Navigation – Plan du site
Travailler chez l'autre, travailler avec l'autre en Méditerranée (XIVe - XIXe siècle)

Le rôle des étrangers dans la dynamique sociopolitique de la Tunisie (xviie-xviiie siècle). Un problème d’historiographie1

Abdelhamid Henia
p. 213-233

Résumés

Mis à part quelques moments de difficultés, l’historiographie tunisienne a considéré les xviie et xviiie siècles comme une période marquée par une certaine prospérité surtout en comparaison avec la période précédente (le xvie s.) et celle qui suit après 1815. Quels sont les architectes ou les promoteurs d’une telle prospérité ? Les travaux historiographiques s’accordent pour attribuer une telle œuvre à l’un des groupes « étrangers » qui affluent dans le pays en nombre relativement important, notamment vers la fin du xvie et au cours du xviie siècle. Pour certains ce sont les Turcs, pour d’autres les Andalous, ou les Juifs livournais, ou encore les captifs de la course (notamment les renégats). S’ils ne sont pas d’accord pour désigner un groupe particulier, ils s’accordent, en revanche, pour nier tout rôle aux acteurs locaux. Qu’en est-il au juste ? Le problème est en fait purement historiographique. Cet article tente de reposer le problème en essayant de prendre en compte le rôle des indigènes dans la dynamique interne et de montrer l’interaction entre les différents acteurs (locaux et venus d’ailleurs) afin de restituer le rôle de chacun et d’en mesurer les implications.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Une première version de ce texte a fait l’objet d’une conférence présentée le 27 mars 2009, à l’É (...)
  • 2 . Le terme d’«étranger» est utilisé ici comme une catégorie d’analyse et non comme une catégorie (...)

1Nous proposons dans ce texte d’aborder un problème d’historiographie relatif à la manière dont les «étrangers»2 dans la Tunisie des xviie et xviiie siècles ont été perçus par les différents courants qui se sont attachés à l’étude de cette période. Les «étrangers» dont il est question ici sont les Turcs (ou assimilés), les Andalous, les juifs livournais, les chrétiens islamisés de gré ou de force ou restés fidèles à leur religion; en somme, il s’agit d’immigrants méditerranéens. Il sera question également des populations tunisiennes qui se sont confrontées à ces «étrangers». Pour ce faire, partons d’un constat et d’une interrogation.

  • 3 . Voir surtout les travaux de Mohamed-Hédi Chérif: pour le xvie siècle, lire «L’histoire de l’Afr (...)
  • 4 . Sur la démographie de la Tunisie aux xviie et xviiie siècles, Paul Sebag, «La peste dans la régi (...)
  • 5 . Hammûda Bin Abdalazîz, Kitâb al-bâshî, manuscrit de la Bibliothèque nationale de Tunis n° 351, s. (...)

2Le constat d’abord: mis à part quelques moments de difficultés, les travaux historiographiques qui ont porté sur la Tunisie ont unanimement considéré les xviie et xviiie siècles comme un moment de prospérité, surtout lorsqu’on les compare aux xvie et xixe siècles, ces deux dernières périodes étant connues pour leurs difficultés structurantes et déstabilisantes3. Quant aux marques de cette prospérité, elles sont nombreuses. Sur le plan démographique, les sources s’accordent pour souligner une croissance exceptionnelle de la population, plus particulièrement au cours du xviiie siècle4. Entre 1705 et 1784, soit durant trois générations environ, le pays n’a pratiquement pas connu d’épidémie. Cette paix démographique est de nature à multiplier le nombre de bras aptes au travail et contribue pour beaucoup à la croissance économique des années 1760 et 1770, décrite par l’historien Hammûda Bin Abdalazîz dans son Kitâb al-bâshî 5. Cette période est suivie sur le plan démographique par des reflux brutaux que provoquèrent des épidémies successives jusqu’au milieu du xixe siècle.

  • 6 . Ce qui réfuterait la thèse du déclin très souvent développée par l’historiographie coloniale pour (...)
  • 7 . Abdelhamid Hénia, «Le città nel Maghreb in età moderna: vettore di modernità?», dans Enrico I (...)
  • 8 . Jacques Revault, Palais et demeures de Tunis (xve et xviie siècles), Paris, CNRS Éditions, 1967; (...)
  • 9 . L’historiographie tunisienne ne mentionne qu’un seul cas de ville disparue après le xvie siècle: (...)
  • 10 . Abdelahad Sebti et Halima Farhat, al-Madîna fî-l-‘açr al-wasit : qadhâyâ wa wathâ’iqa fî târîkh a (...)
  • 11 . Plusieurs travaux ont porté sur l’installation des Andalous dans cette partie de la Tunisie. Cito (...)
  • 12 . Mohamed-Hédi Chérif, «Propriétés des oliviers au Sahel des débuts du xviie à ceux du xixe siècle(...)

3Les xviie et xviiie siècles sont également marqués par une certaine prospérité des villes6. On assiste en Tunisie, plus qu’ailleurs dans le reste du Maghreb, à une croissance de la vie urbaine par rapport au xvie siècle7. Ce progrès urbain n’est pas toujours aisé à démontrer chiffres à l’appui. Il n’existe aucune statistique (même partielle) sur les villes et leur population avant le milieu du xixe siècle. Cependant, on peut déduire ce progrès à partir de quelques appréciations fondées sur des indices indirects, en étudiant par exemple l’histoire des monuments, la localisation des mosquées, des bains maures, des fontaines et d’autres éléments analogues qui peuvent informer sur l’évolution du tissu urbain8. À l’époque moderne, le monde des villes en Tunisie se trouve renforcé et revigoré par l’apparition de nouvelles agglomérations ou par le renouveau de sites anciens, qui avaient décliné; on n’y compte presque pas de villes tombées en ruine9, comme c’est le cas au Maroc, par exemple10. Plusieurs autres villes, en revanche, apparaissent principalement à partir du xviie siècle, notamment celles qui ont accueilli les Andalous dans la région du Nord-Est11. Le Sahel, réduit à l’époque hafside à l’arrière-pays de Sousse, Monastir et Mahdia, s’étend à partir du xviie siècle grâce au développement de la culture de l’olivier qui joue en l’occurrence le rôle de front pionnier12. Le Sahel finit par englober une soixantaine de cités, villages et bourgs, soit toute la partie sédentaire et arboricole de la Tunisie centrale.

  • 13 . Mohamed-Hédi Chérif, «Pouvoir beylical et contrôle de l’espace dans la Tunisie du xviiie et des (...)

4On assiste également au cours de cette période au rétablissement de la centralité politique, principalement en faveur des villes: le rôle assuré par ces dernières dans la construction du pouvoir étatique est fondamental. Celui-ci a permis aux villes de construire peu à peu des espaces fonciers plus ou moins importants. Au terme de l’évolution, le rôle de Tunis, à titre d’exemple, finit par s’étendre sur presque toute la vallée de la Medjerda, soit dans un rayon de 30 à 50 kilomètres environ13.

  • 14 . Le phénomène est relevé par le géographe Pierre Signoles, L’Espace tunisien, capitale et État-rég (...)
  • 15 . Nous entendons par les expressions « moderne » et « modernité » les nouvelles réalités survenues (...)
  • 16 . En tout cas le professeur Chérif affirme clairement l’existence d’une «modernité» dans la Tunis (...)

5La macrocéphalie des villes est un phénomène absent en Tunisie au temps des Hafsides. Le changement sur ce plan est spectaculaire à partir du xviie siècle: la macrocéphalie14 s’est imposée alors en Tunisie au profit exclusif de la ville de Tunis. La grande originalité du système urbain en Tunisie réside dans le nombre de petites villes qui pèsent d’un certain poids et imprègnent sur le plan culturel et économique la société tout entière. Tous ces faits ont été décrits comme autant d’aspects d’une certaine «modernité»15 que la Tunisie a connue au cours des xviie et xviiie siècles16.

  • 17 . C’est ce qui explique les qualificatifs de «carrefour de races» ou de «cosmopolite» attribués (...)
  • 18 . Les estimations de la population tunisienne durant la période étudiée (xviie-xviiie siècle) se (...)

6Venons-en maintenant à l’interrogation. Quels sont les architectes (ou les «vecteurs») d’une telle prospérité, d’une telle «modernité»? L’enquête, menée dans la production historiographique portant sur cette période de l’histoire tunisienne, révèle sans ambiguïté que les premiers acteurs identifiés d’un tel processus sont les «étrangers», qui affluent dans le pays en nombre relativement important, plus particulièrement à partir de la fin du xvie siècle17. Il s’agit des Turcs (constituant un corps de quelque trois mille janissaires en 1574, porté plus tard à quatre mille), des Andalous (30 à 40000), des captifs de la course convertis à l’islam de gré ou de force (quelques milliers) et des juifs livournais (quelques centaines)18. Cependant, si ces travaux historiographiques sont unanimes pour valoriser le rôle des «étrangers» dans cette dynamique connue par la Tunisie, ils ne s’accordent pas à désigner une catégorie particulière parmi ces étrangers. Ainsi, nous ne pouvons faire l’économie d’un détour historiographique.

Une cacophonie historiographique

L’historiographie tunisienne des xviie et xviiie siècles

  • 19 . Jamil M. Abun-Nasr, A History of the Maghrib in the Islamic Period,Cambridge, Cambridge Universit (...)

7Les historiens tunisiens ont manifesté un intérêt limité pour les Européens (chrétiens et juifs livournais). Ils ont, en revanche, réservé une place bien plus importante de leurs travaux aux Turcs, principalement, et aux Andalous, accessoirement. En effet, ils parlent des Turcs avec beaucoup d’admiration. Ces historiens attribuent à l’intervention des Ottomans, pour libérer Tunis de l’occupation espagnole en 1574, des motivations essentiellement religieuses: la défense du dâr al-islâm (la Cité musulmane) qu’ils auraient sauvée du péril chrétien, représenté par les Espagnols poursuivant leur élan de Reconquista sur les côtes de l’Ifriqiya. Le sultan Sélim II aurait ainsi rempli, selon eux, son rôle de «Commandeur des croyants» et de défenseur de l’islam19.

  • 20 . Ibn Abî Dînâr, Al-Mu’nis fî ‘akhbâri Ifrîqiyya wa Tûnis, Tunis, éd.Al-Maktaba al-‘Atîqa, 1967, p. (...)
  • 21 . Ibid.,p. 178 et 195.

8Présentés comme des sauveurs, les Turcs auraient répondu à l’appel des sociétés citadines:Sidi Mahrez, saint protecteur de la ville de Tunis, apparu dans un songe au Sultan, aurait réclamé son intervention pour sauver sa ville des ­Infidèles20. Ainsi, les historiens tunisiens ont développé toute une mytho-histoire pour légitimer l’œuvre bienfaitrice des Turcs et l’installation de leur pouvoir dans le pays21.

  • 22 . Sami Bargaoui, «Des Turcs aux Hanafiyya. La construction d’une catégorie “métisse” à Tunis aux x (...)
  • 23 . Hasîn Khûja, Dhayl bashâ’ir ‘ahli l-’îmân bi-futûhât ‘âli Uthmân, édité par At’-T’âhir al-Ma‘mûr (...)
  • 24 . Ahmad Ibn A Dhiyâf, Ithâf ‘ahl al-zamân bi-’akhbâri mulûki Tûnis wa ‘ahd al-’amân, 2e éd., Tuni (...)

9Quant aux courants historiographiques se désignant comme hanafi ou ­hanafiyya (turcs natifs du pays)22, ils tendent à développer l’idée de la supériorité des Turcs, en glorifiant leur apport. Ainsi, Hasîn Khûja, un hanafî ayant écrit son Dhayl au cours des années 1720, n’hésite pas à rapporter ce qu’aurait remarqué un savant turc débarqué à Tunis au début du xviie siècle: la ville est «vide de science»23. Il va sans dire que le «vide» ici est fondateur de la légitimité de l’œuvre bienfaitrice des Turcs. L’auteur de l’Ithaf, un autre historien autochtone écrivant au cours des années 1860, développe en revanche, concernant les oulémas turcs, un discours tout autre et tend à valoriser le savoir local par rapport à celui des Turcs; ces derniers étant jugés par lui «frustes», «plus soldats que oulémas»24. Il faut dire qu’à partir du milieu du xixe siècle on commence à développer en Tunisie vis-à-vis des Ottomans un discours de plus en plus autonomiste et plutôt proto-nationaliste.

  • 25 . Ahmad Ibn A Dhiyâf, Ithâf…, 1re édition (Éditions du Secrétariat d’État à l’Information), 1963- (...)

10D’une manière générale, historiens autochtones et hanafiyya n’ont pas cherché outre mesure à établir une distinction entre les Turcs (venus d’Anatolie ou natifs du pays) et les «assimilés aux Turcs» parmi les chrétiens captifs de la course convertis à l’islam. Il faut donc attendre les années 1860 pour trouver un Ibn Abî Dhiyâf qui évoque les mamelouks comme une catégorie particulière25.

  • 26 . Ibn A Dînâr, Al-Mu’nis…, op. cit., p. 204.
  • 27 . Ahmed Abdesselem, Les historiens tunisiens des xviie, xviiie et xixe siècles. Essai d’histoire cu (...)

11Concernant les Andalous, les historiens de l’époque se révèlent, en revanche, nettement moins diserts: ils soutiennent principalement que les Morisques sont tous bien accueillis en 1609, date de leur expulsion par Philipe III d’Espagne. On précise aussi qu’ils ont revivifié certaines localités et qu’ils ont beaucoup sillonné le pays26. En tout cas, ils ne font l’objet, d’après ce qu’en disent les historiens des xviie et xviiie siècles, d’aucune admiration particulière; on ne leur attribue aucun génie particulier, même pas dans l’industrie de la chéchia (bonnet de laine) qui a beaucoup prospéré, plus particulièrement au cours du xviiie siècle, et qui est qualifiée plus tard par l’historiographie coloniale et postcoloniale d’activité proprement andalouse. C’est donc l’historiographie contemporaine qui donne une plus grande importance au rôle des éléments andalous, au point de pouvoir parler, comme nous le verrons, d’une véritable «andaloumanie» chez certains historiens de nos jours. Le renversement de l’attitude vis-à-vis des Andalous s’est opéré progressivement avec les transformations survenues au xixe siècle et plus particulièrement la nouvelle attitude d’admiration à l’égard de l’Occident. Dans ce nouveau contexte, certains Tunisois baldî trouvent d’autant plus valorisant pour eux de se remémorer leur origine andalouse. L’autochtonie mémorielle cède progressivement la place à d’autres mémoires d’origine extérieure jugées de plus en plus valorisantes. L’historien Ahmed Abdesselem écrit ainsi qu’«un très grand nombre de fonctionnaires et même de dignitaires religieux tunisiens des derniers siècles […], quand ils n’étaient pas d’origine “turque”, se prévalaient d’une ascendance andalouse»27.

  • 28 . Ibn A Dînâr, Al-Mu’nis…, op. cit., p. 203; voir également Muh’ammad bin Muh’ammad ­al-Wazîr al (...)
  • 29 . Hammûda Bin Abdalazîz, Al-Kitâb…, op. cit., p. 339.
  • 30 . On leur déclare la guerre s’il le faut. Ce fut chose faite avec Venise, le 22 janvier 1784; la p (...)
  • 31 . Ahmed Abdesselem souligne l’intérêt tardif porté par les historiens tunisiens aux étrangers europ (...)

12Sur les juifs livournais, l’historiographie locale de l’époque ne dit rien. Au sujet des Européens (naçâra/chrétiens ou ifranj/Francs), nos chroniqueurs n’écrivent que très peu de choses. L’historien Ibn Abî Dînâr nous informe dans Al-Mu’nis (achevé en 1681-1682), que les chrétiens (naçâra) sont peu avertis («fî ghaflatin») des nouvelles techniques de course adoptées par les corsaires tunisiens au début du xviie siècle28; dans son Kitâb al-bâshî, écrit vers 1777, Hammûda Bin Abdalazîz parle des Ifranj (ou Francs) qui sont en paix («muçâlihîn ») avec les musulmans29. Aucun commentaire dans ces écrits ne montre que les Européens ont marqué d’une manière ou d’une autre les esprits de l’époque. On ne leur attribue aucun génie particulier; aucun sentiment d’infériorité vis-à-vis des Européens ne transparaît30. Cependant, tout change au xixe siècle, plus particulièrement à partir de 1830 avec l’occupation de l’Algérie par la France31.

L’historiographie européenne (précoloniale, coloniale et postcoloniale)

  • 32 . Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (xvi(...)
  • 33 . Cependant, on assiste, à partir de la seconde moitié du siècle dernier, à un regain d’intérêt pou (...)

13L’historiographie européenne s’est plus particulièrement intéressée au rôle des Morisques chassés d’Espagne, à celui des chrétiens d’Europe captifs de la course et convertis à l’islam de gré ou de force (les «Chrétiens d’Allah» selon l’expression des Bennassar32) et aux Européens venus simplement en tant qu’aventuriers chercher fortune auprès des gouvernants. En revanche, cette historiographiene s’est presque pas intéressée aux juifs livournais installés à Tunis au cours de la même période (xviie-xviiie siècles)33.

14Paul Sebag présente les juifs livournais comme européens:

  • 34 . Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 54.

Venus d’Europe, ils en avaient conservé les usages et les manières qui tranchaient avec celles des juifs indigènes. Ils faisaient preuve à l’égard des juifs indigènes d’une certaine condescendance, voire d’un grand mépris, et ceux-ci ne pouvaient s’empêcher de leur tenir rigueur de leur déplaisante superbe34.

  • 35 . Ahmed Saadaoui, «Les Européens à Tunis aux xviie et xviiie siècles», Cahiers de la Méditerranée (...)

15Certaines sources les nomment «les juifs francs», «les juifs européens» ou même «les juifs chrétiens»35. La catégorie d’«Européens» attribuée aux juifs livournais ne peut dater de l’époque (c’est-à-dire du xviie siècle). Elle ne peut avoir été construite que tardivement, au cours de la période coloniale très probablement, que ce soit par les acteurs eux-mêmes (c’est-à-dire les juifs livournais), ou bien par les chercheurs européens, français en l’occurrence.

  • 36 . Citons les relations de voyages les plus connues; pour le xviie siècle, lire: Paul Sebag, «Un (...)
  • 37 . Mohamed-Hédi Chérif, Pouvoir et société…, op. cit., t. 2, p. 221-222. Christian Windler, «­Diplo (...)
  • 38 . Les relations de voyages ont fait l’objet d’analyses critiques, notamment par Guy Turbet-Delof, L (...)
  • 39 . Pierre Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires, Paris, chez P. Rocolet, 1637.
  • 40 . Jean-André Peyssonnel, Voyage…, op. cit., p. 77, 88, 134.
  • 41 . Taoufik Bachrouch, Formation sociale barbaresque et pouvoir à Tunis au xviie siècle, Tunis, Publi (...)

16Le plus anciensavoir historique sur les Européens est principalement fourni par les relations de voyage datant de la même période36, et accessoirement par les rapports des agents consulaires en poste à Tunis ou des envoyés spéciaux37. Ils ont la caractéristique d’offrir du pays et de la société une vue réfractée à travers des mentalités et des expériences autres38. Aussi, la société est-elle présentée en «ordres», à l’instar du modèle de la France de l’époque. Au xviie siècle, Pierre Dan divise les populations de Barbarie en trois «nations»: Turcs, Maures et Arabes (bédouins)39. Près d’un siècle plus tard, vers 1724, Jean-André Peyssonnel reprend le même schéma en soulignant l’existence de trois «états», où les Turcs forment «la noblesse du pays»40. Dans sa classification de la société selon la théorie des trois ordres, Peyssonnel met en valeur les Turcs et les Andalous et ravale les autochtones (qu’il appelle les Arabes) «au rang d’un peuple sans génie ni relief»41. Bien qu’ils soient assimilés à la noblesse française, les Turcs, selon notre voyageur, ont un niveau de civilisation inférieur à celui de l’Occidental. Ce sont surtout les Andalous qui attirent son attention et son admiration. Il rend visite aux villages andalous situés au nord-est du pays, dans un rayon de 60 km autour de Tunis. Il souligne leur «européanité». Ils lui rappellent l’Espagne et la Province:

  • 42 . Jean-André Peyssonnel, Voyage…, op. cit., p. 123.

Les villes et les villages – précise-t-il – étaient bien rares dans ce royaume avant la venue des Andalous. La plupart des villes qu’on trouve aujourd’hui leur doivent leur fondation ou du moins leur rétablissement, parce qu’avant eux, les naturels ou maures bédouins aimaient mieux vivre sous des tentes à la campagne que dans des villes comme la plupart le pratiquent encore42.

  • 43 . Taoufik Bachrouch, Formation sociale…, op. cit., p. 13.

17Il trouve les Morisques très laborieux et raffinés: «en un mot, ils ont toutes les coutumes et le génie des Espagnols». Il les place au-dessus des Turcs et au-­dessus des autochtones, les Arabes. Ces derniers seraient réfractaires à toute forme de civilisation, et surtout fainéants. De ses observations découlent des images stéréotypées que Taoufik Bachrouch résume comme suit: «le Turc qui combat, l’Andalous qui travaille et l’Arabe qui ne fait rien ou presque»43.

18Ainsi, les voyageurs européens ont perçu les Andalous comme les représentants de l’Europe moderne et «modernisante» et non comme des musulmans. Tout se passe comme si, au xviiie siècle, les différences religieuses ne comptaient plus; les guerres de religion et l’inquisition qui ont sévi au xviie siècle sont désormais oubliées.

  • 44 . Fondateur du Comité international d’études morisques en 1983, Abdeljelil Témimi en assume jusqu’à (...)

19Leurs témoignages ont servi de source d’inspiration (parfois unique) aux écrits européens de la période coloniale et postcoloniale, mais pas seulement. On insiste sur le rôle primordial des Morisques dans la prospérité qu’a connue la Tunisie au cours des xviie et xviiie siècles. Ce discours historiographique sur les Andalous est relayé à l’époque postcoloniale par un courant local représenté principalement par la Fondation Témimi. Depuis les années 1980, un colloque sur l’apport des Morisques est organisé pratiquement tous les deux ou trois ans à Tunis44, au point d’aboutir au bout du compte à une forme d’«andaloumanie».

20Certes, les Andalous ont sans doute beaucoup contribué à la transformation de la vie économique et culturelle de la région du Nord-Est de la Tunisie. Cependant, la prospérité que les autres régions du pays ont connue à la même époque (comme le Sahel au centre-est et les oasis du Jérid au sud-ouest), ne doit en rien à l’apport des Andalous.

  • 45 . Pierre Grandchamps, Documents relatifs aux corsaires tunisiens 2 octobre 1777 - 4 mars 1824, Tuni (...)

21L’historiographie coloniale a beaucoup insisté aussi sur l’apport des autres ­Européens arrivés en Tunisie dans le cadre de la guerre de course. En effet, cette dernière a attiré une foule d’Européens, parfois de gré (protestants hollandais ou anglais, par exemple) ou le plus souvent de force (pris par les corsaires), convertis plus ou moins sincèrement à l’islam: ces «Chrétiens d’Allah» furent souvent, à l’origine, de pauvres individus auxquels la course offre l’unique chance d’acquérir, outre la liberté, la richesse et la puissance. Incontestablement, cette course a enrichi la Tunisie principalement jusqu’au milieu du xviie siècle et accessoirement pour la période suivante, jusqu’au xviiie siècle. Les Européens, attirés par cette activité dans la régence de Tunis, ont sans aucun doute contribué à la dynamique du pays par leurs techniques et leurs savoir-faire. Cependant, faut-il aller jusqu’à soutenir comme Pierre Grandchamps (un archiviste de la Résidence de France en Tunisie) que «les musulmans ne seraient sans doute pas arrivés à rien faire sans les renégats»45?

  • 46 . André Raymond, «Les provinces arabes», dans Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman(...)
  • 47 . émile-Félix Gautier, L’islamisation de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, (...)

22L’historiographie européenne n’attribue, en revanche, aucun mérite aux Turcs. D’une manière générale, elle dénigre toute la période précédant la colonisation. D’ailleurs, ces Turcs ne sont, en Tunisie, que des conquérants. Ils sont les héritiers et les continuateurs de la vénérable tradition ottomane des grands ghazî 46. Ils succèdent, sur ce territoire, à de précédents colonisateurs. En fait, pour cette historiographie, l’histoire de la Tunisie n’est qu’une suite de colonisations47. Les meilleures colonisations seraient celles des Romains et des Français.

23En somme, pour l’historiographie européenne, les vrais changements survenus en Tunisie au cours de la période étudiée proviennent d’éléments venus ­d’Europe, en l’occurrence les Andalous. Remarquons que cette historiographie n’a pas inventé pour cette période de vocables précis pour exprimer la forte influence de ces «étrangers» comme on l’a fait pour la même époque avec ­l’Amérique latine au sujet de laquelle l’historiographie européenne a mis au point des catégories temporelles européocentriques du genre «civilisation colombienne» et «civilisation précolombienne»; ou encore, pour rester dans le cas tunisien mais concernant une période plus récente (xixe-xxe siècles) quand on a inventé des expressions comme «occidentalisation» ou «européanisation»; c’est dans la même perspective qu’on a parlé également de la «ville européenne» à côté de la médina (ou «ville arabe»), et aussi d’«occidentalisation des goûts» ou de l’enseignement, et ainsi de suite.

L’historiographie tunisienne postcoloniale

  • 48 . Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans…», art. cit.; Taoufik Bachrouch, Formation soc (...)
  • 49 . Abdeljalil Témimi, «Al-Khalfiyya al-dîniyya li-l-çirâ‘ al-isbânî al-‘uthmânî ‘alâ al-iyâlât al-m (...)

24L’historiographie tunisienne postcoloniale n’est pas homogène quant au sujet qui nous préoccupe. L’attitude vis-à-vis des Turcs est ambivalente. Il existe une ­différence entre une historiographie telle que celle caractérisée par ­Mohamed-Hédi Chérif ou Toufik Bachrouch (bien qu’il existe des divergences entre ces deux historiens), cultivant l’image d’un pouvoir turc resté socialement et culturellement étranger à la société – pour ces historiens les Turcs ne sont in fine que des conquérants48 – et celle, représentée par la Revue d’histoire maghrébine, dans laquelle le professeur Abdeljalil Témimi souligne les liens religieux désintéressés entre Turcs et autochtones49.

  • 50 . Mohamed-Hédi Chérif, «La “déturquisation” du pouvoir en Tunisie: classes dirigeantes et société (...)
  • 51 . Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans …», art. cit.
  • 52 . Ahmed Abdesselem, Les historiens tunisiens…, op. cit.
  • 53 . Ceci correspond parfaitement à un discours largement répandu par les acteurs du mouvement de la N (...)
  • 54 . L’expression est rapportée par le chroniqueur Hasîn Khûja qui, à son tour, rapporte ce qu’aurait (...)

25On trouve chez l’historien Chérif l’usage d’un certain nombre d’expressions très significatives comme «déturquisation» ou «tunisification» du régime politique turc, et jamais d’expressions telles que «turquisation», «andalousisation» ou encore «européanisation»50. L’ambivalence vis-à-vis des Turcs est plus accentuée dans les écrits de Chérif. En effet, tout en insistant sur la question de la «tunisification» du régime politique turc ou de sa «déturquisation», l’historien montre comment la Tunisie doit son entrée dans la modernité à l’apport des Turcs. Parlant du Maghreb en général, il le décrit comme étant «incapable de s’adapter par lui-même aux nouvelles conditions créées par le décollage de ­l’Europe occidentale». Il ajoute: «les Turco-ottomans furent donc au Maghreb à la fois conquérants et porteurs d’une certaine modernité»51. Pour conforter sa thèse de l’incapacité des Maghrébins à se relever par eux-mêmes de la crise et à entrer dans la «modernité», Chérif insiste (en relayant ici l’historien Ahmed ­Abdesselem52) sur la léthargie générale qui a régné au xvie siècle53. Il note que dans le domaine religieux, les Turcs trouvent bien la ville de Tunis à leur arrivée au 1574 «vide de science»54. Au total, pour Chérif, les Turcs sont les principaux acteurs de la dynamique connue par la Tunisie au cours des xviie et xviiie siècles.

26La réponse à la question initiale posée par cette enquête historiographique n’est, certes, pas évidente. Tous les courants passés en revue s’accordent pour expliquer la dynamique qu’a connue la Tunisie au cours des xviie et xviiie siècles, par l’intervention du génie des éléments «étrangers». En effet, s’il y eut prospérité et une quelconque forme de modernité, celles-ci seraient dues à l’apport soit des Turcs aux yeux de certains, soit des Andalous selon d’autres, ou encore des «renégats» pour d’autres. Que faut-il penser d’une telle approche des réalités tunisiennes? Les acteurs locaux sont-ils réellement si absents dans la dynamique sociopolitique qui les concerne?

  • 55 . Rares sont les études (pour la Tunisie du moins) où on a mis l’accent sur autre chose: voir par (...)
  • 56 . Fernand Braudel, «Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577», Revue africaine, 1928, p. (...)
  • 57 . Abdallah Laroui, L’histoire du Maghreb, un essai de synthèse, Paris, Maspéro, 1970; Mohamed-Hédi (...)
  • 58 . Abdeljalil Témimi, «Al-Khalfiyya al-dîniyya…», art. cit., p. 4-44.

27Il en va par ailleurs de même quand on aborde l’historiographie qui s’est intéressée aux pays de l’Afrique du Nord au cours du xvie siècle. Cette historiographie se réduit presque exclusivement aux seuls aspects relatifs au conflit hispano-turc55. Même quand on aborde des éléments relatifs aux réalités locales, c’est sous l’angle de ce conflit qu’ils sont lus et interprétés. C’est Fernand Braudel qui a donné le ton sur ce plan avec son article publié dans la Revue africaine en 192856. Toutes les études suivantes ont poursuivi dans la même direction, y compris celles réalisées par les historiens maghrébins57. Parmi ces derniers, certains ont eu tendance à insister sur la dimension religieuse de ce conflit pour le transformer en un conflit islamo-chrétien58. Toutes ces études s’accordent pour ignorer totalement les éléments autochtones dans le déroulement des péripéties de ces conflits, ou, tout au plus, pour ramener leur participation à de simples actions mineures dans le cadre de l’événement majeur. Les populations locales sont presque réduites à de simples spectatrices qui attendent de savoir à qui va revenir la victoire finale, aux Turcs ou aux Espagnols.

  • 59 . En effet, Lucette Valensi rappelle dans son ouvrage intitulé Venise et la sublime Porte…, qu’Ista (...)

28Au total, il n’y a pas d’acteurs dans cette dynamique qui ne soient pas venus d’ailleurs, et en l’occurrence d’Europe. En effet, on a attribué, d’une manière ou d’une autre, à tous ces «étrangers» une identité européenne: ceci vaut pour les Andalous en l’occurrence, mais également pour les Turcs. Effectivement, ces derniers peuvent être qualifiés à l’occasion d’Européens: Lucette Valensi n’hésite pas à associer la Sublime Porte à l’Europe59.

  • 60 . Voir, entre autres, Jean Philippe Genet (dir.), L’État moderne : genèse. Bilans et perspectives, (...)
  • 61 . Jacques Berque nie totalement l’existence d’une quelconque modernité au Maghreb de l’époque, dans (...)
  • 62 . L’idée d’importation a fait des adeptes auprès des historiens maghrébins: Mohamed-Hédi ­Chérif d (...)
  • 63 . Bertrand Badie, Les deux États, pouvoir et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard (...)
  • 64 . Jean-François Bayart (dir.), La greffe de l’État, Paris, Karthala, 1996.

29Mais le problème se complique dès que l’on aborde la question de la modernité en dehors de l’Occident européen, notamment en Tunisie. Faut-il admettre une idée qui fait presque l’unanimité, consistant à dire que la modernité et toutes ses composantes sont une création spécifiquement européenne60, et que le monde extra-européen, et en l’occurrence maghrébin, ne joue, par conséquent, aucun rôle dans le processus de construction de celle-ci61? La modernité serait soit «importée»62 à la manière expliquée par Bertrand Badie63, ou «greffée» à la manière présentée par Jean-François Bayart64; en tout cas, elle vient toujours d’Europe. Résultat: l’idée est toujours de prôner l’absence totale des éléments locaux dans toute forme de dynamique interne.

  • 65 . Sur le modèle segmentaire au Maghreb, voir Jocelyne Dakhlia, Le Divan des rois. Le politique et l (...)
  • 66 . Ernest Gellner, Les Saints de l’Atlas, Traduction de Paul Catalen, présentation de Gianni Albergo (...)
  • 67 . Lucette Valensi, Fellahs tunisiens : l’économie rurale et la vie des campagnes aux xviiie et xixe(...)
  • 68 . Lucette Valensi, «Archaïsme de la société maghrébine», La Pensée, décembre 1968, p. 57-93; id. (...)

30Avons-nous affaire à une société «froide» incapable de faire quoi que ce soit par elle-même et sans l’intervention des étrangers? Effectivement, l’image que l’on a des sociétés maghrébines, dans le tableau ainsi brossé, est celle de sociétés inertes, sans aucune initiative, froides… Nous retrouvons ici l’approche et la manière de voir les sociétés maghrébines prônée par les tenants de la théorie segmentaire65 qu’Ernest Gellner a expérimentée pour le Maroc66 et Lucette Valensi pour la Tunisie67. Cette dernière cultive dans ses écrits sur le Maghreb en général et sur la Tunisie en particulier, l’idée de «l’archaïsme»68.

31D’où l’intérêt d’une démarche qui repense le rôle des «étrangers», mais qui prendrait en compte également celui des éléments indigènes dans cette dynamique: en somme, une lecture endogène qui soulignerait aussi le rôle des acteurs locaux dans leur diversité (à la fois culturelle et politique) et dans leurs stratégies différentes.

32À l’origine de la présence des étrangers en Tunisie, il y a sans doute la crise du xvie siècle qui a mis en présence plusieurs forces sociopolitiques à la fois locales et étrangères. Il serait utile de voir comment s’est opérée la rencontre entre ces forces et quels sont leurs enjeux respectifs, à la fois politiques et stratégiques. Pour ce faire, commençons par resituer l’échiquier sociopolitique de la Tunisie au xvie siècle et essayons de voir au juste qui a fait quoi durant la crise d’abord, puis au sortir de cette crise ensuite.

« Étrangers » et autochtones : qui fait quoi ?

  • 69 . Mohamed-Hédi Chérif, «Hommes de religion et pouvoir dans la Tunisie de l’époque moderne», Annal (...)

33Le xvie siècle est un siècle de fer; mais il est plus dur pour les sociétés citadines que pour les tribus guerrières69. Les changements survenus vers la fin du xve siècle et au début du xvie se traduisent, à l’échelle globale, par le déplacement du centre de gravité de la circulation internationale du commerce de la Méditerranée à ­l’Atlantique, et, à l’échelle locale, par l’affaiblissement progressif du pouvoir étatique hafside. Tels sont les deux phénomènes majeurs qui ont fait que la Tunisie aborde les temps modernes dans un contexte de violence et d’instabilité politique.

  • 70 . Fernand Braudel, «Monnaies et civilisations: de l’or du Soudan à l’argent d’Amérique. Un drame (...)
  • 71 . Hasan al-Wazzân al-Fâsî,alias Léon l’Africain, Waçf Ifrîqiyâ, Trad. par Md. Hajjî et Md. al-Akhdh (...)

34À partir du xvie siècle, le sultanat hafside qui englobe l’Ifriqiya (en gros l’actuelle Tunisie) commence à se désagréger à la suite de l’effondrement de l’économie monétaire. Privées de leurs revenus commerciaux et surtout isolées de leurs espaces fonciers environnants, les villes hafsides s’effondrent comme des «châteaux de carte» selon l’expression de FernandBraudel70. Livrées à elles-mêmes – la protection du pouvoir central étant défaillante –, les sociétés citadines et sédentaires subissent de plus en plus la pression des tribus guerrières71. Autrefois occupées dans le commerce caravanier transsaharien, ces tribus, touchées elles aussi par les changements des circulations commerciales internationales, se ré­tractent vers le nord, mettent la main sur les terres fertiles et accroissent leur pression fiscale sur les sociétés citadines et les communautés sédentaires. Affaibli par la crise, le pouvoir hafside devient de plus en plus dépendant de ces tribus.

35De l’autre côté de la Méditerranée, en Europe occidentale et dans l’Empire ottoman, on assiste à l’émergence de constructions politiques centralisées, soutenues par des organisations militaires et administratives sophistiquées. Les Espagnols et les Portugais monopolisent (ou presque) l’activité du commerce international et le numéraire qui en découle. À la suite à la marginalisation de la Méditerranée par rapport aux circulations internationales du commerce, on assiste au développement de la course (activité économique) légitimée comme «jihad» pour les musulmans, et «guerre sainte» pour les Chevaliers de Malte.

36Le sultanat hafside n’arrive pas à s’adapter à la nouvelle situation marquée par la montée de l’Empire ottoman et de l’Europe occidentale. Les forces sociopolitiques locales/indigènes sont donc obligées de s’adapter à leur époque si elles ne veulent pas disparaître politiquement et culturellement. Elles tentent de combler ce vide politique et militaire chacune à sa manière. Comment ont-elles vécu ces grands changements? Comment ont-elles fait pour s’adapter aux nouvelles réalités locales et internationales? Quels rôles ont-elles assurés dans le processus de changement? Le duel hispano-turc, qui a duré une quarantaine d’années, s’achève vers le dernier quart du xvie siècle, en 1574, par la victoire des Ottomans sur les Espagnols à Tunis. Quels en sont les principaux bénéficiaires?

Effervescence et bouillonnement politique et culturel au xvie siècle

  • 72 . Sur l’ouverture de l’Ifriqiya sur la Méditerranée au xvie siècle, lire Sadok Boubaker, «La perce (...)
  • 73 . Jocelyne Dakhlia écrit à ce propos: «En Méditerranée, les hommes circulent, il faut prendre gar (...)

37Une question capitale surgit dans le chaos survenu au xvie siècle: comment reconstruire la centralisation politique? Celle-ci est devenue dans la Tunisie du xvie siècle l’objectif majeur que partagent toutes les forces sociopolitiques locales. Pourquoi feraient-elles exception? En effet, la centralisation politique est devenue, au cours du xvie siècle, une valeur politique première dans tout le pourtour méditerranéen. En témoignent des écrits théoriques tels que Le Prince de ­Machiavel, mais aussi la pratique de l’exercice du pouvoir qui est fortement marquée à l’époque par l’émergence des grandes constructions politiques (ottomane, espagnole, française…). Il ne faut surtout pas penser que les populations méditerranéennes au xvie siècle (en Ifriqiya ou ailleurs) ne sont pas au fait de tout ce qui se passe autour d’elles, notamment au niveau des idées et des formes de pouvoir72; s’observe à l’époque une forte circulation des hommes, des idées et des techniques: la lingua franca ne s’est-elle pas développée justement au cours de ce siècle et dans l’espace méditerranéen plus précisément73?

  • 74 . Il est impossible de croire, par voie de conséquence, à une fermeture de la porte de l’exégèse (I (...)
  • 75 . La zaouïa est un établissement religieux lié le plus souvent à un marabout. L’essentiel des zaouï (...)

38Ainsi on comprend pourquoi le xvie siècle est à lire, pour les forces sociopolitiques locales, comme un moment d’effervescence, de bouillonnement culturel, de contacts conflictuels, de transferts et de passage d’hommes, de techniques et d’idées de tous genres74. On assiste à un véritable débat politique exprimé par l’émergence presque simultanément d’une multitude de zaouïas75. Il ne faut pas s’étonner donc quand on dit que toutes les forces sociopolitiques locales s’ac­cordent pour considérer la centralisation politique comme l’objectif premier. Cependant, chacune de ces forces cherche à reconstruire cette centralisation à sa manière et à son profit exclusif: d’où les conflits internes et la divergence des stratégies adoptées par les partis en présence; d’où aussi le recours à l’aide des forces extérieures, à la fois turque et espagnole. Voyons comment l’échiquier des forces sociopolitiques se présente.

L’échiquier des forces sociopolitiques

39Les positions stratégiques des Espagnols et des Turcs ottomans vis-à-vis de l’Afrique du Nord sont divergentes. Pour développer leur commerce, les Espagnols s’efforcent d’arrêter l’activité des corsaires ottomans surtout dans le bassin occidental de la Méditerranée. Pour ce faire, ils essaient de s’installer sur des points stratégiques des côtes maghrébines. Cependant, ils ne cherchent nullement à occuper des territoires. L’appel au secours des Hafsides, chassés de leur capitale Tunis en 1534 par Kheireddine Barberousse, offre à l’empereur Charles Quint une belle occasion pour chasser ce dernier de l’Ifriqiya hafside, imposer au sultan son protectorat, maîtriser le détroit de Sicile en occupant la Goulette, et contrôler ainsi les mouvements des corsaires turcs.

40Les Turcs intéressés par l’Afrique du Nord sont d’abord des corsaires travaillant pour leur propre compte. Le bassin occidental de la Méditerranée est stratégiquement très important pour leur activité. Il est régulièrement sillonné par les bateaux espagnols chargés du numéraire drainé depuis l’Amérique latine. Le pouvoir hafside ainsi que les tribus guerrières redoutent la présence turque sur le territoire ifriqien.

  • 76 . Il s’agit de tous ceux qui se sont liés d’une manière ou d’une autre au pouvoir dynastique hafsid (...)

41Le conflit hispano-ottoman dans la région est fortement instrumentalisé par les forces sociopolitiques locales. Ces dernières cherchent à reconstruire la centralité politique, mais chacune à son profit exclusif, avions-nous noté. Pour ce faire, l’aristocratie hafside76 et les tribus guerrières font appel aux Espagnols, alors que les sociétés citadines s’adressent aux Turcs.

42Contrairement aux sociétés citadines, les tribus guerrières voient leur pouvoir s’accroître en Ifriqiya à la suite des grands changements survenus au xvie siècle. En se rétractant vers le nord, elles mettent la main sur les terres et imposent leur loi sur les communautés rurales sédentaires et les sociétés citadines. Après une période d’alliance avec les Hafsides et les Espagnols pour lutter contre la présence turque, les tribus finissent par agir de manière autonome, se liguent avec la zaouïa des Shâbiyya pour fonder, à Kairouan, au cours des années 1530, un État de type tribal occupant en gros la partie centrale et intérieure de la Tunisie actuelle. Pour les sociétés citadines, l’État shâbiyya constitue un danger potentiel. Depuis la nuit des temps, le pouvoir dans cette partie de l’Afrique du Nord a constamment pour assise les sociétés citadines. On comprend alors l’enjeu pour celles-ci. L’État des Shabiyya à Kairouan ressemble beaucoup, socialement et politiquement, à l’État tribal des Saadiens au Maroc, fondé, lui aussi, vers la même époque. Les deux États se trouvent menacés dans leur existence par deux forces extérieures (les ­Ibériques et les Turcs) d’une part, et par les citadins d’autre part. Finalement, l’État saadien est arrivé à s’imposer dans l’espace marocain au profit des tribus contre les Espagnols et les Portugais d’une part et contre les Turcs et leurs alliés citadins (ceux de Fès principalement) d’autre part.

43En revanche, les tribus guerrières en Tunisie, sous la bannière des Shâbiyya, ne résistent pas longtemps. Leur État à Kairouan s’effondre après la première ­attaque en 1557 menée par les Turcs (Darghûth Pacha à la tête de 3000 janissaires) fortement soutenus par les citadins kairouanais dirigés par une zaouïa rivale, celle des Gharyaniyya. La question est de savoir pourquoi les Saadiens réussissent au Maroc et non les Shâbiyya en Tunisie? Qu’est-ce qui fait que la solution turque s’impose en Tunisie et non au Maroc? Ou, en d’autres termes, pourquoi l’État (à vocation tribale) des Shâbiyya échoue en Tunisie alors que celui des Saadiens au Maroc réussit à imposer une centralité politique salvatrice?

  • 77 . C’est à peu près la norme aussi en Europe vers 1700, d’après Fernand Braudel, Civilisation matéri (...)
  • 78 . Lucette Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger…, op. cit., p. 50-51; André Nouschi, «Les vi (...)

44En Tunisie, ce sont les sociétés citadines qui ont fait échouer les Shâbiyya en soutenant fortement les Turcs. Comparées aux sociétés citadines au Maroc, celles de Tunisie pèsent plus lourdement socialement, culturellement et politiquement. On peut rappeler ici la différence des taux de citadinité dans les deux pays: en ­Tunisie, il est de l’ordre de 20 % à peu près77; au Maroc, il n’est que de 10 % tout au plus, selon les estimations rapportées par Lucette Valensi et André Nouschi78. En effet, les sociétés citadines en Tunisie ont opté pour la solution ottomane qui leur procure les éléments de puissance dont elles ont besoin pour affronter les défis qui se présentent à elles, à savoir: les Espagnols qui occupent les côtes et paralysent toute tentative de commerce en Méditerranée, d’une part, et les tribus guerrières qui se sont emparées des terres fertiles empêchant ainsi les sociétés citadines de faire fructifier les espaces fonciers environnants, d’autre part.

  • 79 . L’expression est utilisée par Jocelyne Dakhlia pour qualifier les populations de la rive sud de l (...)
  • 80 . Abdelhamid Hénia, «Historiographie moderne en Tunisie et mémoire de l’État (xviie-xixe siècles (...)

45Derrière la centralité politique que les sociétés citadines cherchent à imposer, il y a donc des attentes: premièrement, mettre la main sur les espaces fonciers environnants après avoir maîtrisé les tribus, ce qui signifierait concrètement une maîtrise du territoire (ou une territorialisation de l’espace) au profit exclusif des sociétés citadines; deuxièmement, chasser les Espagnols des côtes, car ces derniers asphyxient le commerce maritime des villes côtières, or ce commerce est vital pour leur économie monétaire. Pour les sociétés citadines, seuls les Turcs sont en mesure de les aider à réaliser leurs objectifs. Ils possèdent des techniques de pouvoir très développées (une forte expérience de centralisation du pouvoir avec des traditions administratives paperassières). Militairement, ils sont puissants grâce à l’usage de l’arme à feu. Par conséquent, ils pourront évincer les Espagnols et mater les tribus guerrières. Les sociétés citadines (côtières surtout) ont pu expérimenter ce que signifie une présence turque. En effet, quand ils débarquent dans ces villes, les corsaires créent une réelle dynamique dans l’économie locale grâce aux butins qu’ils rapportent. Léon l’Africain rapporte que les citadins de Constantine re­crutent au début du xviie siècle des mercenaires turcs (munis d’armes à feu redoutables) pour défendre leurs caravanes de commerce. On comprend alors pourquoi les sociétés citadines font appel à ces Turcs. Elles sont des «sociétés d’appel» selon l’heureuse expression de Jocelyne Dakhlia79. Effectivement, elles ont ouvert les portes de leurs villes aux Turcs. C’est le cas de Tunis en 1534 pour chasser les Hafsides. C’est aussi le cas de toutes les villes du sud et du centre de l’Ifriqiya pour permettre à Darghûth Pacha et ses janissaires de chasser les Shâbiyya et les Espagnols à partir des débuts des années 1550. Les Oulémas tunisois, quant à eux, développent des discours divers et des mytho-histoires multiples pour légitimer leur présence dans les villes80.

  • 81 . Mohamed-Hédi Chérif, «La “déturquisation” du pouvoir en Tunisie…», art. cit., p. 177197.

46S’il y a une conclusion à tirer de cette enquête menée sur l’échiquier socio­politique de la Tunisie au xvie siècle, c’est bien la suivante: la dynamique historique au xvie siècle n’est pas commandée exclusivement par les Espagnols et les Turcs. Ces derniers n’y participent que parce qu’ils répondent à des appels/ attentes (et donc à des stratégies) locales opposées. Les indigènes sont ainsi les vrais maîtres d’œuvre des principaux événements qui se trament sur leur territoire au cours du xvie siècle. En 1574, les Turcs ont chassé les Espagnols, mais les vrais bénéficiaires de l’événement sont d’abord les sociétés citadines. Victorieuses, elles vont marquer le système politique mis en place par les Turcs81. Mais le résultat le plus important du dénouement de la crise du xvie siècle réside dans le renversement de l’équilibre des forces dans le pays au profit des sociétés citadines et aux dépens des communautés tribales.

Les sociétés citadines et leurs «étrangers»

47Comment les sociétés citadines ont-elles pu renverser le rapport de forces en leur faveur? D’abord par leur ouverture sur la Méditerranée, d’où elles tirent tous les éléments de puissance dont elles ont besoin: le numéraire nécessaire à leur économie monétaire, les techniques militaires (armées régulières rompues aux techniques nouvelles comme l’arme à feu) et administratives. Ces moyens leur permettent l’entretien d’un pouvoir étatique suffisamment centralisé et surtout à même d’imposer l’ordre citadin sur les campagnes environnantes et sur les tribus réfractaires à toute autorité supérieure. Avec de tels moyens les sociétés citadines disposent d’une certaine marge de manœuvre.

  • 82 . Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah…, op. cit.

48à défaut de pouvoir se procurer tous ces éléments de puissance sur place, les sociétés citadines ont eu recours à l’extérieur et encouragé l’installation des éléments étrangers: Turcs, Morisques, juifs livournais et chrétiens d’Europe venus dans le cadre de la course ou aventuriers82. En somme, les hommes capables de coordonner tous ces éléments afin d’en tirer le meilleurs profit.

49Onréserve un accueil favorable à ces minorités musulmanes et non musulmanes. Porteuses de techniques et de savoir-faire, ces dernières sont susceptibles d’aider les sociétés citadines à engager le processus de changement sociopolitique souhaité. C’est dans ce sens que nous considérons les sociétés citadines en Tunisie comme des «sociétés d’appel».

  • 83 . Jean-Pierre Filippini, «Livourne et l’Afrique du Nord au xviiie siècle», Revue d’histoire maghr (...)
  • 84 . Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 54.
  • 85 . Ibid., p. 55.
  • 86 . Ibid., p. 54.
  • 87 . Abdelhamid Hénia, «L’individu entre la logique étatique et la logique communautaire: cas de la (...)

50Outre les Turcs attirés en nombre important depuis le xvie siècle, l’appel des sociétés citadines a concerné aussi les juifs livournais. Ces derniers rejoignent leurs coreligionnaires installés depuis des temps immémoriaux dans le pays, et établissent des rapports suivis avec le port de Livourne et, au-delà, avec le reste de l’Europe et même avec le Levant83. Il ressort des actes du consulat de France à ­Tunis qu’ils ont la haute main sur le commerce de Tunis avec Livourne84. Ils se spécialisent principalement dans le rachat des esclaves chrétiens captifs de la course85. Attirés en grand nombre surtout au cours de la première moitié du xviie siècle, ces Livournais ont fondé à Tunis un quartier (appelé Grâna) jouxtant la Hâra des «juifs de Tunis» (Yahûd tuwânsa). Ils sont connus pour leur compétence en matière de techniques financières, pour leur capacité à approvisionner en numéraire la régence de Tunis et surtout pour leur rôle d’intermédiaires entre les deux rives de la Méditerranée. Ils ne tardent pas à créer à Tunis des agences de leurs maisons de commerce86. Aussi, la société tunisoise observe-t-elle une grande tolérance vis-à-vis de ces juifs à qui on accorde le statut de dhimmis (littéralement protégés)87.

  • 88 . Ibn Abî Dînâr, Al-Mu‘nis…, op. cit.,p. 204; Al-Muntaçir Ibn al-Murâbit Bin Abî Lihyâ Al-Gafsî, N (...)
  • 89 . Hassan Hussni Abdulwahab, «Coup d’œil général sur les apports ethniques étrangers en Tunisie», (...)
  • 90 . Denise Brahimi, «Quelques jugements sur les Maures Andalous dans les Régences turques du xviie s (...)

51On trouve aussi les Andalous. Nos informations sur les conditions de leur installation en Tunisie sont plus amples. Expulsés d’Espagne par Philippe III en 1609, ils sont attirés dans le pays grâce aux efforts conjugués du dey de Tunis, ‘Uthmân (1598-1610), et de son grand santon vivant, Sîdî Bilghîth al-Qashshâsh88. Sur un ensemble de quelque quatre-vingt mille personnes expulsées d’Espagne, estime-t-on, plus de la moitié est très bien accueillie à Tunis89, pour des raisons démographiques sans doute, mais surtout pour tout ce qu’ils représentent sur le plan des savoirs techniques, et des richesses en numéraire90.

  • 91 . John Derek Latham, «Towards a study of Andalusian immigration, in Tunisian history», Les Cahier (...)
  • 92 . Lucette Valensi, «Islam et capitalisme: production et commerce des chéchias en Tunisie et en Fr (...)

52Ces Andalous ont constitué des communautés actives et joué un rôle important dans l’extension de l’agriculture sédentaire des régions où ils s’installent, mais aussi dans les villes où leur compétence et leur dynamisme vivifient certaines activités, notamment celles du tissage de la soie et de la fabrication de carreaux de faïence91. À Tunis, ils donnent à l’artisanat des chéchias une impulsion telle que cette fabrication devient, pendant deux siècles, la principale activité «industrielle»de la Tunisie92.

53Installés au Nord-Est de la Tunisie, dans un rayon de 60 km autour de la ville de Tunis, dans la région correspondant à la basse et moyenne vallée de la Medjerda, ces Andalous vont constituer pour les dirigeants turcs et les citadins en général, le pont par lequel ils font leur entrée dans la partie la plus fertile du pays pour conquérir les campagnes riches et territorialiser le monde des tribus jusque-là réfractaire à toute soumission à un pouvoir central.

  • 93 . Jean André Peyssonnel, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger,Paris, La Découverte, 1987, p (...)

54Ceci dit, faut-il attribuer la prospérité du pays au seul apport des Andalous? L’historiographie européenne a tendance à exagérer leur contribution à la prospérité qu’a connue la Tunisie au cours du xviie siècle. En fait, plusieurs autres facteurs ont contribué à cette prospérité, qui a d’ailleurs également concerné d’autres régions du pays n’ayant pas connu la présence d’Andalous. L’exagération de l’apport des Andalous apparaît donc comme largement héritée des impressions laissées par les voyageurs européens du xviiie siècle93.

  • 94 . Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans au Maghreb…», art. cit.
  • 95 . Tunis est décrite comme le Shanghai de la Méditerranée au xviiie siècle: Lucette Valensi, Le Mag (...)
  • 96 . Ibn A Dînâr, Al-Mu’nis…, op. cit., p. 203.
  • 97 . Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 50.
  • 98 . Robert Charles Davis,Esclaves chrétiens, maîtres musulmans. L’esclavage blanc en Méditerranée (15 (...)

55L’appel des sociétés citadines a concerné également les «renégats», aventuriers et commerçants européens. Ces derniers sont porteurs de bien des nouveautés humaines, économiques et techniques. Pour renforcer l’activité de course, on a attiré toutes les compétences chrétiennes possibles, dont des aventuriers hollandais et anglais. Ainsi, l’activité de course a permis l’introduction de nouvelles ­techniques de combat et de navigation94. Elle a conféré également aux villes côtières un cachet cosmopolite par les éléments qui s’y côtoient, la lingua franca qui s’y pratique et les produits qui y circulent95. Les chrétiens convertis à l’islam, appelés «renégats» par les Européens, ‘ulûj (pluriel de ‘ilj) par les chroniqueurs tunisiens, mais également dans le langage populaire de l’époque, sont aussi désignés par de nombreux auteurs par l’expression «Turcs de profession». Il est vrai que ces derniers tendent à s’identifier aux Turcs: ils vivent comme eux, prennent des prénoms turcs et adoptent le rite hanéfite, celui des Turcs. Ils sont bien intégrés et ne sont jamais stigmatisés localement, comme l’atteste le cas de l’anglais Ward, appelé Qâbûdân Wardiyya par les chroniques de l’époque, qui finit par prendre le nom de Yussuf Raïs96. Quel pourrait être leur nombre à l’époque? Les estimations les plus réalistes parlent de quelques centaines tout au plus97. Si on encourage les conversions des captifs de la course – dont certains deviennent des maîtres ou mamelouks tout puissants –, on ne les oblige pas à se convertir. La preuve: on trouve des chapelles dans les bagnes, et des églises sont aussi construites à Tunis. Contrairement à ce que cherche à démontrer Robert Charles Davis, il y a une grande tolérance vis-à-vis des chrétiens98. Les Turcs et les assimilés (c’est-à-dire les chrétiens d’Europe convertis de gré ou de force) ont fini au bout d’un certain temps par se fondre dans les milieux citadins, avec de fortes alliances avec les notabilités locales.

  • 99 . Sadok Boubaker, La Régence de Tunis…, op. cit., p.41-42, 140-166, 180-195; Mohamed-Hédi Chérif, (...)
  • 100 .Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 57.

56On réserve également un bon accueil aux commerçants français, anglais, hollandais et toscans. On leur accorde des conditions favorables au séjour et au commerce99. En fait, ils profitent des conditions offertes par les traités de paix et de commerce signés par la Sublime Porte avec leurs pays respectifs à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, réitérés par la suite, à plusieurs reprises, par les autorités de la Régence. Ces marchands ne sont pas nombreux: on compte en tout et pour tout 10 à 20 Français peuplant un fondouk à Tunis au xviie siècle; les Anglais et les Hollandais sont encore moins nombreux100.

Conclusion

  • 101 . Littéralement, originaire de la ville, ou fils de la ville.

57On comprend alors pourquoi les sociétés citadines, principales bénéficiaires de la présence des personnes venues de l’extérieur, ont très vite intégré tous ces éléments exogènes. En effet, Turcs, captifs convertis, mamelouks, Andalous et juifs de Livourne, finissent par s’intégrer parfaitement dans les milieux citadins et renforcent la catégorie des notabilités citadines (ou baldî)101. Cette catégorie est apparue justement au cours du xviie siècle, ce qui est loin d’être le produit d’un pur hasard. Aucun de ces éléments venus d’ailleurs n’est qualifié en tout cas de barrânî (c’est-à-dire «étranger»). C’est pour cela justement que le mot «étranger» appliqué à tous les éléments attirés par les sociétés citadines est impropre pour l’époque. C’est une construction opérée par les chercheurs.

  • 102 . Ce retour à l’autochtonie est un peu une forme de construction de la cité pour répliquer à l’anal (...)

58Ce qui attire l’attention, ici, est le fait que progressivement l’émergence et l’affirmation des sociétés citadines (tunisoise en particulier) aboutissent à une valorisation de leur autochtonie. Qu’est-ce qui fait qu’avant le xvie siècle le fait d’être venu d’ailleurs est source de prestige et de prééminence sociale? L’autochtonie est stigmatisée jusqu’à cette date. Les Arabes conquérants tout comme plus tard les Almohades et les Hafsides, venus en dominants du Maroc, se revendiquent d’ailleurs de cette origine étrangère et y trouvent leurs titres de gloire. À partir du xviie siècle, l’autochtonie dans les villes devient valorisée plus que jamais. Un tel changement ne peut s’expliquer que par le fait que les sociétés citadines se sont hissées au sommet de la hiérarchie sociale. L’ordre citadin devient dominant. Ainsi être natif du milieu citadin devient une source de gloire102.

  • 103 . Mohamed-Hédi Chérif, «Hommes de religion et pouvoir…», art. cit., p. 595, note 3.
  • 104 . Mohamed-Hédi Chérif, Pouvoir et société…, op. cit., t. 1, 1984, p. 37.

59Désormais, les Tunisois se démarquent des Hafsides en stigmatisant le modèle qui les représente. Ils taxent de «hafside» au xviie siècle ce qui leur paraît archaïque, relevant d’un autre temps103. Est-ce à dire que les Tunisois vont dorénavant glorifier les Turcs ou tout ce qui est turc? Loin de là. Les moqueries proférées par les Tunisois à l’encontre des Turcs sont très fréquentes dans la littérature de l’époque. Ces Turcs restent pour eux des éléments dominants certes, mais frustes, rudes, grossiers, sauvages, dénués de finesse, ne sachant que manier le sabre. L’image de «Baba Osman» et de «tête de Turc» est présente dans l’imaginaire populaire104.

60Sociétés d’appel des compétences étrangères par pragmatisme et sans aucun sentiment d’infériorité, les sociétés citadines en Tunisie ont surtout fondé un ordre citadin et construit une certaine modernité.Grâce à leur forte présence en Tunisie, ces sociétés citadines ont su être les vrais vecteurs de la modernité connue par le pays au cours de l’époque étudiée.

  • 105 . Abdelhamid Hénia, «Hal shakkala al-Atrâku fî-l-bilâd al-tûnisiyya mahmala al-hadâtha?» («Les (...)
  • 106 .Bertrand Badie, Les deux États…, op. cit.; id., L’État importé…, op. cit.
  • 107 . Jean-François Bayart (dir.), La greffe…, op. cit.

61Si les Turcs, les chrétiens captifs (convertis ou non), les juifs livournais et les Andalous sont des passeurs des éléments de la modernité, les citadins, en revanche, sont les véritables commandeurs de cette modernité connue par la ­Tunisie à l’époque105. Évidemment, c’est une modernité qui n’a rien à voir avec celles connues ailleurs. En tout cas, elle n’est ni «importée» (comme cherche à le prouver Bertrand Badie)106, ni «greffée» (comme cherche à le démontrer Jean-François Bayart)107. Elle est engendrée de l’intérieur en étroite relation avec les données offertes par le monde extérieur, car elle ne se développe pas en vase clos. Elle est le produit d’un processus historique conflictuel, involontaire, largement inconscient et conduit dans le désordre des affrontements

Haut de page

Notes

1 . Une première version de ce texte a fait l’objet d’une conférence présentée le 27 mars 2009, à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS-Paris), dans le cadre du séminaire «­Transméditerranées», dirigé par Jocelyne Dakhlia.

2 . Le terme d’«étranger» est utilisé ici comme une catégorie d’analyse et non comme une catégorie propre aux acteurs de l’époque.

3 . Voir surtout les travaux de Mohamed-Hédi Chérif: pour le xvie siècle, lire «L’histoire de l’Afrique du Nord jusqu’à l’indépendance du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Le Maghreb dans l’histoire», dans Centre de Recherche et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes (dir.), Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine, Paris, CNRS Éditions, 1975, p. 17-47; pour les débuts du xixe siècle, lireExpansion européenne et difficultés tunisiennes de 1815 à 1830», Annales ESC, n° 3, mai-juin 1970, p. 714-745.

4 . Sur la démographie de la Tunisie aux xviie et xviiie siècles, Paul Sebag, «La peste dans la région de Tunis aux xviie et xviiie siècles», Revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA), n° 109, 1965, p. 35-48; Lucette Valensi, «Calamités démographiques en Tunisie et en Méditerranée orientale aux xviiie et xixe siècles», Annales ESC, n° 6, 1969, p. 1540-1561; id., Fellahs tunisiens : l’économie rurale et la vie des campagnes aux xviiie et xixe siècles,Paris-La Haye, Mouton, 1977, p. 13-15; ­Mohamed-Hédi Chérif, Pouvoir et société dans la Tunisie de H’usayn Bin‘Alî (1705-1740), Tunis, Publications de l’Université de Tunis, 1984,t. I, p. 26-29; Salvatore Speziale, Oltre la peste : sanità, popolazione e società in Tunisia e nel Maghreb (XVIII-XX secolo), Cosenza, Pellegrini, 1997.

5 . Hammûda Bin Abdalazîz, Kitâb al-bâshî, manuscrit de la Bibliothèque nationale de Tunis n° 351, s. d., p. 342-355.

6 . Ce qui réfuterait la thèse du déclin très souvent développée par l’historiographie coloniale pour la période dite «précoloniale».

7 . Abdelhamid Hénia, «Le città nel Maghreb in età moderna: vettore di modernità?», dans Enrico Iachelle et Paolo Militello (dir.), L’insediamento nella Sicilia d’età modernà e contemporanea, Bari, Edipuglia, 2008, p. 143-165.

8 . Jacques Revault, Palais et demeures de Tunis (xve et xviie siècles), Paris, CNRS Éditions, 1967; id., Palais et demeures de Tunis (xviie et xixe siècles), Paris, CNRS Éditions, 1971; id., Palais et résidences d’été de la région de Tunis (xvie - xixe siècles), Paris, CNRS Éditions, 1974; id., Le fondouk des Français et les consuls de France à Tunis (1660-1860), Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1984.

9 . L’historiographie tunisienne ne mentionne qu’un seul cas de ville disparue après le xvie siècle: celui de la ville d’al-Urbus.

10 . Abdelahad Sebti et Halima Farhat, al-Madîna fî-l-‘açr al-wasit : qadhâyâ wa wathâ’iqa fî târîkh al-Maghrib al-islâmî (La ville au Moyen âge: questions et documents relatifs à l’histoire du Maghreb islamique), Beyrouth-Casablanca, Al-Markiz al-thaqâfî al-‘arabî, 1994.

11 . Plusieurs travaux ont porté sur l’installation des Andalous dans cette partie de la Tunisie. Citons l’une des plus récentes publications sur ce sujet: Nizar Sayari et Hichem Rejeb, «Origine du paysage andalou dans le Nord-Ouest tunisien. Testour et son entourage morisque», dossier thématique sur «Les Morisques», Cahiers de la Méditerranée, n° 79, décembre 2009, p. 319-335.

12 . Mohamed-Hédi Chérif, «Propriétés des oliviers au Sahel des débuts du xviie à ceux du xixe siècle», dans Actes du 1er Congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb, Tunis, Publications du CERES, 1979, t. 2, p. 209-252; Khalifa Chater, «Relations ville-campagne dans la Tunisie du xixe siècle: le cas du Sahel et des basses steppes», dans Système urbain et développement au Maghreb, Tunis, CERES Productions, 1980, p. 69.

13 . Mohamed-Hédi Chérif, «Pouvoir beylical et contrôle de l’espace dans la Tunisie du xviiie et des débuts du xixe siècle», Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXII, 1983, p. 51.

14 . Le phénomène est relevé par le géographe Pierre Signoles, L’Espace tunisien, capitale et État-région, Fascicule de recherches, Tours, URBAMA, 1985.

15 . Nous entendons par les expressions « moderne » et « modernité » les nouvelles réalités survenues après le tournant du xvie siècle, en rupture avec celles de la période précédente ; la « modernité » serait donc une mise à distance par rapport à des pratiques pré-modernes. Par conséquent, nous nous inscrivons en faux contre l’idée européocentrique d’une « modernité » atteinte par un unique chemin et inventée de toutes pièces par l’historiographie nationale ou nationaliste européenne du xixe siècle qui a fait de l’Europe la seule entité à même de générer une modernité. Nous suivons plutôt ici Pierre Bourdieu, Olivier Christin et Pierre-étienne Will, « Sur la science de l’État », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 133, juin 2000, p. 3.

16 . En tout cas le professeur Chérif affirme clairement l’existence d’une «modernité» dans la Tunisie de l’époque. Voir Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans au Maghreb à l’époque moderne», dans Mélanges méditerranéens d’estime, d’amitié et de reconnaissance à André Raymond, Tunis, Fondation Témimi, 2004.

17 . C’est ce qui explique les qualificatifs de «carrefour de races» ou de «cosmopolite» attribués souvent à la Tunisie; voir Abdeljalil Karoui, La Tunisie et son image dans la littérature française du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle (1801-1945), Tunis, Société Tunisienne de Diffusion, 1975, p. 7; Mohamed-Hédi Chérif, Pouvoir et société…, op. cit., p. 26.

18 . Les estimations de la population tunisienne durant la période étudiée (xviie-xviiie siècle) se situent dans une tranche allant d’1 à 2 millions d’habitants, ordre de grandeur proposé par le professeur Mohamed-Hédi Chérif (Pouvoir et société…, op. cit., p. 26).

19 . Jamil M. Abun-Nasr, A History of the Maghrib in the Islamic Period,Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 184-205.

20 . Ibn Abî Dînâr, Al-Mu’nis fî ‘akhbâri Ifrîqiyya wa Tûnis, Tunis, éd.Al-Maktaba al-‘Atîqa, 1967, p. 186.

21 . Ibid.,p. 178 et 195.

22 . Sami Bargaoui, «Des Turcs aux Hanafiyya. La construction d’une catégorie “métisse” à Tunis aux xviie et xviiie siècles», Annales HSS, n° 1, janvier-février 2005, p. 209-228.

23 . Hasîn Khûja, Dhayl bashâ’ir ‘ahli l-’îmân bi-futûhât ‘âli Uthmân, édité par At’-T’âhir al-Ma‘mûrî, Tunis, Al-Dâr al-‘Arabiyya li-l-kitâb, 1975, p. 167.

24 . Ahmad Ibn A Dhiyâf, Ithâf ‘ahl al-zamân bi-’akhbâri mulûki Tûnis wa ‘ahd al-’amân, 2e éd., Tunis, Maison Tunisienne d’Édition, 1976-1979, t. 2, p. 17-18.

25 . Ahmad Ibn A Dhiyâf, Ithâf…, 1re édition (Éditions du Secrétariat d’État à l’Information), 1963-1966, 8 tomes, voir les biographies dans les tomes 7 et 8. À propos des mamelouks, lire l’excellente thèse de M’hamed Oualdi, Esclaves et maîtres. Les mamelouks des beys de Tunis du xviie siècle aux années 1880, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

26 . Ibn A Dînâr, Al-Mu’nis…, op. cit., p. 204.

27 . Ahmed Abdesselem, Les historiens tunisiens des xviie, xviiie et xixe siècles. Essai d’histoire culturelle, Paris, Klincksieck, 1973, p. 333.

28 . Ibn A Dînâr, Al-Mu’nis…, op. cit., p. 203; voir également Muh’ammad bin Muh’ammad ­al-Wazîr al-Sarrâj al-Andalusî, Al-H’ulal al-sundusiyya fî-l-akhbâr al-tûnisiyya, (2e éd.), Tunis, Dâr al-Gharb al-Islâmî, 1985, t. 2, p. 343.

29 . Hammûda Bin Abdalazîz, Al-Kitâb…, op. cit., p. 339.

30 . On leur déclare la guerre s’il le faut. Ce fut chose faite avec Venise, le 22 janvier 1784; la paix ne s’est rétablie entre les deux États que huit années plus tard, le 2 mai 1792 (Ahmad Ibn A Dhiyâf, Ithâf…, op. cit., t. 3, p. 201-207). Avec la France, quand elle a occupé la Corse en 1769, la déclaration de guerre est évitée de justesse: le bey de Tunis considère qu’il a des droits sur l’île (ibid., t. 2, p. 17-18).

31 . Ahmed Abdesselem souligne l’intérêt tardif porté par les historiens tunisiens aux étrangers européens (Les historiens tunisiens…, op. cit., p. 476-478).

32 . Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (xvie - xviie siècles), Paris, Perrin, 1989.

33 . Cependant, on assiste, à partir de la seconde moitié du siècle dernier, à un regain d’intérêt pour les études portant sur les communautés juives de Tunisie. Elles sont produites par des juifs d’origine tunisienne installés en France d’une part – c’est le cas de Lucette Valensi («Une histoire des Juifs de Tunisie est-elle nécessaire? Est-elle possible?», dans Histoire communautaire : histoire plurielle, la communauté juive de Tunisie, Tunis, Centre de Publication Universitaire, 1999, p. 51-63) et de Paul Sebag («Les Juifs de Tunisie au xixe siècle d’après J.-J. Benjamin II», Les Cahiers de Tunisie, n° 28, 7e année, 4e trimestre 1959, p. 489-510; Tunis au xviie siècle. Une cité barbaresque au temps de la course, Paris, L’Harmattan, 1989), par des historiens tunisiens d’autre part. Les écrits de ces derniers ne remontent pas avant les années 1980: Hédi Timoumi, Al-Nashât al-çuhyûnî bi-Tûnis (1897-1948), Sfax, éditions Dâr Muhammad ‘Alî li-l-nashr (1re édition 1982), 2001; Abdelhamid Hénia, «Juifs et chrétiens à Tunis à l’époque moderne: cantonnement dans des quartiers spécifiques et exclusion du droit d’appropriation», dans Abdeljalil Témimi (dir.), Chrétiens et musulmans à l’époque de la renaissance, Zaghouan, Publications de la Fondation Témimi pour la Recherche Scientifique et l’Information, 1997, p. 165-174; Habib Jamoussi, Juifs et chrétiens en Tunisie au xixe siècle, essai d’une étude socio-culturelle des communautés non musulmanes (1815-1881), thèse de doctorat d’histoire, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1998-1999; Ridha Ben Rejeb, «Les juifs de Tunisie à l’époque précoloniale à travers les fonds des Archives nationales tunisiennes», dans Histoire communautaire…, op. cit., p. 65-81; Ridha Ben Rejeb, Al-Nukhab al-yahûdiyya fi Tûnis wa mawqi’uhâ mina l-iqtisâd wa 1-sulta (Les élites juives à Tunis et leur place dans la vie économique et politique),thèse de doctorat, Université de Tunis, 2003, inédite; Ahmed Saadaoui, «Les synagogues de Tunisie: recherches architecturales», dans Histoirecommunautaire…, op.cit., p. 181-201; Youssef Ben Sassi, «Al-Aqliyya al-yahûdiyya bi-jazîrat Jirba bayna al-khurâfât wa-l-wâqi‘ al-târîkhî» (La mentalité juive dans l’île de Jerba entre les histoires mythiques et les réalités historiques), ­Revue d’Histoire maghrébine, t. 27, n° 99-100, mai 2000, p. 411-426. L’essentiel de cette production historiographique porte sur des périodes plus récentes que celle qui nous préoccupe ici.

34 . Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 54.

35 . Ahmed Saadaoui, «Les Européens à Tunis aux xviie et xviiie siècles», Cahiers de la Méditerranée, n° 67, décembre 2003, p. 61-84 [http://cdlm.revues.org/index124.html].

36 . Citons les relations de voyages les plus connues; pour le xviie siècle, lire: Paul Sebag, «Un document inédit sur la Tunisie au début du xviie siècle», Les Cahiers de Tunisie, n° 33/35, 1961, p. 109-211; Pierre Grandchamps, «Une mission délicate en Barbarie au xviie siècle», Revue tunisienne, n° 30, p. 299-322, et n° 31/32, 1937, p. 471-501; Jean de Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant, Paris, Thomas Jolly, 1665; Nicolas Béranger, La régence de Tunis à la fin du xviie siècle, Paris, L’Harmattan, 1993; Anonyme, Histoire des dernières révolutions du royaume de Tunis et des mouvements du royaume d’Alger, Paris, 1689 (réédition, Paris, L’Harmattan, 2003). Pour le xviiie siècle, lire: Jean-André Peyssonnel, Voyage dans les Régences de Tunis et d’Alger, présentation et notes de Lucette Valensi, Paris, La Découverte, 1987; Thomas Shaw, Travels, or observations relating to several parts of Barbary and the Levant, 2 vol., Oxford, printed at the theatre, 1738-1746.

37 . Mohamed-Hédi Chérif, Pouvoir et société…, op. cit., t. 2, p. 221-222. Christian Windler, «­Diplomatie et interculturalité: les consuls français à Tunis, 1700-1840», Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 50-4, octobre-décembre 2003, p. 63-91.

38 . Les relations de voyages ont fait l’objet d’analyses critiques, notamment par Guy Turbet-Delof, L’Afrique barbaresque dans la littérature française aux xvie et xviie siècles,Genève, Droz, 1973; ­Denise Brahimi, Voyageurs français de xviiie siècle en Barbarie, thèse de doctorat d’État, Université de Paris III, 1976.

39 . Pierre Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires, Paris, chez P. Rocolet, 1637.

40 . Jean-André Peyssonnel, Voyage…, op. cit., p. 77, 88, 134.

41 . Taoufik Bachrouch, Formation sociale barbaresque et pouvoir à Tunis au xviie siècle, Tunis, Publications de l’Université de Tunis, 1977, p. 12.

42 . Jean-André Peyssonnel, Voyage…, op. cit., p. 123.

43 . Taoufik Bachrouch, Formation sociale…, op. cit., p. 13.

44 . Fondateur du Comité international d’études morisques en 1983, Abdeljelil Témimi en assume jusqu’à aujourd’hui la direction; à ce titre, il a organisé 15 congrès d’études morisques. À titre d’exemples, citons les actes de congrès suivants édités par le professeur Abdeljeli Témimi: Religion, identité et sources documentaires sur les Morisques Andalous, Tunis, Publications de l’Institut supérieur de documentation, 1984; Métiers, vie religieuse et problématiques d’histoire morisque, Zaghouan, Publications du Centre d’Études et de Recherches Ottomanes, Morisques, de Documentation et d’Information, 1990; Famille Morisque, Femmes et Enfants, Tunis, Fondation Témimi pour la Recherche Scientifique et l’Information, 1997.

45 . Pierre Grandchamps, Documents relatifs aux corsaires tunisiens 2 octobre 1777 - 4 mars 1824, Tunis, Impr. de J. Barlier, 1925, p. XIII.

46 . André Raymond, «Les provinces arabes», dans Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 341 sq.; Albert Hourani, Histoire des peuples arabes,Paris, Le Seuil, 1993, p. 287-290. Sur cette question, certains historiens tunisiens de la période postcoloniale ont relayé l’historiographie française. «Mais tout frères en religion et sauveurs du péril chrétien qu’ils ont été, – écrit Mohamed-Hédi Chérif – ces Ottomans ne furent pas moins des conquérants et le sont restés à divers degrés selon les lieux et les époques» (Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans…», art. cit.).

47 . émile-Félix Gautier, L’islamisation de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, Payot, 1927.

48 . Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans…», art. cit.; Taoufik Bachrouch, Formation sociale…, op. cit.

49 . Abdeljalil Témimi, «Al-Khalfiyya al-dîniyya li-l-çirâ‘ al-isbânî al-‘uthmânî ‘alâ al-iyâlât al-maghribiyya fî-l-qarn al-sâdis ‘ashar», Revue d’histoire maghrébine, n° 29-30, 1983, p. 4-44.

50 . Mohamed-Hédi Chérif, «La “déturquisation” du pouvoir en Tunisie: classes dirigeantes et société tunisienne de la fin du xvie siècle à 1881», Les Cahiers de Tunisie, t. XXIX, n° 117-118, 3e et 4e trim. 1981, p. 177-197.

51 . Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans …», art. cit.

52 . Ahmed Abdesselem, Les historiens tunisiens…, op. cit.

53 . Ceci correspond parfaitement à un discours largement répandu par les acteurs du mouvement de la Nahdha (ou «renaissance») au xixe siècle. Dans ce discours, le xvie siècle est pris comme point de repère pour dater la décadence du monde musulman: il aurait marqué la fermeture de la porte de l’exégèse (Ijtihâd) et l’ouverture de la porte de l’imitation (al-taqlîd). Ainsi, l’expression «asr al-nahdha» (temps de la renaissance) du xixe siècle a engendré a contrario une autre catégorie temps, stigmatisante cette fois, celle de «asr al-inhitât» (temps du déclin). Les acteurs de la nahdha auraient ainsi inventé le «temps du déclin» pour valoriser leur époque à l’instar de ceux de la renaissance en Europe au xvie siècle qui ont inventé le «Moyen Âge».

54 . L’expression est rapportée par le chroniqueur Hasîn Khûja qui, à son tour, rapporte ce qu’aurait remarqué un savant turc débarqué à Tunis au début du xviie siècle: Hasîn Khûja, D’ayl bashâ’ir ‘ahli l-’îmân bi-futûhât ‘âli Uthmân, édité par at’-T’âhir al-Ma‘mûrî, Tunis, Al-Dâr al-‘Arabiyya li-l-kitâb, 1975, p. 167.

55 . Rares sont les études (pour la Tunisie du moins) où on a mis l’accent sur autre chose: voir par exemple Charles Monchicourt, Études kairouanaises : Kairouan et les Chabbïa (1450-1592), Tunis, Impr. J. Aloccio, 1939.

56 . Fernand Braudel, «Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577», Revue africaine, 1928, p. 184-233 et 351-428.

57 . Abdallah Laroui, L’histoire du Maghreb, un essai de synthèse, Paris, Maspéro, 1970; Mohamed-Hédi Chérif, «L’histoire de l’Afrique du Nord jusqu’à l’indépendance du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Le Maghreb dans l’histoire», dans Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine, Paris, CNRS, 1975, p. 17-47.

58 . Abdeljalil Témimi, «Al-Khalfiyya al-dîniyya…», art. cit., p. 4-44.

59 . En effet, Lucette Valensi rappelle dans son ouvrage intitulé Venise et la sublime Porte…, qu’Istanbul est en Europe, en précisant ce qui suit: «Quelle place la Sublime Porte – qui est en Europe, ne l’oublions pas – occupe-t-elle dans l’imaginaire européen des xvie et xviie siècles?»: Lucette Valensi, Venise et la Sublime Porte. La naissance du despote, Paris, Hachette, 1987, p. 11.

60 . Voir, entre autres, Jean Philippe Genet (dir.), L’État moderne : genèse. Bilans et perspectives, Paris, CNRS Éditions, 1990.

61 . Jacques Berque nie totalement l’existence d’une quelconque modernité au Maghreb de l’époque, dans L’intérieur du Maghreb (xve - xixe siècle), Paris, Gallimard, 1978.

62 . L’idée d’importation a fait des adeptes auprès des historiens maghrébins: Mohamed-Hédi ­Chérif dans sa thèse (Pouvoir et société…, op. cit.) et Abdallah Laroui dans son livre en arabe sur la notion d’État dans le monde arabe: La notion d’État (en arabe: Mafhûm al-dawla), Casablanca, éd. Al-Markaz al-thaqâfî al-‘arabî, 1981.

63 . Bertrand Badie, Les deux États, pouvoir et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard, 1986; du même auteur: L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992.

64 . Jean-François Bayart (dir.), La greffe de l’État, Paris, Karthala, 1996.

65 . Sur le modèle segmentaire au Maghreb, voir Jocelyne Dakhlia, Le Divan des rois. Le politique et le religieux, Paris, Aubier, 1998, p. 292-307.

66 . Ernest Gellner, Les Saints de l’Atlas, Traduction de Paul Catalen, présentation de Gianni Albergoni, Paris, Bouchene, 2003.

67 . Lucette Valensi, Fellahs tunisiens : l’économie rurale et la vie des campagnes aux xviiie et xixe siècles, Paris-La Haye, Mouton, 1977.

68 . Lucette Valensi, «Archaïsme de la société maghrébine», La Pensée, décembre 1968, p. 57-93; id., Le Maghreb avant la prise d’Alger (1790-1830), Paris, Flammarion, 1969; id., Fellahs tunisiens…, op. cit.

69 . Mohamed-Hédi Chérif, «Hommes de religion et pouvoir dans la Tunisie de l’époque moderne», Annales, ESC, n° 3-4, mai-août 1980, p. 582.

70 . Fernand Braudel, «Monnaies et civilisations: de l’or du Soudan à l’argent d’Amérique. Un drame méditerranéen», Annales d’Histoire économique et Sociale, t. I, n° 11, 1946, p. 9-22.

71 . Hasan al-Wazzân al-Fâsî,alias Léon l’Africain, Waçf Ifrîqiyâ, Trad. par Md. Hajjî et Md. al-Akhdhar, t. 2, Rabat, 1982, p. 65-96.

72 . Sur l’ouverture de l’Ifriqiya sur la Méditerranée au xvie siècle, lire Sadok Boubaker, «La perception de la Méditerranée en Tunisie», http://periples.mmsh.univ-aix.fr/med-representations/textes/sadok/index.htm [consulté mars 2012].

73 . Jocelyne Dakhlia écrit à ce propos: «En Méditerranée, les hommes circulent, il faut prendre garde de l’oublier, du nord au sud mais aussi d’est en ouest. Notre conception des rapports Nord-Sud aujourd’hui nous conduit à oublier cet ancien rapport transversal à l’islam. Le cloisonnement nominal de la Barbarie et du Levant ne résiste pas, en bien des cas, à l’examen des circulations commerciales ou des carrières marchandes, diplomatiques, ou même militaires, pour le cas des Ottomans. Cela n’efface aucunement les disparités régionales, mais invite à ne pas les systématiser, ni à les formaliser à outrance»: Jocelyne Dakhlia, Lingua Franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Paris, Actes Sud, 2008, p. 83.

74 . Il est impossible de croire, par voie de conséquence, à une fermeture de la porte de l’exégèse (Ijtihad). Lire à ce propos notre article: «Les catégories temporelles de l’historiographie tunisienne à l’époque moderne», dans Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir.), La périodisation dans l’écriture de l’histoire du Maghreb, Tunis, Publications de DIRASET et Éditions Arabesques, 2010, p. 64-84, voir p. 76-80.

75 . La zaouïa est un établissement religieux lié le plus souvent à un marabout. L’essentiel des zaouïas que l’on peut recenser de nos jours sur le territoire tunisien, est apparu justement au cours du xvie siècle. Le phénomène est rare avant la crise qu’a connue ce siècle.

76 . Il s’agit de tous ceux qui se sont liés d’une manière ou d’une autre au pouvoir dynastique hafside (début xiiie - fin xvie siècle).

77 . C’est à peu près la norme aussi en Europe vers 1700, d’après Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve - xviiie siècles, Paris, A. Colin, 1979, t. 1, p. 425.

78 . Lucette Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger…, op. cit., p. 50-51; André Nouschi, «Les villes dans le Maghreb précolonial», dans Amel Rassam et Abdelkader Zghal (dir.), Système urbain et développement au Maghreb, Tunis, Cérès Productions, 1980, p. 37-53.

79 . L’expression est utilisée par Jocelyne Dakhlia pour qualifier les populations de la rive sud de la Méditerranée qui adoptent la lingua franca pour communiquer avec les Francs venus de la rive nord: Jocelyne Dakhlia, Lingua Franca…, op. cit.

80 . Abdelhamid Hénia, «Historiographie moderne en Tunisie et mémoire de l’État (xviie-xixe siècles)», dans Abdelhamid Hénia, Abderrahmane Elmoudden et Abderrahim Benhadda (dir.), Écritures de l’histoire du Maghreb : identité, mémoire et historiographie, Rabat, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (Série colloques et séminaires, n° 138), 2007, p. 59-80.

81 . Mohamed-Hédi Chérif, «La “déturquisation” du pouvoir en Tunisie…», art. cit., p. 177197.

82 . Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah…, op. cit.

83 . Jean-Pierre Filippini, «Livourne et l’Afrique du Nord au xviiie siècle», Revue d’histoire maghrébine, 1977, p. 125-149;Ridha Ben Rajab, Al-Nukhab al-yahûdiyya…, op. cit.

84 . Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 54.

85 . Ibid., p. 55.

86 . Ibid., p. 54.

87 . Abdelhamid Hénia, «L’individu entre la logique étatique et la logique communautaire: cas de la Tunisie à l’époque moderne (xviie-xixe siècles)», dans Mohamed Hédi Chérif et ­Abdelhamid Hénia (dir.), Individu et pouvoir dans les pays islamo-méditerranéens, Paris, Publications de la Fondation Européenne des Sciences, Maisonneuve et Larose, 2008, p. 67-83; du même, «­Dynamique du statut de l’individu en Tunisie (xviiie-xxe siècle)», dans Abdelhamid Hénia (dir.), Itinéraire d’un historien et d’une historiographie. Mélanges de DIRASET offerts au professeur émérite ­Mohamed-Hédi Chérif, Tunis, Publications du CPU et de DIRASET, 2008, p. 157-176.

88 . Ibn Abî Dînâr, Al-Mu‘nis…, op. cit.,p. 204; Al-Muntaçir Ibn al-Murâbit Bin Abî Lihyâ Al-Gafsî, Nûr al-’Armâsh fî manâqib al-Qashhâsh, étude et établissement du texte par Hussein Boujarra et Lotfi Aïssa, Tunis, Librairie al-Atika, 1998, p. 138-140; John Derek Latham, «Contribution à l’étude des immigrations andalouses et leur place dans l’histoire de la Tunisie», dans Mikel de Epalza et Ramon Petit (dir.), Recueil d’études sur les Moriscos andalous en Tunisie,Madrid, Instituto hispano-árabe de cultura / Tunis, Centre d’études hispano-andalouses, 1973, p. 21-63.

89 . Hassan Hussni Abdulwahab, «Coup d’œil général sur les apports ethniques étrangers en Tunisie», Revue tunisienne, 1917, p. 371-372.

90 . Denise Brahimi, «Quelques jugements sur les Maures Andalous dans les Régences turques du xviie siècle», dans Mikel de Epalza et Ramon Petit (dir.), Recueil d’études…, op. cit., p. 137142; Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne,Zaghouan, Fondation Témimi, 1987, p. 172-174.

91 . John Derek Latham, «Towards a study of Andalusian immigration, in Tunisian history», Les Cahiers de Tunisie, t. XIX-XX, 1957, p. 203-252.

92 . Lucette Valensi, «Islam et capitalisme: production et commerce des chéchias en Tunisie et en France aux xviiie et xixe siècles», Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine,t.XVII, 1969, p. 376-400.

93 . Jean André Peyssonnel, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger,Paris, La Découverte, 1987, p. 123.

94 . Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans au Maghreb…», art. cit.

95 . Tunis est décrite comme le Shanghai de la Méditerranée au xviiie siècle: Lucette Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger…, op. cit., p. 97.

96 . Ibn A Dînâr, Al-Mu’nis…, op. cit., p. 203.

97 . Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 50.

98 . Robert Charles Davis,Esclaves chrétiens, maîtres musulmans. L’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800),traduit par Manuel Tricoteaux, Paris, Jacqueline Chambon, 2006.

99 . Sadok Boubaker, La Régence de Tunis…, op. cit., p.41-42, 140-166, 180-195; Mohamed-Hédi Chérif, «Apport des Turco-ottomans au Maghreb…», art. cit.

100 .Paul Sebag, Tunis au xviie siècle…, op. cit., p. 57.

101 . Littéralement, originaire de la ville, ou fils de la ville.

102 . Ce retour à l’autochtonie est un peu une forme de construction de la cité pour répliquer à l’analyse de Jocelyne Dakhlia quand elle parle de l’oubli de la cité au Jérid. Dans cette région, la règle – démontre Jocelyne Dakhlia – est la hantise de l’autochtonie: Jocelyne Dakhlia, L’oubli de la cité. La mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien, Paris, La Découverte, 1990.

103 . Mohamed-Hédi Chérif, «Hommes de religion et pouvoir…», art. cit., p. 595, note 3.

104 . Mohamed-Hédi Chérif, Pouvoir et société…, op. cit., t. 1, 1984, p. 37.

105 . Abdelhamid Hénia, «Hal shakkala al-Atrâku fî-l-bilâd al-tûnisiyya mahmala al-hadâtha?» («Les Turcs ont-ils constitué le vecteur de la modernité?» en arabe), dans Abderrahim Benhadda, Abderrahman El Moudden et Mohamed Lazhar El Gharbi (dir.), Transmission des idées et des techniques au Maghreb et Méditerranée, Rabat, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, 2009, p. 157-178.

106 .Bertrand Badie, Les deux États…, op. cit.; id., L’État importé…, op. cit.

107 . Jean-François Bayart (dir.), La greffe…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelhamid Henia, « Le rôle des étrangers dans la dynamique sociopolitique de la Tunisie (xviie-xviiie siècle). Un problème d’historiographie », Cahiers de la Méditerranée, 84 | 2012, 213-233.

Référence électronique

Abdelhamid Henia, « Le rôle des étrangers dans la dynamique sociopolitique de la Tunisie (xviie-xviiie siècle). Un problème d’historiographie », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://cdlm.revues.org/6471

Haut de page

Auteur

Abdelhamid Henia

Abdelhamid Henia est professeur d’histoire moderne à la faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’université de Tunis et Directeur du Laboratoire de Recherche DIRASET- études maghrébines. Il s’intéresse actuellement à l’histoire sociale et culturelle du ­Maghreb à l’époque moderne (xvie - xixe siècles), notamment à la question de la « modernité » du Maghreb, aux rapports du religieux et du politique, aux savoirs et à leur circulation. Parmi ses publication, Le Jérid, ses rapports avec le Beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, Publications de l’École Normale Supérieure de Tunis, 1980 ; Propriété et stratégies sociales à Tunis (xvie - xixe siècles), Tunis, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1999 ; La Tunisie à l’époque ottomane (xviie - xixe siècles) : construction de l’État et du territoire, (en arabe), Tunis, Publications de DIRASET et de L’Or du temps, 2012. 

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org