Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, Ediciones Doce Calles, 2013, 300 p.

Maria Ghazali
p. 309-315

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication des actes d’un colloque international qui s’est tenu à Séville les 27 et 28 septembre 2012 sur l’institution consulaire et sur les consuls à l’époque moderne et contemporaine.

2Depuis plusieurs années déjà, de nombreux chercheurs européens collaborent dans le cadre de programmes de recherche nationaux et transnationaux autour des pratiques consulaires. On peut à ce titre évoquer la thématique des Consuls en tant que figures de l’intermédiation marchande coordonnée par Arnaud Bartolomei au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) de l’Université Nice Sophia Antipolis et le programme du Ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité dirigé par Manuel Herrero Sánchez sur « El papel de las repúblicas europeas en la conformación del Estado Moderno. ¿Alternativa modernizadora o motor del sistema ? (Siglos XVI-XVIII) » (HAR2010-19686), ou encore celui de l’École Française de Rome, « Consoli », auquel le CMMC est par ailleurs associé.

3La complexité d’une thématique qui suppose que l’on tienne compte à la fois de l’économique, du juridique, du politique et des représentations, ainsi que de l’événementiel, entre deux pays, mais aussi à l’intérieur d’un ensemble géopolitique plus ample selon les périodes, et qui, de plus, met en œuvre de multiples acteurs, ne peut que s’étudier à partir de différentes perspectives, d’où l’intérêt de rassembler les points de vue d’un maximum de chercheurs.

4Le présent ouvrage s’articule autour de deux axes : l’évolution d’une institution consulaire, étudiée d’un point de vue juridique et selon la perspective des différentes fonctions dévolues à la charge de consul d’une part ; de l’autre, les compétences économiques et politiques de différents consuls, analysées en fonction d’une culture consulaire multiséculaire, ou à partir de stratégies ponctuelles. En somme, ce sont à la fois les aspects théoriques et pratiques d’une institution et d’une charge, sur un temps long ou court, qui sont mis en lumière dans cet ouvrage.

5Dans la première partie, Ana Crespo Solana (« El juez conservador : ¿Una alternativa al cónsul de la nación ? », p. 23-33) s’interroge sur le cadre juridique dans lequel s’exercent les relations entre la monarchie espagnole et les différentes communautés marchandes étrangères. Elle se demande dans quelle mesure le « juge conservateur » (el juez conservador) n’empiète pas sur les prérogatives du « consul de la nation » dans les communautés marchandes étrangères en Espagne, notamment après la paix d’Utrecht (1716) qui dans son article 29 institutionnalise cette fonction. Chargés de juger en première instance des litiges entre membres d’une même communauté, tant au civil qu’au criminel, ces juges espagnols – qui existaient d’ailleurs également au Portugal et dans les colonies de ces deux monarchies – servent très souvent de courroie de transmission entre les différentes nations et le gouvernement.

  • 1  La correspondance de l’un des membres de cette famille fait l’objet de publication exhaustive : Pi (...)
  • 2  Voir aussi Ana Crespo Solana, « La Junta de Dependencias de Extranjeros (1714-1800) : Trasfondo so (...)

6Paola Volponi (« La trattatistica sulla figura del console nelle prima età moderna. Spunti di ricerca », p. 35-45), à travers une étude poussée de traités politiques et diplomatiques des xvie et xviie siècles, retrace l’évolution de la fonction consulaire, en perpétuelle mutation tout au long de l’époque moderne. Julien Sempéré (« La construction juridique du consulat français de Barcelone, 1679-1716 », p. 47-56) analyse l’établissement et la consolidation du consulat français de Barcelone, en même temps qu’il souligne les conflits suscités par l’adoption de l’Ordonnance de Marine de 1681, dont les critères devaient influer sur les fonctions consulaires. Francisco Zamora Rodríguez (« El consulado florentino en Nápoles y el fortalecimiento del estado mediceo a finales del XVII », p. 57-69), à partir des fonds d’archives de Florence, rend compte de la stratégie mise en œuvre par une famille – en l’occurrence les Médicis – pour s’approprier la nomination du consul des Florentins à Naples, renforçant ainsi son pouvoir politique. Thomas Weller (« Cónsules y agentes diplomáticos : la presencia hanseática en la Península Ibérica, siglos XVII y XVIII », p. 71-80) aborde les transformations juridiques et institutionnelles d’une représentation consulaire regroupant différentes nations, à travers l’étude du réseau hanséatique dans la péninsule Ibérique au tournant des xviie et xviiie siècles. Si La Hanse fut pionnière en la matière, l’auteur souligne aussi les bénéfices, dont les marchands surent tirer parti, d’une situation confuse entre Impériaux, Hollandais, Flamands, et villes hanséatiques, et qui débouchèrent souvent sur des pratiques de contrebande et de commerce illicite sous l’égide de leurs représentants consulaires. Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli (« El consulado sueco en Marsella en el siglo XVIII : un cónsul, ¿para qué ? », p. 81-94) étudient le cas du consulat suédois, détenu entre 1734 et 1805 par la famille Butini-Fölsch1, dans l’un des ports les plus importants de Méditerranée, Marseille. Ils analysent l’évolution des fonctions exercées par les consuls et montrent comment, de simples informateurs, ils deviennent des politiques au service de la couronne et de la nation suédoises. Ce sont les mêmes conclusions auxquelles arrive Emiliano Beri (« Informare, rappresentare e assistere. I consoli genovesi nel teatro marittimo ligure-tirrenico durante le guerre di Corsica, 1729-1768 », p. 95-104) : les fonctions des consuls génois sont essentiellement politiques et diplomatiques lors du conflit qui oppose la République de Gênes à la Corse. Marcella Aglietti (« El debate sobre la jurisdicción consular en la Monarquía hispánica, 1759-1769 », p. 105-118) interroge les fonds d’archives consulaires, parmi lesquels ceux d’une institution dont dépendaient les étrangers, la Junta de Dependencias de Extranjeros2 fondée par le premier Bourbon espagnol en 1714, pour voir comment, pour adapter les fonctions consulaires, l’on trouve un compromis entre droit interne du pays d’origine et droit du pays d’accueil à travers des accords entre États. L’étude d’Álvaro Aragón Ruano (« Cónsules extranjeros, libertad de comercio y contrabando en los puertos vascos durante la Edad Moderna », p. 119-129) sur les consuls étrangers en Pays Basque, et plus précisément sur ses côtes et dans ses ports (Bilbao et Saint-Sébastien), montre la diversité des contextes dans lesquels devait se déployer l’institution consulaire. À la fois zone frontière entre la France et l’Espagne, et région bénéficiant d’importants privilèges et spécificités juridictionnelles à l’époque moderne, ces contrées attiraient des marchands français, britanniques et hollandais. Les perspectives économiques lucratives, que ce fût à travers le négoce légal ou le trafic de contrebande, étaient nombreuses. Le désir de commercer en toute liberté compliquait les rapports que ces marchands entretenaient tant avec les consuls de leur nation qu’avec la monarchie hispanique.

7Valeria Deplano et Giangiacomo Orrù (« Dal mare all’entroterra. Funzioni e competenze dei consoli britannici in Sardegna dal 1750 al 1850 », p. 131-141) soulignent les changements qui s’opèrent en Sardaigne entre la moitié du xviiie et le milieu du xixe siècle. La maison de Savoie a remplacé les Espagnols depuis le traité de Londres de 1718 et les Piémontais ont tenté de mener une politique de transformation et de modernisation de l’île. De par sa position stratégique en Méditerranée, les puissances européennes que sont la Suède, la France et le Royaume-Uni s’y intéressent de près. Les Britanniques installent un consulat à Cagliari en 1750, mais ce ne sera qu’au lendemain du Congrès de Vienne (1815) qu’ils apparaîtront comme les seuls capables de contrôler efficacement le trafic et le commerce en Méditerranée et de faire sa jonction avec l’Atlantique. De 15 consulats britanniques en Méditerranée en 1740, l’on passe à 57 au début du xixe siècle, et en Sardaigne le nombre de commerçants de cette « nation » n’a fait que croître. Cette suprématie oblige Londres à repenser les fonctions consulaires : il ne s’agit plus uniquement de répertorier le nombre de navires qui entrent et sortent des ports, mais d’enquêter sur les échanges et les expliquer, de voir comment les améliorer. Le rayon d’action du consul passe de la mer à l’intérieur des terres, les produits agricoles et les minerais sardes étant de grand intérêt pour les Britanniques. D’informateur et de contrôleur, le consul passe à protecteur des commerçants et de l’activité commerciale. Il est également intéressant de relever qu’à travers le regard et l’action du consul britannique, nous assistons aux transformations politiques et sociales de la Sardaigne.

8Dans la deuxième partie de l’ouvrage, consacrée aux compétences consulaires, Benoît Maréchaux (« Consuls vénitiens en Méditerranée orientale, 1575-1645 », p. 145-158) présente le très dense réseau consulaire vénitien du Levant et les différents types de consulats qui existaient. L’auteur relève quatre catégories d’institutions consulaires : celle du bayle de Constantinople, dont le statut le met à part des autres puisqu’il est le représentant de l’État vénitien auprès de la Porte, juge les Vénitiens au civil, défend les intérêts économiques de la République, nomme et commande la majorité des consuls vénitiens de l’empire ; celle des consuls d’Alep et du Caire, élus par le grand Conseil au sein du patriciat et dont les prérogatives s’étendent à la Syrie et à l’Égypte ; celle des consulats de Nicosie (Chypre), Chios et Smyrne (mer Égée) et Tripoli (de Syrie), qui correspondent à des centres de commerce de première importance, lieux de passage et d’observation privilégiés sur les routes de Constantinople et de la Syrie, et dont les fonctions essentiellement commerciales en font des postes qui ne sont pas réservés uniquement à l’aristocratie ; celle de Patras (Morée), Rhodes, Milo et Naxos (Archipel), Gallipoli, Silivri et Palormo (Mer de Marmara), dont les représentants – quand ils existent – sont souvent choisis parmi les locaux et dépendent presque tous du bayle. À travers l’étude de la correspondance entre les différents consulats, nous voyons comment circulait l’information et se faisait la communication politique. Le rôle des consulats n’est pas à négliger dans les négociations politiques bilatérales qui s’effectuaient par ailleurs entre Venise et la Porte.

9Manuel F. Fernández Chaves et Mercedes Gamero Rojas (« La dinámica consular británica en la Baja Andalucía, 1700-1750 », p. 159-176) mettent l’accent sur l’évolution des compétences des consulats britanniques à Cadix et à Séville pendant la première moitié du xviiie siècle. Les auteurs montrent l’impact des événements politiques sur les communautés marchandes et leurs représentants. Si, au début du siècle, Philippe V favorise les Catholiques irlandais, hollandais et anglais, au détriment des Protestants, le traité d’Utrecht de 1713, outre le fait qu’il reconnaît Gibraltar comme possession britannique, confirme les privilèges commerciaux des Britanniques, en général, acquis en 1667, et les renforce même pour ce qui est du commerce avec l’Amérique grâce au « navire de permis » et à « l’asiento des noirs ». Toutefois, l’administration espagnole du nouveau Bourbon contrôlera davantage les étrangers par le biais de l’imposition du « juge conservateur » (juez conservador) et la création de la Junta de Dependencias de los Extranjeros, dont parlent également Ana Crespo Solana et Marcella Aglietti dans la première partie de cet ouvrage. Le rôle des consuls est limité à l’administration de la justice entre les membres de leur nation, et un seul consul britannique est autorisé à faire entendre sa voix à Madrid pour les Anglais, les Écossais et les Irlandais, malgré la prépondérance de ces derniers dans tous les ports espagnols.

10Luca Lo Basso (« Consoli e corsari. La corrispondenza consolare come fonte per la guerra corsara nel Mediterraneo tra XVII e XVIII secolo », p. 177-186) propose, comme source de connaissance de la guerre corsaire en Méditerranée aux xviie et xviiie siècles, la correspondance consulaire. Il prend comme exemple le consulat de Gênes à Livourne, charge détenue au sein de la même famille, les Gavi, entre 1693 et 1784. Pas moins de 4 800 lettres nous renseignent, non seulement sur le métier de consul, de plus en plus « professionnalisé » et « institutionnalisé », mais aussi sur les hommes et les événements en Méditerranée : les opérations navales, commerciales ou militaires, les forces en présence, les bâtiments, les méthodes de la course, les prises, les ports. Cette source, d’une grande richesse, permet également d’appréhender les activités humaines dans leur rapport au temps et à l’espace méditerranéens, grâce aux précisions apportées dans la documentation consulaire.

11Autre consulat génois : celui de Londres, pendant les trente dernières années du xviie siècle. C’est ce que nous propose de découvrir Carlo Bitossi (« Un lungo e ambiguo consolato. Carlo Ottone proconsole genovese a Londra, 1670-1698 », p. 187-200). L’Angleterre apparaît déjà dans ces années-là comme une puissance avec laquelle il convient d’intensifier les rapports commerciaux, mais aussi politiques, du fait de son émergence sur la scène internationale. Jusqu’alors, Gênes avait fait le choix de Madrid et de Vienne, capitales habsbourgeoises, ainsi que de Paris, autre siège des grandes décisions de la politique européenne. À travers la correspondance d’Ottone, c’est la politique anglaise, mais aussi les institutions, les lois, les mœurs et les coutumes des Anglo-Saxons que nous découvrons, grâce au regard « surpris » du consul génois. Malgré les clichés sur les Anglais, dont il se fait l’écho en les présentant lui-même comme « cruels, arrogants, vénaux, disposés à toutes les bassesses par intérêt », il assiste à la naissance d’une grande puissance dont il rend compte aux gouvernants génois.

12Nunziatella Alessandrini (« Consoli genovesi a Lisbona, 1650-1700 ca. », p. 201-211) s’intéresse aux consuls génois de Lisbonne pendant la deuxième moitié du xviie siècle. Là, comme presque partout, le consulat est souvent une affaire de famille : les Ghersi, marchands génois installés dans la capitale portugaise, qui allient commerce et politique, en sont un bon exemple. Depuis l’indépendance du Portugal en 1640, qui situe le pays et ses colonies en dehors du pouvoir des Habsbourg d’Espagne, les Génois cherchent à se rapprocher de Lisbonne et à profiter de son commerce avec les Indes occidentales (Brésil) et orientales (Goa), ainsi qu’avec l’Afrique. Déjà en 1627, Olivarès avait éliminé les Génois du système financier de la monarchie espagnole, pour les remplacer par les marranes portugais. Malgré la fidélité traditionnelle de l’aristocratie génoise vis-à-vis des Espagnols, la Superbe se rapproche du Portugal, de la Hollande, de la France et de l’Angleterre, ennemis de Philippe IV. Les nécessités économiques expliquent en partie ce changement de cap. Les consuls se font l’écho des changements qui s’opèrent en Europe au plan politique.

13Au xviiie siècle, et plus spécifiquement pendant le dernier quart du siècle, la République génoise a beaucoup perdu de son pouvoir sur la scène internationale, même si ses marchands continuent à être prospères dans des villes comme Lisbonne. C’est ce que Catia Brilli (« La nación genovesa de Lisboa y sus cónsules en el último cuarto del siglo XVIII », p. 213-223) nous explique. Les consuls n’ont que peu de poids sur la communauté marchande génoise de Lisbonne et leurs revenus, qui proviennent essentiellement des droits sur les marchandises importées de Gênes ou exportées vers cette République, sont maigres, dans la mesure où le transport se fait sur des bateaux battant pavillon britannique, hollandais, suédois ou danois. Sans compter le fait que les émoluments qu’ils reçoivent de leur gouvernement pour cette charge sont très faibles. Les consuls, en bons marchands qu’ils sont, donnent donc la priorité à leurs propres affaires et sont amenés à s’absenter souvent et pendant des périodes qui peuvent aller jusqu’à six ou huit mois. La correspondance consulaire s’en trouve alors diminuée, quand elle n’est pas complètement inexistante. Parfois, le gouvernement diligente une compilation des différents privilèges dont devrait jouir la nation génoise : c’est ce que fait par exemple Francesco María Fassio, représentant de cette nation de 1767 à 1774, en élaborant un recueil d’immunités accordées de 1357 à 1641. En 1777, les marchands italiens et français demandent ensemble au gouvernement portugais la réduction des droits de douane, mais sans résultat. Malgré tout, la communauté marchande génoise est prospère : en 1776, dix-huit marchands décident de reconstruire l’église Notre-Dame-de-Lorette, fondée à Lisbonne par les Italiens au début du xvie siècle et détruite par un incendie après le tremblement de terre de 1755. Ils le font à un moment où le consul, Pietro Badano, est absent, ce qui prouve qu’ils n’ont nullement besoin du consul pour entreprendre. De même, ce dernier ne remplace pas le vice-consul génois, Latty Lafford, quand il démissionne : il fait alors appel à un vice-consul d’une autre nation, qui était déjà au service des Danois, des Hollandais, des Vénitiens, des Hambourgeois, des Napolitains et des Russes. Les Génois n’avaient pas d’accès direct aux marchés américain et asiatique : ils achetaient à Lisbonne à d’autres marchands, afin de pourvoir Gênes ou d’autres places méditerranéennes en produits coloniaux, et la compétition était féroce, à un moment où, par exemple, pour ce qui était du sucre, Marseille le faisait venir de la Martinique pour l’exporter à son tour. L’auteure de cet article, fort intéressant, compare la situation des consulats génois de Lisbonne et de Cadix pour souligner l’intérêt qu’il y aurait à étudier de plus près cette institution en fonction des sociétés d’accueil.

14À partir de l’exemple du consulat impérial de Paolo Greppi à Cadix, Klemens Kaps (« Entre el servicio estatal y los negocios transnacionales. El caso de Paolo Greppi, cónsul imperial en Cádiz, 1774-1791 », p. 225-235) montre comment une famille de petits commerçants de laine originaires de la région de Bergame, les Greppi, arrivèrent à tisser des réseaux économiques transnationaux importants entre les cours de Milan – où le père, Antonio, était devenu fermier général –, Vienne et Madrid, les ports de Trieste, Venise, Livourne, Marseille et Cadix, avec des prolongements transatlantiques vers Salé, Amsterdam et Hambourg, ou encore vers les Amériques (Mexique, Cuba, Guatemala, Honduras et Buenos Aires). L’auteur met l’accent sur des stratégies familiales et commerciales qui débouchent sur des liens politiques. Grâce, par exemple, à l’appui de l’ambassade impériale à Madrid, Paolo Greppi obtient la gestion des exportations de cuivre et de mercure de la monarchie habsbourgeoise de Vienne vers l’Espagne dans les années 1780.

15À travers un cas très précis, celui de Carl Gustav Mandel, consul suédois à Cagliari entre 1740 et 1759, Manuela Garau (« Trade interests and extra-diplomatic activities : The case of the Swedish Consulate in Sardinia in the mid-18th century seen through archival sources », p. 237-246) montre comment, pour la Suède, les fonctions de consul étaient avant tout commerciales et industrielles. Les salaisons de saumons et de harengs font de la Suède un pays grand consommateur de sel marin. C’est pour développer ce commerce que l’État suédois envoie initialement Mandel en Sardaigne, mais dès son arrivée ce dernier s’intéresse également aux mines de galène, très riches en argent. L’homme est entreprenant et, avec quelques associés britanniques et juifs d’origine sépharade faisant partie de la communauté juive de Londres, il promeut l’industrie métallurgique et met en place une fonderie dès 1743. Accusé de fraude par les autorités de l’île, les Savoie de Turin se servent de ce prétexte pour prendre le contrôle des mines sardes et nationaliser la compagnie minière de Mandel. Après lui, les autres consuls suédois ne s’occuperont plus que du commerce du sel marin.

16Arnaud Bartolomei (« De la utilidad comercial de los cónsules. Problemáticas y estado de la cuestión. Europa y el mundo mediterráneo, siglos XVII, XVIII y XIX », p. 247-258) s’interroge sur « l’utilité » commerciale des consuls en Europe et dans le monde méditerranéen du xviie au xixe siècle, après avoir fait le point sur la question et sur la bibliographie la plus récente. En s’appuyant sur la littérature « théorique » que sont les traités juridiques des xviie et xviiie siècles, il passe en revue les différentes fonctions des consuls : information sur les produits et les marchés, protection et défense des intérêts commerciaux de leurs nationaux, prérogatives juridictionnelles et arbitrages dans les litiges. Le consul est censé conseiller, aider, défendre, surveiller, et trancher si nécessaire. Il doit avoir une parfaite connaissance des lieux, du commerce, des acteurs et du droit, notamment maritime. L’auteur fait remarquer, à juste titre, que parfois il y a loin de la théorie à la pratique, que les cas rencontrés in situ varient d’un pays à un autre, sans doute selon les personnalités de chacun mais aussi selon les différents statuts des consuls : les fonctions de ceux qui sont envoyés par leur gouvernement, et qui en reçoivent des émoluments, ne peuvent pas être les mêmes que celles des marchands recrutés sur place, et qui ne touchent que les droits consulaires attachés au commerce. Si les consuls ont contribué au développement du commerce de leur pays, en défendant les intérêts de leurs nationaux, ils ont également favorisé le commerce international, même celui de longue distance.

17Outre la diversité spatiale et temporelle des études abordées ici par les chercheurs sur l’institution consulaire, en perpétuelle adaptation et recomposition sous l’effet des changements politiques en Méditerranée à l’époque moderne, cet ouvrage fait également le point sur la bibliographie existante à ce jour, et ce ne sont pas moins de 388 titres d’ouvrages ou d’articles en relation avec cette thématique qui sont proposés aux lecteurs. La collaboration entre chercheurs de différents pays du pourtour méditerranéen se poursuit et, à n’en pas douter, elle donnera lieu encore à de riches rencontres scientifiques qui nous feront avancer dans la connaissance de l’histoire du commerce, de la politique des États et de la diplomatie en Méditerranée.

Haut de page

Notes

1  La correspondance de l’un des membres de cette famille fait l’objet de publication exhaustive : Pierre-Yves Beaurepaire, Gustaf Fryksén, Silvia Marzagalli et Fredrik Thomasson (éd.), Un consul suédois en Méditerranée. La correspondance de François Philip Fölsch, consul à Marseille (1780-1804), Paris, Classiques Garnier, publication prévue en 2015.

2  Voir aussi Ana Crespo Solana, « La Junta de Dependencias de Extranjeros (1714-1800) : Trasfondo socio-político de una historia institucional », Hispania, t. LXIX, vol. 232, 2009, p. 363-394 et en ligne : hispania.revistas.CSIC.es, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Ghazali, « Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, Ediciones Doce Calles, 2013, 300 p. », Cahiers de la Méditerranée, 90 | 2015, 309-315.

Référence électronique

Maria Ghazali, « Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, Ediciones Doce Calles, 2013, 300 p. », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 90 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 mai 2016. URL : http://cdlm.revues.org/8031

Haut de page

Auteur

Maria Ghazali

Université Nice Sophia Antipolis
Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org