côte, les palaces sont désertés, artistes et touristes regagnent en toute hâte leurs villes et pays d’origine.

26A Cannes, il n’y a eu qu’une seule projection, à l’intention des organisateurs, celle de « Quasimodo »8 de William Dieterle. Le Comité décide de reporter le Festival en septembre de la même année puis en février 19409 seulement « si la situation ne s’aggrave pas ».

27Il n’en fut pas du tout ainsi. Comme l’a écrit Philippe Erlanger, le délégué de cette édition qui n’eut jamais lieu :

« le nom du Festival flamboyait déjà en lettres de néon au fronton du Casino municipal, quand la folie des hommes éteignit les lumières...10 ».

28Durant toute la période de la Seconde Guerre mondiale, le Festival fut, chaque année, prévu puis annulé. Il fut pour chaque programmation, repensé et modifié. Ainsi, en 1942, les organisateurs insistent sur le fait qu’en aucun cas la manifestation cannoise n’a été créée pour concurrencer celle de Venise mais au contraire, en être complémentaire.

29De plus, il décident de ne plus conserver ni le titre de"Festival" (remplacé à nouveau par"Exposition Cinématographique"), ni la forme juridique de cette organisation administrative « où le Gouvernement joue ouvertement un rôle prépondérant »11

30En 1946, année de la première véritable édition du Festival de Cannes, c’est donc une organisation privée et spécialement constituée à cet effet qui gère la manifestation. Pour cette année-là, le règlement de 1939 est repris dans sa totalité. Mais, l’année suivante, il est modifié. Ce nouveau règlement sera fortement contesté.

31En 1955, René Clair, cinéaste, résume dans une interview les critiques adressées au Festival :

« Le Festival de Cannes doit profiter de l’échec de Venise, il ne doit pas commettre les mêmes erreurs que celui de la Mostra. C’est-à-dire qu’il ne doit y avoir aucune partialité diplomatique, politique, économique ou esthétique. Que les responsables du F.I.F. profitent donc du délai qu’ils disposent pour tirer les enseignements qui s’imposent. »12

Haut de page

Annexe

Filmographie
Films pressentis pour l’Exposition Cinématographique Cannoise de 1939
A chaque aube je meurs

(Each dawn I die )
de William Keighley
Genre : film noir
Production: David Lewis
Fiche technique: 84mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après le roman de Gerome Odlum
Distribution: James Cagney, George Raft, George Bancroft, Jane Bryan, Maxie Rosenbloom, Stanley Ridges
Résumé: Un journaliste, victime d’un coup monté, est accusé de meurtre. Il est envoyé en prison où il découvre la vie pénitencière.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

A la frontière

(Na granitse )
de Alexandr Ivanov
Genre : drame historique
Production:
Fiche technique: 104mn.N.B.V.O. russe
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : U.R.S.S.
Distribution: Nikolai Kryuchkov, Yelena Tyapkina, Zoya Fyodorova, Stepan Krylov, Sergei Krylov, Erast Garin, Yelena Fyodorova, S. Krilov, Yuri Lavrov, E. Tiapkina, N. Vinogradov
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Boefjé

(Boefjé )
de Detlef Sierck
Genre : film noir
Production:
Fiche technique: 69mn.N.B.V.O. néerlandais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Hollande
Adaptation : D’après M.J. Brusse
Distribution: Henri de Vries, Guus Oster, Matthieu van Eysden
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Conducteurs de tracteurs

(Traktoristy )
de Ivan Pyriev
Genre : comédie dramatique
Production: Mosfilm
Fiche technique: 88mn.N.B.V.O. russe
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : U.R.S.S.
Distribution: Marina Ladynina, Nikolai Kryuchkov, Boris Andreyev, Stepan Kayukov, Pyotr Aleinikov, Vladimir Kolchin, O. Borovikova, R. Dneprova-Chayka, P. Valerianov, A. Dolinin, Petr Savin
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Goodbye Mr Chips

(Goodbye Mr Chips)
de Sam Wood
Genre : biographie
Production: M.G.M.
Fiche technique: 114mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Grande-Bretagne
Adaptation : D’après James Hilton
Distribution: Robert Donat, Greer Garson, Paul Henreid, Lyn Harding, Austin Trevor
Résumé: Dans un collège anglais, fin XIXème siècle. La vie d’un timide professeur de son premier poste à sa mort. Durant sa carrière, il se fait le guide de plusieurs générations d’élèves, les aidant à sortir de l’adolescence.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

L’enfer des anges

(L’enfer des anges)
de Christian-Jaque
Fiche technique: 89mn.N.B.V.O. français
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : France
Distribution: Louise Carletti, Sylvia Bataille, Jean Tissier, Dorville
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

L’esclave aux mains d’or

(Golden boy)
de Rouben Mamoulian
Genre : comédie dramatique
Fiche technique: 99mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après la pièce de Clifford Odets
Distribution: Barbara Stanwyck, Adolphe Menjou, William Holden
Résumé: Un jeune homme dont le physique le prédestine à la boxe, est attiré par l’apprentissage du violon.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

L’homme du Niger

(L’homme du Niger)
de Jacques de Baroncelli
Genre : drame
Fiche technique: 92mn.N.B.V.O. français
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : France
Distribution: Victor Francen, Annie Ducaux, Jacques Dumesnil, Harry Baur
Résumé: Un officier veut construire un barrage sur le Niger. Il est aidé par un ancien ministre dont il est amoureux de la fille.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

La charrette fantôme

(La charrette fantôme )
de Julien Duvivier
Genre : fantastique
Production: Transcontinental
Fiche technique: 91mn.N.B.V.O. français
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : France
Adaptation : D’après Selma Lagerlöf
Distribution: Pierre Fresnay, Louis Jouvet, Micheline Francey, Valentine Tessier, Mila Parely, Palau
Résumé: David Holm, alcoolique et chômeur, est hanté par le souvenir de Georges, son meilleur ami, tué au cours d’une rixe. Il l’imagine, selon la légende, conduisant une charrette fantôme. Une jeune salutiste, sœur Edith, veut aider David à sauver son âme de l’enfer.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

La France est un empire

(La France est un empire)
de Jean d’Agraives et Emmanuel Bourcier
Genre : drame
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : France
Adaptation : D’après le roman de Livia Rebreanu
Distribution: Victor Rebenciuc, Ana Szeles, Liviu Ciulei
Résumé: En 1916 sur le front, un officier roumain des armées austro- hongroises, décide de déserter. Il est alors pourchassé.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

La grande solution

Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Tchécoslovaquie
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

La loi du nord

(La loi du nordLa piste du nord)
de Jacques Feyder
Genre : drame
Production: Adolphe Osso
Fiche technique: 111mn.N.B.V.O. français
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : France
Adaptation : D’après Maurice Constantin-Weyer
Distribution: Michèle Morgan, Pierre Ricahrd-Willm, Charles Vanel, Jacques Terrane, Arlette Marchal
Résumé: Robert Shaw, un industriel, tue l’amant de sa femme et s’enfuit dans le grand nord canadien avec sa secrétaire, Jacqueline. Mais ils sont poursuivis par Dal, un caporal de la police montée.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939. Ce film eut des ennuis avec la Propaganda-Staffel (en raison du personnage de Dal) et ne sortit en France qu’en 1942 sous le titre "La piste du nord".

Le magicien d’Oz

(The wizard of Oz )
de Victor Fleming
Genre : fantastique
Production: M.G.M.
Fiche technique: 100mn.N.B. et couleursV.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après Frank Baum
Distribution: Judy Garland, Jack Haley, Ray Bolger, Franck Morgan, Billie Burke, Margaret Hamilton, Charley Grapewin, Clara Blandick
Résumé : Dorothy, une petite fille, se retrouve après un ouragan, emportée au-delà d’un arc-en-ciel. Elle se retrouve au pays d’Oz, lieu sur lequel règne un magicien. Dorothy part à sa recherche aidée d’une bonne fée, tandis qu’une mauvaise fée dresse sur sa route de nombreux obstacles. Elle est accompagnée dans cette aventure par un épouvantail, un homme en fer blanc et un lion peureux.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Lénine en 1918

(Lenin v 1918 godu)
de Mikhail Romm
Genre : drame historique
Production: Mosfilm
Fiche technique: 136mn.N.B.V.O. russe
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : U.R.S.S.
Distribution: Boris Chtoukine, Nikolai Bogolioubov, Nicolai Tcherkasov, V. Markov, Leonid Lioubachevski
Résumé: L’année 1918 est difficile pour la jeune république soviétique. Lénine, blessé, attend sa guérison pour donner l’ordre à l’Armée rouge d’attaquer et de mettre un terme au conflit contre les armées blanches.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Les quatre plumes blanches

(The four feathers)
de Zoltan Korda
Genre : aventures
Production: Alexander Korda
Fiche technique: 115mn.couleursV.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Grande-Bretagne
Adaptation : D’après A. E. W. Perry
Distribution: John Clements, Ralph Richardson, C. Aubrey Smith, June Duprez
Résumé: Un britannique conservateur doit prouver son courage en aidant l’armée au combat.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Les trois filles ont grandi

(Three smart girls grow up )
de Henry Koster
Genre : comédie sentimentale
Production: Joe Pasternak
Fiche technique: 90mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Distribution: Deanna Durbin, Charles Winninger, Nan Grey, Helen Parrish
Résumé: L’enfance de trois soeurs, leurs rivalités et leurs complicités, qui vivent aux côtés de leur père.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Mademoiselle et son bébé

(Bachelor mother)
de Garson Kanin
Genre : comédie
Production: Pandro S. Berman
Fiche technique: 81mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après Felix Jackson
Distribution: Ginger Rogers, David Niven, Charles Coburn, Frank Albertson
Résumé: Polly devient nourrice d’enfants abandonnés.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Magie africaine

(Magie africaine )
de Armand Denis
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Belgique
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Mélodie de la jeunesse

(They shall have music )
de Archie Mayo
Genre : comédie musicale
Production: Samuel Goldwyn
Fiche technique: 101mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après Charles L. Clifford
Distribution: Jascha Heifetz, Joel McCrea, Walter Brennan, Andrea Leeds
Résumé: Les efforts d’un musicien qui vise à faire partager son amour pour la musique classique.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Nous deux

(Vi tva )
de Ragnar Hylten-Cavallius
Genre : drame
Production: Terrafilm
Fiche technique: 90mn.N.B.V.O. suédois
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Suède
Distribution: Sture Lagerwall, Signe Hasso, Stig Järrel, Ilse-Nore Tromm, Gösta Cederlund, Carl Barcklind, Torsten Hillberg
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Pacific Express

(Union Pacific)
de Cecil B. DeMille
Genre : western
Production: Paramount
Fiche technique: 132mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après le roman de Ernest Haycox
Distribution: Barbara Stanwyck, Joel McCrea, Akim Tamiroff, Robert Preston, Brian Donlevy, Anthony Quinn
Résumé: Deux compagnies de chemin de fer s’affrontent pour la construction de la première ligne transatlantique. Chacune part d’un point opposé et celle qui aura construit la plus longue ligne sera alors majoritaire. Mais, si l’Union Pacific reste honnête, la compagnie rivale a engagé des saboteurs.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Quasimodo

(The hunchback of Notre-Dame)
de William Dieterle
Genre : drame sentimental
Production: R.K.O.
Fiche technique: 117mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Adaptation : D’après Victor Hugo
Distribution: Charles Laughton, Cedric Hardwicke, Maureen O’Hara, Edmond O’Brien, Thomas Mitchell, Harry Davenporte
Résumé: Paris, au XVème siècle. Près de la cathédrale Notre-Dame, la foule se presse autour d’Esmeralda, une jeune gitane qui chante et qui danse. Parmi les spectateurs, se trouvent Dom Frollo, un prêtre, Gringoire, un idéaliste, et Quasimodo, un être hideux, serviteur du prêtre.
Seul film ayant été projeté durant l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Seuls les anges ont des ailes

(Only angels have wings)
de Howard Hawks
Genre : drame sentimental
Production: Columbia
Fiche technique: 121mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Distribution: Cary Grant, Jean Arthur, Rita Hayworth, Richard Barthelmess, Thomas Mitchell, Sig Rumann
Résumé: Geoff Carter dirige une minable compagnie de transports aériens. Il envoie ses courageux pilotes voler au-dessus des terribles montagnes des Andes au Pérou. L’un d’eux entretient une relation avec Bonnie-Lee, une jolie jeune femme. Cette dernière se trouve alors terriblement attirée par Carter. Mais, contrairement à tous les autres pilotes, celui-ci ne semble pas lui trouver beaucoup d’attraits.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Si demain c’était la guerre

de Efim Dzigane (Collectif sous la direction de)
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : U.R.S.S.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Stanley et Livingstone

(Stanley and Livingstone)
de Henry King
Genre : drame historique
Production: Darryl F. Zanuck
Fiche technique: 100mn.N.B.V.O. anglais
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Etats-Unis
Distribution: Spencer Tracy, Sir Cedric Hardwicke, Nancy Kelly, Richard Greene
Résumé: Les aventures du célèbre reporter américain à la recherche de l’explorateur britannique au cœur de l’Afrique.
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Vadortje lang’reen

(Vadortje lang’reen)
de Detlef Sierck
Année de sélection au F.I.F. : 1939
Origine : Hollande
Film sélectionné mais non projeté à l’Exposition Cinématographique cannoise de 1939.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 - A l'époque, le cinéma dépend de ce ministère.
2 - Extrait d'une lettre envoyée par Georges Prade, Conseiller Municipal de Paris aux Ministres des Affaires Etrangères et de l'Education Nationale (MM. Georges Bonnet et Jean Zay), le 26 octobre 1938.
3 - Le 29 septembre 1938.
4 - Du 1er au 20 septembre.
5 - Père du comédien Louis Jourdan.
6 - Voir filmographie en annexe.
7 - L'article 7 prévoit deux Prix du Jury : "l'un pour le meilleur des films de chacun des pays qui présente au moins huit films, l'autre à l'un des films de chacun des pays qui en présente au moins 4."
8 - Voir filmographie en annexe
9 - Du 25 février au 15 mars
10 - Propos de Philippe Erlanger parus dans "Le Film Français", 1987.
11 - Réunion du Comité, 1941.
12 - Interview de René Clair dans "L'Espoir", le 28-09-1955.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Nombre de longs métrages selectionnes par pays lors de l’édition annulée du festival de Cannes de 1939 :
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/58/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loredana Latil, « La création de l’Exposition Cinématographique Cannoise en 1939 », Cahiers de la Méditerranée, 62 | 2001, 249-266.

Référence électronique

Loredana Latil, « La création de l’Exposition Cinématographique Cannoise en 1939 », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 62 | 2001, mis en ligne le 15 février 2004, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cdlm.revues.org/58

Haut de page

Auteur

Loredana Latil

Doctorante. CMMC UNSA

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org