Navigation – Plan du site
Notes et travaux de recherches

La balance de commerce de la République de Venise: sources et méthodes

Alessandra Sambo
p. 381-410

Résumés

Il existe une série presque complète de 132 bilans commerciaux analytiques des différentes douanes de Venise pour les années 1769-1800. Elle est connue depuis un essai de 1936, qui contient toutefois des erreurs d’interprétation repris sans critique par la suite. Cet article en propose une relecture à partir de l’expérience acquise au cours d’un projet mis en chantier dans les années 1990, mais resté inachevé, qui visait à transcrire l’intégralité de cette source dans une base de données d’accès public. Cette documentation est replacée ici dans un contexte plus large, à partir des années 1680. Après une description sommaire du système douanier du dernier siècle d’existence de la République de Venise et de cette source, présentée avec ses limites et ses potentialités, et illustrée à partir de quelques exemples, l’article analyse quelques problèmes créés par un usage acritique de certains types d’informations, comme le prix des marchandises (une valeur virtuelle, fiction comptable), la question des places indiquées comme départ ou comme destination (qui correspondent parfois à l’escale la plus proche), le marché « allemand », les marchandises en transit, qui peuvent engendrer une représentation déformée du mouvement commercial de Venise si elles ne sont pas interprétées et corrigées à la lumière d’autres sources vénitiennes et par une vérification comparative avec d’autres sources extérieures.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de Silvia Marzagalli

Texte intégral

  • 1 . Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano della seconda metà del ’700 secondo le statisti (...)

1En 1936, un article de Giordano Campos sur le commerce de Venise à la fin du xviiie siècle1 décrit et utilise une source jusque-là peu connue, voire inexploitée: les bilans commerciaux des différentes douanes de Venise. Sa contribution est structurée en deux parties: la première décrit de manière sommaire la source, la seconde analyse les produits jugés les plus importants pour chaque aire géographique et indique l’évolution globale du siècle. L’auteur utilise toutefois seulement un des deux types de documents de cette série, à savoir les ristretti, car ils fournissent des données sur les produits déjà transformées dans une unité de mesure commune (leur prix), et déjà agrégées par aires géographiques.

  • 2 . Andrea Caracausi a récemment présenté sur ce thème deux papiers au Workshop European External Tra (...)
  • 3 . Par exemple: le nombre indiqué de douanes existantes n’est pas toujours exact, le début de l’ann (...)
  • 4 . Voir par ex., sur le verre, Francesca Trivellato, Fondamenta dei vetrai : lavoro, tecnologia e me (...)

2La source connaît un sort étrange: elle ne sera jamais utilisée de manière approfondie2, et personne n’a vérifié le traitement des données et les affirmations de Campos, reprises pourtant régulièrement, bien qu’elles présentent quelques inexactitudes et des erreurs3. D’autres chercheurs ont exploité de manière plus ou moins systématique et scientifique le fonds pour acquérir des informations relatives à certains produits ou certaines productions, donc de manière limitée4.

  • 5 . La Commission, créée un siècle auparavant, avait produit au début du xxe siècle des études et rec (...)
  • 6 . La transcription a été financée avec une partie des ressources affectées à la Commission par le m (...)
  • 7 . Massimo Costantini, membre de la Commission, dirigeait le projet avec la collaboration d’Alessand (...)

3En 1992, la Commissione per la pubblicazione delle fonti finanziarie della Repubblica veneta (Commission pour la publication des sources financières de la République vénitienne)5 décida de financer un projet portant sur les registres du mouvement douanier vénitien dans la seconde moitié du xviiie siècle6, projet présenté par Massimo Costantini et par moi-même7. Ce projet visait à saisir l’intégralité des données des balances commerciales et à les mettre à la disposition du public.

4Dans la crainte que, comme c’est souvent le cas dans des projets ambitieux, le travail finisse par rester inachevé faute de fonds, l’équipe prit la décision de saisir, dans un premier temps, les registres à années alternées – sauf dans des cas particuliers où l’absence d’un registre, ou un changement dans sa structure, a obligé à des ajustements – tout en saisissant les données analytiques relatives à l’année précédente que ces registres rapportaient pour permettre la comparaison avec l’année en cours, se réservant de vérifier par la suite les originaux. Ce choix s’est révélé judicieux, car en 1998 la Commission, réunie pour statuer sur la poursuite du projet, décida à quelques voix de l’interrompre, car celui-ci n’avait pas un intérêt financier mais commercial, non conforme aux finalités propres à la Commission.

  • 8 . Le projet a vu la collaboration de Lucia Bulian, Natascia Carlotto, Michele Fassina, Marina Flori (...)

5À cette date, l’équipe avait saisi 88 registres sur un total de 1328, bien que la vérification des erreurs et des données qui semblaient peu cohérentes n’ait pu être effectuée que partiellement. La première phase du travail ainsi achevée avait permis de collecter:

  •  14400 enregistrements par an contenant les quantités entrées et sorties par produit, exprimées dans des unités de mesures variables (un enregistrement par unité de mesure/produit), ainsi que les totaux relatifs à l’année précédente, éventuellement à désagréger lorsqu’on procédera à la saisie des années ignorées;

  •  à ces enregistrements sont reliées quelque 331200 fiches des lieux d’origine ou de destination, par type de douane et par produit (entré ou sorti). La fiche indique la quantité importée ou exportée de/vers ledit lieu par an;

  •  15600 entrées issues des ristretti contenant la valeur exprimée en ducati pour chaque produit. L’intégralité des données de cette sous-série a été saisie;

  •  quelque 1500 produits différents identifiés et fichés avec leur unité de mesure correspondante.

6Tout ce matériel a été saisi, mais n’est hélas presque pas utilisé et utilisable. L’absence de financement et le décès prématuré de Massimo Costantini ont contribué à réduire l’intérêt des chercheurs pour cette base de données et ont par conséquent empêché la réalisation des étapes suivantes, notamment le transfert et la conversion de données dans un logiciel contemporain, la correction des données, la réalisation d’instruments de support et d’élaboration des données, etc. Il ne reste donc pour l’heure qu’un vieux logiciel qui fonctionne encore sur ­MS-DOS, dont l’accès devient chaque année plus difficile. Le potentiel d’exploitation de cette masse considérable des données est donc quasi nul.

La source

  • 9 . Les Savi alla mercanzia constituent une structure stratégique de l’administration centrale en mat (...)
  • 10 . Les premières statistiques sérielles connues relatives à toutes les douanes de Venise ont été pro (...)

7La documentation en question correspond à la partie principale de la série Registri du fonds Cinque Savi alla mercanzia 9 conservé à l’Archivio di Stato de Venise. Il s’agit d’une série de 151 pièces, formée a posteriori pour regrouper les volumes de grand format présent dans le fonds, concernant presque entièrement les volumes des bilans commerciaux des douanes de Venise entre 1713 et 180010.

  • 11 . Massimo Costantini, «La regolazione dei dazi marittimi e l’esperienza del “portofranco” a Venezi (...)

8Il existait dans la République de Venise, comme partout en Europe, une pluralité de taxations frappant les activités et les produits du commerce, diversifiées suite à des évaluations et accords complexes avec des catégories spécifiques d’opérateurs. Toutes les marchandises qui transitent en mer Adriatique sont obligées – même si avec le temps des exemptions et des régimes privilégiés se sont superposés – à passer par l’escale vénitienne et à s’y soumettre aux droits de douane, bien que dans la seconde moitié du xviie siècle, afin de revitaliser le trafic commercial de la place, on tente d’instituer le port franc11. La tentative est abandonnée après une vingtaine d’années seulement, et à partir des années 1680 on commence à définir le système douanier qui se maintiendra presque jusqu’à la fin de la ­République. Parallèlement à ce processus de rationalisation et de simplification du système on élabore aussi celui pour gérer les flux d’informations.

9Le cœur de la série est constitué par 132 volumes couvrant les années 1770-1800, dépassant donc la fin de la Sérénissime (la dernière année étant partiellement renseignée pour ce qui concerne les sorties), dans lesquels pour chaque année sont enregistrées analytiquement, pour chaque produit, les quantités et la valeur.

  • 12 . Un Tarif publié périodiquement fournissait la nomenclature à jour des typologies des produits ain (...)
  • 13 . Les lieux sont indiqués de manière plus ou moins générale, comme par exemple dans les cas françai (...)
  • 14 . Il existait à Venise une pluralité de douanes, mais à partir de la fin du xviie siècle, le systèm (...)

10Les informations sont agrégées selon deux perspectives différentes, afin de pouvoir rapidement les extraire et les retravailler. Pour la période considérée, on enregistre pour chaque typologie de produits indiqués dans les Tarifs de 1751 et de 179512 les quantités (dans des unités de mesure variables) pour chaque lieu de destination ou de provenance13. Les données sont organisées sur une double page, par entrées et par sorties, à leur tour structurées en fonction du type de douane, qui peut à son tour se subdiviser en deux sous-ensembles, pour le marché intérieur et pour l’extérieur14. On calcule les sous-totaux et ensuite le total général. En fonction du type de douanes, les entrées sont ainsi structurées en Stallaggio, Terra et Fontico;les sorties, en Ordinaria (subdivisée à son tour en Suddito et Estero) et en Fontico.

11Pour chaque produit, le registre offre quelques premières élaborations: la différence entre entrées et sorties permet de percevoir la partie invendue et/ou la consommation de la ville, mais pour permettre une comparaison immédiate sur l’évolution du commerce sur le temps court, on transcrit également sur la page la donnée analytique de l’année précédente, et le total relatif est comparé à celui de l’année en cours (figure 1).

  • 15 . Manifatture della Città ou «privilégiées» pour en souligner le statut, même lorsque la producti (...)

12L’ensemble annuel des marchandises couvre plusieurs volumes: la plupart des registres concerne quelque 830 produits classés par ordre alphabétique qui ­transitent pas ces douanes, et jusqu’en 1793-1794, ceux-ci sont repartis en quatre tomes, dont un propre aux quelque 180 produits dits des «manufactures de la Ville»15 dont on n’indique que la sortie. Bien qu’exemptés du paiement de certains droits en raison du régime de privilège dont ils bénéficiaient, ceux-ci passaient quand même par les douanes qui en enregistraient donc de droit les quantités dans la même grille.

  • 16 . Les années 1790 apportent beaucoup de nouveautés dans le système de taxation du commerce, dans le (...)
  • 17 . Campos indique le 1er juillet, «comme c’était le cas habituellement pour les exercices financièr (...)
  • 18 . La lira vénitienne se subdivise en 20 sous (soldi).

13Après la création en 1785 d’un bureau spécifique pour la réforme des droits, les Deputati alla regolazione delle tariffe mercantili di Venezia e della Terraferma (députés au règlement des tarifs commerciaux de Venise et de la Terreferme), qui acquiert des compétences sur les manufactures privilégiées, une réorganisation tarifaire a lieu à l’occasion de l’unification douanière en 1794, suite à laquelle les produits sont agrégés selon un tableau de marchandises légèrement différent, et beaucoup de produits des manufactures ne sont plus enregistrés. En 1794-1795 on discute d’une simplification des tarifs et de la suppression des régimes privilégiés, que l’on prévoit de ne pas renouveler à leur échéance. Mais la République tombe avant la réalisation complète de ce programme16. Parmi les conséquences sur les bilans, l’adoption à partir de ce moment de l’année solaire plutôt que de l’année fiscale commençant le 1er juin17, l’enregistrement, pour chaque produit, de son prix de référence exprimé en lires vénitiennes18, et l’intégration dans les totaux et dans les calculs des données en valeur (figure 2).

  • 19 . Voir, par exemple, le graphique 5.

14Pour les années 1795-1800, le nombre de produits descend à un peu moins de 750, avec des termes qui réunissent parfois sous la même entrée ce qui ­auparavant donnait lieu à plusieurs variantes, bien que le cas contraire d’une subdivision de ce qui était auparavant réuni existe aussi; de plus, on introduit une quarantaine de produits qui ne se retrouvaient auparavant que dans la section des ­manufactures19.

  • 20 . Les combinaisons les plus fréquentes sont: poids/longueur/valeur/nombre, capacité/poids/nombre.

15Il arrive aussi que l’unité de mesure change, ou que certains produits soient indiqués à stima, c’est-à-dire calculés sur leur valeur, par pièces (pour les produits textiles, mais la longueur de la pièce n’est pas uniformément standardisée), ou par unités. Il n’est pas aisé, même a posteriori, d’agréger les quantités par catégories de produits similaires ou de productions semblables, car il se peut qu’ils aient été enregistrés dans des unités de mesure différentes20.

16Sont conservés 105 registres, dont 24 relatifs aux manufactures. Manquent neuf registres.

17De 1773 à 1782 seulement, la documentation est accompagnée pour chaque année par un volume qui concerne 85 produits assujettis à d’autres droits de consommation: on a ainsi huit volumes supplémentaires (un manque), structurés selon une grille simplifiée, car on ne pouvait guère adopter la structure des quatre douanes, auxquelles ils étaient étrangers, mais uniquement classer les données en fonction de l’entrée/sortie et de la division marché intérieur/marché extérieur.

  • 21 . ASVe, 5SM, reg. 192, cc. 4-6, 12 août 1767.
  • 22 . L’extrême fragmentation des droits et des douanes de la Terreferme, dont la perception était par (...)

18Dans les années 1730 déjà, afin de compléter la vision du commerce de la place de Venise, on essaie d’ajouter à la saisie du mouvement des quatre douanes vénitiennes un volume spécifique consacré aux produits en transit. Avec l’inclusion aussi de la nouvelle section extérieure aux douanes consacrée à la consommation, qui avait un poids non négligeable car elle comprenait des produits comme l’huile, le vin, le tabac, les grains et le chanvre, l’objectif déclaré par les Savi alla Mercanzia eux-mêmes dans le modèle qu’ils sont en train d’élaborer au cours des années 1760 devient plus ambitieux: il s’agit d’élargir l’horizon économique de l’analyse à un secteur économique extérieur, qui concerne l’État, afin que les relevés ne saisissent plus seulement le simple «bilan de la capitale», son activité commerciale (son «trafic»), mais qu’ils comprennent aussi la «consommation» de l’État et, partiellement, sa production, se rapprochant ainsi davantage à une représentation du «bilan de la nation»21. Ce projet à la vision globale montrera lui aussi ses limites, et on finit par choisir de séparer les compétences entre plusieurs juridictions qui auraient dû travailler en synergie à l’intérieur de commissions mixtes. La matière relative aux droits est ainsi ôtée aux Savi alla mercanzia pour être redirigée vers la nouvelle juridiction des Deputati alla regolazione delle tariffe mercantili di Venezia e della Terraferma22.

19Les bilans commerciaux connaissent ainsi quelques ajustements, mais la République de Venise s’éteint avant la formulation concrète d’un véritable bilan général du commerce, auquel on avait si souvent aspiré au cours du siècle.

  • 23 . Qu’il s’agisse là de la véritable finalité des bilans, c’est confirmé par les Savi eux-mêmes en 1 (...)
  • 24 . Le ducato se divise en 24 grossi.
  • 25 . Trieste et le littoral autrichien sont probablement toujours inclusdans Golfe étranger (du moins (...)

20À cette série principale et analytique s’en ajoute une autre, jusqu’en 1790, dans laquelle les données sont élaborées dans le but de comprendre immédiatement l’évolution des flux commerciaux, mais aussi et surtout pour maintenir à disposition du bureau un instrument flexible pour extraire rapidement les informations et répondre de manière rapide et exhaustive aux questions posées par les organes politiques au cours de leurs programmations économico-financières23. Dans ces 19 volumes, appelés ristretti, la mesure de chaque produit est exprimée en valeur, calculée en ducati d’argent24, dénominateur commun qui permet de traiter la masse de données de manière homogène. Le volume commercial de chaque produit est désagrégé, à l’entrée et à la sortie, par aire géographique et, là où cela s’avère possible, en précisant si la marchandise vient (va) de (vers) l’État ou de (vers) l’étranger. Les grandes aires de référence sont: le Golfe (de Venise, c’est-à-dire la mer Adriatique) sujet (suddito) et étranger (estero), le Levant (la Méditerranée orientale) sujet et étranger, la Terreferme sujette et étrangère (soit l’intérieur de la péninsule italienne non-vénitienne), le Ponant, divisé en haut (alto, soit l’Europe occidentale, de l’Espagne et le Portugal jusqu’à la Hollande et Hambourg) et bas (basso, soit les côtes italiennes de la mer Tyrrhénienne, îles comprises, et la Méditerranée occidentale et méridionale) et la Germania, une vaste aire qu’on pourrait définir austro-prussienne, avec peut-être quelques extensions dans le Caucase25.

21Les ristretti se présentent toujours avec la même structure, une double page (à gauche l’entrée, à droite la sortie, avec les totaux respectifs), avec un format synthétique en tableau, où les colonnes correspondent aux aires géographiques, et les produits se suivent ligne après ligne. À la fin de la page, on calcule le total, qu’on rapporte en tête à la page suivante, ce qui permet à la fin de calculer le total par aire et par entrée/sortie (figure 3).

22Il est donc possible à partir de cette série, en la croisant avec la série principale et, après la suspension de celle-ci, en appliquant aux quantités la valeur désormais indiquée dans les volumes, d’en déduire le prix unitaire pour chaque produit et calculer, hormis pour le début des années 1790, la masse en valeur pour l’ensemble de la période couverte par les bilans.

23L’exemple du café pourra nous aider à comprendre le premier niveau des informations fournies. À partir des sous-totaux des quantités (graphique 1) on reconstruit le mouvement commercial sur toute la durée de la période, mais les données agrégées des entrées et des sorties ne sont pas comparables car les catégories qui les composent ne sont pas homogènes (vers la terre/mer et vers l’intérieur/extérieur, avec les données du Fontico qui brouillent les frontières).

Graphiques 1.a-b Importations et exportations de café à Venise par type de douane 1769-1770 à 1800

Graphiques 1.a-b Importations et exportations de café à Venise par type de douane 1769-1770 à 1800
  • 26 . Une livre sottile vénitienne correspond à 301,2297 grammes; une livre grossa à 476,9987 ­grammes(...)

24Le tarif de 1795 introduisait une distinction entre le café du Levant et celui du Ponant (graphique 2), en leur attribuant des prix très différents (480 lires contre 380 lires 8 sous pour 100 livres sottili 26). S’il est impossible de déstructurer les données pour la période intérieure, on peut reconstruire le mouvement commercial de toute la période et remarquer au passage l’influence des guerres sur la courbe à la fin de la période considérée.

25Graphiques 2.a-b Types de cafés importés et exportés 1795-1800

  • 27 . Massimo Costantini,«Venezia capitale del caffè. Un profilo di storia economica tra Sei e ­Settec (...)

26Le graphique 3, qui résume les données, montre clairement que la moitié des importations est destinée à la consommation de la seule ville de Venise et à la constitution de stocks. Si les sorties sont régulières, la courbe des entrées est plus accidentée, car elle est conditionnée par les variations du marché et affectée par les incertitudes qui pèsent sur les routes maritimes. Produit de niche et peu périssable, il peut donner lieu à une alternance de formation de stocks, et à des phases de contraction des achats. Puisqu’il ne donne lieu à aucun emploi par les manufactures, on peut considérer que sur la longue durée la partie non exportée est destinée à la consommation de la ville de Venise, avec 20 % des invendus destinés aux stocks27.

Graphique 3 Importation, exportation et consommation de café à Venise ou café invendu 1751-1800

Graphique 3 Importation, exportation et consommation de café à Venise ou café invendu 1751-1800

Sources pour 1751-1759: ASVe, 5SM, b. 350, n° 232, données publiées par Massimo Costantini, «Venezia capitale del caffè», art. cit., p. 43, tableau 3. À partir de 1769, les données sont issues de la base de données.

27À partir des ristretti on récupère immédiatement la valeur totale annuelle du produit (ce qui permet de calculer ensuite un prix unitaire, virtuel), mais on dégage aussi les flux marchands: si l’aire d’origine est sans surprise, la destination du produit à la sortie, presque entièrement expédié vers le seul marché intérieur, est plus problématique (graphique 4, tableaux 3 et 4).

28À la fin des registres des ristretti on retrouve également une liste de produits, regroupés en deux sections séparées en fonction de leur solde positif ou négatif. Dans cette double section, par conséquent, chaque produit est indiqué avec la différence en valeur entre entrée et sortie, calculée à cette occasion, mais aussi en quantité, en la déduisant des registres analytiques. Comme dans le cas précédent, on calcule les sommes partielles en valeur, en sorte d’obtenir à la fin deux totaux, celui du solde positif (maggior uscita, ou «sortie supérieure») et celui du solde négatif (rimanenza, ou «reste», qui comprend la partie invendue, la consommation vénitienne et les produits destinés aux manufactures).

29Les totaux, généraux et partiels, de ces sections servaient ensuite pour les calculs dans les pages finales, réservées à la «valeur du commerce» (la première partie du volume est appelée ristretto du «capital du commerce»). Dans celles-ci, on rapportait les totaux en entrée et en sortie par grande aire et pour chacune d’entre elles on calculait l’actif et le passif. Les données sont ici agrégées sur la base du rapport avec l’État de Venise (sujets/étrangers), ce qui permet de quantifier la consommation intérieure et le commerce avec l’étranger. On calcule ensuite, par une série de soustractions, ce qui n’est pas sorti de l’État et on l’additionne à ce qui restait de l’année précédente, pour aboutir au reste réel de l’année (figure 4). On produit enfin la «preuve du bilan» et ici, dans le calcul du profit commercial, les sorties des produits qui passent par les quatre douanes sont augmentées de 10 %.

Graphiques 4.a-b Valeur du café. Grandes aires d’origine et de destination 1772-1773 à 1789-1790

Graphiques 4.a-b Valeur du café. Grandes aires d’origine et de destination 1772-1773 à 1789-1790

30Au total, le corpus de registres sériels disponibles est constitué par 132 volumes sur les 142 d’origine, auxquels il convient d’en ajouter d’autres à partir au moins de 1736, pour des relevés effectués sur des groupes d’années choisis comme échantillons à cheval sur les réformes de tarifs, qui sont conservés dans des emplacements divers dans les archives des Cinque Savi alla mercanzia, dans ceux des Inquisitori di Stato et dans la série de la chancellerie Materie miste notabili.

31Un nombre relativement important de divers bilans sommaires et statistiques sur une longue période, relatifs aussi aux entrées fiscales douanières ou à l’une des douanes en particulier, est conservé dans les archives de Cinque Savi alla ­mercanzia et du Senato. Ils sont de plus en plus nombreux au fur et mesure qu’on avance dans le temps.

Quelques considérations sur les données

32L’utilisation de ces données suppose qu’au préalable on s’efforce de comprendre quelques-unes des interrogations que cette documentation soulève. On se limitera ici à quelques aspects majeurs.

Les marchandises hors bilan

  • 28 . Sur le sottovento,voirMassimo Costantini, «“Sottovento”. I: Abruzzo e i traffici veneziani»,da (...)

33Si toutes les marchandises ne sont pas assujetties aux douanes, une partie de celles-ci est néanmoins prise en compte par les registres des bilans. Les marchandises en transit simple bénéficient souvent, au xviiie siècle, d’une taxation favorable, voire de la restitution du droit payé à l’entrée. À plusieurs reprises, on conçut également de créer une Douane de Transit spécifique, à Rialto ou ailleurs, et dans d’autres occasions on évalua ce trafic de transit de manière indépendante et séparément, pour ce qui circulait par voie de mer (ou fluviale puis maritime), en distinguant Sopravento et Sottovento. Le statut de transit est très complexe et variable, car la notion était appliquée aussi par les douanes de l’État, et du point de vue comptable il dépendait souvent de l’importante douane de Terreferme de Vérone ou, à certaines époques, de celle de Chioggia pour la partie maritime28.

  • 29 . ASVe, Senato, Deliberazioni, Terra, liasse 1907, février 1740 joint au décret du 27 février, ASVe (...)

34Il est toutefois documenté que le Sénat ordonna à plusieurs reprises, du moins après le tarif de 1736, la rédaction annuelle d’un volume similaire aussi pour les produits en transit29, même s’il ne reste pas trace de ce sixième tome (qui est rappelé par ailleurs uniquement dans les documents qui sont antérieurs à la série des bilans qui nous est parvenue), et que nous n’avons aucun témoignage que celui-ci ait été produit systématiquement.

35Dans les bilans ici analysés, la mention «transit» apparaît pour certaines localités, ce qui peut laisser supposer qu’il ait été inclus dans les douanes de Venise. Les quantités et les flux semblent toutefois insuffisants et incomplets, bien que seule une extrapolation de ces données et leur analyse en relation aux flux commerciaux généraux (opération qui, dans les conditions actuelles de la conservation de la base de données, est impossible) et une comparaison avec des informations issues d’autres sources permettraient d’en avoir la certitude. La mention est toutefois intéressante en soi et elle invite à des approfondissements ultérieurs, dans la mesure où elle semble désigner certaines places commerciales spécifiques.

  • 30 . Ibid., reg. 188, cc. 95v-96v.

36Un problème analogue se pose pour la contrebande, un élément qui pèse lourd sur l’économie: passive du point de vue de la fiscalité, la contrebande joue un rôle significatif pour la production, le commerce et la consommation, comme le ­mettent parfaitement en lumière les analyses de l’époque30. Dans ce cas ­aussi, on trouve parfois la mention «contrebande», peut-être en relation aux marchandises découvertes, mais la masse ne peut, par définition, qu’échapper à ces ­enregistrements.

Les flux commerciaux

37Comme il arrive souvent, et pas seulement à Venise, l’officier se limite à enregistrer la déclaration du marchand ou de son agent, voire celle du portefaix qui déplace les marchandises pour leur compte.

38Déjà à l’époque, on dénonçait le fait que la généricité ou l’imprécision de ces déclarations entraînait de sérieux problèmes pour une utilisation correcte de ces données, notamment car la destination indiquée pouvait être celle de la dernière (ou première) escale la plus proche plutôt que celle finale, et il en allait de même pour les indications quant à l’origine. Cette gestion représentait un obstacle à une mesure correcte du poids fiscal total et/ou analytique sur les marchandises, et par conséquent aussi à toute analyse générale pour définir des stratégies pour favoriser le commerce vénitien en Europe.

  • 31 . Voir, pour une description analytique, ibid., reg. 182, cc. 185-190.

39Le cas de la douane du Fontico, qui, rappelons-le, regroupait les importations et les exportations des marchands «allemands» qui bénéficiaient d’un régime privilégié, est emblématique: les principales fréquences ne sont pas tellement avec l’Europe du Nord, mais Mestre, Castelli et Cavanella, soit la périphérie de Venise, et, en moindre mesure, les villes de la Terreferme vénitienne ou les gros marchés de la côte adriatique (Ancône, Senigallia) ou encore le Moyen-Orient. Bien que cette douane soit réservée à des personnes bénéficiant d’un statut particulier et pas à des États ni à des places commerciales, il est de toute manière impensable que les trafics en leurs mains se fissent pour l’essentiel avec l’arrière-pays vénitien. Difficile donc, en se limitant à ces seuls volumes, d’avoir un tableau des flux commerciaux31, éparpillés entre autres dans la douane du Fontico.

40En croisant toutefois les informations analytiques des registres sur les escales avec les quantités agrégées transformées en valeur des ristretti, où l’on retrouve une grande aire Germania et en testant différentes hypothèses, on peut esquisser des flux qui, tout en étant approximatifs, sont plus proches de la réalité et moins attendus.

41Les biens en cuivre offrent un bon exemple, ils connaissent un mouvement spécifique important de et pour l’Europe du Nord. Pour ce qui est du «fil de cuivre» (tableau 1), le produit qui entre est pratiquement inexistant dans la douane du Fontico, alors que les ristretti permettent de voir de manière correcte que celui-ci arrive exclusivement de l’aire allemande.

Tableau 1. Fil de cuivre en quantité (Q) et en valeur (V), en pourcentage, par grandes aires géographiques 1772-1773 à 1789-1790

Tableau 1. Fil de cuivre en quantité (Q) et en valeur (V), en pourcentage, par grandes aires géographiques 1772-1773 à 1789-1790

42* pas présent à l’entrée.

** toute la marchandise restante arrive depuis Trieste dans la douane Stallaggio et est calculée dans les ristretti sous Golfe étranger.

*** le montant qui doit être attribué à Golfe étranger et à Terreferme étrangère («Ports de l’État pontifical» et «Ferrare») est ajouté, dans les ristretti, à Terreferme sujette (suddita).

43On pourrait en déduire que, à l’entrée, le commerce du fil de cuivre est monopolisé par des marchands qui ne sont pas allemands, ou qui du moins ne sont pas liés au Fondaco dei Tedeschi, alors que pour ce qui est des sorties de ce produit et du cuivre travaillé, autre produit pris ici en considération (tableau 2), marchands et marchés correspondent.

Tableau 2. Cuivre travaillé, en quantités (Q) et en valeur (V), en pourcentage par douanes et grande aire de destination 1772-1773 à 1789-1790

Tableau 2. Cuivre travaillé, en quantités (Q) et en valeur (V), en pourcentage par douanes et grande aire de destination 1772-1773 à 1789-1790

44En comparant les volumes indiqués par les ristretti avec les quantités correspondantes par localité dans les registres des quantités, il est ainsi possible de repérer les localités qui ont après été agrégées dans la grande aire Germania. À l’entrée et à la sortie, Trieste et le littoral autrichien sont assez fréquemment indiqués, mais l’attribution n’est pas automatique car ces mêmes localités sont parfois aussi agrégées dans la grande région «Golfe». La situation est donc fluctuante, souvent cohérente par rapport à ce qui est enregistré par la douane du Fontico, mais présente parfois des écarts remarquables.

  • 32 . ASVe, 5SM, Regg, regg. 14, c. 202, 18, c. 8, 53, c. 202, 57, c. 8; 24, c. 202, 29, c. 8.

45Par exemple, pour le fil de cuivre (tableau 1) l’entrée du Fontico est enregistrée sous Mestre, alors que le reste arrive via Trieste dans la douane de Stallaggio. Mais surtout, en 1781-1782, lorsque le Fontico n’indique aucun commerce ni en quantité ni en valeur dans le Fontico/Germania, il en entre quand même, mais enregistré, toujours via Trieste, dans le Stallaggio /Golfe étranger; il en arrive aussi depuis le Golfe sujet (suddito) et depuis la Terreferme, étrangère aussi bien que sujette, mais sans passer par la douane de Terra, mais par le Stallaggio, car introduit par voie de mer; alors qu’en 1774-1775 les faibles quantités passent toutes par Mestre, dont dans Fontico / Germania, confirmant ainsi que ces flux échappent à toute classification rigide32.

46La présence, au sein de la douane du Fontico, de destinations internes à l’État de Venise et attribuées après au marché allemand est un indice probant du fait que ces localités représentent uniquement une étape intermédiaire – une information importante pour comprendre les circuits commerciaux suivis par les ­marchandises.

  • 33 . Comme on peut le constater à partir des recensements de l’époque: ASVe, Deputati e aggiunti alla (...)

47Le cas du café (tableaux 3 et 4) démontre clairement qu’il est impossible qu’un produit destiné à un milieu restreint de consommateurs, assez aisés et prioritairement citadins, ait pu être consommé dans des quantités si massives dans des localités de la Terreferme d’à peine quelques milliers d’habitants33.

Tableau 3. Exportation par décennie du café* vers le marché intérieur 1769-1770 à 1799 (quantités converties en kilogrammes)

Tableau 3. Exportation par décennie du café* vers le marché intérieur 1769-1770 à 1799 (quantités converties en kilogrammes)

48* à partir de 1795 les cafés du Levant et du Ponant ont été additionnés pour rendre les données comparables.

49Aux données quasi constantes (mais les discordances occasionnelles sont significatives) pour l’État et pour les territoires allemands que l’on peut déduire, pour les deux premières décennies seulement, à partir des totaux des deux différentes agrégations offertes par les bilans (voir graphiques 1.b et 4.b), il est nécessaire de rapprocher une analyse fondée sur les déclarations des destinations finales de l’État (tableau 3), et de comparer la consommation respective que l’on peut en déduire dans ces lieux et à Venise (estimée à 80 % de quantités restantes) avec les bassins d’usagers potentiels, qu’il faut élargir toutefois pour la Dominante aussi à une population non résidente considérable (tableau 4).

50La hausse du trafic du Fontico dans la dernière décennie en ressort clairement, (elle est exponentielle dans les toutes dernières années, lors de la domination autri­chienne), elle est plus réduite sur les places autrichiennes (tableau 4, voir aussi graphiques 1.b, 4.b).

Tableau 4. Exportation et consommation de café* par grandes aires géographiques 1769-1770 à 1799 (quantités converties en kilogrammes)

Tableau 4. Exportation et consommation de café* par grandes aires géographiques 1769-1770 à 1799 (quantités converties en kilogrammes)

51* à partir de 1795 les cafés du Levant et du Ponant ont été additionnés pour rendre les données comparables.

52D’autres critiques, souvent répétées dans les relations des magistrats et députés au commerce sur le commerce vénitien, concernaient les principales douanes de Terreferme, présentées comme concurrentielles à celles de Venise en tant que marché non seulement régional, car elles attiraient à leur avis de manière indue des marchandises, via Chioggia, Vérone et d’autres terminaux dans les aires frontalières de mer et de terre, dessinant ainsi des parcours moins directs mais de toute évidence plus intéressants du point de vue commercial par rapport à l’offre vénitienne.

53Dans ce cas aussi, la nécessité du croisement de cette source avec les données issues d’autres douanes de l’État ou avec des sources externes est confirmée.

Le prix

  • 34 . Comme déclaré à la fin des ristretti (voir figure 4).

54L’unité de référence est toujours la marchandise individuelle, de laquelle toute­fois, à partir de 1736, on prend en compte aussi la valeur, c’est-à-dire son prix, calculé jusqu’en 1790 en ducati di piazza 34, et puis en lires vénitiennes. Pour calculer la valeur réelle du mouvement commercial, il est donc fondamental d’identifier correctement le taux de change employé à l’époque.

55Comme il est impossible, dans le cadre du présent article, de décrire la complexité du mécanisme monétaire vénitien, on se limitera à quelques indications favorisant la compréhension des aspects qui sont traités ici.

  • 35 . Ceci dans le cas général, car concrètement il existait des situations mixtes, ASVe, SR, liasse 20 (...)

56Le ducato est l’unité de compte de référence dans les transactions, même si celles-ci peuvent dans la pratique être effectuées aussi dans d’autres monnaies locales ou étrangères (par ex. pour les transactions internes mineures, on utilise la lira (lire)). Au xviiie siècle, le ducato pour des règlements de moyenne importance est désormais le ducato en argent, dans la frappe de 1665, mais suite aux dévaluations continuelles, il y a un double cours officiel dans le rapport entre ducato et lire: le ducato demeure désormais compté à un taux fixe de 6 lires 4 sous s’il s’agit de la moneta cortamonnaie courte»), appelée aussi valuta alla parte ou corrente, utilisée pour les paiements de l’Étatet la comptabilité publique35, mais aussi dans certaines transactions entre particuliers, alors que la moneta lunga monnaie longue», appelée aussi valuta di piazza ou buona valuta, employée pour les règlements entre particulier) est variable, mais stabilisée en 1733 au taux de 8 lires.

57Dans le cas des marchandises aux douanes, le droit dû devait être, d’après les tarifs, en ducati de valuta corrente, alors qu’il semblerait que le prix ait été exprimé en valuta di piazza. Or, quand on lit les relations présentées au Sénat par les magistrats compétents, les rapprochements entre marchandises et droits sont fait sans recalculer le change, ce qui laisse penser que la transformation de la monnaie lunga en monnaie corta ait été faite avant l’enregistrement dans les bilans.

  • 36 . ASVe, SR, liasse 260, 26 mai 1742 joint au décret du 30 mai.

58Le problème était considérable car, comme nous l’avons rappelé plus haut, à partir de 1795 le rapport entre quantité et prix est indiqué dans les registres analytiques à la marge de la page consacrée à chaque marchandise, mais il est désormais exprimé en lires/sous, et plus en ducati/grossi. Comme c’est seulement à ce moment, à l’occasion probablement de la réforme des tarifs, que le prix de référence des marchandises, bloqué aux valeurs moyennes calculées vers 173836, a été réévalué et mis à jour, une conversion erronée des devises peut entraîner une sur- ou une sous-évaluation de la dynamique des prix entre le milieu et la fin du siècle de 25-30 %.

59Si l’on prend l’exemple du café, le prix de référence qu’on peut calculer pour 100 livres sottili (soit un peu plus de 30 kilogrammes) est jusqu’en 1789 de 33 ducati 12 grossi, soit 207 lires 14 sous au change en moneta corta, ou 268 lires en moneta lunga; cinq années plus tard, à la même quantité est attribuée une valeur nettement plus élevée: 376 lires 8 sous pour le café du Ponant, voire 480 lires s’il est du Levant.

60L’analyse des deux produits de cuivre enregistrés pendant 30 ans est encore plus éclairante: 100 livres grosse (47,7 kilogrammes) de fil de cuivre sont déclarées valoir, au moins depuis 1769, 51 ducatigrossi, soit l’équivalent de 318 lires 10 sous en moneta corta ou 411 lires 19 sous en moneta lunga, et en 1795 elles valent 319 lires 6 sous. La même quantité de ramina (scories de cuivre) était évaluée à un demi-ducato, soit 3 lires 2 sous en moneta corta, 4 lires en moneta lunga, mais de nouveau 3 lires 2 sous en 1795: pour ces deux produits, donc, on pourrait conclure à une stagnation totale des prix sur la longue durée si la monnaie de référence était la monnaie corrente, qui était normalement appliquée à la comptabilité publique, et pas celle di piazza.

  • 37 . Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano…», art. cit., p. 151, 153-155.

61Campos n’applique pas la nouvelle évaluation des marchandises en lires à partir de 1795 et multiplie les quantités de chaque marchandise par le prix en ducati des années précédentes, pour déduire ensuite du résultat les totaux des entrées et de sorties pour les quatre douanes. La valeur qu’il a attribuée aux nouveaux types de marchandises qui ont été ajoutées en cette année n’est toutefois pas claire37.

  • 38 . Des doutes sur la cohérence et la correspondance avec les valeurs réelles ont été exprimés par le (...)

62Par ailleurs, avec des critères similaires, il hasarde une projection de 1734 à 1800 pour l’ensemble du mouvement commercial, attribuant, là où les données manquent, une valeur moyenne constante aux marchandises exclues des douanes. Il n’est pas certain que cela soit dû au fait que l’auteur limite l’analyse et ses élaborations uniquement aux valeurs par aire géographique, les dissociant des quantités respectives, ou s’il ignore délibérément le problème en maintenant l’ancienne méthode du prix virtuel. Malheureusement, ce préjugé s’est enraciné dans la littérature successive38.

  • 39 . Le document se trouve désormais sous la cote ASVe, SR, liasse 303, 30 mai 1760. Caracausi, en rep (...)
  • 40 . ASVe, 5SM, reg. 190, cc. 230v-232v.

63Le croisement systématique des données des bilans avec les ristretti sur un temps longs a permis de vérifier que le prix unitaire est resté absolument constant entre 1769 et 1789 et ce, pour toutes les marchandises, et cela bien qu’en 1760, après avoir dénoncé aux Savi alla Mercanzia que les valeurs de référence étaient encore celles fixées en 1736, le Sénat ait ordonné une mise à jour des prix de référence, à réitérer à chaque année39. En 1767, le surintendant de la comptabilité déclarait toutefois que parmi les corporations de métier vénitiennes et les recteurs de Terreferme, un seul (celui de Trévise) avait répondu à la requête d’informations, et rien d’autre ne fut communiqué sur les registres des prix, ni à ce moment-là, ni par la suite, de sorte que la requête de vérification sur l’évolution des prix semble avoir été totalement oubliée, et escamotée dans celle, toujours d’actualité, du mouvement de prix par rapport à l’année précédente40.

64Bien qu’il ne s’agisse pas de décennies de forte instabilité des marchés, l’hypothèse d’une stagnation générale en ces vingt ans est sans doute excessive.

  • 41 . Ibid., reg. 192, cc. 4-6.
  • 42 . Giordano Campos, en se limitant au seul décret du Sénat du 30 mai 1760, fixe ainsi en 1760 le déb (...)

65Par ailleurs, les prix calculés à partir des bilans des décennies 1770 et 1780 sont identiques à ceux qu’on peut tirer des estratti (relevés, ou bilans plus synthétiques, qui se limitent uniquement aux totaux), du moins à en juger par un échantillon réalisé en 176441, dans la phase d’élaboration du modèle des nouveaux bilans commerciaux analytiques42; mais ils correspondent parfaitement (du moins pour cette liste nourrie de marchandises de l’échantillon) aussi aux prix «moyens» ­élaborés sur les déclarations des marchands en 1738, pendant la phase de vérification après l’application du tarif de 1736.

66Cette révision du tarif naissait de l’exigence de rééquilibrer le rapport entre valeur de la marchandise et droit payé, mais en comparant les données, ce qu’il est possible de faire grâce aux 24 volumes de bilans analytiques rédigés dans les années immédiatement avant et après la réforme, on constata un écart soudain par rapport aux prévisions qui envisageaient une réduction du poids de la taxation et une relance du commerce.

  • 43 . ASVe, SR, liasse 253, mars 1740 joint au décret du 23 avril. Avant les années 1730, les synthèses (...)

67Ce constat avait été suivi immédiatement par une enquête auprès du personnel comptable, et il en était ressorti que l’impôt n’avait pas été calculé en pourcentage sur la valeur réelle de la marchandise, mais à partir de son estimation dans l’ancien tarif, qui était bien inférieure, ce qui entraînait une perte pour le fisc. Ainsi, dans la phase préparatoire des bilans on avait procédé, après avoir sondé les marchands, les courtiers et les boutiquiers locaux et étrangers de la place, à l’élaboration d’une valeur moyenne des marchandises qu’on avait appliquée aux nouveaux calculs, créant ainsi une dyscrasie entre les deux bilans, celui «des rentes» et celui «du capital»43.

68Les prix moyens définis par les marchands à la fin des années 1730 corres­pondent donc parfaitement à ceux des ristretti de 1772-1789. Le fait qu’en 1740 on ait joint à la relation finale aussi une liste démontrant l’écart par rapport à l’évaluation précédente permet de dater cette fixation des prix.

69L’analyse critique du prix de la marchandise est exposée par les Savi alla ­mercanzia eux-mêmes en 1760, lorsqu’ils affirment que les modalités qui ont présidé à la formation des registres des prix ont introduit des valeurs incongrues; il arrive même pour certains produits que les données soient véritablement déformées: par fraude ou par inadvertance, on applique les poids «gros» et pas le «subtil», et l’on n’évalue pas le phénomène de la contrebande, ni les pertes en mer, grossies par les guerres, ni encore les faillites.

  • 44 . Le coût net semble avoir été utilisé comme critère ailleurs aussi: dans l’État de Milan, «the p (...)
  • 45 . ASVe, 5SM, reg. 188, cc. 95v-126.

70Les valeurs indiquées par les marchands, en outre, indiqueraient, selon une pratique qui avait déjà été adoptée en 1698, le prix net de la marchandise («sans le coût des droits, sans le profit marchand, sans les dépenses»)44, et la définition même d’un «prix moyen» est une pure fiction, déconnectée du «vrai prix» de la marchandise qui ne peut pas être défini de manière fixe, puisqu’il dépend de plusieurs facteurs, dont l’évolution incertaine des marchés en raison des conflits militaires ou économiques, le fait que les transactions ne s’effectuent pas dans une seule monnaie, et qu’elles sont par conséquent affectées par les cours de changes, l’instabilité du rapport or/argent qui affecte à son tour le marché des monnaies, sans compter la non-prise en compte de la contrebande et le fait, enfin, que dans certains cas les transactions ne s’effectuent pas en monnaie mais par troc de marchandises, voire en échange de prestations de services. De plus, les valeurs indiquées ne correspondent pas au vrai prix car elles ne comprennent pas les prix de transport, d’assurance, les charges des droits publics sur les sorties, le coût de chargement, déchargement, entreposage, le profit marchand et celui du courtier, et ne prennent pas en compte les différents prix d’achat ou de vente ou le fait que le produit soit arrivé par voie de mer ou de terre, ni son lieu d’origine45.

71Dans les relations conclusives des Savi alla mercanzia, on soulignait une fois de plus la principale critique à la méthode de saisie: il ne s’agissait pas de véritables bilans, mais de bilans imparfaits qui ne saisissaient pas le total, car ils excluaient une portion considérable des marchandises, frappées par d’autres droits, ou exemptées; impossible de comparer l’entrée avec la sortie, car les douanes ne portaient pas sur les mêmes produits (par exemple, l’huile, les bois, etc. ne figurent pas, les manufactures privilégiées ne sont pas saisies à la sortie, certaines marchandises ne sont traitées qu’en transit et deviennent donc, de ce fait, invisibles); des produits achetés et réexportés par la suite ne sont pas calculés dans leur vraie valeur, et il n’est même pas possible de mesurer le mouvement pour un article précis.

  • 46 . On comprend ainsi mieux que la proposition avancée d’intégrer les valeurs manquantes avec les «l (...)

72Ce prix, donc, qui ne saurait correspondre au prix du marché sur une période de soixante années, n’est qu’un prix «virtuel» decontextualisé, une pure fiction comptable, et précisément en raison de cette acception statique, il a été fortement contesté dans les discours, mais tacitement institutionnalisé dans la pratique. Mais il peut représenter dans le temps long l’unité comptable effective pour les marchandises46.

73En reprenant l’exemple des produits de cuivre (graphique 5), la comparaison entre les quantités et la valeur facilite l’analyse et met mieux en évidence le différent poids des différents produits.

Graphiques 5.a-b Total des produits en cuivre à la sortie, en volumes (livres grosse) et valeur (ducati)*,1769-1770 à 1793-1794

Graphiques 5.a-b Total des produits en cuivre à la sortie, en volumes (livres grosse) et valeur (ducati)*,1769-1770 à 1793-1794

* pour les années où les ristretti n’ont pas été rédigés, la valeur a été calculée en multipliant la quantité par le prix «virtuel» qui est constant dans le temps.

74Le nouveau tarif modifie les typologies de marchandises et en introduit de nouvelles (graphiques 5.c-d), le calcul des prix dans ces cinq dernières années se fait par ailleurs en lires vénitiennes, avec des hausses non homogènes par rapport aux prix précédents (en ducati) qui empêchent de procéder à des équivalences directes, bien que le rapport entre quantités et valeurs en pourcentage permette de faire de toute manière des comparaisons.

Graphiques 5.c-d Total des produits en cuivre à la sortie, en volumes (livres grosse) et valeur (lires) 1795 à 1799

Graphiques 5.c-d Total des produits en cuivre à la sortie, en volumes (livres grosse) et valeur (lires) 1795 à 1799

75Une fois acquise l’information quant à la constance du prix «virtuel» qu’on a appliqué aux marchandises, s’il est certain que l’étude de l’évolution des prix par cette seule source s’avère impossible, nous avons en échange la possibilité, du moins lorsque le produit est resté constant ou inséré dans un ensemble homogène tout au long de la période, d’exploiter pleinement cette fiction pour agréger et désagréger la masse des données, en appliquant la valeur aussi aux années pour lesquelles les ristretti font défaut, ou lorsque les typologies changent.

Conclusions

76Les exemples qui ont été présentés ici ne constituent que des élaborations rudimentaires par rapport aux énormes potentialités de la base de données de cette source, mais la situation archaïque dans laquelle elle se trouve à présent ne permet pas beaucoup plus. L’analyse plus proprement historique sur la formation des bilans commerciaux, qui a souffert ici d’une forte contraction en raison des limites d’espace, mériterait par ailleurs une étude à elle seule.

77Le but de cet article était, outre que de faire connaître l’existence de ce travail inachevé avant de pouvoir être mis à la disposition de la communauté scientifique, d’offrir au moins une information correcte sur la source et sur ses potentialités réelles, qui ne correspondent pas à l’image que nous a léguée Giordano Campos.

78La perspective, pour ceux qui envisagent d’utiliser cette source, ne doit pas, et ne peut pas, être limitée à l’horizon borné des bilans commerciaux, ni à l’acquisition immédiate de données prétendues objectives, car l’image qu’on en tirerait alors serait fortement déformée.

  • 47 . De plus, des erreurs matérielles de calcul ou de transcription dans les totaux partiels et des an (...)

79Pour une lecture correcte, il est tout d’abord indispensable de comparer et fusionner les informations des deux sections47. En prévision de la publication d’une base de données, la comparaison entre les totaux partiels et généraux en quantité et en valeur permet de repérer un plus grand nombre d’erreurs de calcul, et aide parfois aussi à trancher lorsqu’il y subsiste des doutes dans la transcription, afin d’aboutir ainsi à des données corrigées. Par ailleurs, comme dans l’analyse des flux de commerce et des marchés, une acquisition pure et simple des données fournies par les registres des quantités peut amener à des évaluations erronées, la comparaison entre les deux systèmes d’agrégation des données permet de mieux saisir les différentes localités ou au moins de mieux percevoir la conformité entre les informations fournies par la source et la réalité.

80Enfin, si une fois calculé le prix de chaque article grâce à la comparaison avec les ristretti, les volumes des quantités représentent aujourd’hui la source qui présente le plus grand intérêt et usage pour la recherche, par la masse de données qu’ils offrent de manière analytique, il convient de ne pas oublier que la classe dirigeante vénitienne de l’époque, aussi bien en tant qu’appareil administratif que comme gouvernement, a par contre fondé ses comportements et ses choix de programmation économique et financière et défini ses stratégies commerciales en priorité à partir de ce qu’elle pouvait tirer des ristretti. L’analyse de la formation graduelle et de la modification de cet instrument complexe (estratti, registres analytiques, ristretti) peut donc nous aider à comprendre comment la manière de raisonner des gouvernants s’est progressivement transformée lorsqu’elle affronte les problématiques relatives au commerce et à la production. Ce développement est tout aussi important pour saisir l’évolution au cours du xviiie siècle de la gestion administrative et comptable vénitienne, dans une interaction entre demande des hommes politiques et élaboration d’instruments d’analyse.

81Au-delà de ces aspects essentiels, il est tout aussi souhaitable d’intégrer les données issues de ces deux sections avec les informations tirées d’autres sources produites localement (selon une méthodologie suggérée par ailleurs déjà au xviiie siècle) et de les comparer aussi avec des sources extérieures à la ville de ­Venise, pour mesurer à sa juste valeur ce que celle-ci enregistrait.

  • 48 . Dans le cadre d’une action réformatrice générale, pour stimuler les activités productives et comm (...)
  • 49 . Angelo Ventura, «Il problema storico…», art. cit., p. XXIII, XLV.

82En amont toutefois d’une quelconque analyse il faut accepter que la finalité de ces enregistrements ne fut pas uniquement comptable – l’administration en produisait d’autres dans ce but, et leur confection intervient par ailleurs bien trop tard pour qu’elles puissent constituer l’instrument d’un contrôle de gestion. Tout comme les bilans généraux et les recensements (anagrafi) de l’État à cette même époque, et les enquêtes de l’Inquisitorato alle arti 48, ils sont conçus pour satisfaire une nouvelle exigence du gouvernement vénitien, pour acquérir des informations fondées sur des analyses de type statistique afin d’élaborer ses propres directives de politique économique et financière49.

83Certains indicateurs purement virtuels pouvaient alors être acceptés sans conditions si l’objectif était de pouvoir immédiatement faire des projections sur la moyenne-longue durée, limitant à quelques cas particuliers les analyses sur des données plus conformes aux valeurs réelles. Le problème surgit, hier comme aujourd’hui, lorsque la donnée virtuelle, decontextualisée, est en revanche lue de manière acritique et appliquée telle quelle à la représentation du réel.

  • 50 . Le système républicain vénitien prévoyait une gouvernance politique et administrative gérée de ma (...)
  • 51 . Angelo Ventura, «Il problema storico…», art. cit., p. LXIX-LXX, LXXVII; Andrea Zannini, Il sis (...)

84La tension continuelle entre les choix inspirés des logiques mercantilistes et libérales se retrouve pareillement dans le débat public comme entre les magistrats partisans de différents projets: les mêmes noms se retrouvent alors dans les diverses instances avec une circulation impressionnante50, ce qui témoigne d’un projet de construction d’un instrument commun complexe pour représenter la réalité de l’État vénitien dans sa totalité51.

85Mais leur demande était, justement, politique, et le produit final ne pouvait qu’être confectionné à leur mesure.

Figure 1. Mouvement commercial du café en 1770-1771, en quantité, comparé à celui de l’année précédente

Figure 1. Mouvement commercial du café en 1770-1771, en quantité, comparé à celui de l’année précédente

Les données sont insérées dans la page selon un schéma préétabli, mais il peut arriver que l’espace prévu soit insuffisant. Dans ce cas, on utilise les espaces libres: la sortie ordinaire sujette (suddita) occupe ici tout l’espace, donc la sortie ordinaire des États étrangers a été placée sous la sortie Fontico, mais comme l’espace était insuffisant, on a calculé un total partiel qu’on a rapporté en haut de la suite, qui a été placée sous l’entrée Fontico. On a calculé ensuite le sous-total relatif, après on a reporté le sous-total de la sortie ordinaire sujette, pour aboutir ainsi au total global de la sortie ordinaire.

Archivio di Stato di Venezia, Cinque Savi alla Mercanzia, Registri, reg. 1, c. 68.

Figure 2. Mouvement commercial des « herbes, semences et autres simples, aromatiques et médicinales », en 1797, comparé à l’année précédente

Figure 2. Mouvement commercial des « herbes, semences et autres simples, aromatiques et médicinales », en 1797, comparé à l’année précédente

À la fin du siècle, on indique, dans la partie supérieure de la page, à côté du nom du produit, son prix, calculé désormais en lires vénitiennes (ici 246 lires 3 sous pour 100 livres), et par conséquent, dans les divers totaux et différences, indiqués en bas, à côté de la quantité on retrouve aussi la valeur correspondante.

Archivio di Stato di Venezia, Cinque Savi alla Mercanzia, Registri, reg. 122, c. 247.

Figure 3. Première page du ristretto de 1776-1777 : ristretto analytique « du capital du commerce »

Figure 3. Première page du ristretto de 1776-1777 : ristretto analytique « du capital du commerce »

Cette page offre aussi des informations de base utiles: le titre précise la période de référence (de juin au mai suivant) et aussi que la valeur des marchandises assujetties aux douanes a été déduite du livre des prix de marchandises et des bilans issus des extraits des douanes, alors que celui des produits non soumis aux douanes a été pris d’autres documents; par ailleurs, dans l’intitulé des différentes colonnes, qui correspondent aux grandes aires géographiques, sont listées les localités plus communes qui en font partie.

Archivio di Stato di Venezia, Cinque Savi alla Mercanzia, Registri, reg. 35, c. 3.

Figure 4. élaboration finale du ristretto pour l’année 1776-1777 : ristretto synthétique « de la valeur du commerce »

Figure 4. élaboration finale du ristretto pour l’année 1776-1777 : ristretto synthétique « de la valeur du commerce »
Haut de page

Notes

Les données sont ici agrégées par rapport au marché intérieur ou étranger. Ainsi on ­calcule si le mouvement commercial de l’année a été passif ou actif; les valeurs sont ici agrégées selon un critère différent: à la différence entre entrée et sortie on additionne le solde actif de l’année précédente (rimanenza, soit «reste») pour obtenir le solde réel de l’année (costo delle rimanenze, soit littéralement «coût du reste»). La première ligne des données contient une information très significative: à côté du symbole de l’unité monétaire (ducato) est précisé: valuta piazza.

Archivio di Stato di Venezia, Cinque Savi alla Mercanzia, Registri, reg. 35, c. 39.

Figures 1-4: publiées par autorisation de l’Archivio di Stato di Venezia, n. 8/2012 (reproduction: Section microfilm de l’Archivio di Stato di Venezia)

1 . Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano della seconda metà del ’700 secondo le statistiche ufficiali», Archivio veneto, s. V, n° 19 (1936), p. 145-183.

2 . Andrea Caracausi a récemment présenté sur ce thème deux papiers au Workshop European External Trade Statistics, 1700-1830 (Lille, 11-12 mars 2011) et au 3rd European Congress on World and Global History (Londres, 14-17 avril 2011); il a également publié en ligne une présentation, description et analyse de cette source, avec des exemples (voir Andrea Caracausi, «The Republic of Venice», section dans id., Klemens Kaps et Giovanna Tonelli, «18th Century Data Trade: A Comparative Analysis on Austria and Northern Italy»; id., «Foreign Trade Statistics in the ­Republic of Venice (18th century). Questionnaire»; id., «Sources», textes consultés en ligne en février 2012 http://air.unimi.it/handle/2434/157726 et https://listes.cru.fr/sympa/info/18c_trade_data, section Documents partagés, respectivement dans ENIUGH session et Lille workshop). Nous ne les évoquerons pas davantage dans la suite de cet article car il ne s’agit pas, à proprement parler, de travaux originaux: l’auteur reprend en effet largement la description de la source fournie par Campos, avec des cotes archivistiques désormais inutilisables et ses erreurs, et en rajoute d’autres, aussi bien au niveau de la compréhension institutionnelle de la source (certaines de ces erreurs seront signalées par la suite) que dans la lecture matérielle de celle-ci: ainsi «Mestre» devient «Smyrne»; «Naples» devient «Constantinople», «Côtes de France» devient «Cour de France», dogane sud(det)tesusdites douanes», soit celle de la ville de Venise), deviennent suddite (soit «sujettes»)donc douanes de l’État de Venise, id., «Sources…», art. cit., p. 1-3, id., «The Republic…», art. cit., p. 7, id., «Foreign…», art. cit., p. 2.

3 . Par exemple: le nombre indiqué de douanes existantes n’est pas toujours exact, le début de l’année est indiqué en juillet alors qu’il commence en juin; inversions dans les extrêmes chronologiques et pour d’autres informations entre les deux séries archivistiques; nombre de registres et de produits erroné; informations historiques sur la formation des balances et sur les sources parfois imprécises ou erronées; une fois constatée l’absence du volume consacré aux produits manufacturés pour la dernière période, l’auteur ajoute un total présumé de ces produits à la valeur des autres produits pour aboutir à un total, sans remarquer qu’un quart des produits manufacturés apparaît en réalité dans le nouveau tarif et est donc compris dans les nouveaux registres; un contrôle partiel sur les données indique également quelques erreurs de transcription.

4 . Voir par ex., sur le verre, Francesca Trivellato, Fondamenta dei vetrai : lavoro, tecnologia e mercato a Venezia tra Sei e Settecento, Rome, Donzelli editore, 2000.

5 . La Commission, créée un siècle auparavant, avait produit au début du xxe siècle des études et recueils de documents et commencé l’édition des bilans généraux des recettes et dépenses de l’État. L’activité avait été interrompue et n’avait repris qu’au début des années 1970, avec la publication des bilans de la période 1756-1783.

6 . La transcription a été financée avec une partie des ressources affectées à la Commission par le ministère des Biens culturels et de l’Environnement, alors que la Fondation de la Cassa di Risparmio de Venise contribua à l’achat de l’équipement.

7 . Massimo Costantini, membre de la Commission, dirigeait le projet avec la collaboration d’Alessandra Sambo, chargée aussi de la coordination et de la responsabilité scientifique et informatique de la recherche.

8 . Le projet a vu la collaboration de Lucia Bulian, Natascia Carlotto, Michele Fassina, Marina Florian, Maria Caterina Minosso, Stefano Piasentini, Annamaria Pozzan.

9 . Les Savi alla mercanzia constituent une structure stratégique de l’administration centrale en matière économique. Ils avaient de très larges compétences ainsi que la juridiction sur le commerce et les activités productives de l’ensemble de l’État vénitien. Rôle stratégique, mais subordonné au Sénat qui est l’organe de gouvernement. Il est donc impropre de la définir comme une local magistracy, comme le fait Andrea Caracausi, «The Republic…», art. cit., p. 1, 7, id., «Foreign…», art. cit., p. 1.

10 . Les premières statistiques sérielles connues relatives à toutes les douanes de Venise ont été produites vers 1720. Elles fournissent les données à partir de 1684 pour le Stallaggio, de 1699 pour le Fontico, de 1700 pour l’Entrata da terra et Uscita ordinaria: Arch. di Stato di Venezia (désormais ASVe), Cinque savi alla mercanzia (désormais 5SM), b. 838, Seconda serie, b. 98, Regg, reg. 151, partiellement publiées par Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano…», art. cit., p. 145-147 et Massimo Costantini, «Commercio e marina», dans Storia di Venezia, vol. VIII, L’ultima fase della Serenissima, Rome, Enciclopedia Italiana, 1998, p. 577-581.

11 . Massimo Costantini, «La regolazione dei dazi marittimi e l’esperienza del “portofranco” a Venezia tra il 1662 e il 1684», dans Antonio di Vittorio (dir.), La finanza pubblica in età di crisi, Bari, Cacucci, 1993, p. 77-88.

12 . Un Tarif publié périodiquement fournissait la nomenclature à jour des typologies des produits ainsi que le montant de la taxe des produits respectifs.

13 . Les lieux sont indiqués de manière plus ou moins générale, comme par exemple dans les cas français, génériquement indiqué sous la dénomination «Côtes de France» (Marseille apparaît rarement), mais on peut également trouver des dénominations plus générales encore, comme «Ponant», voire des termes extravagants comme «Transit» ou «Contrebande».

14 . Il existait à Venise une pluralité de douanes, mais à partir de la fin du xviie siècle, le système se limite à quatre douanes: le Stallaggio (dit nuovo, neuf, car il s’agit d’une nouvelle institution, créée au lendemain de la fin du port franc en 1683) et la Terra, respectivement pour l’entrée par voie de mer ou de terre, l’Uscita ordinaria (structurée à son tour, dans les bilans, et uniquement pour en permettre des extrapolations statistiques plus rapides, en Stati esteri – États étrangers – et Stato suddito – État sujet à Venise; elle est dite «ordinaire» pour la différencier des sorties indiquées pour les autres marchandises, qui ne passent pas par cette Douane et qui sont indiqués génériquement comme «Sortie»), et le Fontico qui regroupait les importations et les exportations des marchands «allemands» qui bénéficiaient d’un régime privilégié et de la gestion des marchandises dans leur propre fondaco à Rialto.

15 . Manifatture della Città ou «privilégiées» pour en souligner le statut, même lorsque la production se déroule sur la Terreferme: Valter Panciera «L’economia: imprenditoria, corporazioni, lavoro», dans Storia di Venezia, op. cit., vol. VIII, p. 479-553. Le statut privilégié est accordé en fonction de certains critères productifs et peut être révoqué, ou pas renouvelé à son échéance.

16 . Les années 1790 apportent beaucoup de nouveautés dans le système de taxation du commerce, dans les droits de Terreferme aussi bien que pour les douanes vénitiennes, mais aussi pour les manufactures privilégiées. Les temps sont mûrs pour la mise en œuvre de réformes allant dans le sens d’une libéralisation. On réalise l’unification des tarifs dans l’État et, à Venise, on crée une douane pour les marchandises en transit, structurée en ascendente (entrée) et discendente (sortie). C’est donc à partir de ce moment seulement que l’on a cinq douanes à Venise. Le nombre des douanes a été une source de confusion constante dans la description de l’organisation douanière vénitienne, confusion accrue par l’utilisation par Bartolomeo Cecchetti d’une relation de 1797 (ASVe, Municipalità provvisoria, b. 167), dans une contribution reprise de manière maladroite par des auteurs postérieurs: Bartolomeo Cecchetti, «Del sistema tributario nello stato veneto sulla fine del secolo XVIII», Atti del Reale Istituto veneto di scienze, lettere e arti, n° 32 (1873-1874), p. 779-820.

17 . Campos indique le 1er juillet, «comme c’était le cas habituellement pour les exercices financières» (Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano…», art. cit., p. 146). En réalité, l’anomalie par rapport à ceux-ci date de 1737, première année de production systématique des bilans de la part de la comptabilité du bureau des Savi alla mercanzia suite à l’ordre du Sénat; comme la «nouvelle méthode» avait été adoptée le 10 mai, afin d’obtenir des données sur un mois complet, on avait fixé le terme a quo au 1er jour du mois suivant, juin donc: ASVe, Senato, Deliberazioni, Rettori (désormais: SR), liasse 243, 8 juin 1737, joint au décret du 12 juin.

18 . La lira vénitienne se subdivise en 20 sous (soldi).

19 . Voir, par exemple, le graphique 5.

20 . Les combinaisons les plus fréquentes sont: poids/longueur/valeur/nombre, capacité/poids/nombre.

21 . ASVe, 5SM, reg. 192, cc. 4-6, 12 août 1767.

22 . L’extrême fragmentation des droits et des douanes de la Terreferme, dont la perception était par ailleurs affermée, additionnée aux résistances locales à toute ingérence de la part du pouvoir central, interprétée comme une perte d’autonomie, avait d’ailleurs représenté un obstacle aux flux de données statistiques vers la Dominante et rendu difficile le calcul d’un prix moyen de référence: les contemporains eux-mêmes doutaient de la fiabilité de données enregistrées dans les bilans.

23 . Qu’il s’agisse là de la véritable finalité des bilans, c’est confirmé par les Savi eux-mêmes en 1760: ASVe, 5SM, reg. 188, cc. 95v-126v.

24 . Le ducato se divise en 24 grossi.

25 . Trieste et le littoral autrichien sont probablement toujours inclusdans Golfe étranger (du moins à en juger par l’exemple du fil du cuivre), et non pas dans Germania, comme l’affirme Andrea Caracausi «The Republic…», art. cit., p. 8, id., «Foreign…», art. cit., p. 3.

26 . Une livre sottile vénitienne correspond à 301,2297 grammes; une livre grossa à 476,9987 ­grammes: Angelo Martini, Manuale di metrologia, ossia Misure, pesi e monete in uso attualmente e anticamente presso tutti i popoli, Turin, Ermanno Loescher, 1883, p. 818.

27 . Massimo Costantini,«Venezia capitale del caffè. Un profilo di storia economica tra Sei e ­Settecento», dans Angelo d’Orsi (dir.), Il caffè, ossia brevi e vari discorsi in area padana, Milan, Banca Antoniana, 1990, p. 43, tableau 5.

28 . Sur le sottovento,voirMassimo Costantini, «“Sottovento”. I: Abruzzo e i traffici veneziani»,dans id., Costantino Felice (dir.), Abruzzo. Economia e territorio in una prospettiva storica,Vasto, Cannarsa, 1998, p. 9-76. Andrea Caracausi attribue erronément les marchandises en transit à une cinquième douane «dite Stallaggio», qui différerait de celle du Nuovo Stallaggio: Andrea Caracausi, «The Republic…», art. cit., p. 7, id., «Foreign…», art. cit., p. 1.

29 . ASVe, Senato, Deliberazioni, Terra, liasse 1907, février 1740 joint au décret du 27 février, ASVe, 5SM, reg. 178, cc. 45-49v.

30 . Ibid., reg. 188, cc. 95v-96v.

31 . Voir, pour une description analytique, ibid., reg. 182, cc. 185-190.

32 . ASVe, 5SM, Regg, regg. 14, c. 202, 18, c. 8, 53, c. 202, 57, c. 8; 24, c. 202, 29, c. 8.

33 . Comme on peut le constater à partir des recensements de l’époque: ASVe, Deputati e aggiunti alla provvisione del denaro pubblico, regg. 200-210 bis, Daniele Beltrami, Storia della popolazione di Venezia dalla fine del secolo XVI alla caduta della Repubblica, Padoue, Cedam, 1954, p. 63-77. Massimo Costantini en déduit un bassin d’utilisateurs correspondant à une population aisée (un tiers environ du total) avec une consommation moyenne annuelle d’un kilogramme et demi de café, mais il préfère s’abstenir de tout calcul hasardeux sur la Terreferme: Massimo Costantini, «Venezia capitale del caffè», art. cit., p. 41-43.

34 . Comme déclaré à la fin des ristretti (voir figure 4).

35 . Ceci dans le cas général, car concrètement il existait des situations mixtes, ASVe, SR, liasse 207, 27 septembre 1726 joint au décret du 28 septembre, cité par Angelo Ventura, «Il problema storico dei bilanci generali della Repubblica veneta», dans id. (dir.), Bilanci dal 1756 al 1783 (Bilanci generali della Repubblica di Venezia, IV), Padoue, Tipografia Antoniana, 1972, p. LIX, note 9.

36 . ASVe, SR, liasse 260, 26 mai 1742 joint au décret du 30 mai.

37 . Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano…», art. cit., p. 151, 153-155.

38 . Des doutes sur la cohérence et la correspondance avec les valeurs réelles ont été exprimés par les auteurs qui ont utilisé cette source en la comparant à d’autres: Francesca Trivellato, Fondamenta dei vetrai…, op. cit.,p. 229 sq.

39 . Le document se trouve désormais sous la cote ASVe, SR, liasse 303, 30 mai 1760. Caracausi, en reprenant la cote archivistique désormais périmée de l’époque de Campos – la 335 – ajoute de la confusion ultérieure car il l’attribue de surcroît à la série Terra,où cette cote correspond au xviie siècle,Andrea Caracausi, «The Republic…», art. cit., p. 8.

40 . ASVe, 5SM, reg. 190, cc. 230v-232v.

41 . Ibid., reg. 192, cc. 4-6.

42 . Giordano Campos, en se limitant au seul décret du Sénat du 30 mai 1760, fixe ainsi en 1760 le début du processus de compilation des bilans, mais la requête est en réalité présentée à plusieurs reprises déjà dans les années 1740-1750, et elle est suivie par les premières tentatives d’extraction des données. L’impulsion vient du constat d’absences significatives dans les caisses et dans les archives de la douane Stallaggio, et l’on procède par conséquent à la reconstitution des registres manquants et à une réforme générale du système de gestion et de contrôle comptable: ASVe, SR, liasse 303, Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano…», art. cit., p. 145.

43 . ASVe, SR, liasse 253, mars 1740 joint au décret du 23 avril. Avant les années 1730, les synthèses relatives à la valeur sont des bilans des «rentes», c’est-à-dire des revenus fiscaux (delle rendite) et pas des valeurs commerciales (bilan del capitale). Cette distinction fondamentale est ignorée par Andrea Caracausi, «The Republic…», art. cit., p. 7-8. Giordano Campos appelle justement, dans le titre de son article, cette documentation «statistiques officielles», et pas «bilan des douanes», Giordano Campos, «Il commercio esterno veneziano…», art. cit.

44 . Le coût net semble avoir été utilisé comme critère ailleurs aussi: dans l’État de Milan, «the prices were the average prices of the last 10 years, generally “at the borders of the State” (“the selling price without the taxes and the gain of the merchant”; 1/3 or the half of the selling prices)», Giovanna Tonelli, «State of Milan», section dans Andrea Caracausi, Klemens Kaps et Giovanna Tonelli, «18th Century…», art. cit., p. 6.

45 . ASVe, 5SM, reg. 188, cc. 95v-126.

46 . On comprend ainsi mieux que la proposition avancée d’intégrer les valeurs manquantes avec les «listes de prix publiées à Venise» soit incongrue et erronée (Andrea Caracausi, «Foreign…», art. cit., p. 3): à Venise il n’y a pas de listes complètes et il est fort douteux qu’on puisse parvenir à collecter des listes de prix pour un nombre si élevé de produits. Sur la difficulté d’identifier le vrai prix du marché et sur la sous-estimation des bilans, voir le cas de la cendre: un texte de la corporation des verriers de Murano indique un prix, entre 1770 et 1778, de la cendre de Sicile compris entre 32 et 38 ducati pour 1000 livres, qui passe en 1778-1779 à 40-48 ducati, alors qu’une autre source le fait augmenter de 30 ducati 12 grossi en 1771 à 77 ducati 12 grossi en 1780; dans les bilans, le prix de la cendre de soude est estimé à 38 ducati (Francesca Trivellato, Fondamenta dei vetrai…, op. cit., p. 212); ces 38 ducati correspondent toutefois à la valeur déclarée successivement, dans les années 1795-1800, en convertissant, au change de la valuta corrente, ce qui est indiqué là en lires, ce qui est donc bien inférieur aux témoignages d’autres sources pour la même période, alors que pour les années 1772-1789, le croisement des totaux en quantité et en valeur pour «cendre pour savon et verres» donne un prix de seulement 26 ducati.

47 . De plus, des erreurs matérielles de calcul ou de transcription dans les totaux partiels et des anomalies entre ce qui est indiqué en valeur et en quantité (qui se répercutent sur les données qui suivent) nécessiteraient un travail de croisement pour en trouver l’origine et en proposer des corrections critiques, qui jusqu’à présent n’ont pas été apportées par ceux qui ont utilisé la source.

48 . Dans le cadre d’une action réformatrice générale, pour stimuler les activités productives et commerciales vénitiennes, on créa en 1751 le bureau de l’Inquisitore sopra la regolazione delle arti (soit un bureau de contrôle des corporations de métier), institution d’abord extraordinaire et rendue permanente à partir de 1777. Cet Inquisitore menait à bien de larges enquêtes analytiques sur ce secteur et, par une activité avant tout de consultation mais néanmoins influente, proposa une réforme des corporations visant à leur ouverture graduelle. Pour accélérer cette intervention, on créa en 1773 aussi une députation extraordinaire avec une plus grande autorité de décision.

49 . Angelo Ventura, «Il problema storico…», art. cit., p. XXIII, XLV.

50 . Le système républicain vénitien prévoyait une gouvernance politique et administrative gérée de manière collective par les hommes majeurs du patriciat. Pour prévenir une possible dégénérescence oligarchique, la chose publique avait été fragmentée dans une pluralité de bureaux, avec des compétences réduites, voire partiellement chevauchantes, dont la direction politique revenait à des organismes collégiaux composés par des membres du patriciat vénitien en constant turnover, qualifiés, mais pas professionnels, aidés par contre par des fonctionnaires compétents fixes, qui appartenaient au groupe des « citoyens d’origine».

51 . Angelo Ventura, «Il problema storico…», art. cit., p. LXIX-LXX, LXXVII; Andrea Zannini, Il sistema di revisione contabile della Serenissima, Venise, Marsilio, 1994, p. 158-162; id., «La finanza pubblica: bilanci, fisco, moneta e debito pubblico», dans Storia di Venezia, vol. VIII, op. cit., p. 449-453.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphiques 1.a-b Importations et exportations de café à Venise par type de douane 1769-1770 à 1800
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-1.png
Fichier image/png, 32k
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-2.png
Fichier image/png, 19k
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-3.png
Fichier image/png, 15k
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Titre Graphique 3 Importation, exportation et consommation de café à Venise ou café invendu 1751-1800
Crédits Sources pour 1751-1759 : ASVe, 5SM, b. 350, n° 232, données publiées par Massimo Costantini, «Venezia capitale del caffè», art. cit., p. 43, tableau 3. À partir de 1769, les données sont issues de la base de données.
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-5.png
Fichier image/png, 92k
Titre Graphiques 4.a-b Valeur du café. Grandes aires d’origine et de destination 1772-1773 à 1789-1790
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-6.png
Fichier image/png, 30k
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-7.png
Fichier image/png, 21k
Titre Tableau 1. Fil de cuivre en quantité (Q) et en valeur (V), en pourcentage, par grandes aires géographiques 1772-1773 à 1789-1790
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2. Cuivre travaillé, en quantités (Q) et en valeur (V), en pourcentage par douanes et grande aire de destination 1772-1773 à 1789-1790
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 3. Exportation par décennie du café* vers le marché intérieur 1769-1770 à 1799 (quantités converties en kilogrammes)
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 4. Exportation et consommation de café* par grandes aires géographiques 1769-1770 à 1799 (quantités converties en kilogrammes)
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphiques 5.a-b Total des produits en cuivre à la sortie, en volumes (livres grosse) et valeur (ducati)*,1769-1770 à 1793-1794
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-12.png
Fichier image/png, 15k
Légende * pour les années où les ristretti n’ont pas été rédigés, la valeur a été calculée en multipliant la quantité par le prix « virtuel » qui est constant dans le temps.
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-13.png
Fichier image/png, 14k
Titre Graphiques 5.c-d Total des produits en cuivre à la sortie, en volumes (livres grosse) et valeur (lires) 1795 à 1799
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-14.png
Fichier image/png, 21k
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-15.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 1. Mouvement commercial du café en 1770-1771, en quantité, comparé à celui de l’année précédente
Légende Les données sont insérées dans la page selon un schéma préétabli, mais il peut arriver que l’espace prévu soit insuffisant. Dans ce cas, on utilise les espaces libres : la sortie ordinaire sujette (suddita) occupe ici tout l’espace, donc la sortie ordinaire des États étrangers a été placée sous la sortie Fontico, mais comme l’espace était insuffisant, on a calculé un total partiel qu’on a rapporté en haut de la suite, qui a été placée sous l’entrée Fontico. On a calculé ensuite le sous-total relatif, après on a reporté le sous-total de la sortie ordinaire sujette, pour aboutir ainsi au total global de la sortie ordinaire.
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2. Mouvement commercial des « herbes, semences et autres simples, aromatiques et médicinales », en 1797, comparé à l’année précédente
Légende À la fin du siècle, on indique, dans la partie supérieure de la page, à côté du nom du produit, son prix, calculé désormais en lires vénitiennes (ici 246 lires 3 sous pour 100 livres), et par conséquent, dans les divers totaux et différences, indiqués en bas, à côté de la quantité on retrouve aussi la valeur correspondante.
Crédits Archivio di Stato di Venezia, Cinque Savi alla Mercanzia, Registri, reg. 122, c. 247.
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3. Première page du ristretto de 1776-1777 : ristretto analytique « du capital du commerce »
Légende Cette page offre aussi des informations de base utiles : le titre précise la période de référence (de juin au mai suivant) et aussi que la valeur des marchandises assujetties aux douanes a été déduite du livre des prix de marchandises et des bilans issus des extraits des douanes, alors que celui des produits non soumis aux douanes a été pris d’autres documents ; par ailleurs, dans l’intitulé des différentes colonnes, qui correspondent aux grandes aires géographiques, sont listées les localités plus communes qui en font partie.
Crédits Archivio di Stato di Venezia, Cinque Savi alla Mercanzia, Registri, reg. 35, c. 3.
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4. élaboration finale du ristretto pour l’année 1776-1777 : ristretto synthétique « de la valeur du commerce »
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/6570/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandra Sambo, « La balance de commerce de la République de Venise: sources et méthodes », Cahiers de la Méditerranée, 84 | 2012, 381-410.

Référence électronique

Alessandra Sambo, « La balance de commerce de la République de Venise: sources et méthodes », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cdlm.revues.org/6570

Haut de page

Auteur

Alessandra Sambo

Alessandra Sambo est archiviste à l’Archivio di Stato di Venezia depuis 1980, où elle s’est occupée entre autres des projets d’informatisation de la documentation et, plus récemment, du projet de digitalisation des délibérations des conseils vénitiens. Après des études de philosophie à l’Università Ca’ Foscari de Venise, elle a soutenu une thèse de doctorat en histoire et comparaison des institutions juridiques et politiques des pays de ­l’Europe méditerranéenne à l’université de Messine. Elle est actuellement doctorante auprès de ­TELEMME-MMSH (UMR 7303) à Aix-Marseille Université. Membre du groupe de travail sur le traitement informatisé des données de l’inquisition romaine mené par l’université de Trieste (1984-1988), membre comité de rédaction de la revue Archivi & ­computer (1990-2001), elle a coordonné le projet de publication des bilans commerciaux des douanes de Venise (1992-1999). Elle s’intéresse tout particulièrement à la communication politique, aux institutions, aux juridictions et à la justice civile dans la République de Venise à l’époque moderne. Elle a également publié des guides archivistiques de sources vénitiennes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org