Navigation – Plan du site
Du pacifisme à la culture de la paix. Les apports des Peace Studies à la construction de la paix

Présentation

Luis P. Martin
p. 11-15

Texte intégral

1Il y a un siècle, le monde s’embrasait dans une boucherie humaine d’ampleur inconnue jusqu’alors. Depuis 2014, les sociétés et les États qui ont participé à cette conflagration consacrent rencontres, colloques et expositions à la première guerre mondiale, avec l’objectif de comprendre le pourquoi et le comment de cette guerre. Les moyens octroyés à ces événements, autour d’un centenaire, sont très importants ; comme si revenir à l’horreur pouvait exorciser d’autres conflits et guerres ; comme si les recherches historiques, en expliquant avec minutie tout l’éventail de la guerre (de l’histoire culturelle à l’économie, la géopolitique, l’émotionnel, la technologie, etc.), étaient en mesure de nous sensibiliser davantage au conflit de 1914-1918 et, au passage, aux guerres qui ont suivi… Cet exercice entre souvenir du centenaire et recherche participe au même titre mémoriel que les nombreux romans qui ont été (et le sont encore aujourd’hui) publiés, célébrés, reconnus et primés. Un double exercice donc.

  • 1 Nous faisons référence aux colloques internationaux : « Les défenseurs de la paix. Nouveaux regards (...)

2Mais tout cet effort, auquel la collectivité nationale participe, ne porte pas (ou peu) un regard sensible sur les hommes et les femmes qui ont défendu la paix et combattu pour la paix. C’est d’autant plus remarquable que de tous les colloques, journées d’études et rencontres à propos du centenaire de la première guerre mondiale, seulement deux colloques ont été à notre connaissance dédiés à la paix et au pacifisme1. Bien entendu, le pacifisme a été le perdant de l’Histoire, et l’assassinat de Jean Jaurès montre bien les limites d’une valeur humaine qui n’avait pas d’autres armes que la parole, l’écrit, la conviction. En partant de ce constat, nous voulions contribuer aux études sur la paix en portant un autre regard (celui de l’histoire de la paix) sur ces manifestations dédiées à la guerre.

3Dans ce dossier thématique des Cahiers de la Méditerranée, nous avons pour objectif d’élargir le champ d’études concernant la question de la paix. La littérature historienne sur le pacifisme est vaste et de qualité inégale. Comme objet d’étude, le pacifisme n’a jamais rencontré en France un intérêt majeur dans l’université et cela malgré le fait que des intellectuels, comme Raymond Aron, lui aient dédié des travaux importants ; mais le suivi a été trop discret. Des spécialistes des relations internationales se sont penchés sur le sujet, ainsi que des historiens des idées autour d’un personnage, d’une mouvance artistique (voir le rôle des intellectuels dans le pacifisme des années trente) ou d’une collusion avec d’autres disciplines. Le pacifisme restait un sujet flou en raison de sa diversité, de sa diffusion, de sa projection et de sa sociabilité, à la fois hétérogène et contradictoire. Selon les origines d’un type de pacifisme, il pouvait être porteur d’intérêt ou pas. Ces préjugés montrent à quel point les études sur le pacifisme étaient débitrices des positionnements idéologiques.

4Commençons par « asseoir » les concepts. Le pacifisme, selon la définition donnée au XVIe Congrès Universel de la Paix à Munich (1907), est « un ensemble d’hommes et des femmes de toutes les nationalités qui cherchent les moyens de supprimer la guerre ; d’établir l’ère sans violence ; et de résoudre par le droits les différences internationales ». Cette approche est certes propre à l’époque, mais le pacifisme est plus vaste car l’affaire de la paix (comme on disait jadis) trouvera dès la fin du xviiie siècle (voir Kant ou l’abbé de Saint-Pierre, par exemple) des dimensions multiples, et le pacifisme se nourrit de cette multiplicité. Le désir humain de la paix, le cri des cœurs pour la paix est surtout un cri contre la guerre. L’approfondissement de cette volonté va se déployer dans différents registres : antimilitariste, juridique (arbitrage), diplomatique (géopolitique), religieux, philosophique, éducatif, de classe sociale, de genre, etc. Dans chaque registre, le pacifisme aura une perspective différente, complémentaire, mais spécifique. Ainsi, on voit se dessiner tout au long du xixe siècle des projets divers autour de la recherche de la paix qui sont conformes à l’idée de lutter contre les guerres. Le pacifisme est à la fois une activité réactive, et une voie de prévention. Le pacifisme est un mouvement, mais aussi une réflexion, une proposition, un besoin de trouver – à l’intérieur de sa multiplicité – une solution à la guerre.

  • 2 À ce titre, consulter Les États-Unis d’Europe. Un projet pacifiste, sous la direction de M. Petrici (...)

5Ce qu’on peut appeler les « années de formation » du pacifisme se concentre entre 1850 et 1870, tant en Europe qu’aux États-Unis d’Amérique. Cette période voit se former des noyaux pacifistes autour de deux perspectives : l’une, qui vient du protestantisme (la voie anglo-saxonne, pourrions-nous dire) ; l’autre, républicaine (la voie de l’Europe continentale). Il va de soi que dans nos contrées méditerranéennes, le pacifisme républicain, démocratique et laïc sera l’assise d’un projet pacificateur pour l’Europe, qui s’insère à l’intérieur du projet républicain de fédération des peuples européens. Ce versant européiste est consubstantiel au pacifisme européen : la paix sera inaccessible sans la mise en place des régimes républicains dans tout le continent européen. Tel est le vœu de la revue Les États-Unis d’Europe, elle-même publiée dans les principales langues européennes, signe d’une recherche de clarification et d’unification langagière du récit pacifiste2.

6Il s’agit donc d’un pacifisme politique, à multiples variables et ressorts, à la recherche d’une visibilité accrue par le biais de rencontres internationales, relayées par toute la presse européenne et qui, bien entendu, parviennent aux chancelleries. Dès 1867, le premier réseau pacifiste européen s’établit. Nous avons beaucoup de témoignages sur l’importance de ce geste, mais aussi sur les engagements qui en découlent. Par ailleurs, le pacifisme républicain européen est socialement transversal : le mouvement ouvrier s’y joint, des secteurs religieux hors la ligne officielle des Églises, également. Dès 1870, depuis l’échec de ce pacifisme lors de la guerre franco-prussienne, le pacifisme présente de nouveaux visages.

  • 3 Cité par Jean-Pierre Bois, La paix. Histoire politique et militaire, Paris, Perrin, 2012, p. 552-55 (...)

7On rencontre dès lors une difficulté majeure à clarifier les diversités du pacifisme. En 1927, le philosophe allemand Max Scheller dresse une axiologie compréhensible pour tous. Selon Scheller, on peut mettre en évidence un pacifisme chrétien, un pacifisme économique, un pacifisme culturel et un pacifisme juridique ou de droit3. Ce n’est pas proprement une condensation des pacifismes, mais une façon de les présenter comme un mouvement à compartiments étanches, une manière de nier son horizontalité et la complémentarité entre toutes les formes de pacifisme. Dans cette perspective, les défenseurs d’un pacifisme économique se voulaient partisans du libre-échange, tandis que ceux d’un pacifisme culturel, prônaient les échanges culturels et éducatifs entre les peuples et nations. Par ailleurs, l’importance que prend le pacifisme juridique dans le traitement de la paix, visait à établir par le droit de nouvelles règles dans les relations internationales. Cette approche, foncièrement politique et diplomatique, n’excluait pas les travaux d’autres pacifismes qui servaient d’appui ; car écarter la guerre des sociétés impliquait tous les mécanismes socio-culturels (la culture comme lieu de rencontre), d’identités politiques (mettre en sourdine la nation comme générateur de violence) et psycho-sociaux (anéantir la vision de l’autre en tant qu’ennemi). Une lourde tâche qu’ont montrée les autres limites du pacifisme, comme le signale, dans d’autres domaines, Norman Ingram dans l’introduction de ce dossier.

  • 4 Le pacifisme « unifié » par le Komintern se situait dans une toute autre stratégie. En effet, celui (...)

8Le remaniement du pacifisme entre-deux-guerres part de ce constat : ces mécanismes n’ont pas empêché le conflit. L’importance du mouvement de l’éducation pour la paix, de l’inclusion du féminisme dans les pacifismes (soit la portée novatrice du genre dans la lecture de la paix) sont des nouveaux instruments qui portent le pacifisme vers la culture de paix. Une sorte de passage (parcours), de translation (discours), ainsi que des espaces (socialisations) qui ouvrent les portes vers une interprétation de la paix qui se réfère à la construction d’un nouvel individu4. C’est donc, cette individuation qui créera nécessairement les mécanismes d’intériorisation qui seront plus puissants, pensent-ils, que le juridique, par exemple.

  • 5 La thèse que défendait F. A. Muñoz considère nécessaire un tournant épistémologique et ontologique (...)

9La culture de paix révèle un processus d’humanisation que déborde le pacifisme. À ce titre, il est obligé de considérer cet instrument comme l’ultime forme de lutte pour la paix, qui n’a d’autre but que de la préserver, que de se prémunir des conflits, de travailler pour étudier les nouveaux objets tout en formant des nouveaux sujets. Cela exige des perspectives non uniformes, variées et même un traitement pluridisciplinaire ou transdisciplinaire. La preuve la plus évidente est la création de centres de recherches qui joignent les peace studies aux les études des conflits. Dans ce dossier le lecteur pourra trouver aisément cette dualité qui nous confirme que les études sur la paix, la paix imparfaite comme le pensait Francisco A. Muñoz5, obligent à intégrer tout un éventail d’approches qui vont de la philosophie à l’anthropologie, des droits de l’homme à l’économie globale, de l’éducation à la diplomatie.

  • 6 Francisco A. Muñoz et Beatriz Molina Rueda (éd.), Pax Orbis. Complejidad y conflictividad de la paz(...)

10Après 1945, les conflits changent et les méthodes d’analyse des peace studies entrent dans une dynamique et une projection accrues qui servent, non seulement à définir la typologie de la paix mais à la comprendre dans une globalité ; ce qui montre que la complexité des conflits fait que la connaissance d’une culture de paix est un pilier du traitement du conflit (négociations, médiations, sociologie des acteurs, etc.)6. Les peace studies se définissent par cinq caractéristiques : multidisciplinaires, multiculturelles, multi personnelles, analytiques et normatives, théoriques et appliquées. Cette panoplie est la conséquence de la parution, après 1945, d’une offre pédagogique à grande échelle au niveau mondial, accrue par la Guerre Froide, la décolonisation et les conflits régionaux (Vietnam, guerres israélo-arabes, etc.). Le besoin d’étudier les conflits et la paix dans tous les registres de la connaissance préfigure l’essor de centres de recherche, liés à des institutions internationales (ONU, Prix Nobel de la paix à Oslo), à des universités publiques ou privées, ou à des organismes religieux. En 2008, The International Herald Tribune estimait que plus de 400 programmes d’éducation et de recherche étaient à l’œuvre dans le monde. La production sur cet effort est immense, étant donné l’élargissement du champ scientifique en direction du développement économique des pays du tiers-monde, des conflits internes, etc.

11La culture de paix devient aussi la manifestation de ces études sur la paix qui, par la recherche appliquée, veulent créer des espaces de pacification, puis de tolérance, puis de paix dans les zones en conflits, dans les pays marqués par les violences transversales (par exemple, le Mexique d’aujourd’hui) ou par toute autre source de conflit. Il ne s’agit pas ici d’aborder ces aspects multiples, mais de reconnaître leur fonction dans la construction de la paix.

  • 7 Fernado Martínez López et Francisco A. Muñoz (éd.), Políticas de paz en el Mediterráneo, Madrid, Bi (...)

12Dans ce dossier monographique, nous avons souhaité mettre « en communication » le pacifisme et la culture de paix dans l’aire méditerranéenne. Une tentative qui nous semble intéressante dans la mesure où les pays et États méditerranéens avaient, au sein de leurs sociétés, des voies qui manifestaient leur opposition à la guerre, aux conséquences de la guerre ; mais aussi des hommes et des femmes qui ont commencé à étudier les conflits, tous les conflits, même ceux qui dérivent de nouvelles donnes comme l’immigration ou les problèmes sociaux au Maghreb. Somme toute, un regard croisé dans le temps. L’histoire sert à mettre en perspective le passé par rapport au présent, et celui-ci s’interprète par rapport au passé. À ce titre, la lecture de l’ouvrage Política de Paz en el Mediterréneo7 nous ouvre une fenêtre qui ne se borne pas à un seul pays, mais aux interactions-interpellations, adaptations-refus entre les pays de la Méditerranée. Le projet d’Union de la Méditerranée, même s’il est né boiteux, est la preuve de la recherche d’un dessein pour la pacification entre les trois continents des rivages méditerranéens. Nous souhaitons que le présent numéro des Cahiers de la Méditerranée contribue à l’ouverture de nouveaux chantiers sur la paix, dans ces temps de commémorations des guerres.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons référence aux colloques internationaux : « Les défenseurs de la paix. Nouveaux regards, nouvelles approches », Université de Paris Est-Créteil-Marne la Vallée / Institut Historique Allemand, janvier 2014 et « Les voix de la paix 1913-1933 », École Normale Supérieure, février 2014.

2 À ce titre, consulter Les États-Unis d’Europe. Un projet pacifiste, sous la direction de M. Petricioli, A. Anteghini et D. Cherubini, Bern, Peter Lang, 2004.

3 Cité par Jean-Pierre Bois, La paix. Histoire politique et militaire, Paris, Perrin, 2012, p. 552-553.

4 Le pacifisme « unifié » par le Komintern se situait dans une toute autre stratégie. En effet, celui-ci cherchait à phagocyter les pacifismes de gauche, en proposant une géopolitique soviétique, sorte de totalitarisme du pacifisme, exclusif, agressif et, bien entendu, policier. Cela sans considérer la portée pacifique de la stratégie de l’URSS. Par ailleurs, Palmiro Togliatti lors du VIIe Congrès du Komintern, en juillet 1935, dévoile le caractère « militaire » du pacifisme communiste : « Nous sommes aujourd’hui une grande armée qui lutte pour la paix ». Sur ce sujet, voir Georges Vidal, « Le communisme et la dialectique de la paix, d’octobre 1917 à juin 1941 : théories, représentation et instrumentalisations », http://crises.upv.univ-montp3.fr/files/2013/04/George-Vidal.pdf.

5 La thèse que défendait F. A. Muñoz considère nécessaire un tournant épistémologique et ontologique qui permette de traiter la paix à partir de la phénoménologie de la paix et non depuis la violence. Voir La paz imperfecta, Granada, Universidad de Granada, 2003.

6 Francisco A. Muñoz et Beatriz Molina Rueda (éd.), Pax Orbis. Complejidad y conflictividad de la paz, Granada, Universidad de Granada, coll. « Eirene », 2012.

7 Fernado Martínez López et Francisco A. Muñoz (éd.), Políticas de paz en el Mediterráneo, Madrid, Biblioteca Nueva, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luis P. Martin, « Présentation », Cahiers de la Méditerranée, 91 | 2015, 11-15.

Référence électronique

Luis P. Martin, « Présentation », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 91 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cdlm.revues.org/8048

Haut de page

Auteur

Luis P. Martin

Professeur d’histoire et civilisation de l’Espagne contemporaine à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine. Publications : « La Franc-Maçonnerie et le pacifisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres », Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-Maçonnerie en Europe (xixe-xxe siècle), Rennes, 2000 ; « Le pacifisme en Espagne, 1885-1925 », M. Petricioli, D. Gherubini et A. Anteghini (éd.), Les états-Unis d’Europe - The United States of Europe. Un projet Pacifiste - A pacifist projet, Berne, 2003 ; « La difusión del pacifismo en España (1896-1936). Libros y folletos en torno a la cuestión de la paz », J. M. Jiménez Arenas et F. A. Muñoz (éd.), La Paz, partera de la historia, Granada, 2012 ; Los Arquitectos de la República. Los masones y la política en España, 1900-1931, Madrid, 2007 ; La République en Méditerranée. Espaces, diffusions et cultures républicaines en France, Italie et Espagne, xviiie-xxe siècles, Paris, 2012.
luismartin@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org