Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Joël Fouilleron, Le rapport à l’autre dans l’ancienne France. Croyances, cultures, identités collectives (xvie-xixe siècle), préface de Daniel Roche, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 540 p.

Stéphane Lamotte
p. 283-285

Texte intégral

1C’est un plaisir et un défi que de rendre compte des contributions buissonnières de Joël Fouilleron réunies dans cette édition très soignée des Presses Universitaires de la Méditerranée. Il faut pour cela prendre le départ d’un tour de l’ancienne France en quinze étapes joliment accidentées et traverser des domaines intellectuels et des paysages culturels variés, situés aux confins de l’histoire du livre et de l’étude des pratiques et des déviances religieuses. Un passionnant voyage qui conduit à faire halte à Douai, Saint-Flour, Mauriac, Béziers, Nîmes, et même à La Gazelle, pour braconner des archives jusque-là inexplorées. L’attachement au local est bien ce qui caractérise ce travail, un attachement qui est tout sauf le brandissement d’une quelconque revendication identitaire, puisque Joël Fouilleron, humaniste ouvert et généreux, aime autant la lumière du Nord de son enfance que celle de l’Auvergne ou du Languedoc, favoris de ses explorations savantes. Le local chez lui est le gage du temps passé à explorer l’archive, à cheminer en compagnie des livres des érudits du passé pour comprendre les différences entre les cloches monstres de Mende et de Saint-Flour, ausculter la formation des prêtres dans le diocèse de Nîmes, ou révéler la mémoire des mots de l’exclusion religieuse : le fait religieux est en effet au cœur des préoccupations de l’historien et, pour s’en saisir, il prend le parti courageux de l’aborder par ses facettes les plus difficiles, en décalage avec des habitudes qui préfèrent les grandes routes balisées de l’étude des institutions et de l’orthodoxie. À rebours des raccourcis des sommes académiques, l’auteur entend construire un objet hybride et personnel, élaboré patiemment au gré des curiosités et des émerveillements d’une vie de chercheur. En même temps, les résultats, toujours confrontés aux grandes problématiques de la discipline, s’inscrivent dans les orientations les plus récentes de la recherche.

2Il est vrai que tout cela suppose une éthique de l’attention et un engagement total, à contre-courant des injonctions d’une époque de rapidité et de fragmentation. Cette exigence est la marque d’un historien de qualité (Daniel Roche). Le tout est servi par un style qui chatoie : le lecteur appréciera l’élégance d’une rédaction qui fait de chaque article une nouvelle qui maintient constamment en éveil. Le sens du titre, qui ne vise pas la seule accroche, exprime le talent littéraire de l’auteur et résume les enjeux de l’étude à venir. Citons à titre d’exemple « La montagne et les morsures des déviances religieuses. Au fort de l’Auvergne, xvie-xxe siècle ». Il faut également souligner le soin pris à rédiger des notes de bas de page impeccables – devenant parfois aussi monstres que les cloches déjà citées, dans une propension malicieuse à la mise en abyme du travail de recherche.

3Éloge de la lenteur, modèle de précision et d’écriture, ce florilège d’articles doit aussi se raconter. La richesse du livre rend impossible tout résumé, tant l’éclectisme, au sens noble d’un terme parfois galvaudé, s’y épanouit en une série de variations polyphoniques. Il faut cependant tenter d’en tracer les contours. En quatre parties, « Le service de Dieu », « Dissidences », « Passeurs de savoir », « Premiers et seconds rôles », il explore différentes facettes de l’histoire religieuse, sociale et culturelle de l’Ancien Régime. Véritable défricheur, le chercheur ne recule pas devant la médiocrité de certaines sources et suit avec persévérance la belle voie tracée hier par Michel de Certeau ou Alphonse Dupront pour s’emparer de sujets rares et variés permettant des correspondances inattendues. Joël Fouilleron, quand il enseignait à Montpellier-III, a toujours encouragé ses étudiants à suivre leurs intuitions les plus déroutantes pour partir au diable Vauvert de l’archive.

4Nous choisirons quatre articles emblématiques pour éclairer la démarche de cet ensemble foisonnant. Dans « La foi gardée », à partir de l’exemple de la Haute-Auvergne, et plus particulièrement de l’Église de la Gazelle, il déconstruit avec brio le mythe d’une orthodoxie montagnarde qui resterait ad vitam aeternam fidèle à Rome. Avec une réelle empathie pour les « minorités minuscules », il décrit avec justesse les meurtrissures d’une communauté protestante « ensabotée » et réduite à l’isolement. Un peu plus loin, dans un grand saut de foi, on goûtera les piques savoureuses adressées aux couvents de la Contre-Réforme dans le très bel article « Du couvent au monde. L’éveil d’une curiosité (L’abbé Dulaurens vers 1743) ». L’auteur ne lésine pas sur les descriptions des « pénitences mortifiantes », « des dérisoires et stériles pantomimes », « des hypocrites contraintes et inutiles tortures de la règle » tridentine et, grâce à cette étude, stimule l’intérêt pour les libelles audacieux et séditieux du trinitaire de Douai. Cet article de jeunesse très abouti est pionnier ; il annonce des études à venir sur le clergé pris dans la tourmente des pièces satiriques et pressent l’intérêt actuel pour les minores – Robert Darnton n’est pas très loin –, objets essentiels aujourd’hui dans l’étude de la circulation de l’information au xviiie siècle. C’est également par une biographie du Fabre d’Églantine pré-révolutionnaire que l’auteur nous embarque sur les chemins du théâtre d’Ancien Régime. On se passionne pour la vie du comédien, passé de la draperie carcassonnaise aux costumes et aux planches de l’ancienne France. C’est tout l’art de Joël Fouilleron que d’être aussi à l’aise dans l’étude des livres de piété que dans celle des trépidations de l’univers clandestin du monde du spectacle. Enfin, il convient de citer l’article qui exprime le mieux, à notre sens, la démarche de l’auteur : « Les jésuites chassés de la cité. Violences pour un retour (Mauriac, 6-7 septembre 1762) ». Les juges parisiens ont donné l’ordre d’expulser les pères jésuites : la population de Mauriac, fidèle à son collège et à ses professeurs, refuse et se révolte. Naissance de l’opinion publique, antijésuitisme, « émotions » populaires, déviances, écarts entre la volonté de Paris et le choix d’une communauté rurale isolée : dans cet ensemble tissé de plusieurs fils, les notions chères à Joël Fouilleron dialoguent et permettent plusieurs lectures qui croisent différence et différance.

5Ouvrage d’une grande érudition, Le rapport à l’autre est aussi un livre de méthode et un éloge de la liberté. Il peut servir de référence pour des générations d’étudiants, qui garderont en tête que la méticulosité du travail de recherche doit toujours se marier avec le plaisir et l’élégance d’une rédaction qui n’oublie pas la joie du lecteur. Il faut remercier les Presses de la Méditerranée et Henri Michel, passeur discret et attentif, de nous offrir ce très bel ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lamotte, « Joël Fouilleron, Le rapport à l’autre dans l’ancienne France. Croyances, cultures, identités collectives (xvie-xixe siècle), préface de Daniel Roche, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 540 p. », Cahiers de la Méditerranée, 91 | 2015, 283-285.

Référence électronique

Stéphane Lamotte, « Joël Fouilleron, Le rapport à l’autre dans l’ancienne France. Croyances, cultures, identités collectives (xvie-xixe siècle), préface de Daniel Roche, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 540 p. », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 91 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://cdlm.revues.org/8239

Haut de page

Auteur

Stéphane Lamotte

Université Nice Sophia Antipolis
Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org