Navigation – Plan du site

Avant-propos

Khalifa Chater et Robert Escallier

Texte intégral

1Tout au long de la deuxième moitié du vingtième siècle, la Méditerranée occidentale a connu des transformations radicales tant dans les domaines du politique, de l’économie que dans ceux de la géographie et de la sociologie. Les villes méditerranéennes dont on louait hier encore la solidarité du modèle d’organisation et la permanence d’une réalité sociale et culturelle inséparable d’une façon de vivre ensemble entre“cittadini” au travers des relations interpersonnelles et des échanges quotidiens denses et évolués, n’en sont pas sorties indemnes.

2Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, les pays de la Méditerranée occidentale paraissent encore installés dans un monde traditionaliste peu concerné par les modernisations ; à l’exception de quelques régions côtières, les sociétés demeurent fortement imprégnées par le monde rural où se pérennisent inégalités foncières et archaïsme des statuts.

3L’industrie pèse peu au regard de l’agriculture. Seules quelques villes sont relativement bien pourvues  et constatent  avec l’affirmation des alliances stratégiques entre négociants et industriels au sein des Chambres de commerce et d’industrie, la montée d’une classe ouvrière porteuse de nouvelles valeurs et solidarités.

4L’administration territoriale est sous la seule responsabilité des états représentés par des cadres étrangers dans tout le Maghreb colonial. Les villes ne rassemblent guère plus de la moitié des populations sur les rivages européens et entre le cinquième et le tiers sur la rive sud. Le monde urbain est globalement minoritaire. Si les contrastes sociaux-spatiaux et paysagers s’insinuent dans la cité, celle-ci garde une relative unité et cohérence.

5La vieille citadinité méditerranéenne, sorte“d’instinct social” commun à lensemble des villes, est toujours active et vivante. Elle exprime cet art unique de vivre la ville, fruit d’une longue accumulation civilisatrice et producteur d’échanges entre les hommes, échanges de signes et de symboles plus encore que de biens. Pour s’exprimer, cette sociabilité urbaine a besoin de lieux de rencontres et d’échanges, espaces de représentations qui composent le domaine du visible de la cité. Elle s’accorde avec la pérennité de comportements et de pratiques  sociales déterminés par l’influence des groupes d’appartenance et de reconnaissance.

6Alors même que tout paraît figé, tout est en mouvement et en transition. Les pays de la rive sud accèdent à l’Indépendance qui s’accompagne d’un transfert de compétence territoriale, tandis que ceux de la rive nord s’engagent dans un processus d’intégration régionale favorable au mouvement d’expansion économique exagérant le différentiel de développement nord-sud.

7La croissance des populations méditerranéennes s’accélère en raison à la fois de la transition démographique ample et rapide dans les pays maghrébins et de la venue de nouveaux résidentssur la rive nord, étrangers pour la plupart à la Méditerranée, attirés par les aménités climatiques. Dans les pays de l’Europe du Sud, la transition démographique est achevée, mais la fécondité scotchée à des niveaux si bas depuis plusieurs décennies fait craindre un vieillissement paralysant des populations et les risques d’implosion démographique.

8Les sociétés maghrébines à forte proportion de populations jeunes ont des difficultés à mobiliser cette force de travail inemployée et connaissent des situations sociales délicates. Pourtant alors qu’on les croyait jusqu’à hier incapables de réduire leur fécondité de façon significative, elles sont en cours d’adopter et de généraliser le modèle familial à descendance réduite.

9Dans les villes du Maghreb, les ménages n’auront guère plus d’enfants que ceux des zones urbaines de la rive nord. Les bases du modèle familial “arabo-musulman” traditionnel sont ébranlées et la transition de la famille élargie à la famille nucléaire en cours. Les systèmes de relations sociales et des solidarités primaires en supportent nécessairement les effets d’autant mieux qu’un nouveau modèle de peuplement  s’impose. Celui-ci est caractérisé par la concentration des populations dans les zones littorales et par la constitution de vastes aires urbaines. La vie urbaine en Méditerranée en est profondément bouleversée.

10La transition urbaine, accomplie au nord, est en cours dans les pays du Maghreb où déjà six habitants sur dix résident en ville Partout, de nouveaux modes de travail, la salarisation des emplois et de nouvelles formes d’activités économiques, la tertiairisation se sont imposés, même si c’est de façon très contrastée et inégalitaire. Les processus d’internationalisation des économies, de mise à niveau technique et organisationnelle et de métropolisation ont provoqué des changements sociaux considérables. Les nouvelles polarités sociales, les écarts de revenus entre groupes sociaux, les disparités des cultures techniques de production et d’organisation participent à la fragilisation des sociétés.

11L’évolution récente va dans le sens de l’accentuation des clivages dans la ville comme dans les têtes où les uns pensent la ville selon l’acception classique de polyfonctionnalité et de polysocialité tandis que les autres pratiquent un espace de réseau et de communication multifonctionnel, socialement ségrégatif et segmenté.

12Dès lors la cité méditerranéenne en quête de sens connaît une crise d’identité qui paraît d’autant plus impatiente que la transition de la cité englobante à l’agglomération étalée et desserrée a été tardive et rapide. L’extension des aires urbanisées correspond à un changement d’échelle de la quotidienneté que visualisent les nouvelles formes de mobilité spatiale (navettes, mobilité résidentielle) et de l’espace des relations sociales, préjudiciable au maintien des solidarités classiques.

13L’éclatement socio-spatial de la ville fait que les sociabilités fondées sur la proximité physique sont atteintes, érodées, que le voisinage est estompé et que, de plus en plus, l’appartenance physique, charnelle au quartier, espace de reconnaissance n’a plus de signification pour la plupart des citadins. Le temps du partage du quotidien, de la mixité sociale caractère fondateur du paysage social méditerranéen et des vieilles centralités patriciennes paraît de plus en plus lointain et dépassé.

14Dans un tel contexte de révolution urbaine et d’affaiblissement du lien social perçu sous différentes formes, tant au Nord qu’au Sud, que deviennent les solidarités ?

15Dans la Méditerranée classique, les solidarités constituaient la base des relations sociales. La famille, le clan, le groupe de reconnaissance étaient au cœur de la vie sociale et structuraient les relations et les échanges. Placées dans une très large perspective historique et perçues à travers leurs différentes manifestations, les solidarités témoignent de profondes mutations durant les années de montée de l’urbain et de changement social. Quelles furent les formes nouvelles de solidarité suite à l’inscription de nouvelles structures au sein des constructions étatiques ? Quelles furent les formes anciennes résistantes aux transformations du monde économique et social ? Les solidarités traditionnelles furent-elles laminées à l’épreuve de la ville ou bien ont-elles représenté les outils d’une meilleure insertion sociale dans la cité. Affaiblies, ont-elles été réactivées en période de crise économique et sociale ?

16Les actes des journées d’études de Tunis (novembre 1999) sont l’aboutissement d’un travail d’équipes formées d’universitaires de Nice : Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (Equipe d’Accueil. UNSA) et de Tunis : Département d’histoire Moderne et Contemporaine (Université de Tunis I) dans le cadre d’une action intégrée de coopération CMCU (Comité Mixte Franco Tunisien pour la Coopération Universitaire).

17Ils présentent les résultats de recherche selon différents thèmes de réflexion, insistant particulièrement sur les formes et l’évolution des solidarités, de la tribu au quartier, des relations intranobiliaires aux solidarités à l’épreuve de la ville, des mutations socio-économiques génératrices de nouvelles formes : syndicalisme, sociétés de bienfaisance, mouvements et réseaux associatifs…aux formes de solidarités reconstituées et d’autres alternatives aux liens de parenté.

18Nos travaux ont dégagé de nouvelles pistes de travail et présenté des études de cas, sinon des états de questions relatives à la problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khalifa Chater et Robert Escallier, « Avant-propos », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 63 | 2001, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/8

Haut de page

Auteurs

Khalifa Chater

Articles du même auteur

Robert Escallier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org