Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant (dir.), Entrer en communication, de l’âge classique aux Lumières, (Thierry Rentet) Paris, Classiques Garnier, coll. « Les Méditerranées », 2012, 347 p.

Thierry Rentet
p. 355-356

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble treize articles issus de la fusion de deux journées d’études du groupe CITERE, répartis en quatre chapitres : « Entrée en communication par la construction d’un réseau », « Entrée en communication par l’inclusion dans un réseau », « Entrée en communication et culture de la mobilité », et « Succès et échecs de l’entrée en communication ». Ventilés sur les trois siècles de l’époque moderne, avec un léger penchant pour le xviiie siècle, les articles sont complétés par deux index, l’un thématique (70 occurrences) et l’autre géographique (54 occurrences), outils très utiles pour le lecteur.

2Avant de développer les aspects positifs qui rendent la lecture stimulante, abordons les deux points les plus perfectibles. Le premier concerne les illustrations graphiques et statistiques. Leur utilisation comme appoint à une démonstration peut s’avérer pertinente, à condition d’être lisibles et compréhensibles rapidement, et de reposer sur des corpus significatifs. Le second renvoie à l’index thématique. Mise à part l’entrée « communication », les principales occurrences sont « lettres », « correspondance » et « réseau ». Pourquoi ne pas y avoir fait figurer « broker » et « intermédiaire », voire « passeur » ?

3Car, premier apport, l’ouvrage montre parfaitement le rôle incontournable de l’intermédiaire dans le processus d’entrée en communication. Évoqué en introduction (p. 16), l’intermédiaire caractérise le niveau « méso » (noblesse moyenne de Jean-Marie Constant, officiers moyens de Michel Cassan…) d’une étude réticulaire. Ici, la définition est ouverte. On pense d’emblée au support classique de la lettre, repris, à juste titre, par la majorité des contributions ; lettres d’introduction, de recommandation, de relance, d’information, d’injonction… Une typologie des missives peut être dressée, d’où découlent des échelles d’intermédiarité. On pense aussi aux personnages dont la plupart sont ce qu’il faut bien appeler, sans que l’expression soit forcément péjorative, des « seconds couteaux ». À côté de Catherine de Médicis ou de Don Juan José d’Austria, dont les entrées en communication influent d’ailleurs directement sur le changement de stature politique, les noms de Louis Gérard, François de Paule Latapie, Dominique Chaix sont ceux d’honnêtes hommes de lettres ou de sciences à l’envergure limitée, tandis que Louis de Beausobre « ne fait pas partie de l’intelligentsia francophone de la cour et de l’Académie frédériciennes » (Anne Baillot, p. 123). On peut même avoir affaire à des relégués comme dans le cas de Luisa de Padilla, femme, aristocrate et Espagnole dans l’Espagne d’Olivarès, ou à des penseurs marginaux tel Boulainvilliers.

4Pour tous cependant, deuxième intérêt, les stratégies d’entrée en communication sont bien mises en évidence. Elles réussissent malgré les obstacles physiques (Kenneth Loiselle et Gilles Montègre), sociaux (Marie-Laure Acquier), politiques (Héloïse Hermant), moraux (Géraldine Sheridan), souvent grâce à une bonne préparation en amont (Florence Catherine) ou à un relatif isolement qui autorise un développement autonome (Pierre-Yves Beaurepaire). Mais celles qui échouent sont aussi éclairantes. Jean Boutier (dont la communication peut être lue avant celle d’Alain Cantillon qui la précède car toutes deux portent sur Leibniz) montre que le choix du solliciteur est capital, au risque d’une fin de non-recevoir.

5En creux, l’ouvrage amène à formuler des réflexions et des questions qui incitent à poursuivre l’ébauche présentée. Il existe les réseaux des exclus et des angles morts de l’entrée en communication. Ceux-ci renvoient à une vision très utilitariste du donner-recevoir-rendre de Marcel Mauss qui semble particulièrement prégnante dans les relations politiques. En outre, l’établissement d’un lien crée, ou active, des fidélités et des clientèles. L’approche anthropologique proposée permet de rajeunir l’analyse de notions chères à Roland Mousnier. Les moments de crise, en donnant à ce mot un sens très large, sont-ils plus propices à l’entrée en communication que les périodes moins agitées ? Enfin, où placer le curseur ? À partir de quel moment l’entrée en communication prend-elle fin ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Rentet, « Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant (dir.), Entrer en communication, de l’âge classique aux Lumières, (Thierry Rentet) Paris, Classiques Garnier, coll. « Les Méditerranées », 2012, 347 p. », Cahiers de la Méditerranée, 88 | 2014, 355-356.

Référence électronique

Thierry Rentet, « Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant (dir.), Entrer en communication, de l’âge classique aux Lumières, (Thierry Rentet) Paris, Classiques Garnier, coll. « Les Méditerranées », 2012, 347 p. », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 88 | 2014, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/7621

Haut de page

Auteur

Thierry Rentet

Université Paris-Nord
Centre de recherches espace, société, culture (CRESC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org