Navigation – Plan du site
Ardengo Soffici. Intellectuel, écrivain, poète et peintre, entre France, Italie et Russie

Souvenir de Soffici

Marina Poggi
Traduction de Serge Milan
p. 135-136

Texte intégral

1Ma mère était la fille d’un artiste remarquable, capable de maîtriser de nombreuses techniques afin de partager sa vision du monde. En poésie ou en prose, par la peinture, la sculpture, la gravure et d’autres moyens, son travail représente son amour pour la manière dont les couleurs, les formes et les sentiments touchaient son âme.

2Après la seconde guerre mondiale, ma mère, qui était si belle et qui possédait une âme si délicate, se sentit accablée non seulement par les horreurs auxquelles elle avait assisté pendant le conflit, mais également et surtout par les humiliations subies par son père bien aimé. Elle épousa mon père en Italie et ils s’installèrent rapidement au Brésil : de fait, ils s’enfuirent. Je naissais quinze ans plus tard, la dernière de trois sœurs, et nous avons grandi dans un pays où l’œuvre de mon grand-père est très peu connue, et uniquement dans des cercles académiques restreints. Même si elle était très fière de son père et de son génie, ma mère en parlait très peu, sauf à papa.

3À deux ans, mon grand-père nous envoya des billets d’avion, afin que toute la famille puisse venir en Italie. Je ne réalise qu’aujourd’hui à quel point cela a été inouï, à l’époque : c’était un luxe. Deux fois avant ma naissance, ma famille était revenue en Italie, mais toujours par bateau. J’ai donc rencontré mon grand-père en 1964. Nous sommes allés à Poggio di Caiano, puis à Forte dei Marmi. Je me souviens encore de l’odeur de la térébenthine de son atelier… On me mettait dans un grand fauteuil vert, pour le regarder peindre. Je crois qu’il voulait que je sois là, car je ne peux penser à aucune autre raison pour laquelle on laisserait une enfant avec un grand-père peintre qui, d’habitude, ne laissait personne le déranger dans son travail.

4On m’a raconté qu’il avait été très impressionné lorsqu’un jour, après une promenade sur la plage où nous avions vu de petits bateaux de pêche (les pescherecci), j’ai pointé du doigt l’un de ses dessins au mur de la salle à manger en m’écriant « Pescherecci ! » – imaginez un enfant de cet âge capable de discerner un croquis sur papier… Je me demande ce qu’il dirait aujourd’hui de son arrière-arrière-petit enfant de deux ans, lorsqu’il est devant les ordinateurs.

5Le nonno nous quitta cet été-là, le 19 août, trois jours après avoir été photographié une toute dernière fois : j’étais sur ses genoux et il souriait.

6Les seuls souvenirs vivaces que j’ai de nonno Ardengo sont ceux du jour où l’on prit cette photo, de l’odeur de la térébenthine lorsqu’il peignait et d’un bref moment à table, lors d’un déjeuner à Forte, pendant lequel il riait, face à moi, de mon imitation d’un ver à l’intérieur d’une pêche.

7Malgré tout, j’ai eu beaucoup de chance, car je le découvre maintenant au travers de ce qu’il a peint et écrit – et il savait écrire avec des pinceaux, et peindre avec des mots.

8Je suis également très chanceuse, car de très nombreuses personnes, des écrivains, des critiques, des universitaires de plus en plus nombreux l’ont étudié, et continuent de l’étudier de plus en plus nombreux, ce qui ne cesse de me surprendre.

9Dernièrement, j’ai rencontré plusieurs de ces personnes, qui étudient mon grand-père et son œuvre de par le monde : je suis sans cesse étonnée de constater à quel point ils le connaissent bien mieux que moi.

10Je peux simplement dire à quel point je suis reconnaissante à tous ceux qui consacrent leur temps à maintenir sa mémoire vivante : non pas simplement parce qu’il était mon grand-père, mais parce que je crois nécessaire de faire connaître sa curiosité et sa considération pour la beauté et pour l’art.

Ardengo Soffici et Marina Poggi, août 1964

Ardengo Soffici et Marina Poggi, août 1964

Collection privée Marina Poggi

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ardengo Soffici et Marina Poggi, août 1964
Crédits Collection privée Marina Poggi
URL http://cdlm.revues.org/docannexe/image/7974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Poggi, « Souvenir de Soffici », Cahiers de la Méditerranée, 90 | 2015, 135-136.

Référence électronique

Marina Poggi, « Souvenir de Soffici », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 90 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 février 2017. URL : http://cdlm.revues.org/7974

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org