Navigation – Plan du site
Dossier : captifs et captivités en Méditerranée à l'époque moderne

Tétouan, place de rachat des captifs aux XVIe et XVIIe siècles

Mohammed El Jetti
p. 147-158

Résumés

Au cours des xvie et xviie siècles, le phénomène de la captivité connaît une croissance spectaculaire, principalement due à la guerre de course et à la guerre de contre-course entre l’Islam et la Chrétienté. Les captifs, qui se comptent par milliers sur les deux rives de la Méditerranée, sont intégrés dans un cycle économique en tant que force de travail et source de fortune, grâce aux opérations de rachat et à « l’économie de la rançon ». C’est ainsi que Tétouan, ville du Maroc méditerranéen, connut à partir du xvie siècle un essor tout à fait remarquable, en raison notamment de l’installation massive et renouvelée des morisques, et qu’elle devient une place incontournable de rachat des captifs au Maghreb.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Jean Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux xviie et xviiie siècles », Annales (...)
  • 2 . Wolfgang Kaiser, « L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (xvie-xviie siècle) », Hy (...)

1Au cours des xvie et xviie siècles, Tétouan, ville située sur la façade méditerranéenne du Maroc, participe avec vigueur aux événements qui secouent le bassin occidental de la Méditerranée. La guerre menée contre les présides espagnols, disséminés le long des côtes marocaines, et l’essor de la guerre de course, constituent les aspects les plus violents de la relation entre le Maroc et les puissances européennes, accompagnés d’échanges économiques fructueux, dont le commerce des hommes1. L’objet de cette contribution est d’étudier le rôle de Tétouan comme place de rachat des captifs au cours du xvie siècle et du xviie siècle, afin de découvrir les facteurs de prospérité de cette activité, le sort des captifs à Tétouan et le rôle des acteurs locaux et étrangers dans l’« économie de la rançon »2.

Tétouan, un grand port corsaire en Méditerranée occidentale

2Au delà des caractéristiques du port, situé sur la rive gauche de la rivière de Martil, à quelques kilomètres de l’embouchure, la proximité de la place tétouanaise du détroit de Gibraltar a longtemps constitué une opportunité pour la guerre de course et pour les activités qui en découlent, à l’heure où de nombreuses cités portuaires méditerranéennes voisines, telles que Tanger, QsarSghir, Ceuta, Badis ou encore Melilla étaient sous domination ibérique.

  • 3 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a Cristandade e o Islão, séculos XV-XVII : cautivos e r (...)

Tableau 1. Les présides ibériques du Maroc méditerranéen3

Tableau 1. Les présides ibériques du Maroc méditerranéen3
  • 4 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîsfî hukm Titwân, Tétouan, Imprimerie Al-Khalij Al-Arabi, (...)

3En effet, dès la chute de Grenade en 1492, des milliers de musulmans prirent le chemin de Tétouan, situé à quelques kilomètres des côtes ibériques, constituant une partie essentielle de sa population. Les sources contemporaines parlent d’une dizaine de milliers de morisques, qui se seraient réfugiés dans cette ville suite à la promulgation du décret d’expulsion de 16094.

  • 5 . Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], Par (...)
  • 6 . Guillermo GozalbesBusto, « Sit el Hurra, gobernadora de Tetuán (Siglo XVI) », Actas delcongresoi (...)
  • 7 . LesSources inédites de l’Histoire du Maroc (dorénavant SIHM), Paris, Paul Geuthner, 1953, 1re sé (...)
  • 8 . Leila Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727), un port de course marocain du xvii e siècle, C (...)
  • 9 . Miguel de Cervantès, La illustre Fregona, cité par Henri de Castries, « Les trois Républiques du (...)
  • 10 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-JadîdfîtârîkhTitwân,Tétouan, Al-Khalij Al-Arabi, 2000, t. I, p. 68.
  • 11 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade…, op. cit., p. 26.
  • 12 . Guillermo GozalbesBsto, « Cautiverios y redenciones en el Marruecos de la edadModerna. El caso d (...)
  • 13 . Bernard Vincent, « Un exemple de course barbaresco-morisque… », art. cit. p. 7-20 ; Leila Mazian (...)

4Dès la fin du xvie siècle et pendant la première moitié du xviie siècle, la course tétouanaise connut son âge d’or5. Le port servait également de havre et de point de retraite précieux, où Salétins, Turcs et Algériens venaient souvent se « rafraîchir »6. Souvent, ces derniers y conduisaient leurs prises quand elles étaient considérables ; d’autres fois, ils s’y abritaient subitement pour échapper à la tempête, ou pour éviter les menaces d’une escadre européenne qui bloquait les autres ports-refuges, tels Badis, Tanger, Larache ou encore Salé. L’essor de cette activité fut accompagné par une augmentation importante de la population servile. Aux prises effectuées par des navires portugais, espagnols et français, répondaient des attaques et des razzias opérées par les corsaires maghrébins, se soldant souvent par la capture d’un grand nombre de captifs7. Les Tétouanais multiplièrent les croisières, notamment dans les eaux intérieures espagnoles avec une particulière efficacité, comme en 1573 lorsqu’ils effectuèrent une opération très réussie sur les côtes d’Alméria8. Évoquant leurs razzias, « plus d’un – écrit Miguel de Cervantès –avait vu se coucher le soleil en Espagne, qui le voyait se lever à Tétouan »9. C’est ainsi que le 10 septembre 1540, à partir du port de Tétouan, les corsaires d’Alger, accompagnés de cinq bâtiments tétouanais, lancèrent un raid spectaculaire contre Gibraltar. L’opération se solda par la capture de plus de 80 femmes et enfants10. En août 1653, une descente corsaire à Albufera, sur le littoral de l’Algarve, arracha à sa maison une famille entière, composée d’un couple et de quatre enfants, qui furent tous emmenés àTétouan11. En novembre 1573, une escadre composée de 23 navires, où il y avait à bord entre 400 et 800 hommes commandés par le caïd Saïd edDoghali12, débarqua à Cuevas de Almanzora à l’improviste, au milieu de la nuit. Les corsaires mirent à sac les maisons et enlevèrent 237 personnes, qui furent amassées dans les bâtiments et emmenées aussitôt à Tétouan d’où ils étaient partis. Une opération similaire eut pour cible Tabernas, village distant de soixante-dix kilomètres de Cuevas, qui fut saccagé par 350 barbaresques, qui purent rembarquer avec 45 « vieux chrétiens »13.

  • 14 . Guillermo GozalbesBusto, « Cautiverios y redenciones… », art. cit., p. 214 ; Francisco G. Seijo (...)
  • 15 . Rodrigo Valdecantos Dema, « Las Torres de vigía de la bahía de Gibraltar », Actas delcongresoint (...)
  • 16 . Leila Maziane, Salé et ses corsaires…, op. cit., p. 224.
  • 17 . Eloy Martín Corrales, « El miedo a los corsariosnorteafricanos en la mentalidadcolectivacatalana (...)

5Depuis le xvie siècle, l’Espagne s’est efforcée de mettre sur pied un système défensif littoral comprenant batteries côtières, tours de guet, signaux optiques14et compagnies de gardes-côtes15. D’ailleurs, dans El cautivo de Miguel de Cervantès, Guillén de Castro commande l’une de ces compagnies16. Mais les côtes sont si étendues que cette protection ne peut avoir qu’un effet très limité. Aussi les populations du littoral vivaient-elles dans une crainte permanente17.

  • 18 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 30.
  • 19 . SIHM, Paris, Ernest Leroux, 1922, 1re série, France, t. I, p. 355-358.
  • 20 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. I, p. 451-457.

6Quand le butin leur manquait sur terre, les corsaires tétouanais se livraient souvent à des coups de main contre les navires européens qui naviguaient près des côtes, surtout s’agissant de petites unités de pêche portugaises et espagnoles, gibier préféré des Tétouanais18. Ils faisaient de même avec les navires de commerce. C’est ce qui arriva en mars 1577 : les corsaires d’Alger, rencontrant près du littoral marseillais un navire français avec à son bord 25 passagers, l’interceptèrent aussitôt et s’emparèrent de l’équipage et des passagers qu’ils emmenèrent au port de Tétouan. Là, ils trouvèrent des acquéreurs qui espéraient spéculer sur une rédemption avantageuse19. Les captifs durent demeurer plusieurs années à Tétouan avant que leur libération n’ait puêtre négociée. L’attente pouvait être plus ou moins longue : ainsi onze captifs français tombés entre les mains des corsaires entre les années 1669 et 1673 ne furent rachetés par les Mercédaires qu’en juillet 167420.

  • 21 . SIHM, op. cit., 1re série, Portugal, t. IV, p. 65-67, 75-81.
  • 22 . Ibid., p. 65-67, 75-81, 102-103 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîd…, op. cit., p. 60, 70-71, 91 (...)
  • 23 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 43 ; Mohamed Ben (...)

7Enfin, les attaques menées régulièrement par les Mandari et les Naqsis, gouverneurs de Tétouan, et les Beni Rachid, gouverneurs de Chefchaouen21, contre les présides et comptoirs (feitoras) espagnols et portugais situés dans l’extrême nord-ouest du Pays des Chérifs22, notamment Tanger, QsarSghir, Asilah et Ceuta, se soldèrent souventpar des prises importantes, qui alimentaient continuellement la place tétouanaise en captifs. À titre d’exemple, l’attaque menée le 9 décembre 1588 par l’armée, placée sous le commandement d’Al-Moqadam Ahmed Ben Issa Naqsis, contre Ceuta, s’acheva par la prise de 203 captifs lusitaniens23, dont 6 membres de la noblesse, 5 officiers, 4 ingénieurs, 8 serviteurs du roi, 20 soldats d’artillerie, 83 soldats d’infanterie, 30 civils, 11 esclaves et 35 enfants, en sus d’une quarantaine de morts du côté portugais.

Tétouan, une place toujours bien pourvue en captifs

8Grâce à ces différentes sources d’approvisionnement, la place de Tétouan était toujours bien pourvue en captifs.

Le nombre de captifs

  • 24 . José Antonio Martínez Torres, Los cautivosrescatados de la Monarquíahispánica en el Nortede Áfri (...)
  • 25 . Jean-Léon l’Africain, Description de l’Afrique, Trad. Dr. M. Hajji et Dr. M. Lakhdar, Beyrouth, (...)
  • 26 . De la Marinière, L’heureux esclave ou relation des aventures du Sieur de la Marinière, Paris, ch (...)
  • 27 . Pierre Dan (le révérend père), Histoire de Barbarie et ses corsaires des royaumes et des villes (...)
  • 28 . César Luis de Montalbán y de Mazas, Las mazmorras de Tetuán, su limpieza y exploración, Madrid, (...)
  • 29 . SIHM, 1re série, France, t. III, Paris, Ernest Leroux, 1927, p. 677- 678.

9Même s’il a toujours été difficile de déterminer précisément la population servile présente à Tétouan24, on sait qu’elle n’était pas aussi importante que celle de Salé. D’après Jean-Léon l’Africain, le nombre des captifs à Tétouan aurait atteint les 3 000 vers 152525. Un des esclaves français libérés affirme avoir été prisonnier avec 300 autres esclaves dans les « matmores »26. Quant au trinitaire français Pierre Dan, il avance de son côté le nombre de 5 000 voire 6 000 captifs chrétiens enfermés dans les bagnes marocains : « On en a compté autrefois jusqu’à plus de cinq ou six mille quand les rois d’Espagne et de Portugal faisaient la guerre en ce pays-là [le Maroc], et après la défaite du roi Dom Sébastien »27. Néanmoins, une étude menée par des chercheurs espagnols sur les matamores de Tétouan revoit ces chiffres à la baisse, en confirmant que ces lieux ne pouvaient accueillir plus de 120 captifs28. En 1654, à Tétouan, le nombre de captifs français de différentes régions était de 30, auxquels vinrent s’ajouter un nombre inconnu d’hommes et d’enfants de Bayonne, qui avaient été pris et conduits à Tétouan29.

La vie quotidienne des captifs

  • 30 . Ellen G. Friedman, Spanish Captives in NorthAfrica in the Early Modern Age, Ph.D., thesis, The C (...)
  • 31 . De la Marinière, L’heureux esclave…, op. cit., p. 81-82.
  • 32 . Lettre de Blaise de Pinna, de l’ordre des Minimes de Saint-François de Paule, envoyé de la priso (...)

10Les sources européennes – en particulier les récits de captivité et de rédemption, ainsi que les biographies de captifs et les rapports consulaires –, se sont souvent intéressées à la misère des captifs chrétiens à Tétouan30.L’heureux esclave décrivait en ces termes la situation de ses amis dans la prison de la Mazmore : « Elle puait comme un retrait, pour n’être parée que de pots à pisser, pendus à la muraille, dans lesquels ils faisaient toutes leurs nécessités »31. Dans un autre passage, l’auteur évoque les mauvaises conditions de sa captivité : « Je souffre depuis douze ans dans cette malheureuse captivité, sous les oppressions de la faim, de la nudité, du travail et d’un continuel mépris, surchargé de fers et de chaînes »32.

  • 33 . Ibid.,p. 678.
  • 34 . Ibid., p. 683-684.
  • 35 . Lettre du consul Pierre Estelle le 10 juin 1687, SIHM, op. cit., France, 2e série, t. III, p. 85
  • 36 . Archivo General de Simancas, Guerra Antigua, Legajo 423, fol. 71 ;Daniel Bernardo Hershenzon, Ea (...)

11Plusieurs témoins chrétiens considéraient la captivité à Tétouan comme étant la plus cruelle et la plus abominable de toute la Barbarie33 : « C’est l’enfer »,écrivait un religieux espagnol capturé en 165434. « Les captifs prient dans des cachots souterrains, où ils ne mangent que deux méchantes galettes par jour qui ne sont que du pur orge »35.Dans certains cas, les captifs chrétiens étaient sévèrement punis, voire même exécutés, s’ils essayaient de s’enfuir. C’est ce qui arriva à douze captifs, qui furent exécutés en 1594 par Ahmed Mfedal36.

  • 37 . Michel Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux xvie et xviie siècles (...)
  • 38 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 675, n. 2.

12Cette horrible vision, ancrée dans l’imaginaire européen, est intimement liée à la propagande diffusée par les rédempteurs pour gagner la compassion et l’appui des chrétiens37. À ce propos, il conviendrait de mesurerla situation des captifs chrétiens en terre d’Islam à l’aune de celle réservée aux captifs musulmans retenus en Chrétienté. Pour une approche plus mesurée de la problématique, les chercheurs devraient également prêter attention aux témoignages positifs des Européens qui connaissaient bien Tétouan et le Maroc. C’est le cas de Don Diego de Moreda, gouverneur de Larache, qui en 1649 écrivait une lettre au roi d’Espagne Philipe IV, vantant l’aide et la protection que le gouverneur de Tétouan donnait aux chrétiens38.

  • 39 . Michel Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux xvie-xviie siècles », (...)
  • 40 . SIHM, op. cit., 1re série, Portugal, t. IV, p. 297.
  • 41 . José Antonio Martínez Torres,Prisioneros de los infieles…, op. cit., p. 65.
  • 42 . Ibid., p. 66-67 ; Henry Koehler, L’Église chrétienne du Maroc et la Mission franciscaine (1221-1 (...)
  • 43 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. III, p. 559.

13Le rôle économique des captifs dans la ville de Tétouan est peu connu ; mais, selon les éléments dont nous disposons, ils furent utilisés pour la plupart comme force de travail dans l’agriculture et la construction39. Le caïd de la ville avait pour habitude de rassembler les captifs de sa propriété – qui étaient plus de cent – pour leur distribuer les différentes tâches40. Le travail le plus dur était celui de la rame sur les galères, qui ne furent jamais abandonnées dans la flotte corsaire tétouanaise41. Les plus avantagés étaient ceux chargés des travaux domestiques42. L’on essaya de mettre à profit le savoir-faire des captifs pour exécuter de grands projets et pour construire et réparer des navires, comme à l’époque de Moulay Ismaïl. En 1693, ce souverain marocain envoya à Tétouan six charpentiers, dont quatre captifs français et deux captifs anglais, pour aider à la construction de 10 brigantins43. Mais la présence des captifs à Tétouan représentait aussi une source économique importante dans le cadre de l’économie du rachat.

Les acteurs des opérations de rachat

Les familles locales

  • 44 . José Antonio Martínez Torres, La trata de esclavoscristianos : Un tráfico de sereshumanos en el (...)
  • 45 . Bernard Vincent, « Procédures et réseaux… », art. cit., p. 133.
  • 46 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 57-58.
  • 47 . FermínMayorga Huertas, Los Moriscos de Hornachos : crucificados y coronados de espinas, Madrid,C (...)
  • 48 . Ibid., p. 188-191.
  • 49 . Ibid., p. 191.
  • 50 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. I, p. 452-457.

14Derrière la grandeur patente du port de Tétouan devenu désormais l’un des plus grands marchés de captifs dans le bassin occidental de la Méditerranée44, il y a l’implication des acteurs locaux dans le commerce des hommes45 : les gouverneurs, les marchands, souvent d’origine morisque46. Sur les 1 028 familles morisques à Tétouan, 49 % d’entre elles participent aux opérations de vente de captifs, ce qui montre la prééminence de ce type de commerce dans l’économie de la ville. C’est ainsi que les sources espagnoles révèlent plusieurs noms directement impliqués dans cette activité, parmi lesquels la famille Tagarino, originaire de Hornachos en Estrémadure, installée à Tétouan dès le début du xviie siècle. Au fil du temps, les activités commerciales de cette famille se sont étendues à d’autres villes portuaires ,comme Tanger et Salé. HametTagarino négocie ainsi avec les pères rédempteurs plusieurs contrats de rachat de captifs47. Quelques années plus tard, entre 1635 et 1645, on retrouve son fils, Ali, à la tête de plusieurs opérations de rachat48. Les sources mentionnent le nom d’une autre famille d’origine andalouse spécialisée dans ce genre de négoce. Il s’agit de la famille des Vargas49. On peut citer d’autres noms, tels que TaherFourteau, Mahomet de Staon, ChametCassem Ben Gary ou encore Leaich Brahim Jamicquo50.

  • 51 . Guillermo GozalbesBusto, Los Moriscos en Marruecos, Grenade, Macarena T.G. Arte, Juberias& CIA, (...)
  • 52 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîdfîtarikh…, op. cit., p. 88.
  • 53 . Ibid., p. 68-69.
  • 54 . Targa est un port situé à quelques kilomètres à l’est de Tétouan et qui dépendait des gouverneur (...)
  • 55 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. I, p. 137.
  • 56 . Ibid., op. cit., p. 68-69 ; SIHM, 1re série, Portugal, t. III, p. 499-501 ; Mohamed Ben Azouz Ha (...)

15En plus des familles morisques, et pendant plus d’un siècle, de nombreux hommes et femmes de pouvoir, ou évoluant dans l’entourage immédiat du pouvoir, s’engagent dans cette voie lucrative où les perspectives de profits étaient bien réelles51. Un exemple significatif est celui de la famille Al-Mandari, grande propriétaire d’esclaves, qui gouverna la ville du Détroit pendant plus de soixante-dix ans52. Sit al-Horra, épouse d’Abi al-Hassan Al-Mandari, en possédait à elle seule un grand nombre. En 1541, elle acquit 16 Portugais capturés par les corsaires d’Alger et demanda au gouverneur de Ceuta de les racheter au prix de 1 300 cruzados53. Elle aurait même refusé les termes du traité de paix signé entre le roi de Fès et celui du Portugal et, à en croire Sébastian de Vargas, l’envoyé portugais, elle aurait procédé à l’envoi de Targa54 vers Alger de « trois convois de chrétiens, dans chacun desquels il y avait de 18 jusqu’à 20 captifs »55. Plus d’une fois, les gouverneurs tétouanais, issus de cette famille, proposèrent aux gouverneurs du préside et aux rois d’Espagne de négocier le rachat de captifs56.

  • 57 . Guillermo Gozálbes Busto, Los moriscos…, op. cit., p. 113.
  • 58 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 24.
  • 59 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 675.

16Les gouverneurs issus de la famille al-Naqsis adoptent la même stratégie, puisqu’ils alternent attaques contre les présides, guerre de course et gestion des opérations de rédemption, en délivrant aux uns des passeports et aux autres des sauf-conduits. Ils accaparent ainsi l’essentiel des revenus des opérations et amassent de grandes fortunes57. En 1607, lors de ses négociations avec le gouverneur de Ceuta en vue d’un rachat de captifs chrétiens, le gouverneur de Tétouan, Ahmed al-Naqsis, pose ses conditions financières58, ce qui scandalise.les pères rédempteurs qui n’hésitent pas à accuser le gouverneur de vouloir cumuler les bénéfices « sur le sang chrétien »59.

  • 60 . Guillermo Gozálbes Busto, Los Moriscos…, op. cit., p. 29, 99.
  • 61 . Ibid., p. 103.
  • 62 . Ibid., p. 100-114 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 18.

17La famille al-Mufadal, considérée comme une des plus anciennes familles de Tétouan, possédait également un grand nombre de captifs. Cette famille est mentionnée pour la première fois en 1523, à côté d’Abi al-Hassan al-Mandari60. En 1548, l’un de ses membres nommé Ahmad Mufadal, qui était juge, retient une part de plus de 17 % d’une opération de rachat61. Leur nom apparaît au fil du temps dans des transactions similaires, réalisant à chaque fois des profits considérables62, comme en 1579, 1583 ou 1609, et jusqu’au milieu du xviie siècle. Malgré l’instabilité politique du Maroc, et grâce à sa fortune et à ses alliances par le mariage, cette famille réussit à rester dans le circuit du commerce des captifs.

  • 63 . Leïla Maziane, Salé et ses corsaires…, op. cit., p. 298.
  • 64 . Jacobo Israel Garcón, Los judíos hispano-marroquíes, Madrid, Hebraica Ediciones, 2008, p. 96-97  (...)
  • 65 . JacoboIsraelGarcón, Los judíos…, op. cit., p. 97.
  • 66 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 675.
  • 67 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. I, p. 453.
  • 68 . Ibid.

18Les Juifs de Tétouan, s’appuyant sur un réseau étendu à la plupart des ports de la Méditerranée63, sont également fortement engagés dans le commerce des captifs, s’adjugeant 20 % de chaque transaction64.C’est le cas d’Isaac Frime, d’Eleazar Mamias, de Samuel Marrache65, ou encore, en 1654, du marchand Pariente66. Quant à Abraham Venan67, son nom apparaît dans les documents dès 1674, et, lors de la rédemption de 1704, il vend un de ses captifs à 822 livres68.

  • 69 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 561.
  • 70 . Ibid.,p. 670.

19Les négociants chrétiens du lieu participaient aussi à ce commerce, en dépit du lien religieux qui les liait aux captifs69. C’est ainsi que, lors de leur séjour à Tétouan et à Salé en 1654, les pères rédempteurs affirment avoir observé que « les Turcs et les Maures ne sont pas les seuls tyrans des pauvres chrétiens esclaves, mais qu’il y a des anthropophages chrétiens qui, sous couleur du trafic, savent déguiser leurs saulces pour mieux savourer la substance et boire le sang de ces pauvres crucifiés »70.

20Auprès des captifs : rédempteurs, agents consulaires et autres

  • 71 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâdal-Naqsîs…, op. cit., p. 62 ; José Antonio Martínez Torres, Prisio (...)
  • 72 . SIHM, op. cit., 1re série, Portugal, t. IV, p. 306- 309.
  • 73 . Ibid., p. 297- 302.
  • 74 . Jean-Claude Laborie, « Les ordres rédempteurs… », art. cit., p. 97.

21À Tétouan, la triste image des captifs suscita l’intervention de plusieurs acteurs chrétiens : les institutions religieuses, les commerçants et les consuls. Les missionnaires consacrèrent l’essentiel de leurs efforts à la consolation des captifs, en les assistant dans leurs pratiques religieuses71, leur offrant soins72 et nourriture, leur distribuant l’aumône, et même en passant la nuit dans les bagnes avec eux73. Les récits de rédemption auréolaient les travaux des pères rédempteurs de sacrifice et de sainteté, et la diffusion de cette idée parmi les fidèles facilita les opérations de rassemblement des dons et le soutien des autorités74.

  • 75 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. IV, p. 282- 283.
  • 76 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. III, p. 89.
  • 77 . Ibid., p. 336.

22Quant aux consuls accrédités dans les ports marocains, ils déploient de grands efforts dans ce sens, en distribuant avec charité75 de la nourriture, comme le déclare le consul de la nation française, Pierre Estelle dans une lettre en 1687 : « Je leurs donne tous les jours du pain et de la viande pour les malades, hors de cela il en serait mort la plus grande partie tant de faim que de la puanteur et infection dudit lieu où ils sont »76. En 1690, le même consul est obligé de dépenser 300 livres pour habiller 34 matelots naufragés sur la côte de Tétouan77.

  • 78 . José Antonio Martínez Torres, Prisioneros…, op. cit.,p. 80 ; SIHM, 1re série, France, t. III, p. (...)
  • 79 . Pierre Dan (le révérend père), Histoire de Barbarie et ses corsaires…, op. cit., p. 260.
  • 80 . Ibid., p. 261 ; José Antonio Martínez Torres, « Corso turco-berberisco… », art. cit., p. 92-93 ; (...)
  • 81 . SIHM, 1re série, Portugal, t. IV, op. cit., p. 292 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâdal-Naqsîs…, o (...)

23Le rachat ou l’échange des captifs reste le but essentiel de la plupart des missions organisées par les institutions ecclésiastiques, notamment par les Trinitaires ou Mathurins en France et les Mercédaires en Espagne78. L’accès à Tétouan s’opérait via Tarifa ou Cadix, en passant par Ceuta ou directement vers le port de Tétouan79. L’entrée est conditionnée par l’obtention d’un sauf-conduit délivré par les autorités80. Il arrive souvent que son obtention se complique en raison de la situation politique interne du pays ou des relations entre les autorités de Tétouan et celles de Ceuta81.

  • 82 . Ellen G. Friedman, SpanishCaptives…,op. cit. ; José Antonio Martínez Torres, Prisioneros de los (...)

24Les données recueillies jusqu’à présent montrent que sur une période de 130 ans, entre 1541 et 1670, Tétouan aurait reçu 78 missions de rachat82, qui aboutirent à la libération de 8 038 captifs chrétiens, avec une moyenne de 103 captifs par opération. Néanmoins, la distribution des missions n’était guère régulière, puisque 48 années seulement ont connu des opérations de rachat, portant la moyenne de captifs rachetés à 167 par mission.

25Les Trinitaires organisèrent 32 missions, dont 19 venues d’Espagne et 13 du Portugal, qui aboutirent à la libération de 4 010 captifs : 1 857 par les Espagnols et 2 153 par les Portugais. Quant aux Mercédaires espagnols, ils mirent en place 14 missions, libérant 1 695 captifs. Les missionnaires espagnols (Trinitaires et Mercédaires réunis), plus présents à Tétouan, réussirent donc à mener à bien 33 missions, libérant ainsi 3 552 captifs. Quant aux missionnaires portugais, ils purent racheter 2 153 captifs à travers 13 missions opérées entre 1541 et 1670.

Figure 1. Évolution du nombre de missions de rédemption à Tétouan (xvi e et xvii e siècles)

Figure 1. Évolution du nombre de missions de rédemption à Tétouan (xvi e et xvii e siècles)

Figure 2. Évolution du nombre des captifs libérés à Tétouan (xvi e et xvii e siècles)

Figure 2. Évolution du nombre des captifs libérés à Tétouan (xvi e et xvii e siècles)

26Les deux graphiques montrent que l’activité de rachat s’accroît dans le temps, tant pour ce qui concerne le nombre de missions de rédemption que celui des captifs libérés.

  • 83 . Pierre Dan (le révérend père), Histoire de Barbarie …, op. cit., p. 175.

27Cette croissance coïncide en effet avec l’effritement politique que le Maroc a connu pendant ces périodes et qui a été bénéfique pour la guerre de course. Celle-ci prospère sur la rive gauche de la rivière de Martil, et cette situation contribue largement à la quasi-indépendance de Tétouan par rapport au Makhzen, auquel la population reproche le prélèvement de la dîme83.

Le prix du captif, indice dans l’approche quantitative du commerce de l’homme

  • 84 . Louis-Augustin Boiteux, La fortune de la mer, le besoin de sécurité et les débuts de l’assurance (...)
  • 85 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 59-60.
  • 86 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 45-47.
  • 87 . FermínMayorga, Los Moriscos de Hornachos…, op. cit., p. 190.
  • 88 . De la Marinière, L’heureux esclave…, op. cit., p. 82-83.

28Devant le manque de données, l’analyse de la valeur économique de cette activité reste provisoire. Nous avons cependant remarqué que le prix des captifs variait selon plusieurs éléments84. Il y avait d’abord, le statut social : une rançon élevée était demandée pour les nobles, les ecclésiastiques et les soldats de haut rang. En 1649, ce fut le cas du fils de gouverneur de Ceuta, dont la rançon exigée était de 32 000 pesos, ou encore celui d’un capitaine racheté à 14 072 réaux d’argent en 164085. L’exemple le plus marquant de cette différence apparaît dans le règlement établi par l’État portugais qui, en 1556, déterminait le montant pour la rédemption en fonction du grade militaire : le prix d’un soldat était de 60 onces, alors que celui d’un chevalier pouvait atteindre 200 onces86. Le second facteur qui intervenait dans le prix de la rançon, c’était le sexe et l’âge du captif. Un homme valait plus cher qu’un enfant. C’est le cas d’un homme dont la rançon dépassa les 9 000 réaux d’argent, alors qu’une femme et sa petite fille furent vendues à 4 000 réaux d’argent87. La période choisie pour le rachat avait aussi son importance. Début décembre, l’on vend peu d’esclaves en Barbarie, car les galères demeurent aux ports et les autres vaisseaux font peu la course. D’ailleurs, les pères rédempteurs ne vont ordinairement à Tétouan qu’au mois d’avril, mai ou juin88.

  • 89 . Ibid., p. 83.

29Le dernier élément qui affectait le prix était la nationalité. La rançon des captifs espagnols et portugais était plus élevée que celle des Français, peu rachetés : « Comme ils [pères rédempteurs] ne viennent que d’Espagne et de Portugal, n’achetant que ceux de leur nation, les Français et les autres étant comme désespérés de leur liberté, fait que la plupart se font renégats, qui fait qu’il y en a beaucoup en cette ville-là, principalement des Provençaux »89.

  • 90 . D’après les travaux de Guillermo GozalbesBusto, Los moriscos en Marruecos…, op.cit. ; Mohamed Be (...)

Tableau 2. Moyenne du prix de rachat des captifs chrétiens à Tétouan (1523-1645)90

Tableau 2. Moyenne du prix de rachat des captifs chrétiens à Tétouan (1523-1645)90

30Les revenus de l’économie de la rançon, durant les périodes de l’essor de la course à l’époque moderne, produisirent sans doute une dynamique sociale, qui se reflète dans la croissance démographique de Tétouan et dans la naissance d’une élite dotée d’une grande fortune et d’un fort pouvoir politique. Cependant, il ne s’agit là que d’un aspect des échanges entre les deux rives de la Méditerranée, et cette économie de la rançon perd progressivement de son importance en faveur d’autres formes d’échanges économiques pacifiques.

Haut de page

Notes

1 . Jean Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux xviie et xviiie siècles », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 9, n° 2, 1954, p. 157-164.

2 . Wolfgang Kaiser, « L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (xvie-xviie siècle) », Hypothèses, 2006/1, p. 359-368.

3 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a Cristandade e o Islão, séculos XV-XVII : cautivos e renegadosnasfranjas de duassociedadesemconfronto, Ceuta, Instituto de EstudiosCeutíes, 1998, p. 14.

4 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîsfî hukm Titwân, Tétouan, Imprimerie Al-Khalij Al-Arabi, 2002, p. 30.

5 . Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], Paris, Armand Colin, 2e édition 1966, vol. 2, p. 190-212 ; Geoffrey Fisher,BarbaryLegend. War, Trade and Piracy in North Africa, 1415-1830, Oxford, Clarendon Press, 1957 ; Salvatore Bono, I corsari barbareschi, Turin, ERI, 1975 ; Salvatore Bono, Corsari nel Mediterraneo. Cristiani e musulmani fra guerra, schiavitù e commercio, Milan, Mondadori, 1993.

6 . Guillermo GozalbesBusto, « Sit el Hurra, gobernadora de Tetuán (Siglo XVI) », Actas delcongresointernacional « El Estrecho de Gibraltar », Madrid, Uned, 1988, p. 472.

7 . LesSources inédites de l’Histoire du Maroc (dorénavant SIHM), Paris, Paul Geuthner, 1953, 1re série, Portugal, t. IV, p. 269 ; Bernard Vincent, « Procédures et réseaux de rachat des captifs dans l’Espagne des xvie-xviie siècles », dansWolfgang Kaiser(dir.),Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, xv e-xviii e siècle, Rome, École française de Rome, 2008, p. 123.

8 . Leila Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727), un port de course marocain du xvii e siècle, Caen, PUC, 2007, p. 224.

9 . Miguel de Cervantès, La illustre Fregona, cité par Henri de Castries, « Les trois Républiques du Bou-Regreg, Salé, la Kasba, Rabat », SIHM, Paris, Paul Geuthner, 1923, 1re série Pays-Bas t. V, p. XII.

10 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-JadîdfîtârîkhTitwân,Tétouan, Al-Khalij Al-Arabi, 2000, t. I, p. 68.

11 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade…, op. cit., p. 26.

12 . Guillermo GozalbesBsto, « Cautiverios y redenciones en el Marruecos de la edadModerna. El caso de Cuevas de Almanzora (1573-1579) », Revistadelcentro de estudioshistóricos de Granada y su reino, no 4, 1990, p. 223 et n. 26, 27 et 28 ; Bernard Vincent, « Un exemple de course barbaresco-morisque : l’attaque de Cuevas de Almanzora (1573) », Pedralbes, Revista d’historia moderna, no 1, 1981, p. 7-20 ; Leila Maziane, Salé et ses corsaires…, op. cit., p. 227.

13 . Bernard Vincent, « Un exemple de course barbaresco-morisque… », art. cit. p. 7-20 ; Leila Maziane, Salé et ses corsaires…, op. cit., p. 227.

14 . Guillermo GozalbesBusto, « Cautiverios y redenciones… », art. cit., p. 214 ; Francisco G. Seijo Alonso, Torres de vigía y defensa contra los piratas berberiscas de la costadelreino de Valencia, Alicante, Seijo, 1978 ; Juan Bautista Vilar, « Fortificación y defensadellitoral en el Sur valenciano (s. XVI-XVII) », Cuadernos de la Bibliotecaespañola de Tetuán, no 19-20, juin-décembre 1979, p. 131-164.

15 . Rodrigo Valdecantos Dema, « Las Torres de vigía de la bahía de Gibraltar », Actas delcongresointernacional ‘El Estrecho de Gibraltar’, op. cit., t. II, p. 425-452 ; Alfonso GámirSandoval, Organización de la defensa de la costadelReino de Granada desde su reconquistahasta finales delsiglo XVI, Grenade, Imp. F. Román Camacho, 1944 ; Alfonso GámirSandoval, « Las fortificacionescosterasdelreino de Granada al accidente de la ciudad de Málaga, hasta el campo de Gibraltar », Miscelánea de EstudiosÁrabes y Hebráicos, 1960, p. 135-156.

16 . Leila Maziane, Salé et ses corsaires…, op. cit., p. 224.

17 . Eloy Martín Corrales, « El miedo a los corsariosnorteafricanos en la mentalidadcolectivacatalanadelsiglo XVIII », VIII jornades d’EstudishistoricsLocals,Majorque, Institutd’EstudisBaleàrics, 1990, p. 217-230.

18 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 30.

19 . SIHM, Paris, Ernest Leroux, 1922, 1re série, France, t. I, p. 355-358.

20 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. I, p. 451-457.

21 . SIHM, op. cit., 1re série, Portugal, t. IV, p. 65-67, 75-81.

22 . Ibid., p. 65-67, 75-81, 102-103 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîd…, op. cit., p. 60, 70-71, 91-92, 98.

23 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 43 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîd…, op. cit., p. 91-92.

24 . José Antonio Martínez Torres, Los cautivosrescatados de la Monarquíahispánica en el Nortede África (1523-1692), thèse de doctorat inédite, Universidadautónoma de Madrid, 2002, p. 83-109.

25 . Jean-Léon l’Africain, Description de l’Afrique, Trad. Dr. M. Hajji et Dr. M. Lakhdar, Beyrouth, Dar al-Gharb al-Islami, 2e édition 1983, p. 319.

26 . De la Marinière, L’heureux esclave ou relation des aventures du Sieur de la Marinière, Paris, chez Olivier de Varenes, 1674, p. 82. Ce que les Français nomment « matmores » – et les Espagnols « mazamorras » – étaient à Tétouan des cachots souterrains, creusés dans le calcaire.Ce mot vient de l’arabe « matmora », qui signifie « enterré » ou « souterrain ».

27 . Pierre Dan (le révérend père), Histoire de Barbarie et ses corsaires des royaumes et des villes d’Alger, de Tunis, de Salé, et de Tripoli, Paris, chez Pierre Rocolet, 1649, p. 232.

28 . César Luis de Montalbán y de Mazas, Las mazmorras de Tetuán, su limpieza y exploración, Madrid, CompañíaIbero-Americana de Publicaciones, 1929, p. 9.

29 . SIHM, 1re série, France, t. III, Paris, Ernest Leroux, 1927, p. 677- 678.

30 . Ellen G. Friedman, Spanish Captives in NorthAfrica in the Early Modern Age, Ph.D., thesis, The City University of New York, 1975, p. 69.

31 . De la Marinière, L’heureux esclave…, op. cit., p. 81-82.

32 . Lettre de Blaise de Pinna, de l’ordre des Minimes de Saint-François de Paule, envoyé de la prison de Tétouan le 11 mai 1654, SIHM, op. cit.,1re série, France, t. III, p. 673-674.

33 . Ibid.,p. 678.

34 . Ibid., p. 683-684.

35 . Lettre du consul Pierre Estelle le 10 juin 1687, SIHM, op. cit., France, 2e série, t. III, p. 85.

36 . Archivo General de Simancas, Guerra Antigua, Legajo 423, fol. 71 ;Daniel Bernardo Hershenzon, Early Modern Spain and the Creation of the Mediterranean : Captivity, Commerce, and Knowledge, Ph.D thesis, The University of Michigan, 2011, p. 91.

37 . Michel Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux xvie et xviie siècles », Cahiers de Tunisie, t. XLIV, no 157-158, 3e trimestre 1991, p. 7-43 ; Jean-Claude Laborie, « Les ordres rédempteurs et l’instrumentalisation du récit de captivité : l’exemple des trinitaires, entre 1630 et 1650 », dans François Moureau (dir.), Captifs en Méditerranée(xvi e-xviii e siècles) : Histoires, récits et légendes, Paris, PUPS, 2008, p. 93-94.

38 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 675, n. 2.

39 . Michel Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux xvie-xviie siècles », Cahiers de Tunisie, t. XLIV, no 157-158, 3e trim., 1991, p. 7-43 ; Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 54, 57.

40 . SIHM, op. cit., 1re série, Portugal, t. IV, p. 297.

41 . José Antonio Martínez Torres,Prisioneros de los infieles…, op. cit., p. 65.

42 . Ibid., p. 66-67 ; Henry Koehler, L’Église chrétienne du Maroc et la Mission franciscaine (1221-1790), Paris, Société d’éditions franciscaines, 1934, p. 157.

43 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. III, p. 559.

44 . José Antonio Martínez Torres, La trata de esclavoscristianos : Un tráfico de sereshumanos en el Mediterráneodurante la EdadModerna, Madrid, Anaya, BibliotecaBásica de Historia, 2011, p. 52.

45 . Bernard Vincent, « Procédures et réseaux… », art. cit., p. 133.

46 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 57-58.

47 . FermínMayorga Huertas, Los Moriscos de Hornachos : crucificados y coronados de espinas, Madrid,Cultiva Libros, 2009, p. 187-188.

48 . Ibid., p. 188-191.

49 . Ibid., p. 191.

50 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. I, p. 452-457.

51 . Guillermo GozalbesBusto, Los Moriscos en Marruecos, Grenade, Macarena T.G. Arte, Juberias& CIA, 1992, p. 90 ; Leïla Maziane, Salé et ses corsaires, op. cit., p. 296.

52 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîdfîtarikh…, op. cit., p. 88.

53 . Ibid., p. 68-69.

54 . Targa est un port situé à quelques kilomètres à l’est de Tétouan et qui dépendait des gouverneurs de Tétouan.

55 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. I, p. 137.

56 . Ibid., op. cit., p. 68-69 ; SIHM, 1re série, Portugal, t. III, p. 499-501 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîd…, op. cit., p. 89 ; SIHM, 1re série, Espagne, t. III, p. 98.

57 . Guillermo Gozálbes Busto, Los moriscos…, op. cit., p. 113.

58 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 24.

59 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 675.

60 . Guillermo Gozálbes Busto, Los Moriscos…, op. cit., p. 29, 99.

61 . Ibid., p. 103.

62 . Ibid., p. 100-114 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 18.

63 . Leïla Maziane, Salé et ses corsaires…, op. cit., p. 298.

64 . Jacobo Israel Garcón, Los judíos hispano-marroquíes, Madrid, Hebraica Ediciones, 2008, p. 96-97 ; Guillermo Gozalbes Busto, Los moriscos…,op. cit., p. 103-110, 119-146 ; José Antonio Martínez Torres, « Corso turco-berberisco… », art. cit., p. 104.

65 . JacoboIsraelGarcón, Los judíos…, op. cit., p. 97.

66 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 675.

67 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. I, p. 453.

68 . Ibid.

69 . SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 561.

70 . Ibid.,p. 670.

71 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâdal-Naqsîs…, op. cit., p. 62 ; José Antonio Martínez Torres, Prisioneros…, op. cit.,p. 72.

72 . SIHM, op. cit., 1re série, Portugal, t. IV, p. 306- 309.

73 . Ibid., p. 297- 302.

74 . Jean-Claude Laborie, « Les ordres rédempteurs… », art. cit., p. 97.

75 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. IV, p. 282- 283.

76 . SIHM, op. cit., 2e série, France, t. III, p. 89.

77 . Ibid., p. 336.

78 . José Antonio Martínez Torres, Prisioneros…, op. cit.,p. 80 ; SIHM, 1re série, France, t. III, p. 555-562 ; Ellen G. Friedman, Spanish Captives…, op. cit.,p. 3 ; Claude Larquié, « L’Église et le commerce des hommes en Méditerranée : l’exemple des rachats de chrétiens au xviie siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. XXII, 1986, p. 305-324 ; Jean-Claude Laborie, « Les ordres rédempteurs… », art. cit., p. 94-96 ; Claude Larquié, « Le rachat des chrétiens en terre d’islam au xviie siècle (1660-1665) », Revue d’histoire diplomatique, no 4, oct.-déc. 1980, p. 297-351.

79 . Pierre Dan (le révérend père), Histoire de Barbarie et ses corsaires…, op. cit., p. 260.

80 . Ibid., p. 261 ; José Antonio Martínez Torres, « Corso turco-berberisco… », art. cit., p. 92-93 ; José AntonioJosé Antonio Martínez Torres,Prisioneros de losinfieles…,op. cit., p. 92-93.

81 . SIHM, 1re série, Portugal, t. IV, op. cit., p. 292 ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâdal-Naqsîs…, op. cit., p. 61.

82 . Ellen G. Friedman, SpanishCaptives…,op. cit. ; José Antonio Martínez Torres, Prisioneros de los infieles…, op. cit. ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit. ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadid …, op. cit. ;FermínMayorga, Los Moriscos de Hornachos…, op. cit. ; Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade…, op. cit. ; Daniel Bernardo Hershenzon, Early Modern Spain…, op. cit. ; Rafael de San Juan, De la Redencion de CautivosSagradoInstituto del Orden de la SSma. Trinidad : De suantigüedad,calidad y privilegiosquetiene y de lascontradiccionesque ha tenido, Madrid, por Antonio Gonçalez de Reyes, 1686.

83 . Pierre Dan (le révérend père), Histoire de Barbarie …, op. cit., p. 175.

84 . Louis-Augustin Boiteux, La fortune de la mer, le besoin de sécurité et les débuts de l’assurance maritime, Paris, SEVPEN, 1968, p. 150, 175 et 181 ; José Antonio Martínez Torres, « Corso turco-berberisco… », art. cit., p. 90, 104 ; SIHM, op. cit., 1re série, France, t. III, p. 562.

85 . Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit., p. 59-60.

86 . Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Entre a cristandade e o islão…, op. cit., p. 45-47.

87 . FermínMayorga, Los Moriscos de Hornachos…, op. cit., p. 190.

88 . De la Marinière, L’heureux esclave…, op. cit., p. 82-83.

89 . Ibid., p. 83.

90 . D’après les travaux de Guillermo GozalbesBusto, Los moriscos en Marruecos…, op.cit. ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Awlâd al-Naqsîs…, op. cit. ; Mohamed Ben Azouz Hakim, Al-Jadîd…, op. cit. ; FermínMayorga, Los Moriscos de Hornachos…, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les présides ibériques du Maroc méditerranéen3
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/7207/img-1.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Figure 1. Évolution du nombre de missions de rédemption à Tétouan (xvi e et xvii e siècles)
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/7207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2. Évolution du nombre des captifs libérés à Tétouan (xvi e et xvii e siècles)
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/7207/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 2. Moyenne du prix de rachat des captifs chrétiens à Tétouan (1523-1645)90
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/7207/img-4.png
Fichier image/png, 2,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohammed El Jetti, « Tétouan, place de rachat des captifs aux XVIe et XVIIe siècles », Cahiers de la Méditerranée, 87 | 2013, 147-158.

Référence électronique

Mohammed El Jetti, « Tétouan, place de rachat des captifs aux XVIe et XVIIe siècles », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 87 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/7207

Haut de page

Auteur

Mohammed El Jetti

Mohammed El Jetti enseigne l’histoire dans le secondaire. Il est membre du laboratoire Maroc-Mondes Occidentaux (MMO) et, actuellement, il prépare à l’université Hassan II Mohammedia-Casablanca une thèse de doctorat sur Les activités maritimes de Tétouan : guerre de course et commerce (xvi e-xviii e siècle). Il a présenté ses travaux de recherches dans de nombreuses rencontres scientifiques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org